Lettre Ouverte à Hervé D. , Bourgmestre de Jette – Pourquoi nous n’avons pas participé au Conseil communal du 30 mars 2011

« Cher Hervé D.,

La Majorité du Conseil communal de ce 30 mars 2011 a voté l’autorisation d’ester en justice à propos des articles de mon  Blog et des lettres adressées à une multitude de correspondants sous le pseudonyme de Michel Panic.

Cette attitude et cette volonté d’instrumentaliser la justice ne sont pas nouvelles chez vous, mais le fait que vous ayez fait semblant de croire que M. Michel Panic et moi ne faisions qu’une seule et même personne est une insulte à l’intelligence et au bon sens.

La personne écrivant ces correspondances sous le nom de Michel Panic a d’ailleurs adressé un courrier à tous révélant sa véritable identité. Elle n’est pas affiliée au P.S., mais a une formation politique faisant partie de votre Majorité !

Vous ne pouvez donc pas ignorer que je ne suis pas l’auteur des courriers signés « Michel Panic ».

Il n’empêche, vous poursuivez dans votre volonté !  Bien sûr, aux frais du contribuable jettois.

Ce n’est pas la première fois.

Dès le 4 décembre 2007, vous avez incité un fonctionnaire communal, dont vous-même m’aviez dit qu’il était le plus proche de vous, à consulter, aux frais du contribuable jettois, un avocat afin de déposer plainte contre moi.

En 2008, vous avez à nouveau incité un fonctionnaire à déposer plainte contre moi et, dans ce but, à consulter un avocat.  Nouvelle décision du Collège.  Nouvelle dépense pour les Jettois !! Dans ce cas, la consultation m’a semblée particulièrement onéreuse.

Aucune de ces plaintes n’a finalement été déposée !

Les deux nouvelles plaintes que vous envisagez à présent se feront également à charge des contribuables jettois !

Donc, vous instrumentalisez la justice dans votre intérêt politique personnel.  Vous devriez savoir que « Quand la politique rentre dans le prétoire, la justice en sort ».  J’ai compris depuis longtemps que, pour ce qui vous concerne, c’est évidemment là votre espoir !

Le moins qu’on puisse dire, c’est que votre conception de la démocratie est inquiétante.

J’avais, pour ce qui me concerne, déposé une plainte contre vous concernant vos déclarations odieuses, diffamatoires et scandaleuses concernant ma famille et mon supposé état mental.  Vous savez que cette plainte a été jusqu’à la Chambre du Conseil, où vous avez dû être défendu, et que la Chambre du  Conseil a conclu que l’action pénale ne pouvait pas se poursuivre dans la mesure où vous êtes protégé par votre immunité parlementaire dont seul le Parquet peut prendre l’initiative de demander la levée.

1.         J’ai donc décidé d’initier une action civile contre vous en dommages et intérêts pour les mêmes motifs, disposant aujourd’hui de différents témoignages, y compris des déclarations en justice faites à l’occasion de différents dossiers.

2.         J’ai décidé d’ouvrir une action pénale à propos de certaines pratiques constatées lors de l’examen de différents dossiers.

3.         J’ai initié une action civile et pénale contre un Jettois qui s’affirme extrêmement proche de vous, pour ses déclarations insultantes et diffamatoires dans la presse.

Toutes ces actions sont engagées bien à regret, mais bien entendu à mes frais. Dans mon cas, ce n’est pas le contribuable jettois qui va payer, ce qui, mon cher Hervé D., fait, entre vous et moi, une grande différence, parmi beaucoup d’autres…

Votre volonté d’instrumentaliser la justice à votre profit me porte à penser que, pour vous, la politique n’est pas l’art de résoudre les problèmes, mais c’est l’art de faire taire ceux qui les posent !

Je veux également souligner le climat de haine dans lequel vous faites baigner la  commune et son personnel.

Après avoir répandu sur moi et sur ma famille des allégations diffamatoires et scandaleuses, aujourd’hui, vous auriez donné instruction de ne plus prononcer mon nom, et vous m’auriez affublé, de façon que l’on doit bien qualifier d’infantile, d’un surnom stigmatisant.

Vous devriez quand même être prudent parce que dans la deuxième Religion pratiquée en Belgique, « Celui qui ne peut être nommé », c’est Dieu !!!  Vraiment, là, mon cher Hervé D., vous me faites beaucoup trop d’honneur !

POURQUOI NOUS N’AVONS PAS PARTICIPÉ AU  CONSEIL COMMUNAL DU 30 MARS 2011.

Vous vous souviendrez, comme moi, de la séance où l’un des échevins de votre Majorité, a, au sens propre du terme, hurlé sa haine pendant de longues minutes à l’égard d’un membre de l’Opposition.  Cet échevin qu’on connaît cauteleux, ondoyant, serpentant, s’est subitement transformé en un personnage incandescent, hurlant et martelant ses cris de haine de violents coups sur sa tribune !

Je n’oublie pas non plus la séance du vote du Budget où votre échevin des Finances a hurlé à ce point sur notre conseillère communale Christine Rouffin et sur moi que les Elus du PS ont déposé une plainte auprès de la Tutelle, et que celle-ci a cru devoir vous rappeler votre rôle de Président.

Tous ces éléments sont des signes évidents de vote désarroi et de votre angoisse à l’approche des prochaines élections communales.

En conclusion, par vos diffamations à mon égard, par vos insultes, par la haine et la stigmatisation, il m’apparaît que vous avez « fourni la calomnie en engrais », et que je ne pouvais pas ne pas réagir.

C’est avec une grande tristesse que je me suis aperçu  que vous vous attaquez aux personnes et à leur famille. Vous auriez même tenté de porter préjudice, au plan professionnel, à l’un de mes enfants !

Ce n’est pas le sens que je donne au débat démocratique.  Il va de soi que, dans une Démocratie, chacun peut avoir des opinions différentes, chacun doit pouvoir les défendre, chacun doit pouvoir s’exprimer.  Ce n’est apparemment pas votre conception puisque vous avez voulu imposer à un des membres de votre liste de signer un document dans lequel il s’engageait à ne pas me parler, à ne pas me téléphoner et à ne dire que des choses positives sur votre action.  Pathétique !!!

Je souhaite également rappeler, mon cher Hervé D., les démarches que vous avez faites pour passer au P.S. et quitter le Cdh.

Le P.S. l’a échappé belle !!!

Permettez-moi de vous rappeler l’expression qu’utilisait à votre sujet un excellent Président du CPAS à l’époque où  vous y siégiez.  Il m’avait dit : « Hervé D. est capable du meilleur et du pire ».

Je conclurai en disant « que là où vous êtes le meilleur, c’est dans le pire ».

HERMANUS, A.M.

Premier Echevin »

merry_hermanus@yahoo.com


Les commentaires sont fermés.