Islam, Bin Laden et le Printemps des peuples du Moyen-Orient.

Il ne me semble pas inutile, au moment où le monde vient d’apprendre la révélation de l’exécution de Bin Laden, de rappeler que celui-ci est une « création » des USA au moment de la lutte des Afghans contre l’Union Soviétique.

La victoire des Talibans contre les Russes n’a pu être acquise que par l’envoi de missiles Sol Air dont se servirent les Afghans pour abattre les hélicoptères de combat des Russes.

Mais, comme souvent, la marionnette a échappé à son créateur !

Je garde cependant en mémoire un reportage filmé en Afghanistan où on voyait une jeune infirmière, en pantalon, cheveux au vent, affirmant sa foi dans l’avenir et dans l’égalité Hommes/Femmes.

Qu’est-elle devenue ?

Ce genre de personnage n’a que peu de poids face aux ambitions des Etats !!!

Au moment de la guerre de 14-18, on employait une formule qui, aujourd’hui, est passée de mode, on parlait des « buts de guerre ».

Or, quels étaient les buts de Bin Laden ?

Était-ce l’application, dans le monde, de la charia ?

Était-ce de remplacer l’espoir déçu du Communisme ?

Était-ce de donner un espoir aux peuples miséreux du Moyen-Orient en les engageant dans un combat religieux mortifère ?

Il y eut, dans le monde, un immense empire musulman qui domina, pendant pratiquement cinq siècles, non seulement le Moyen-Orient, mais aussi une bonne partie de l’Europe.  C’est l’empire turc qui, ne l’oublions pas, assiégea encore Vienne en 1685, et ne s’effondra que pendant la Guerre 14-18 où le Mouvement « Jeunes Turcs » mit fin au Sultanat.

L’effondrement de cet empire qu’on a appelé, depuis le milieu du 19è siècle, « l’Homme malade de l’Europe », ouvrit une longue période de colonisations et de mépris du monde musulman en général qui avait alors cessé d’être redoutable.

Avant d’ouvrir le chemin de la colonisation où on ferait, comme on disait dans les années 30, « suer le burnous », après 1945, on  vit l’émergence au Moyen-Orient d’une série de régimes qui se voulaient socialistes ou baasistes. Que ce soit en Egypte, avec les Colonels Neguib, et ensuite,  Nasser, que ce soit en Syrie ou en Irak.

Les guerres d’Indépendance donnèrent la liberté politique au Maroc, à  la Tunisie et, enfin,  en juillet 1962, à l’Algérie.

Il n’est pas inutile de rappeler que l’image que l’Occident se fait du Musulman et, en particulier du Musulman  du Moyen-Orient, est profondément marquée par les Croisades.

Pourtant, il est acquis que ce sont les Croisés qui furent les barbares faisant brutalement intrusion au sein d’une civilisation qui avait joué un rôle essentiel  au niveau du transfert de la Science grecque vers le monde occidental.

Que l’on songe à Averroès ou Avicenne.

Le projet de Bin Laden ne s’inscrivait dans aucune des filières politiques ou philosophiques évoquées ci-dessus.

Il n’était ni baasiste ni le continuateur des grands penseurs de l’Islam.

Ses références politiques, philosophiques et même religieuses sont restées extrêmement floues.

Libérer la « Terre Sainte » d’Arabie saoudite des bases américaines était-il un enjeu suffisamment mobilisateur ?

Sa réussite est, d’une part, d’avoir donné un label terroriste à toute une série d’actions plus ignobles les unes que les autres, mais, d’autre part, et, surtout,  d’avoir fait renforcer l’appareil sécuritaire et le flicage des peuples du monde occidental.

A ce propos, une anecdote me revient : Le 11 septembre 2001, l’un de mes amis était en réunion avec deux membres de la Police judiciaire.  Ceux-ci se montraient tout à fait heureux des attentats de New-York en soulignant qu’ils permettraient de renforcer l’appareil policier.

Sur ce plan, ce fut sans conteste une grande réussite puisqu’aujourd’hui, que ce soit aux Etats-Unis ou en Europe, la surveillance policière s’est largement intensifiée. Les libertés individuelles ont fortement régressé. Les écoutes téléphoniques sont monnaie courante et, dans une Démocratie aussi évoluée qu’en Belgique, on peut maintenant installer à votre domicile des appareils d’écoute dans le cadre de procédures où les droits de l’Homme sont devenus aussi légers qu’une plume au vent.

Ce qui a tué Bin Laden, c’est bien sûr une balle américaine, mais c’est, de façon beaucoup plus fondamentale, le réveil des peuples du Moyen-Orient.

J’avais été frappé, au moment du 11 septembre 2001, de voir certains sourires. Il y a eu des manifestations d’approbation.

N’est-on pas, aujourd’hui, impressionnés par le fait que la mort de Bin Laden ne provoque pas, dans le monde arabe, des manifestations de protestation ?

En fait, le réveil démocratique des peuples du Moyen-Orient a changé complètement la donne politique.

Ces révoltes se font non pas au nom de l’Islam, mais au nom d’une volonté de démocratie, au nom des aspirations de liberté et d’égalité, en un mot, au nom des Droits de l’Homme.

C’est ce réveil de l’aspiration à la Liberté et à la Démocratie qui a tué Bin Laden beaucoup plus sûrement que les commandos américains.

C’est cet espoir qu’il faut soutenir et aider en attendant d’avoir une révolution pour d’autres Démocraties à construire…

A quand la Révolution du peuple chinois ?

merry_hermanus@yahoo.com


Les commentaires sont fermés.