Chaos de l’Enseignement jettois : Suite et, malheureusement, pas fin !

Jeudi 17 novembre 2011, sur « Vivacité », on a pu entendre un enseignant de l’école Van Asbrouck à Jette expliquer qu’il démissionnait parce « qu’il en avait marre de travailler avec des classes de 30 enfants ».

Dès la rentrée scolaire, j’avais dénoncé ce fait, et on avait pu entendre, de sa douce voix, le pseudo « échevin de l’Enseignement et de la Culture » expliquer qu’il n’était pas exact qu’il y avait, à Jette, des classes de 30 enfants !

L’enseignant démissionnaire de l’école Van Asbrouck lui apporte un démenti cinglant.

Mais il y a pire, malheureusement, il y a toujours pire.

Cet enseignant a mis en évidence l’extraordinaire perte de niveau scolaire.  C’est bien normal, car malgré les efforts louables du corps enseignant, les conditions sont devenues telles qu’il est impossible de dispenser un enseignement de qualité.

Le journal « La Capitale » du 17 novembre 2011 a mis en évidence un autre fait caractéristique du chaos dans l’enseignement jettois.  En effet, à l’école de Dieleghem, un enseignant n’a pas été remplacé parce que tout simplement le service a « oublié » d’adresser l’offre d’emploi à ACTIRIS !!!

Certains parents et enseignants m’avaient alerté sur cette situation qui démontrait, une fois de plus, que personne ne dirige l’enseignement jettois.

Faut-il rappeler, une fois de plus, que le soi-disant « échevin de l’Enseignement et de la Culture » avait évoqué, devant moi, la suppression d’une école à Jette ?

Faut-il rappeler que cette Majorité, dès le départ du PS, s’est empressée d’augmenter le prix des repas scolaires, des garderies et des cours de natation ?

Faut-il rappeler que des dizaines et des dizaines de parents sont poursuivis pour des sommes dérisoires qu’ils doivent à la commune pour des repas scolaires et des garderies, alors qu’un autre Jettois ne paye pas, depuis dix ans et en toute impunité  son impôt cadastral ?

Faut-il rappeler que le pseudo « échevin de l’Enseignement et de la Culture » s’offre une fresque à 150.000 € ?

Faut-il rappeler que ce Collège s’offre des vestiaires sportifs de luxe à 450.000 € ?

Faut-il rappeler que ce Collège organise la destruction systématique de toute action sociale au CPAS qui est pratiquement réduit à la faillite ?

Faut-il rappeler que ce Collège n’a aucune politique de l’Emploi ?

En fait, à l’issue de cette Législature communale, le bilan d’Hervé Doyen et de sa clique, c’est son passif.

Quand on sait l’importance que revêt l’Enseignement pour nos populations, on se rend compte du véritable « crime » qui est commis à l’égard de l’avenir.

merry_hermanus@yahoo.com


Les commentaires sont fermés.