Hervé Doyen a honte !!!

Longtemps, j’ai cru que les obstacles qu’Hervé Doyen mettait à ma volonté d’examiner les dossiers étaient causés par l’objectif d’occulter sa gestion et de maintenir une opacité visant à  camoufler une gestion catastrophique, dispendieuse, et faite de partialité et de passe-droits.

Chers lecteurs, je dois vous l’avouer, j’étais dans l’erreur !

En fait, Hervé Doyen a honte !

Et, vous le savez, les gens honteux se cachent.

C’est pourquoi quand il seul à Jette, ce qui est rare, il rase les murs.

Il a honte des « horreurs » sociales et administratives qu’on découvre à l’analyse de certains dossiers.

–        Honte d’avoir tout fait, dès janvier 2007, pour bloquer l’installation d’une Maison de l’Emploi à Jette.

–        Honte d’avoir tout fait pour bloquer la réalisation de la crèche du CPAS.

–        Honte que la promotion d’un agent contractuel ait été étayée par un « témoignage oculaire », une Première en matière de sciences administratives, et un beau sujet de thèse de Doctorat.

–        Honte de devoir poursuivre en justice des dizaines et des dizaines de parents pour des retards de payements des repas scolaires ou des garderies.

–        Honte que ces parents soient poursuivis pour des sommes dérisoires auxquelles on s’empresse d’ajouter une lettre de rappel tarifée à   15 euros, de façon à pouvoir les poursuivre pour un montant plus important.

–        Honte d’augmenter le prix des garderies et des repas scolaires pour pouvoir payer le « caprice » de l’échevin de « l’Enseignement et de la  Culture » qui s’offre, dans une situation économique catastrophique, une fresque de 150.000 euros !

–        Honte de savoir qu’il y a, dans le budget 2011, pour 7.433.000 euros de créances douteuses dont certaines datent de 1995 et 1996, ce qui réduit à néant l’ensemble du budget, et démontre que les cris de victoire de l’échevin des Finances ne sont, en fait, que du vent.

–        Honte de consacrer plus de 200.000 euros par an à sa propagande personnelle via le Journal communal digne d’un fascicule publicitaire de Disneyland.

–        Honte d’avoir permis à l’ASBL « Atelier 340 » de ne pas payer les taxes dues sur les immeubles abandonnés depuis près de dix ans.

–        Honte d’avoir ainsi fait perdre au budget communal plus de 200. 000 euros.

–        Honte de taxer les autres propriétaires qui, eux, n’organisent pas, comme le fait l’ASBL « Atelier 340 » des fêtes pour le Bourgmestre ou des Assemblées générales de partis politiques.

–        Honte de savoir que j’avais découvert, en début de mandat, qu’une série de conventions pour prestations de services n’étaient pas signées ou étaient reconduites depuis des années sans autre forme de procès.

–        Honte des cris et des insultes proférés au  Conseil communal par son échevin des Finances dont il sait peut-être si ce dernier habite réellement ou non à Jette ?

–        Honte de communiquer au CPAS une lettre de 12 lignes dont il empêche la lecture de 9 d’entre elles en les camouflant de noir… Mais qu’y a-t-il donc à cacher ???

–        Honte d’avoir fait construire une friterie Place du Miroir qui, au départ, devait coûter 71.000 euros, puis 175.000 euros, et qui, finalement, aura coûté plus de 290.000 euros !!!

–        Honte d’avoir vu exploser le prix de la rénovation du Hall des Sports dont certains lots ont dépassé 150% de l’estimation initiale.

–        Honte de son attitude et de son ambiguïté concernant le passage, à Jette, du Tram 9, ce qui, à coup sûr, tuera la convivialité exceptionnelle de ce lieu emblématique pour la commune.

–        Honte d’organiser à l’ASBL « Atelier 340 » (qui ne paye pas ses taxes) une fête curieusement intitulée « Fête des Belges » !!! Titre qui fait beaucoup parler à Jette, et dont certains n’hésitent pas à souligner l’étonnante ambiguïté.

–        Honte de la façon dont a été traitée la grave problématique de l’amiante à l’école Aurore.

–        

On comprend qu’Hervé Doyen, quand il est seul, rase les murs !

Il faut que j’arrête ici car j’ai peur de lasser mes nombreux lecteurs tant il y a de motifs d’avoir honte.

Effectivement, je n’avais pas compris ce sentiment de honte qui est, en réalité, ce qui motive le fait de vouloir cacher aux conseillers communaux et au Premier échevin que je suis une série d’informations, et ce, malgré la récente correspondance du Ministre de Tutelle insistant sur la nécessaire communication des informations.

Quoi qu’il arrive en 2012, une chose est acquise et certaine : l’image de « gentil boy-scout » qu’Hervé Doyen a voulu se donner est définitivement brisée.

Il apparaît pour ce qu’il est, à savoir celui qui, depuis 1999, a mené la commune de Jette à la pire des paupérisations, et à l’abandon de toute politique sociale et de  politique de l’emploi !

Que ce soit au Parlement bruxellois, dont il n’est l’élu que par la suppléance, ou que ce soit à la Conférence des Bourgmestres, chacun sait qui il est vraiment.

Le masque est tombé !

La réalité de sa non gestion est connue !

Certains Bourgmestres utilisent à son égard des termes beaucoup plus rudes que les miens.

Quoi qu’il arrive en 2012, à force d’avoir voulu m’éliminer par tous les moyens, même les pires, Hervé Doyen m’a, en réalité, permis d’établir SA vérité.

Elle est terrifiante car elle donne raison aux pires critiques de Bart de Wever sur la gestion de Bruxelles.

C’est sans doute là la pire des fautes de Doyen !!!

Quoi qu’il en soit, le concernant, un tel degré d’hypocrisie est devenu de la franchise.

C’est ce qu’il fallait démontrer.

Merry Hermanus
merry_hermanus@yahoo.com


Les commentaires sont fermés.