TRAM 9 : Hervé Doyen a trouvé les coupables : C’est Picqué et Kir !

A la veille de notre manifestation de dimanche, très réussie, d’opposition au Tram 9, le débat a fait rage sur différents Forums sociaux.

Extraordinaire : Deux membres de la Majorité y ont participé sans jamais oser dire qu’ils étaient mandataires de la Majorité carnavalesque en place à Jette.

Ce silence est tout à fait significatif !

L’un des intervenants, vantant le travail « fait par Hervé Doyen », (plus catastrophique y a pas !!!), se montrait d’une servilité de laquais de comédie.  Mais c’est lui qui, à différentes reprises, osait affirmer que le Tram 9 était un  «  projet  du Gouvernement », et il citait…, un parfait hasard, le nom des Ministres Picqué et Kir !!!

Une fois de plus, Hervé Doyen utilisait, à l’égard de la petite clique qui l’entoure, la technique de Clémenceau : « C’est moi qui pète, mais c’est un autre qui pue ». Je prie mes lecteurs de m’excuser de cette vulgarité dont je ne suis pas coutumier… du moins dans mes écrits, mais venant de Clémenceau, on me pardonnera.

En fait, Hervé Doyen se garde bien, lui-même, d’avancer ces arguments parce qu’il craint, bien entendu, que, mettant en cause Picqué, il pourrait risquer de voir la Tutelle réagir et examiner un certain nombre d’actes de la commune de Jette d’un peu plus près.  Par exemple, on pourrait, au plan de la Tutelle, ne plus approuver les budgets par dépassement de délais, ce qui conduirait bien sûr à leur réformation !

Donc, avec son hypocrisie habituelle, Hervé Doyen charge l’un ou l’autre de ses sbires d’affirmer à sa place, c’est-à-dire de mentir à sa place, en disant que le projet du Tram 9 est soumis par les Ministres Picqué et Kir !

La vérité est bien différente.  La voici : En fait, le Gouvernement, s’il a approuvé la création d’une ligne 9, ne s’est pas prononcé sur le tracé.  J’ai eu personnellement l’occasion de prendre connaissance de la délibération du Conseil des Ministres qui est très claire à ce sujet.

Encore un mensonge… un de plus !!!

J’ai également appris qu’Hervé Doyen continue à utiliser à mon égard la délicate et très élégante formule de « repris de justice ».   Il oublie de dire que lui, au Parlement bruxellois, est un élu… de justesse !!!

Mais je souhaite rappeler, comme je l’ai fait par écrit à tous les conseillers communaux, que s’il utilise si facilement et si souvent cette expression, c’est qu’elle lui est familière depuis très longtemps.  Il devrait donc faire preuve, quant à son usage, d’une toute particulière prudence.  J’aurai l’occasion, bientôt, de le lui rappeler de façon plus pressante.

Il est vrai que l’insulte dont Hervé Doyen est coutumier, puisque j’ai été traité successivement de pervers, pervers mental, schizophrène, parano, etc, lui permet de ne pas répondre sur le fond.

Or, pour moi, ce n’est pas la personne d’Hervé Doyen qui est en cause, c’est sa gestion, ce qui me place, je suis un peu gêné de le dire, à un tout autre niveau que lui.

merry_hermanus@yahoo.com


Les commentaires sont fermés.