Hervé Doyen, prisonnier des “dynamiteurs” du VLD

Dès la constitution, le 23 décembre dernier, de cette stupéfiante nouvelle Majorité jettoise composée de La Liste du Bourgmestre (CDH),du FDF,  d’Ecolo, de Groen, de 2 MR, du CDNV et de 2 VLD, j’avais pointé du doigt le fait que cette Majorité qui comprend vingt membres, comporte en son sein quatre Parlementaires flamands, dont un, M. Sven Gatz, siège au Parlement flamand.

Cela veut dire que sans ces quatre Parlementaires flamands, Hervé Doyen n’a pas de Majorité puisqu’il tombe à seize sièges !

On a déjà pu observer un certain nombre de décisions qui visent à donner pleine satisfaction au VLD.

La Belgique vit aujourd’hui une crise, sans doute la pire de son histoire, puisque c’est son avenir même qui est en jeu. Or, cette crise est déclenchée, pour des raisons purement politiciennes, par le VLD.

Qui plus est, l’un des membres de la Majorité d’Hervé Doyen, M. Sven Gatz, a pris des positions étonnantes visant notamment à exiger que les parents qui placent leur enfant dans des écoles néerlandophones passent un examen de Flamand !!!

Voilà le genre d’alliés avec lesquels Hervé Doyen est censé diriger la commune de Jette.

Qu’en pense la seule élue FDF ?

Qu’en pense Mme Decock, élue sous l’étiquette « Femme démocratique francophone » ?

La vérité est très claire, Hervé Doyen est aujourd’hui pieds et poings liés dans les mains des Parlementaires flamands constituant sa Majorité et, en particulier, dans les mains des 2 VLD.

Ce sont eux qui, aujourd’hui, font la loi à Jette, et Hervé Doyen n’est plus en état de leur refuser quoi que ce soit.

Quand on voit ce dont le VLD a été capable, à savoir faire tomber le Gouvernement fédéral, à deux mois de la Présidence belge de l’Union Européenne, en pleine crise économique, et alors même que les pays européens sont attaqués de plein fouet par la spéculation bancaire, on se rend compte de la catastrophe que représente, pour Jette, cette nouvelle Majorité.

La commune de Jette, comme la Belgique, doit s’attaquer de front aux vrais problèmes, à savoir les problèmes socio-économiques, et l’emploi.

Il n’est pas anodin de constater qu’entre 2009 et 2010, le chômage a augmenté, à Jette, plus vite que dans l’ensemble de la Région bruxelloise. (+9,6%)

Cela, ce sont les vrais problèmes.

Mais les encombrants alliés d’Hervé Doyen ont manifestement d’autres objectifs.

Share

Les commentaires sont fermés.