Un crime !

Très récemment, le Collège de Jette a exclu, pour la deuxième fois, un élève. C’est une mesure que je n’ai, pour ma part, après trente ans de présence au niveau de la gestion de la commune, rencontré que deux ou trois fois.

J’ai donc demandé à consulter attentivement le dossier de cet enfant.  En tournant les pages, les larmes me venaient aux yeux.

L’élève, dont on comprendra bien sûr que je ne cite ni le nom ni l’école, est âgé de 13 ans. On lui reproche, pêle-mêle : des insultes, des pressions psychologiques, du vandalisme, des vols, j’en passe et des pires !

Il y a, dans ce dossier, une bonne dizaine de notes d’enseignants qui disent leur désarroi face à l’évolution de cet enfant qu’ils ne parviennent plus à contrôler.  L’un d’entre eux avoue d’ailleurs qu’il doit prendre des calmants avant de venir enseigner.

Les parents apparaissent comme totalement absents et défaillants.  Ils ont été convoqués plusieurs fois, mais ne se sont jamais présentés.

Contrairement à ce qu’on peut penser, cette situation n’est pas exceptionnelle.

Peut-être n’atteint-elle pas le degré de gravité du cas qui occupait le Collège de Jette, mais elle est emblématique de l’abandon dans lequel on laisse toute une catégorie d’enfants.

Le problème est donc de savoir qui est ce « On ».

C’est, bien sûr, les pouvoirs politiques, de gauche comme de droite, qui se sont montrés incapables de gérer une situation démographique et sociologique proche de l’explosion.

L’Enseignement n’a pas eu la priorité qu’il aurait dû avoir.

Le résultat, on le voit aujourd’hui, ce sont des directions d’écoles qui se réfugient dans un élitisme ignoble, et des écoles qui sont abandonnées à leur triste sort et deviennent des espèces de garages à enfants où certains parents ne veulent pas envoyer leurs enfants.

Ce que j’affirme ici est évidemment éloigné du bon ton et du « politiquement correct », mais c’est la vérité sur le terrain et les conséquences, on les connaît : délinquance et chômage (30% des jeunes de moins de 25 ans sont chômeurs à Bruxelles).

En consultant ce dossier, je voyais écrit le destin de cet enfant de 13 ans : aujourd’hui, c’est l’expulsion de l’école, demain, ce sera la Protection de la Jeunesse, après-demain, ce sera le Centre fermé et, ensuite, ce sera pour seule perspective la prison !!!

Il est extrêmement urgent, s’il n’est déjà pas trop tard, que l’Enseignement devienne notre grande priorité, que ce soit au niveau de la Région ou au niveau de la Communauté française.

Garaudy, philosophe qui a fort mal tourné, affirmait cependant une grande vérité au début des années 60, à savoir : « C’est tous les jours qu’on assassine des Mozart et des Einstein ». Malheureusement, 50 ans plus tard, le crime se poursuit !!!

merry_hermanus@yahoo.com
Share

Les commentaires sont fermés.