Explosion de l’insécurité à Jette

On pouvait lire dans la « Libre Belgique » d’hier, 3 mai 2010, page 5, la révélation ahurissante suivante : « Certaines communes, jusque là relativement épargnées, ont connu une récente recrudescence en flèche… du nombre de vols à main armée contre commerces. Ainsi, Jette est passée de huit faits en 2007 à 35 faits en 2008, soit une hausse de + 337% en un an, et trente-deux attaques ont déjà été encodées pour 2009 (année incomplète) ».

Cette révélation de la « Libre Belgique » est d’autant plus importante qu’elle tombe à pic par rapport au débat qui a eu lieu lors du dernier Conseil communal à Jette.  En effet, le conseiller communal Claude Goujard avait appris qu’Hervé Doyen avait l’intention de fermer l’antenne de Police de la Galerie Mercure.  Nombreux étaient les conseillers communaux qui savaient, pour avoir pris contact avec les plus hautes autorités de la Zone de Police, qu’Hervé Doyen avait effectivement la ferme intention de fermer cette antenne de Police.   Pourtant, répondant à la question du conseiller communal Claude Goujard, Hervé Doyen, avec son déficit de franchise habituel, répondit qu’il s’agissait d’une rumeur non fondée, et, s’adressant au Conseil communal avec le ton d’un instituteur donnant une leçon à des élèves particulièrement peu doués, il expliqua pourtant que, pour lui, « les flics (sic) doivent être dans la rue et non dans des antennes de Police », démontrant par là le contraire de ce qu’il essayait de cacher.

Décidément, Hervé Doyen ne se rend pas compte qu’il convient toujours de mettre un peu de vérité dans ses mensonges si on veut être cru quand on ment carrément.   C’est d’autant plus vrai que c’est Hervé Doyen qui n’a pas hésité à fermer l’antenne de Police de la rue Uyttenhove, où il ne reste plus qu’un policier en attendant la fin du bail.

Les services de prévention de la commune constatent que, suite à cela, la plaine de jeux Rosalie Huytenhove se trouve dans une situation « sur le fil ». La grande surface Delhaize, qui est à proximité, s’est fait elle-même braquer il y a quelques semaines à peine.  Chacun connaît dans son quartier tel ou tel commerce qui a subi une attaque à main armée.  Ainsi, le sympathique petit libraire de la Place Amnesty International a été braqué, en quelques mois, pas moins de trois fois !   De même, le nombre de pharmacies braquées à Jette ne se compte plus.    Comment alors comprendre la décision d’Hervé Doyen de fermer l’antenne de Police Huytenhove, et sa tentative, avortée, de fermer l’antenne de Police Mercure.

L’explication se trouverait dans un conflit entre commissaires de Police de la Zone et pour d’obscures raisons de projets de promotions des uns et des autres.   Il est évident qu’il ne m’appartient pas de rentrer dans ce débat, pourtant bien réel, mais il est avéré que ce n’est pas en supprimant les antennes de Police qu’on va résoudre les problèmes de l’insécurité à Jette.   C’est ainsi qu’il conviendrait de savoir s’il est vrai qu’il y a encore des stocks de caméras non installées qui se trouveraient à la Maison communale.   Décidément, les intentions d’Hervé Doyen sont particulièrement tortueuses, mais en attendant, il est maintenant démontré que l’insécurité a explosé à Jette, insécurité qui met en danger les citoyens dont le premier droit est évidemment celui à la sécurité.

Assurément, Claude Goujard, en posant le problème de l’éventuelle fermeture de l’antenne de police de la Galerie Mercure, a non seulement empêché celle-ci, mais a également posé les vrais problèmes.      L’instituteur Hervé Doyen, faisant la leçon aux conseillers communaux, les sous doués de service, n’a évidemment résolu aucun problème, car s’il est vrai qu’il faut maintenir les antennes de Police, il est tout aussi vrai que les policiers doivent être dans la rue, à l’écoute des citoyens, comme d’ailleurs Claude Goujard l’a si bien démontré dans son interpellation.

Share

Les commentaires sont fermés.