Quand une échevine offre un repas à des locataires!

Comment se faire connaître ?

Comment expliquer à des habitants de Jette qu’on existe ?

L’échevine Ecolo a trouvé la solution ! Elle offre à dîner à des locataires, bien entendu aux frais de la commune, soit une petite dépense de près de 520 euros.

La décision est adoptée par le Collège le 26 octobre 2010, mais ces sympathiques agapes ont déjà eu lieu le 21 octobre sans que le Collège soit informé et sans qu’on sache qui était invité. Mais je suppose qu’il fallait éviter les intrus de l’Opposition décidément bien curieux.

Mais attention, tout cela est d’un « politiquement correct » confondant car le repas qui a été offert correspond aux critères « D D ».

Mais non, « D D », ce n’est pas le sympathique surnom de l’échevine qui n’a nullement cette qualité, mais cela veut dire qu’il s’agit d’un repas composé de produits Bio et Commerce équitable.

Nous sommes sauvés !!!

Les locataires de l’immeuble seront fous de joie de savoir que les impôts qu’ils payent à la Région et à Jette auront servi à les nourrir d’un repas 100% Bio et équitable, le tout emballé sous le vocable « Sensibilisation des locataires à la pollution intérieure et  à l’utilisation rationnelle de l’Eau et de l’Energie ».

A quand, à Jette, un repas de charcuteries auvergnates offert à d’autres locataires pour les sensibiliser aux produits du terroir ?

A quand, à d’autres locataires, un repas payé par vos contributions, pour leur faire goûter le caviar d’escargot et le foie gras produits en Wallonie ?

L’échevine pourra évoquer en fin de repas, en levant son verre, bien sûr la cohésion sociale, mais aussi l’absolue nécessité de tenter de faire parler d’elle !

Tiens, je propose également un repas de pain sec et d’eau au cours duquel on pourrait expliquer aux Jettois où vont leurs impôts, de façon à les habituer aux conséquences de la gestion budgétaire jettoise qui est à la gestion ce que les apéricubes sont au fromage.

En attendant, rien dans la commune n’est fait en matière de chômage !

La politique sociale est inexistante, et il a fallu que la Tutelle intervienne pour que, dans le plan financier 2011, le CPAS obtienne 40.000 euros de plus, soit cinq fois moins que ce que vont coûter les fresques, onéreux caprice de l’échevin Leroy.

merry_hermanus@yahoo.com
Share

Les commentaires sont fermés.