GROUWELS : DEMISSION !!!

Nous sommes nombreux à avoir été profondément choqués par les propos tenus par la Ministre bruxelloise Grouwels la semaine passée, au moment du refus par la Nva de discuter la note d’Elio Di Rupo.

La Ministre Grouwels estimant que « Bruxelles n’avait pas besoin de plus d’autonomie » !

Ce n’est pas son premier coming out.  Cela fait longtemps, et à de multiples reprises, qu’elle s’affirme comme anti-Bruxelloise, ne ratant aucune grande occasion pour clamer  son opposition soit au refinancement soit à l’autonomie complète de la Région.

La Région bruxelloise, telle qu’elle existe aujourd’hui, est issue d’une négociation menée en 1988 par Dehaene et Moureaux.

Cette Institution ne pouvait fonctionner que sur base de la loyauté communautaire et régionale. Or, ce que fait Mme Grouwels, de façon continue depuis la Législature précédente, c’est évidemment un manque total de loyauté régionale.

Dans n’importe quel pays démocratique, elle aurait dû démissionner depuis longtemps.

Elle est devenue, de fait, le symbole du non fonctionnement de la Région bruxelloise qui n’est plus, finalement, qu’une machine à gaz qui ne produit plus rien.

Il serait particulièrement intéressant de faire une analyse, sur le long terme, des ordres du jour des Conseils des Ministres bruxellois pour pouvoir identifier la longue décrépitude de la Région qui n’est plus, en définitive, que le « tiroir caisse à subsides » de certaines communes.

L’Administration régionale est totalement démotivée puisque cela fait pas moins de trois fois que le cadre linguistique a été cassé, tout simplement parce qu’il ne respecte pas la Loi.  Celle-ci exige le comptage des dossiers selon la langue utilisée.

Or, sous la pression de gens comme Mme Grouwels, on impose un chiffre arbitrairement défini avec, comme conséquences, que le moindre recours annule le cadre linguistique et, dans la foulée, toutes les promotions que pourraient avoir les fonctionnaires régionaux.

Comment, dans ces conditions, exiger de ceux-ci la moindre motivation ?

Lorsqu’elle est devenue Ministre, dans la mesure où je la connaissais un peu, j’ai souhaité présenter à Mme Grouwels les Centres d’entreprises de Molenbeek.

Elle s’est gentiment prêtée à cette visite.

Au cours des échanges particulièrement cordiaux que nous avons eus, elle m’a précisé qu’elle ne se sentirait bien à Bruxelles que lorsque, dans les hôpitaux et dans les boutiques, on s’adresserait d’abord à elle en flamand !!!

Chacun sait qu’au niveau démographique, il reste, à  Bruxelles, moins de 10% de Néerlandophones.

Qu’à cela ne tienne, si on écoute les patrons flamands et  Bart De Wever, ils veulent la co-gestion de notre Région qui, en termes de ressources fiscales, est quasiment exsangue.

Ce qui manque, c’est du courage et de la franchise.

On pourrait sans difficulté, au niveau bruxellois, remplacer Mme Grouwels par un Ministre SP, les représentant de ce Parti n’ayant jamais pris des positions anti-Bruxelloises.

Mais on ne le fera pas, et Bruxelles continuera à s’enfoncer dans le marais de la non gestion, avec, comme conséquences, l’effondrement de toute une Région et une paupérisation accélérée de la population… ce que d’aucuns souhaitent manifestement.

Merry Hermanus
merry_hermanus@yahoo.com

Les commentaires sont fermés.