Pourquoi nous combattons…Retour vers l’exploitation brutale de l’homme par l’homme !

Je suis un lecteur assidu du « Nouvel Observateur » depuis sa création, c’est-à-dire, ça ne me rajeunit pas, 1964.

Je consacre en général mon dimanche matin à la lecture attentive des articles et, en particulier, des pages économiques.

Je découvre, dimanche passé, une longue interview de Jon Moynihan, consultant économique à la City de Londres.

La brutalité des affirmations de ce tenant du capitalisme pur et dur devrait en faire réfléchir plus d’un.

En voici le florilège :

  1. « Il est impossible de préserver des jobs bien payés pour les travailleurs occidentaux.  Au nom de quoi pourrait-on continuer à payer les 500 millions des salaires du monde développé dix fois plus chers que les 1,1 milliard des citoyens des zones urbaines du monde en développement… »

Ma réaction : Ce « sympathique » chercheur oublie tout simplement d’évoquer le statut social des travailleurs du monde occidental, statut social conquis après 120 ou 130 années de lutte !!! Pour lui, cela n’existe pas !

  1. « La baisse des salaires de nos travailleurs non qualifiés est inéluctable. Déjà, un Américain qui n’a pas le BAC  gagne moins, en termes réels, que son grand-père.  En 2025, le salaire occidental moyen aura peut-être été divisé par deux ».

Ma réaction : Qui osera, après de telles affirmations, regarder dans les yeux ses enfants ?  Si une telle affirmation devait être exacte, cela impliquerait l’échec total des politiques menées dans les pays développés.

  1. « Les emplois déplaçables vont tous migrer » !

Ma réaction : Bien entendu, ce champion de l’ultralibéralisme veut sans doute éviter aux émigrés de se noyer en tentant de franchir la Méditerranée,  comme viennent de le faire 120 d’entre eux la semaine passée.  Pour ce qui est des travailleurs occidentaux, apparemment, il s’en fout complètement.

  1. « La crise des Subprimes a encore aggravé les déficits financés à crédit » !

Ma réaction : Tiens, mais j’y pense, à aucun moment il n’évoque les responsabilités dans le déclenchement de la crise des Subprimes !! Cela, ça n’effleure pas son esprit.

S’agissant des salaires des grands patrons, il a la bonté de préciser « Attention, je n’ai rien contre le fait de bien gagner sa vie » !!!

  1. «  L’Etat ne peut plus se permettre de subventionner les classes moyennes… ».

Ma réaction : Bien entendu, il faut les laisser crever !!!

A aucun moment, il n’envisage une amélioration de la situation sociale de la classe ouvrière des pays émergents.  Pour lui, il faut diminuer notre train de vie de 10 à 15% et réformer notre modèle social, bien entendu, en sacrifiant les classes les plus défavorisées !

En fait, ce « brave homme » n’a rien inventé.

Le « Club de Rome » déjà, dans les années 60, évoquait la croissance Zéro, et pourtant, nous étions au cœur des Trente Glorieuses.

En 1936, déjà, les congés pays choquaient les gens riches, parce que, subitement, arrivait sur les plages le peuple en maillot de bain en laine tricotée ou en gilet de corps !!!  Il était, semble-t-il, insupportable à certaines classes privilégiées de voir le statut social des travailleurs s’améliorer !

Ceux-là n’avaient même pas l’intuition de regarder de l’autre côté de l’Atlantique où Roosevelt, qui n’était pas un dangereux communiste, depuis 1932, sortait les Etats-Unis de la crise en lançant une politique de grands travaux et de vigoureuses taxations, et créait un embryon de statut social.

C’est bien oublié aujourd’hui !!!

Mais lorsque Roosevelt est devenu Gouverneur de l’Etat de New-York, il n’a pas hésité à augmenter de 50 % certains impôts !!! Oui, vous avez bien lu : 50 % !!!

C’est à la lecture de cet article du « Nouvel Observateur » que je décode  l’interview qu’Yvan Mayeur a donnée au « Vif L’Express », précisant que « sa loyauté à Di Rupo Premier a des limites ».

Je ne peux évidemment qu’approuver pleinement les réactions d’Yvan Mayeur face à certaines mesures prises par ce Gouvernement qui visent d’abord la population la plus précarisée, et laissent entendre que celle-ci est composée uniquement de profiteurs et de fraudeurs !!!

C’est faire preuve d’une effroyable cécité que d’imaginer cela.

La réalité est évidemment toute autre, et le PS sera, à juste titre, sanctionné s’il poursuit dans cette voie.

Je n’ai jamais caché ma joie, au plan humain, de voir Di Rupo accéder à la fonction de Premier Ministre, mais je n’ai jamais caché non plus le fait que cette lourde charge le ligotait dans une situation où, au vu de la Coalition qui l’entoure, il ne peut que mener une politique de Droite.

Je ne dis pas de « Centre Droit », mais je dis bien de « Droite », et ce ne sont pas les «  coups de gueule en service commandé » de Laurette Onkelinx qui me feront changer d’avis.

Bien sûr, le socle essentiel de l’index est, pour l’instant, sauvegardé, mais, disons-le clairement, c’est tout ce qui reste des débris de l’architecture idéologique de la Gauche démocratique belge !

C’ est ce bastion emblématique qui reste notre dernière ligne de défense… C’est vraiment la dernière !!!

merry_hermanus@yahoo.com

Les commentaires sont fermés.