« Ce n’est pas de ma faute s’il pleut » : Hervé Doyen !!!

On l’a tous constaté, le mois de juillet a été extraordinairement pluvieux.  Notre commune a connu quelques averses mémorables.

Malheureusement, ce genre d’incident arrive chaque année, et dans certains quartiers, je pense notamment au bas de l’avenue Firmin Lecharlier, les conséquences sont calamiteuses.

Depuis une bonne dizaine d’années, on demande que des travaux soient entamés et qu’un bassin d’orage soit réalisé.

La conseillère communale Christine Rouffin, en ayant elle-même d’ailleurs été victime, s’est fait le porte-parole de son quartier et a, à plusieurs reprises, posé des questions.

Avec « l’élégance » et le « sens du débat démocratique » qui le caractérisent, Hervé Doyen lui a répondu « Ce n’est quand même pas de ma faute s’il pleut » !!!

Suite aux derniers incidents, Christine Rouffin, Chef de Groupe PS, a de nouveau posé une série de questions au Conseil communal.  Elle en a posé pas moins de sept !  En voici la liste :

     Quels sont les quartiers et les rues qui ont été touchés ?

     Voit-on un changement par rapport aux autres inondations ?

     Quels travaux ont été réalisés depuis le début de cette Législature ?

     Comment mesure-t-on leurs impacts sur les quartiers à risques et lors d’inondations ?

     Quel est le programme des travaux à réaliser ?

     Ne faut-il pas prévoir d’adapter la fréquence de l’entretien des avaloirs en fonction des quartiers à risque et, systématiquement, après des chantiers de construction ?

     Quelle aide les Jettois sinistrés peuvent-ils attendre de la commune ?

Après lui avoir donné de l’eau bénite de Cour, il apparaît qu’aucune réponse consistante n’a été apportée.

La réalité, c’est qu’on préfère dépenser 150.000 € pour une fresque, 450.000 € pour des vestiaires de sport de luxe, mettre une ruche sur le toit de la Maison communale, et faire des rondpoints totalement inutiles, etc, que de s’attaquer à ce grave problème des inondations qui touche certains de nos quartiers.

Pire encore, plutôt que de répondre dans le cadre d’un débat démocratique, on répond à Christine Rouffin sur base d’attaques personnelles.

De tout cela, il ressort que :

     La commune a une connaissance très partielle de tous les quartiers touchés.

     La commune est donc dans l’incapacité de constater une évolution.

     Il n’y a aucun élément pour mesurer l’impact des travaux.

     Il n’y a aucune réponse sur les fréquences de l’entretien des avaloirs en fonction des quartiers à risque et, systématiquement, après les chantiers en construction.

     Il n’y a aucune réponse quant à l’aide que la commune offre aux Jettois sinistrés.

Pour des gens qui se vantent d’être des « aimants à subsides », il apparaît clairement qu’en matière de travaux pour lutter contre les inondations, ils ont été totalement incapables de faire quoi que ce soit pour répondre aux besoins, essentiels, des Jettois constamment victimes d’inondations lors de fortes pluies.

Mais Attention, « Ce n’est pas la faute d’Hervé Doyen s’il pleut » !!!

Vous verrez, l’année 2012 sera celle des inaugurations bidon, et des premières pierres qui resteront isolées parce que le reste ne viendra pas.

Mais vous verrez dans le Journal communal une multitude d’inaugurations et de photos où les « Bisounours » de l’actuelle Majorité qui n’hésitent cependant pas à recourir à l’insulte et à l’attaque personnelle, démontreront, en réalité, leur total désintérêt pour les vrais problèmes que connaissent les Jettois.

Ils n’ont qu’un seul problème : Etre réélus !

merry_hermanus@yahoo.com

Les commentaires sont fermés.