L’inauguration de la fresque scandaleuse …

L’inauguration de la fresque scandaleuse qui coûte un peu plus de 150.000€ aux Jettois fait couler beaucoup d’encre…
Seule défense du Cdh … comme toujours, le mensonge !

Sur les réseaux sociaux, on peut lire que le PS aurait approuvé la réalisation de cette fresque mais IL N’EN EST RIEN !!!

Je vous invite à relire ce que j’écrivais à tous les conseillers communaux dès le 30 septembre 2010 et le 6 octobre 2010.
_____________________________________________

« Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose »

Bruxelles, le 30 septembre 2010

Lettre ouverte aux Conseillers communaux jettois

Mesdames et Messieurs les Conseillers Communaux de Jette

Chers Collègues,

Un évènement particulièrement heureux de ma vie familiale m’a empêché d’être des vôtres hier soir et je vous  prie de bien vouloir m’en excuser.

Je souhaite cependant mettre en évidence le fait qu’une fois de plus, l’échevin Leroy a menti lorsqu’il a été question des fresques, son très couteux caprice.

En effet, à aucun moment, je n’ai, en Collège approuvé ces fresques et, au contraire, je n’ai jamais cessé de les dénoncer !!!

Pour rappel, ces fresques apparaissaient en toutes lettres dans le budget extraordinaire 2010  contre lequel le PS a voté.  Je rappelle d’ailleurs ma déclaration à ce propos lors du Conseil communal budgétaire.

Je disais ceci « Un point illustre parfaitement la philosophie d’action du Collège. En effet, je constate qu’au budget extraordinaire, 60.000 euros sont prévus pour la réalisation d’une fresque auxquels s’ajoutent 20.000 euros à prélever sur les montants octroyés dans le cadre du contrat de Quartier, soit, au total 80.000 euros. Alors qu’en matière d’emploi, il est, en tout et pour tout, prévu 20.000 euros, soit quatre fois moins !!! Alors qu’il y a, à Jette, 16,9 % de chômeurs indemnisés et non indemnisés, et qu’on aperçoit, dans d’autres communes comme Molenbeek ou Forest par ex., que des moyens et des efforts considérables sont réalisés.  Mais à Jette, on choisit de réaliser des fresques ! ».

Je suis évidemment persuadé que vous ne l’aurez pas oublié.

Depuis le vote du budget, le nombre de fresques est passé à trois et, pour la première, une dépense de 105.000 euros a déjà été engagée. Le total devrait atteindre plus ou moins 200.000 euros.

J’ai, en Collège, et je tiens les documents à la disposition de ceux qui les désireraient, voté chaque fois contre ces fresques, et encore dernièrement, j’ai voté contre le point en Collège présentant la Convention particulièrement bâclée avec l’artiste chargé de les réaliser ; parce que, vous ne le savez peut-être pas, mais l’heureux propriétaire de l’immeuble n’a même pas encore donné son accord !!!

Ce nouveau mensonge, n’en doutez pas, est à l’intention exclusive des élus de la Liste du Bourgmestre. En effet, depuis longtemps, les autres membres du Conseil communal ne se font plus d’illusion. Mais, par de tels mensonges, on veut faire croire aux élus de la Liste du Bourgmestre que la vie communale se déroule dans une sorte de normalité, alors qu’on veut, en réalité, les maintenir dans un niveau de sous-information ne leur permettant pas de percevoir la réalité de ce qui se passe vraiment  à Jette.

Je répète qu’avec le mensonge, on peut aller très loin, mais le problème c’est qu’on ne peut pas revenir en arrière.

Mon vote contre le budget et contre ces fresques démontre que je n’ai jamais varié quant à l’ordre des priorités. L’ordre des priorités c’est le Sociall’Emploi et l’Enseignement qui, apparemment, n’intéressent nullement l’échevin Leroy beaucoup plus concerné par la satisfaction de ses curieux et couteux caprices, payés bien sur avec l’argent du contribuable jettois qui sait maintenant pourquoi nous sommes la commune la plus chère de Belgique au niveau du précompte immobilier.

En vous souhaitant une excellente journée.

