Les classes de 30 élèves à Jette bientôt interdites !

C’est avec un immense plaisir que j’ai lu dans le journal « Le Soir » de ce matin le fait que la Ministre de l’Enseignement avait décidé d’interdire les classes de 30 élèves.

L’article précise que les classes seront limitées à 22 enfants ou 24 dans certains cas.

Il n’est pas inutile de rappeler que lorsque j’ai repris mes attributions d’échevin de l’Enseignement en décembre 2006, j’ai été effaré de constater l’état dans lequel se trouvait l’Instruction jettoise qui avait été laissée par l’échevin sortant et n’avait survécu que grâce à un haut fonctionnaire communal passionné d’enseignement et mettant tout en œuvre pour sauvegarder l’essentiel.

Face à cette situation extrêmement dégradée, j’ai pu faire prendre une décision au Collège limitant le nombre d’élèves par classe à 22, avec une exception pour l’école Aurore ou j’ai accepté 24 élèves par classe.

Une fois la Majorité renversée, le nouvel échevin de « la Culture et de l’Enseignement », s’est empressé de revenir sur ces décisions pourtant essentielles pour maintenir la qualité de l’Enseignement.

La rentrée scolaire s’est faite dans un chaos effrayant et seule l’omerta qui est imposée aux directeurs et aux enseignants a permis d’étouffer les cris de révolte qui ne cessent de me parvenir.

Cependant, la RTBF « Vivacité » a fait écho à cette situation et, récemment, un enseignant a même présenté sa démission, ne pouvant plus supporter les conditions de travail à Jette.

Il est donc heureux de constater que la Ministre elle-même prend une décision qui va dans le même sens que celle que j’avais réussi, à grand peine, à imposer à un Collège totalement indifférent aux problèmes scolaires.

Pourtant, face à l’extraordinaire poussée démographique, et face aux enjeux de l’intégration des personnes d’origine étrangère, l’Enseignement communal en Région bruxelloise et, bien sûr, à Jette, est l’outil essentiel avec lequel on forgera l’avenir de notre Région.

Mais en matière d’avenir, Hervé Doyen n’a qu’une seule préoccupation… le sien !!!

L’ « élu de justesse » sait que cette fois-ci, les électeurs jettois ne lui pardonneront pas d’avoir transformé notre commune en un enfer fiscal, et d’avoir été totalement passif devant l’extraordinaire paupérisation que tous constatent.

Il ne suffit pas qu’à un an des élections, Hervé Doyen se rende dans une épicerie pour y acheter deux pommes pour compenser six ans de gestion catastrophique où seules les fêtes et dépenses de prestige comptent.

La faillite dans laquelle se trouve la commune pèsera lourd, très lourd !!!

merry_hermanus@yahoo.com


Les commentaires sont fermés.