Le Bras impitoyable de la « Justice » jettoise a encore frappé !

Il était une fois un petit bonhomme qui a eu la mauvaise idée de faire pipi sur une porte de garage !

Son geste sacrilège a été constaté et, en mars 2004, le courroux de l’Administration jettoise, mesurant l’immense gravité du crime, lui a infligé une amende de 150 euros !!!

Ce crime, puisque c’est bien d’un crime qu’il s’agit, est repris nommément dans notre glorieux Règlement de Police.

Dans un premier temps, le délinquant n’a pas voulu payer.

Prête à tous les sacrifices, la commune de Jette a donc chargé un avocat qui, lui-même, a chargé un huissier de récupérer les montants dus.  J’aurais voulu vous communiquer les honoraires de l’avocat et ceux de l’huissier, mais, apparemment, on ne les retrouve pas dans le dossier.

Finalement, trois ans plus tard, l’horrible délinquant s’est soumis… La « Justice » jettoise a encore été la plus forte !!!

Le « pisseur fou » a accepté de payer 15 euros par mois à partir du 1erdécembre 2006, soit trois ans plus tard.

Bizarrement, alors que l’amende administrative était de 150 euros, l’avocat de la glorieuse commune de Jette nous a signalé qu’il avait récupéré un montant de 490,60 euros !!!

Je suis persuadé, chers lecteurs, que, tel Sherlock Holmes, vous aimeriez savoir par quel mystère une amende administrative de 150 euros conduit, six ans plus tard,  à une récupération d’un montant presque trois fois plus élevé.

Mais l’affaire ne s’arrête pas là.  Des sommes seraient encore dues mais, drame fatal, le criminel est décédé !!!

Une question cornélienne se pose : Comment va-t-on récupérer les 12,86 euros qui sont encore dus pour des frais d’huissier ?

Le délinquant étant mort, il fallait envisager de se rabattre sur ses héritiers. C’est alors qu’on constate que, non seulement le délinquant principal est mort, mais ses enfants ont été radiés de la commune de Jette depuis 2000 !!!

Conclusion, on clôture le dossier et on informe l’avocat qu’on s’arrête là.

Dans certaines communes flamandes, lorsqu’on y pénètre, on franchit un panneau sur lequel il est  indiqué : « Une Commune où les Flamands sont chez eux ». Pourquoi ne pas proposer d’installer, à l’entrée des principales voies de pénétration de notre bonne commune un panneau ainsi nommé « : Jette, une commune où chaque pisseur sera sanctionné ! ».

Un cas d’école vraiment !

A tel point passionnant que j’en ai parlé à un professeur de Droit administratif de l’ULB qui l’évoquera dans ses cours et qui établira un calcul aussi précis que possible du coût réel de toute cette opération.

Je ne manquerai pas de vous le communiquer.

Mais quel contraste entre ce pauvre incontinent qu’on poursuit pendant sept ans, et certains contribuables jettois … bien connus des services, qui payent leur loyer en nature (cas ultra exceptionnel), et qui ne sont pas taxés depuis dix ans !

Allez, le plateau de la balance de la Justice jettoise penche horriblement du côté de certains. Pour d’autres, une main salvatrice est là pour leur épargner le pire.

Quand je vous disais que Jette est une commune où règne le Père Ubu !!!

merry_hermanus@yahoo.com


Les commentaires sont fermés.