Bien à vous,
HERMANUS, A.M.
_________________________________________________ 

La technique de la « trompe de l’éléphant », ou « Quand le menteur dit la vérité, il devient malade »

Bruxelles le 6 octobre 2010

Lettre ouverte aux conseillers communaux de Jette

Mesdames et Messieurs les conseillers communaux,

Chers Collègues,

Nous avons eu le plaisir, l’honneur et le privilège de recevoir un courrier électronique reprenant une décision du 6 octobre 2009, soit il y a un an.

L’objet de cet envoi tend à démontrer que j’avais accepté, à cette date, la dépense concernant l’établissement d’une fresque sur le pignon d’une maison de la Place Cardinal Mercier.

Une fois de plus, les menteurs se prennent les pieds dans le tapis !

Je vous invite à relire attentivement cette décision et, en particulier, le montant de la dépense estimée.  En effet, vous constaterez que la dépense relative à cette fresque est évaluée à 15.650 euros.  Or, dans le budget communal 2010 contre lequel j’ai voté, il est fait mention de trois fresques pour un montant global de 140.000 euros, soit déjà près de neuf fois plus !

Pire encore, la décision contre laquelle j’ai voté, et que bien sûr on ne vous communique pas, vise une dépense de 105.000 euros pour une seule fresque !

Nous sommes évidemment là devant la démonstration formelle de la façon dont la commune de Jette est gérée.

Le Collège s’engage, il y a un an tout juste, pour une dépense de 15.650 euros, ce qui représente déjà pas mal d’argent, et, en définitive, on en est, pour une seule fresque, à dépenser, un an plus tard, 105.000 euros, soit près de sept fois plus.

Voilà la réalité de la gestion à Jette !

Le petit envoi de M. Leroy me permet de faire une démonstration encore plus claire de la réalité.

Si certains d’entre vous le souhaitent, ils peuvent aller consulter la décision du Collège contre laquelle j’ai voté et qui avait pour but de réaliser cette première fresque pour le montant pharaonique de 105 .000 euros.

Enfin, je vous rappelle mon dernier courrier sur ce même objet où je citais in extenso mon intervention lors du vote du budget, intervention qui est sur la bande enregistrée qui se trouve au secrétariat communal, et où je m’opposais de façon formelle à ces dépenses somptuaires, alors qu’il n’y a ni politique sociale ni politique d’emploi dans la commune.

Cela, c’est la vérité !

On reste confondus devant la mauvaise foi dont fait preuve le duo Doyen/Leroy.

J’invite les membres de la Majorité qui souhaitent quand même, pour certains, être informés de ce qui se passe à Jette, à poser la question aux duettistes Doyen/Leroy que je viens de citer sur les raisons qui ont conduit la fresque à passer de 15.650 euros à 105.000 euros.

Croyez-moi, la réponse se fera attendre !

N’est-on pas là devant l’exemple type de nombreux marchés communaux qui sont sous-évalués et pour lesquels il convient de revenir devant le Conseil communal pour assumer des mises en concordance ?

Pour rappel, par exemple, le hall des Sports dont un premier lot avait augmenté de 150 % et un autre, de 110 %.

Voilà donc de parfaits exemples de la technique budgétaire dite « de la trompe de l’éléphant » : on vote pour la trompe, et après on paye pour tout l’éléphant !

Nous aurons certainement très bientôt l’occasion de reparler de l’extrême générosité de  Doyen et Leroy, générosité qui, bien sûr, se fait avec l’argent public… A suivre !

Très récemment, une de mes amies, conseillère communale pour laquelle j’ai une grande amitié, m’avait adressé, à l’issue du Conseil communal, un proverbe qu’elle estimait parfaitement adapté au Docteur Leroy.  Ce proverbe disait « Quand le menteur dit la vérité, il devient malade ».

Mais n’ayez aucune crainte, le Docteur Leroy n’a aucune intention de tomber malade.

Bien à vous,
HERMANUS, A.M.

Suivez le PS de Jette sur Facebook et cliquez J’Aime pour devenir fan

Les commentaires sont fermés.