AU SECOURS! Doivent-ils mourir parce que l’entrée est sur Jette et les bâtiments sur Bruxelles-Ville?

« Lettre ouverte à Hervé DOYEN

Monsieur le Bourgmestre,

CONCERNE : Situation des « sans papiers » Bld de Smet de Naeyer, 350

Je souhaite attirer votre attention de façon urgente sur la situation qui semble dramatique des « sans papiers » installés Bld de Smet de Naeyer.

La situation est compliquée par le fait que si la porte d’entrée du site se trouve sur Jette, les bâtiments eux-mêmes sont situés sur la commune de Laeken.

Les informations que j’ai obtenues sont que ces personnes se trouvent dans une situation effroyable.Elles vivent dans un hangar où il n’y a pas de lumière du jour, et où des enfants se trouvent dans une situation absolument contraire à la dignité humaine.

D’après leurs dires, ces personnes, jusqu’ici, n’ont reçu aucune aide ni de la commune ni du CPAS.

Aucune aide médicale urgente !

Aucune aide pour les enfants !

Aucune nourriture ni vêtement !

Aucun accompagnement social et médical !

Peut-on, parce que le bâtiment se trouve sur Bruxelles-Ville, et la grille d’entrée sur Jette, laisser ces gens dans une situation totalement contraire aux valeurs que notre société veut défendre ?

Depuis décembre 2009, vous présidez en droit et en fait le CPAS de Jette. Nonobstant les actions individuelles qui peuvent être entreprises pour venir en aide à ces gens, je vous demande avec la plus forte insistance de considérer, comme moi, qu’il est intolérable qu’un bâtiment dont la porte d’entrée se trouve sur notre commune abrite des gens qui sont dans une situation dramatique.

Il y a des moments où les arguties juridiques et les « ce n’est pas moi qui suis responsable » doivent s’effacer devant les réalités des drames humains.

Nous sommes pratiquement en période de Noël. Les rues sont éclairées. Les arbres de Noël sont censés égayer nos rues. Des jouets, des bonbons et des friandises vont être distribués.

Les Autorités jettoises vont-elles festoyer en sachant qu’à quelques centaines ou quelques dizaines de mètres, des individus crèvent de froid, de faim et sont dans une situation matérielle et morale épouvantable ?

Si on peut dégager des moyens budgétaires pour organiser différentes choses sur lesquelles je ne vais pas revenir ici,je pense qu’il doit être possible de dégager d’urgence des moyens matériels permettant d’apporter vivres, couvertures, éclairage et chauffage à des gens qui se trouvent dans une situation si misérable.

Noël, c’est la naissance de Jésus-Christ.

Lui aussi était un réfugié.

Lui aussi était un « sans-papiers ».

Lui aussi est né dans une étable.

J’espère que cela vous parlera, et que toutes affaires cessantes, vous prendrez les mesures qui s’imposent.

Ce n’est pas de charité donc ces gens ont besoin, mais de solidarité.

Que penseriez-vous si, le jour où vous allez lancer les festivités de Noël sur la Place du Miroir, ces pauvres gens, tels des spectres, vous rappelleraient leur triste condition ?

Nous sommes ici au-delà de tout débat politique, au-delà de toutes les convictions que les uns et les autres peuvent défendre, au-delà de toutes médiocrités, et au-delà de tout calcul bassement politicien.

Nous touchons là au cœur  de la nature humaine.

J’espère que votre cœur ne sera pas insensible à cet appel au secours.

Bien à vous,

HERMANUS, A.M. »

merry_hermanus@yahoo.com
Share

Les commentaires sont fermés.