L’Apartheid à Jette ! Est-ce vrai? Est-ce possible ?

Depuis quelques années, un petit groupe de Seniors jettois part, à l’initiative des services communaux du Troisième âge, en voyage en Turquie.

Pourquoi en Turquie ? Nul ne le sait. Mais, en définitive, pourquoi pas en Turquie ?

Comme beaucoup d’entre vous le savent, le samedi et le dimanche, je passe une heure dans un des bistrots les plus populaires de la commune, le Sportwereld installé Place du Miroir. C’est l’endroit où la bière est la moins chère et où le public populaire siège en véritable Cour d’Assises, jugeant au jour le jour les agissements des politiques et, en particulier, des politiques communaux.

Ce samedi, il n’y avait qu’un seul sujet de conversation. Une affaire faisait grand bruit. En effet, cette année, lorsque le groupe de pensionnés s’est présenté pour embarquer dans le bus qui devait les amener à l’aérodrome, l’employée communale accompagnatrice intimait l’ordre aux Flamands de s’installer à droite, et aux Francophones de s’installer à gauche !!!

Nombreux étaient ceux qui étaient totalement éberlués face à une instruction dont personne ne comprenait le sens.

L’un des pensionnés, n’y tenant plus, a interpellé l’accompagnatrice et lui a demandé d’où venait cette instruction, et qui avait exigé que soit instauré de la sorte un Apartheid aussi ridicule qu’odieux.

L’employée communale s’est alors montrée troublée, très ennuyée, et aurait précisé que c’était une instruction de l’échevin.

Mais quel échevin ???

Ces voyages étant à l’intention de tous les Seniors, qu’ils soient Francophones ou Néerlandophones, ils sont organisés par l’échevin Leroy…, vous savez, celui qui dépense quatre fois plus pour les fresques que pour l’emploi, et par l’échevine et députée néerlandophone Brigitte Depauw.

Ont-ils donné cette instruction ensemble, ou bien est-ce une initiative tout à fait étonnante de l’un des deux ?

Est-ce une préfiguration du Bruxelles de demain où on veut élever des murs entre Francophones et Néerlandophones ?

Je n’ose y croire, mais j’aimerais bien avoir le fin mot de cette histoire.

Quoi qu’il en soit, les voyageurs, sans autre forme de procès, ont pu s’installer dans l’avion où ils le désiraient. Il semblerait, si tout cela est exact, que l’Apartheid n’a été obligatoire que dans le bus jettois.

Ouf !!!

Il est vrai qu’avec cette curieuse Majorité, on peut s’attendre à tout, mais je pense que si tout ce qui m’a été raconté est exact, on aurait atteint là un sommet de stupidité.

merry_hermanus@yahoo.com
Share

Les commentaires sont fermés.