L’enseignement jettois au fond du gouffre ! Les Directions d’écoles et les enseignants se révoltent !

Ce matin, le Ministre-Président Charles Picqué a annoncé une excellente nouvelle, à savoir que de nouveaux moyens budgétaires, douze millions cinq cent mille euros, ont été dégagés afin d’installer des préfabriqués sur les sites scolaires de façon à accueillir de nouveaux enfants.

Dans l’ensemble de la Région, sur 3.836 places qui doivent être créées pour 2012, 2.961 concernent l’enseignement officiel.  Cela représente plus de 77 %.

Curieusement, à Jette, ce pourcentage tombe à 43 %, la différence allant vers l’enseignement libre.

Ce n’est évidemment nullement la faute de la Région.

Il faudrait savoir comment la commune de Jette a fait ses demandes, et c’est évidemment là que le bât blesse.

Mais il y a pire !

J’avais déjà expliqué que sur un site scolaire où on va installer des containers pour y mettre des enfants, il n’y avait que 2 WC pour 300 enfants !

Le nombre et la qualité des infrastructures nécessaires à l’épanouissement de nos enfants sont donc, à Jette, dramatiquement insuffisants, au point que ce matin, sur Vivacité, on a pu entendre la directrice de l’école Aurore Mme Vanschepdael affirmer qu’indépendamment de l’accueil de nouveaux élèves, les infrastructures ne seraient pas suffisantes.  Elle a cité notamment l’étroitesse et l’insuffisance de la salle de gymnastique, une nouvelle salle de psychomotricité qui devrait être installée, etc.

L’enseignement est, de toute évidence,  le parent pauvre de cette nouvelle Majorité.

L’enseignement communal gêne parce qu’ Hervé Doyen croit que la majorité des parents ne sont pas de « bons électeurs ».

N’est-il pas vrai, comme je l’ai souvent rappelé, que l’échevin de « l’enseignement et de la culture » a évoqué la suppression d’une école ?

N’est-il pas vrai qu’Hervé Doyen himself a déclaré que fournir des repas chauds aux enfants n’était pas le rôle d’une commune ?

Par contre, on trouve tout l’argent nécessaire pour inviter tous azimuts, par courrier payé par le contribuable, des milliers de Jettois… qui ne viennent pas ( !!!), à des inaugurations de manifestations plus inutiles les unes que les autres.

Ce Collège se paye le caprice d’installer une fresque à 150.000 € et des vestiaires sportifs de luxe à 450.000 €.

Ce Collège a purement et simplement jeté à la poubelle le travail du premier architecte désigné pour rénover l’école du Poelbos.  Tout le travail a donc été détruit, mais pas, bien sûr, l’énorme facture qu’il a fallu payer, facture qu’Hervé Doyen garde secrète.  Elle ne m’a jamais été montrée, et ce, en violation de la loi communale !  Qu’y a-t-il donc à cacher si ce n’est la gabegie de ce Collège !!!

Pourquoi ce gaspillage ?  Tout simplement parce que ce projet avait été conçu pour les cures du jour qui, d’après ce Collège, sont électoralement beaucoup plus rentables que l’enseignement communal.

Il en allait tout autrement lorsque Jean-Louis Thys et moi-même mettions le paquet sur l’enseignement où j’ai pu obtenir des différents ministres successifs, dont Elio Di Rupo, près de 750 millions d’anciens francs belges pour construire et rénover des écoles jettoises et, notamment, l’école Aurore que j’ai eu le plaisir d’inaugurer avec le très regretté Jean-Louis Thys qui, lui, était un véritable Bourgmestre, faisant passer l’intérêt général avant les intérêts bassement politiciens.

J’ai essayé de rénover l’école du Poelbos dès 1994. Je me suis heurté à la Commission des Monuments et Sites et, ensuite, ce fut l’abandon de ce projet pendant des années.

Parents, attendez-vous à Jette, à la rentrée 2012, à un chaos annoncé.

Mais attention, il y aura moult fêtes et invitations où vous verrez apparaître, la bouche en cœur, Hervé Doyen et sa clique qui vous expliqueront, dans le journal communal, qu’à Jette, tout va bien… sauf pour les malheureux enfants fréquentant les écoles communales dont on se fiche royalement.

merry_hermanus@yahoo.com


Les commentaires sont fermés.