La logique de haine…Jusqu’où?

Lorsque la nouvelle Majorité s’est mise en place, dans sa première intervention, le Chef de Groupe André Liefferinckx a précisé que le PS ne souhaitait pas s’inscrire dans une logique duale où Majorité et Opposition s’opposeraient de façon systématique.

Insistant sur la situation difficile, qui est d’ailleurs devenue très grave, de la commune de Jette, il nous semblait en effet normal de tenter de rallier tous les Partis démocratiques pour atteindre une gestion aussi efficace que possible.

Malheureusement, depuis juin 2007, le Bourgmestre Doyen et ses quelques acolytes se sont inscrits dans une logique de haine tentant à toute force d’obtenir ma démission du Conseil communal.

Si on peut admettre que le débat politique conduise parfois à des situations de tension, je pense qu’Hervé Doyen et les poissons-pilotes qui l’entourent encore ont dépassé toutes les limites.

Certains d’entre vous vont d’ailleurs encore plus loin et s’inquiètent pour moi dans la mesure où ils pensent que le débat politique pourrait basculer et prendre une tournure gravissime. Je comprends leur inquiétude et je les en remercie.

Il est vrai qu’à aucun moment, je ne me serais douté qu’Hervé Doyen, et en particulier le Docteur Leroy, utiliseraient des méthodes à ce point nauséabondes. En effet, je suis aujourd’hui en possession de témoignages donnés à la Justice, et de courriers signés par lesquels certains ont eu le courage de témoigner pour m’expliquer comment Hervé Doyen et le bon Docteur Leroy ont essayé de me faire passer pour fou ; comment ils ont expliqué, dans les réunions qu’ils organisaient, que ma folie avait atteint un tel point que mon épouse divorçait, et cela, dès décembre 2007, ajoutant même que mes notes avaient été confiées à l’examen d’un psychiatre qui avait conclu à ma paranoïa et à ma schizophrénie, ce que, d’ailleurs, Hervé Doyen avait lui-même expliqué dans un article du Soir qui a eu pas mal de retentissements.

Qu’on puisse utiliser des moyens d’une telle bassesse me semblait absolument impossible, et il est évident que j’y ai donné les suites judiciaires qu’ils méritent à la fois au plan civil et au plan pénal.

Certains d’entre vous craignent même, suite au succès de mon blog, qu’ils aillent encore plus loin !
Le fait même que vous, qui êtes mes amis, pensez que ce serait possible est inquiétant en soi.

Il est vrai que j’ai d’ores et déjà été menacé de mort par le grand ami du Bourgmestre Doyen, M. Magewski, l’ « étonnant » directeur de l’Atelier 340. Cette menace ayant été faite par écrit trouve aujourd’hui un curieux éclat.

Il ne fait pas de doute qu’Hervé Doyen, qui vit dans le mensonge, ne peut malheureusement pas faire machine arrière, et qu’il est dans une fuite en avant n’ayant plus rien de commun avec une gestion communale.

Nous savons aujourd’hui tous les détails à propos du fait que, dès décembre 2007, Hervé Doyen a rencontré le dirigeant du MR afin de constituer, dès cette date, une nouvelle Majorité.
Nous savons tous les détails sur la réunion MR/Hervé Doyen qui devait être organisée en février 2008, et qui n’a été annulée que grâce à la vigilance du Président du PS de Jette.

Un tel degré de duplicité est tout à fait étonnant, et on comprend pourquoi Hervé Doyen est considéré par la Direction du Cdh, et en particulier par Madame Milquet, avec la plus grande circonspection.

Dans ce contexte, pour ce qui me concerne, c’est de façon particulièrement raisonnée et déterminée, et sans tomber dans la « grisante rhétorique des mots creux », que je dirai, avec Edmond Rostand, « qu’on n’abdique pas l’honneur d’être une cible ».

merry_hermanus@yahoo.com
Share

Les commentaires sont fermés.