Un incident banal… vraiment banal?

Nous avions décidé, Mireille et moi, d’aller visiter entre l’heure de midi l’Exposition « Les Belges en Corée » qui se tient au Musée de l’Armée.

Nous avons trouvé porte close puisque le lundi est le jour de fermeture.

Nous avons alors décidé d’aller déjeuner, et nous nous sommes retrouvés dans un sympathique bistrot qui se trouve à l’arrière du goulot de l’Avenue Louise. C’est le style même du bon bistrot bruxellois où on sert des plats bien de chez nous, et où de nombreux habitués se connaissent.

Mais, gros inconvénient, les tables sont très proches l’une de l’autre.

Après quelques minutes, fait son entrée dans l’Etablissement un grand beau garçon, fort bien habillé, propre sur lui, rasé de près, ayant entre 35 et 40 ans.

Il s’installe à côté de moi sur la banquette, et nos visages se trouvent donc à près de quinze centimètres.

Il a, sous le bras, le « Morgen », ce qui me paraît immédiatement sympathique.

Après quelques minutes, je l’entends dire à sa voisine « Tout ça, c’est la faute des socialistes wallons. Ils votent pour des ivrognes comme Dardenne et ils piquent tous dans la caisse ».

Il parle à haute voix.

Je l’avoue, je n’ai pas été capable de me maîtriser. Je lui ai rappelé que les Flamands avaient voté pour Van Rossum qui n’est en rien comparable à Michel Dardenne, qu’il y a eu Delcroix et les scandales de la KS, Vreven et les obus (400 millions de francs belges de pots de vins).

Il m’a répondu de façon extrêmement véhémente en stigmatisant la Wallonie « pompeuse de l’argent flamand », insistant lourdement sur le fait que Bruxelles est flamande.

Je lui ai, chaque fois, répondu en gardant mon calme.

Son visage se trouvant à quelques centimètres du mien, je me préparais, à plusieurs reprises, à recevoir un uppercut !

Il s’est contenté de me traiter de connard !!!

Je me suis bien gardé de lui répondre sur ce ton.

La patronne du bistrot était évidemment très ennuyée. Je la comprends.

Il a continué sur le même ton pendant tout son repas.

Je dois avouer qu’il était apparemment à jeun, et que Mireille et moi avions quand même un peu l’appétit coupé, ce qui ne m’empêchait quand même pas de rire tellement la caricature qu’il faisait de la Wallonie était grotesque et, pour tout dire, clairement raciste.

Il a pris deux fois à partie Mireille qui ne disait rien et, en sortant, il s’est adressé à elle en lui disant «J’espère que ce type vous baise bien» !

Vraiment un homme élégant !!!

C’est la première fois que je suis confronté à un tel personnage et, surtout, à de tels arguments.

Quand je rencontre des amis français, je mets toujours en évidence le fait que malgré toutes nos discussions, celles-ci sont toujours pacifiques.

Or, j’ai vraiment entendu, pour la première fois, une forme de racisme anti-Francophones, anti-Wallonie, et une stigmatisation du PS sur base d’arguments qui n’ont rigoureusement rien de politique.

Je ne sais évidemment pas qui est ce personnage et je ne le saurai jamais.

Il est toujours ridicule de faire des généralités au départ d’un exemple unique.

Je pense cependant qu’un tel incident doit nous faire réfléchir car, peut-être, ce personnage a-t-il dit tout haut ce que certains négociateurs pensent tout bas.

Si cela doit être le cas, véritablement, ces gens-là seraient infréquentables, et il faut au plus vite s’en séparer.

merry_hermanus@yahoo.com
Share

Les commentaires sont fermés.