Quand l’échevin de l’Instruction joue à la marelle, cela coûte cher aux Jettois!

Nouveau caprice de l’échevin de l’Enseignement.

Les Jettois avaient déjà eu la désagréable surprise d’apprendre que le nouvel échevin de l’Enseignement… et de la « Culture » envisageait de faire réaliser une fresque sur un mur de la Place Cardinal Mercier et ce, pour la modique somme de 110.000 €.

Comme je l’ai déjà écrit, il doit y avoir, quelque part, un « os dans la purée » puisque ce point n’est pas passé aux deux derniers Conseils communaux.

Mais un nouveau caprice apparaît !

Depuis longtemps, dans les écoles, les enfants jouent à la marelle.  Vous savez, c’est ce jeu où il convient de claudiquer sur des carrés dessinés à la craie pour atteindre le « ciel ».  Tout le monde connaît ça.

Depuis longtemps, dans les écoles communales, les enfants dessinaient au sol les damiers servant au jeu, ou bien des ouvriers communaux les peignaient.

Mais le nouvel échevin de l’Enseignement a fait mieux : C’est, dorénavant, une firme privée qui va réaliser ces peintures au sol, non seulement dans les écoles communales, mais également dans les écoles libres.

Or, le fait de dessiner le canevas des jeux de marelle au sol n’est en rien un avantage social aux termes de la Loi sur le pacte scolaire.

Ce cadeau à l’Enseignement libre est évidemment la conséquence directe du fait que, pour la première fois depuis 1976, il n’y a plus de défenseur de l’Enseignement communal au sein du Collège.

Seul  l’Enseignement libre y est défendu et, on le voit maintenant, particulièrement gâté.

Par contre, la morale laïque reçoit une subvention d’une modicité à faire rire si on la compare aux aides reçues dans d’autres communes bruxelloises.

Malgré mes différentes tentatives au cours des débats budgétaires pour la faire augmenter, je me suis toujours heurté au mépris glacé de ceux qui n’ont de considération pour la laïcité que quand elle est censée servir leur propension à faire croire qu’ils sont libérés du cléricalisme.

Résultat, la peinture de ces jeux de marelle coûtera la modique somme de plus ou moins 15.000 euros, pour autant bien sûr qu’on trouve des firmes qui acceptent de le faire pour ce prix-là !!!

Comme souvent, à Jette, et même quasi tout le temps, les marchés sont sous-évalués et, en bout de course, on paye beaucoup plus cher que prévu.

Il est quand même extraordinaire de constater que dans une commune dont le déficit cumulé a atteint près de 27 millions d’euros en 2004, et qui, chaque année, reçoit 3 millions d’euros pour assainir son déficit budgétaire, recourt à de tels procédés et à de telles dépenses.

Il ne fait pas de doute que les enfants auraient été enchantés de dessiner ces marelles à la craie !!!

Mis à part les raisons politiques et religieuses, personne ne voit pourquoi ce « cadeau » est fait à l’Enseignement libre, si ce n’est que l’échevin et ce  Collège montrent par-là, comme dans bien d’autres domaines, le mépris qu’ils portent à l’Enseignement communal.

Rappelons-nous que le nouvel échevin de l’Enseignement avait, sans rire, proposé de supprimer une école, et que le Bourgmestre avait évoqué, sans pudeur et avec énormément de cynisme, le fait que fournir des repas chauds aux enfants n’était pas une obligation de la commune !!!

On le voit, les frivolités de l’échevin de l’Enseignement …et de la « Culture » sont étonnement sélectives dans la mesure où on se rappellera la saga, loin d’être terminée, de l’amiante dans les bâtiments scolaires qui, apparemment, ne semble pas le concerner beaucoup.

Il préfère…jouer à la marelle !

Décidément, les caprices du nouvel échevin de l’Enseignement et de la « Culture » coûtent cher aux contribuables jettois !!!

merry_hermanus@yahoo.com


Les commentaires sont fermés.