Quand Doyen fait son cinéma…aux frais des Jettois!

Qui peut l’ignorer ? Nous sommes à un an et demi des prochaines élections communales.

Les initiatives de promotion personnelle battent leur plein. Elles sont aussi multiples qu’amusantes et…coûteuses pour le portefeuille des Jettois.

L’une d’entre elles mérite d’être retenue. En effet, cette année, les 483 fonctionnaires communaux sont invités à aller assister à une projection du film « Le Fritkot ».

Je veux absolument féliciter Doyen parce que le sujet est splendidement choisi.

Je suppose que, comme dans les Ciné-clubs d’antan, le film sera suivi d’un débat au cours duquel on expliquera pourquoi le Fritkot construit par la commune, Place du Miroir, dont la première estimation était de plus ou moins 71.000 euros, est passé, au final, à une dépense de 290.000 euros, soit le prix d’une splendide villa, alors que le terrain, bien sûr, est une propriété communale !!!

Qui plus est, tous les maraîchers à proximité, ainsi que tous les Jettois fréquentant le marché du samedi et du dimanche, se sont rendu compte de l’extraordinaire erreur de conception qui renvoyait les odeurs de frites directement à l’horizontale, noyant ainsi un bon tiers de la Place du Miroir dans une réelle pestilence. Un ami m’apprend que, dans le dernier numéro de  Test Achat, comparant les Fritkots, celui de Jette est le deuxième plus cher de Belgique.  Décidément, nous sommes les plus chers de Belgique en matière de taxe cadastrale, les deuxièmes plus chers en matière de frites, Jette apparaît bien être le lieu de tous les records… négatifs !!!

On pourrait multiplier ainsi le nombre de représentations cinématographiques auxquelles on inviterait les fonctionnaires communaux. On pourrait, par exemple, passer l’extraordinaire film « Main basse sur la Ville » de Francesco Rossi, de façon à expliquer pourquoi la rénovation du hall des sports a coûté, pour un lot, 150% de plus que prévu, pour un autre, 130 % de plus, et pour le troisième, 80 % de plus !

On pourrait peut-être aussi expliquer les raisons qui poussent Doyen à autoriser l’incroyable surpeuplement du Quartier de l’Avenue de l’Exposition, rendant, sur ce site qui devait être un « Village dans la Ville », la vie totalement impossible.

Quoi qu’il en soit, ce petit caprice cinématographique coûtera, au total, 2.250 euros aux contribuables jettois.

Décidément, voilà une place de cinéma qui coûte bien cher, mais cela n’est rien, ce sont les Jettois qui payent !

merry_hermanus@yahoo.com
Share

Les commentaires sont fermés.