Les méthodes d’Hervé Doyen

Monsieur Claude Goujard a été élu Conseiller communal sur la liste d’Hervé Doyen.

Outré par son indifférence à l’égard des difficultés de son quartier, et scandalisé par l’absence de réponses à ses différents courriers et à ses contacts, M. Goujard a décidé, il y a une dizaine de mois, de siéger en qualité d’indépendant.

Brutalement, en mars dernier, il a appris qu’Hervé Doyen lui retirait deux mandats qu’il exerçait depuis un grand nombre d’années et ce, sans aucune explication.

Voulant savoir de quoi il retournait, M. Goujard a tenté, en vain, de rencontrer Hervé Doyen.

Il a eu l’énorme privilège d’être mis en présence de deux échevins qui lui ont tendu un document à signer, document tout à fait invraisemblable où il lui était interdit de rencontrer certains de ses concitoyens, de leur parler, ou, même de leur téléphoner.

Il lui était, par ailleurs, interdit d’interpeller le Collège, et, en outre, on lui imposait de dire tout le bien qu’il pense du fonctionnement de la commune lors des contacts qu’il pouvait avoir avec des Jettois !

Tout cela était écrit noir sur blanc sur le document que M. Claude Goujard était censé signer à la minute, ce qu’il s’est bien évidemment refusé à faire !

Hier, au Conseil communal, M. Goujard a tiré les leçons de cette proposition scandaleuse et est intervenu par motion d’ordre.

Voici ce qu’il a déclaré : «   Par la présente, je voudrais revenir sur des évènements récents que je viens de vivre et qui m’ont profondément marqué et blessé.  Je trouve encore difficilement les mots pour qualifier de tels agissements et je ne pourrais jamais cautionner la méthode qui a été choisie pour m’obliger à siéger dans l’Opposition.  Puisque, c’est bien de cela qu’il s’agit, comment notre Bourgmestre a préféré mandater deux représentants de la Majorité pour me faire signer un document qui était « à prendre ou à laisser », en lieu et place de favoriser le dialogue entre deux personnes responsables.  Revenons donc à cette méthode qui, ma foi, s’apparente fort à des pratiques qui existaient sous des régimes de dictature et qui sont, malheureusement, bien loin de nos valeurs démocratiques.  Je vous épargne les détails et termes employés dans le document qu’on voulait me faire signer, mais je ne peux m’empêcher toutefois de vous relater quelques passages marquants, interdiction formelle d’intervenir dans quelque débat que ce soit relevant de la politique communale, interdiction formelle de poser la moindre question, aucune intervention orale ou écrite au Conseil communal, ordre de quitter la salle du Conseil lorsqu’un vote devait intervenir… , bref, on décidait de me priver tout simplement de ma liberté d’expression. C’est bien contraint et forcé que je me retrouve à siéger dans l’Opposition aujourd’hui, ayant refusé de signer ledit document pour la seule raison fondamentale chère à tout être humain, la liberté d’expression.

N’en déplaise donc à certains, je continuerai à défendre mes convictions, comme je le fais depuis plus de 28 ans d’abord aux côtés de notre regretté Bourgmestre JL Thys, puis de son successeur, mais en gardant toujours mon indépendance politique dans l’unique souci de pouvoir m’exprimer librement avec à présent pour seul respect celui que j’ai envers les citoyens de mon quartier qui m’ont toujours fait confiance durant toutes ces années ».

En conséquence, en un mot comme en cent, Claude Goujard mérite le plus grand respect car il a refusé de vendre sa Liberté et cela, ça mérite d’être salué car c’est rare.

Share

Les commentaires sont fermés.