Panique, mauvaise conseillère… des dérapages en pagaille !

Le soleil et la bonne humeur étaient de la partie.

Le dimanche sans voiture a été une magnifique journée pour les militants du PS de Jette.  Très nombreux dans les rues, ils se sont divisés en un groupe de cyclistes et un groupe de piétons.

Chacun a multiplié les contacts avec la population, contacts toujours extraordinairement positifs, un maximum de Jettois souhaitant manifestement un changement.

Tout se passait bien jusqu’à ce qu’un groupe rencontre l’inquiétant échevin Leroy.

Ce dernier, à notre approche, a ralenti et a proféré des insultes !

C’est évidemment incroyable de faire dériver ainsi un débat démocratique, mais, malheureusement, il faut bien constater que l’Homme à la main molle a, à certains moments, de grandes difficultés à se maîtriser.

Les conseillers communaux se rappelleront certainement ses hurlements contre Jean Werrie, à l’époque chef de Groupe MR, contre lequel, la bave aux lèvres, au sens physique du terme, il hurlait sa haine.

Dérapages :

Apparemment le nombre d’affiches de candidats PS fleurissant dans la commune gêne beaucoup Doyen-Pinocchio et sa clique, en particulier, l’un d’entre eux, dernier arrivé sur la liste Cdh, qui n’hésiterait pas à organiser des raids nocturnes pour les enlever là où il le peut, et irait même dans les commerces pour laisser entendre aux commerçants que s’ils maintenaient nos affiches, ils pourraient avoir des ennuis avec la commune !!!

Nous récoltons en ce moment à ce sujet des témoignages écrits pour dépôt de plainte.

Dernièrement, un fonctionnaire communal retraité, mais bénéficiant encore, sans doute pour services rendus, d’un petit contrat à la commune, aurait contacté une habitante qui avait eu l’audace de mettre une affiche du PS à sa fenêtre, en lui disant que si elle ne la retirait pas tout de suite, elle aurait de sérieux ennuis avec la commune !!!

Apparemment, si ces faits sont avérés, nous nous trouvons donc face à l’insulte, l’intimidation et la menace.

Curieux procédé quand on sait que Doyen-Pinocchio répand partout que ce n’est pas la peine d’aller voter, qu’il a, de toute façon, gagné grâce à son accord préélectoral avec sept partis.

C’est en tout cas la preuve que lui sait bien qu’il y a un formidable rejet de sa gestion et de sa personne dans la commune.

Comme un noyé qui tente une dernière brasse, il sent qu’il se noie.

Il se noie dans sa mauvaise gestion et dans l’enfer fiscal qu’il a imposé aux Jettois.

merry_hermanus@yahoo.com

Suivez le PS de Jette sur Facebook et cliquez J’Aime pour devenir fan 

Les commentaires sont fermés.