Jardins de Jette… encore une tuile ! Antenne de Police Mercure : Le Commissaire protège Doyen-Pinocchio.

On connait la saga du marché qui avait été promis aux habitants des Jardins de Jette.

La promesse date d’au moins cinq ans.

Bien sûr, rien n’a été fait et quand on en a parlé à un échevin, celui-ci a répondu benoîtement que « les installations ne permettaient pas l’établissement d’un marché » !

Les habitants ont fait remarquer que c’était tout à fait faux et que les installations existaient.

A quelques mois des élections… mais il n’y a évidemment aucun rapport, un marché s’est donc installé.

Les Jardins de Jette allaient-ils enfin connaître un peu d’animation, un peu de convivialité et de désir de vivre ensemble que tous les habitants évoquent ?

Patatras !!!

Le marché perd déjà son boulanger.  Celui-ci a mis en évidence l’insuffisance de l’apport en énergie et, donc, il lui est impossible d’exercer son commerce dans des conditions normales.

Mais il n’y a pas que cela !

Le triste feuilleton de la fermeture de la Galerie Mercure connaît, lui, de nouveaux épisodes.

Comme les habitants le savent, le 7 juin dernier, le Commissaire Gorteman, vous savez, celui qui apparaît dans le journal de propagande du Cdh ce qui est curieux pour un fonctionnaire, est venu expliquer à une réunion de quartier les raisons de la fermeture, qu’il soutient, de l’Antenne de Police.

Il a d’ailleurs précisé que c’était lui, et non le Bourgmestre Doyen, qui souhaite cette fermeture.

Bizarre ! Il a l’air de ne pas savoir que l’Antenne est, pour partie, propriété de la commune de Jette !

Curieux lorsqu’on sait que, de façon très claire, Doyen-Pinocchio a pris position en ce domaine, optant, contrairement à ce qu’il avait dit au Conseil communal  d’il y a deux ans, pour la fermeture !

Mais le plus intéressant est la réaction du même Commissaire à la réception du P.V. de la réunion avec les habitants.

Il écrit carrément : « Ce n’est pas moi qui soutient la position du Bourgmestre quant à la fermeture de l’Antenne, mais l’inverse » !!!

Là, il faut vraiment décoder car cela devient obscur, caramélique.

Donc, si je comprends bien, c’est le Bourgmestre qui soutient la position du Commissaire qui veut fermer l’Antenne de Police !

Est-ce à dire qu’un Bourgmestre est dans l’obligation de soutenir la position d’un Commissaire de Police ?

Parfait syllogisme ! A l’Université, au cours de Logique formelle, le Professeur Perelman m’a appris ce qu’était un syllogisme.  Nous sommes ici devant un parfait exemple :

  1. Le Commissaire Gorteman veut la fermeture de l’Antenne de Police.
  2. Doyen-Pinocchio soutient le Commissaire.
  3. Doyen-Pinocchio veut donc la fermeture  !!!  c.q.f.d

Mais évidemment, dans cette problématique, le fait que ce même Commissaire apparaisse dans un organe de propagande du Cdh ne compte pas pour rien !

Pour ma part, je confirme, contrairement à des mensonges répandus ici et là, que  jamais le Bourgmestre Moureaux n’a envisagé cette fermeture de l’Antenne Mercure.

J’affirme que le Chef de Corps de la Zone de Police y était totalement opposé et j’attends qu’on me prouve le contraire.

Le Commissaire de Police, dans la réponse qu’il fait au Comité de quartier, explique que la criminalité y est dérisoire… selon lui !

Il y a quinze jours, deux dames du quartier se sont fait arracher leur collier !!!

Il n’en parle pas, mais peut-être, désespérées, ces dames n’ont pas porté plainte.

Enfin, je suis étonné par une forme d’agressivité peu conforme au rôle d’un fonctionnaire, que je découvre dans le courrier du Commissaire de Police qui met en cause l’attitude des habitants à cette réunion et le caractère « limite » de leurs raisonnements !

Je pense que, manifestement, certains pourraient penser qu’il y a un dérapage entre les fonctions policières et administratives qui doivent être totalement neutres au plan politique, et une implication dans la campagne électorale qui, au regard de la Loi,   pourrait apparaître comme étant contraire à la déontologie.  Cela, c’est, le cas échéant, le Conseil de Police qui en déciderait sans doute.

Quoi qu’il en soit, les habitants des Jardins de Jette, d’après le Commissaire ils sont 4000, présents ou non à la réunion, vivent tous les jours ce qu’est devenu leur quartier, l’état d’abandon dans lequel il se trouve et le désintérêt marqué par Doyen-Pinocchio pendant cinq ans pour leurs problèmes.

Cela, c’est la réalité qu’aucun P.V. et qu’aucune réaction, policière ou non,  ne pourront contredire.

merry_hermanus@yahoo.com

Suivez le PS de Jette sur Facebook et cliquez J’Aime pour devenir fan 

Les commentaires sont fermés.