DSK, ou le danger d’instrumentaliser la Justice !

On se rappelle la « divine surprise » du 12 mai 2011.

En quelques minutes, DSK passait du rang de dirigeant du monde à l’enfer des Médias.

Il était accablé de toutes les turpitudes.

Sur tous les plateaux de télévision, les mille et un journalistes « savaient tout », mais « n’avaient rien dit » !!!

Franz-Olivier Giesbert, venant de la Gauche, puis passant par le « Figaro »  pour atterrir au « Point », allait même jusqu’à dire « Maintenant, la Gauche n’a plus de leçon de morale à donner à la Droite » !

On avait atteint le fond.

Il est vrai que DSK était le coupable idéal : Juif, socialiste et riche.

On se rappellera d’ailleurs que, dans un film Nazi « Le Juif Süss », le coupable, ayant violé la fraîche et blonde victime aryenne, était également, bien sûr, cela allait de soi, Juif et riche.

En écoutant tous ces journalistes, je me souvenais des accusations lancées contre Blum et sa soi-disant vaisselle d’or dans laquelle il mangeait, et les accusations des fascistes Belges accusant le patron du PSB d’avant-guerre, Emile Vandervelde, de s’appeler, en réalité, Epstein !

Ce qui est remarquable, ce matin, c’est que c’est le Procureur qui, aux Etats-Unis, fait marche arrière, et semble reconnaître que les accusations ne tiennent plus.

Je remarque en passant que, dans le système judiciaire qui nous régit, que ce soit en Belgique ou en France, les Procureurs reviennent rarement, pour ne pas dire jamais, sur leur point de vue.

Certains se rappelleront le procès Graindorge.

Quoi qu’il arrive aujourd’hui, que la situation de DSK soit allégée, ou qu’il soit libéré, il est, aux yeux de la planète, marqué au fer rouge.

La leçon qu’il faut tirer de tout ceci porte bien sûr sur l’emballement médiatique, et les catastrophes qu’il peut engendrer, mais aussi, et fondamentalement, sur le danger d’une instrumentalisation de la justice au profit de la politique et ce, que ce soit à Jette ou à New York !

Parfois, la Justice se réveille, et alors !!!
merry_hermanus@yahoo.com


Les commentaires sont fermés.