La Démocratie participative selon Doyen-Pinocchio !

Le Comité de quartier de l’Avenue Woeste, ému par les chaos engendrés par le début des travaux, avait obtenu que la Ministre Grouwels vienne s’expliquer.

ACTE  I

Il est amusant de rappeler que le journal communal, vous savez, le journal des Bisounours où tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, surtout quand il est proche de Doyen, n’avait pas, dans sa liste des Comités de Quartiers, mentionné celui de l’Avenue Woeste !!!

Curieux, curieux !!!

Donc, ce 9 mai, à 19 heures : Salle comble au Comité de quartier !

Manifestement, le Collège a mobilisé, et s’est rendu compte que ce Comité de quartier existait !

Les échevins sont présents … sauf Doyen-Pinocchio ! Il n’est pas là !  Il utilise, comme toujours, sa bonne tactique, à savoir faire dire par les autres ce qu’il n’ose pas dire lui-même. Il se rappelle sans doute sa pitoyable prestation lorsque le Ministre Smet était venu défendre le Tram 9.

C’est vieux comme le monde !  Le plus rigolo, c’est qu’il croit que les gens ne s’en rendent pas compte !

Il est vrai que le rejet qu’on perçoit dans la population de Jette à son égard est à ce point fort qu’il rase les murs… lorsque, par extraordinaire, il est seul.

Avenue Charles Woeste

Certains échevins sont courtois et saluent les participants aimablement tels Lacroix et Gosselin.

Les autres sont incroyablement méprisants, certains habitants en sont effarés !

Pirottin et Vandevivere ne serrent la main qu’à ceux qui leur sont proches.  Quant à la malheureuse Gallez, elle avait bu, sans doute avant de venir, son verre de vinaigre quotidien.

Comme toujours, les troupes de Doyen-Pinocchio se cachent derrière les fonctionnaires régionaux.  Ceux-ci sont au nombre de deux.  Ils expliquent le projet, et répondent aux questions du mieux qu’ils peuvent.

Mais quand une question est dérangeante, le hurleur de service, Pirottin, hurle, crie, interrompt !!! Exactement comme cela se passe au Conseil communal.

Il n’est pas inutile de rappeler que Charles Picqué, en sa qualité de Ministre-Président, a déjà écrit à Doyen-Pinocchio pour lui rappeler les règles élémentaires de démocratie au sein du Conseil communal.

Mais impossible, avec le pitoyable Pirottin, vous savez, l’homme qui a fait des études d’ingénieur il y a quarante ans…et qui le rappelle constamment, c’est dire dans quel état il était lorsqu’il en est sorti, et celui qui croit que le coq, en chantant sur son fumier, fait lever le soleil.

De nombreux participants à la réunion disent à mi-voix que, de toute façon, Pirottin se fiche pas mal des travaux et des nuisances car, d’après eux, il habite à Lasne ! Et donc, bien entendu, pour lui, les difficultés des Jettois sont toutes relatives.

Pour tout dire, ça lui est bien égal !

Mme Kwiat, rebondissant sur le problème des travaux la nuit, évoque la catastrophe que cela représente pour les enfants.  Bien entendu, Pirottin cache le fait que les travaux de nuit sont totalement approuvés par le  Bourgmestre qui a signé à ce propos un document.

C’est donc en toute connaissance de cause que Doyen-Pinocchio impose à ses concitoyens des nuisances supplémentaires !

L’intervention de Mme Kwiat s’accompagne bien sûr de vociférations négatives diverses venant des sbires qui entourent le  Collège.

Même réaction lorsque Christine Rouffin,  chef de groupe PS, ose poser une question !

Quant à son tour, le Président du Comité de quartier, Jacob Kamuanga, prend la parole, Pirottin réagit vivement et lui coupe la parole.  Il est à ce point discourtois que Jacob Kamuanga lui dit textuellement « Nous sommes quand même en pays civilisé, chacun a le droit de prendre la parole et peut s’exprimer. C’est ça la démocratie ! »

Mais apparemment Pirottin ne connaît sans doute que la démocratie à Lasne.

L’échevine Gallez, écolo, fait alors une bourde monumentale.  Répondant à une question sur les difficultés que vont rencontrer les camions de déménagement, elle affirme textuellement « Ils n’ont qu’à se garer sur les trottoirs et sur les pistes cyclables » !!!

Anemie Maes, députée Groen, conseillère communale, ne sait plus où se mettre !!! Elle se fait toute petite !

Plusieurs participants sortent, et voici leurs réflexions :

–     Un vieux couple : « Ils sont en train de nous endormir ».

–     Un autre couple plus jeune : « Personne ne tient compte de ce qu’on vit ».

–     Une autre personne : « Les gens sont inquiets ».

–     Un Monsieur, fort en colère : « On est traités comme des chiens ».

Certains participants étaient venus pour parler du Tram 9, mais dans un tel climat, ils ont estimé que ce n’était même pas la peine d’aborder la question.

ACTE II

Après cette séance, par bien des aspects pathétique pour le Collège, sans doute fier et heureux de leurs prestations, quelques séides  de Doyen-Pinocchio se sont retrouvés au « Pot Agé », établissement par ailleurs fort sympathique.

Vers 22h30, la porte s’ouvre…. Doyen-Pinocchio fait son entrée.

Les membres du Collège présents l’applaudissent en disant « Voilà notre Bourgmestre » !!!

L’appellation est particulièrement judicieuse car, bien sûr, il s’agit bien de « Leur Bourgmestre », et non pas du Bourgmestre de tous les Jettois…Ceux-là en espèrent un autre !

De toute évidence, Doyen-Pinocchio, qui s’était caché pour ne pas assister au Comité de quartier, venait hypocritement aux nouvelles.

C’est comme cela que ça se passe à Jette !!!

ACTE III

Qu’a-t-on vu en réalité ?

–     Une leçon à rebours de ce que doit être la démocratie participative.

–     Un Bourgmestre Doyen-Pinocchio qui n’a pas eu le courage de se présenter.

–     Un Collège qui ne respecte pas la démocratie.

–     Un Collège manifestement aux abois et sur la défensive car, après avoir nié l’existence de ce comité de quartier, ils tentent d’y venir en force.

–     Une cinquantaine d’habitants, dont deux très importants commerçants, totalement découragés par la façon dont ils sont traités.

L’aménagement de la Place Cardinal Mercier présente exactement les mêmes défauts.

Le Collège a été incapable d’obtenir du Bureau d’Etudes désigné par le Gouvernement fédéral qui paye les travaux de tenir compte de la situation des riverains et des habitants.

Bien sûr, le coup d’œil esthétique de la Place rénovée sera sans doute merveilleux.

Mais en réalité, en matière d’Urbanisme et, surtout, en matière de sécurité, ce sera dramatique !!!

Mais Attention  chers Jettois ! Vous aurez le grand privilège de pouvoir admirer la fresque, le petit caprice de l’échevin Leroy, qui vous aura coûté 150.OOO euros de vos impôts !

merry_hermanus@yahoo.com

Suivez le PS de Jette sur Facebook et Cliquez  J’Aime pour devenir fan

Les commentaires sont fermés.