L’étrange histoire de la Maison de l’Emploi de Jette.

Allez hop !  Encore une petite inauguration !

Aujourd’hui, Doyen-Pinocchio et sa Majorité Arlequin inaugurent la Maison de l’Emploi, Maison de l’Emploi que j’aurais voulu créer dès janvier 2007.

Et c’est vraiment une curieuse histoire qui mérite d’être connue.

En 2005,le Ministre Cerexhe avait établi une liste de communes prioritaires pour la création des Maisons de l’Emploi.

Jette figurait dans le haut de la liste.  Elle était donc prioritaire.

Ayant été élu échevin le 2 décembre 2006, et ayant souhaité obtenir la responsabilité de l’Emploi, j’ai immédiatement pris contact avec le Directeur général d’Actiris, Eddy Courthéoux.

J’invite mes fidèles lecteurs à lire  la note  » projet emploi « que j’ai faite pour le Collège le 16 janvier 2007, c’est-à-dire un mois et demi après ma prise de fonction.  Elle démontre bien que j’avais fait de la création d’une Maison de l’Emploi  et de la lutte pour l’emploi l’une de mes priorités.

Dans la semaine qui a suivi, j’ai obtenu d’Eddy Courthéoux qu’il vienne visiter sur place différents sites possibles pour l’installation de cette Maison de l’Emploi. L’un des sites était l’ancien magasin vide depuis de nombreuses années « Bo Meubles », Place Lanneau.

La localisation était magnifique et le Directeur général d’Actiris y a immédiatement vu de nombreuses possibilités.

La fille de la propriétaire avait marqué son accord sur le montant de l’achat.

Quelques semaines plus tard, patatras !  La propriétaire de « Bo Meubles » refuse de vendre à Actiris !

Que s’était-il passé ? Un jour, peut-être, connaîtrons-nous la vérité ?

Ici, je ne peux que faire état d’une rumeur sans évidemment être capable de prouver les faits.

Quelques mois après le refus de la propriétaire, un Jettois s’est présenté à mon bureau, ivre de rage.  Il m’a affirmé que lui aussi était candidat à cet achat, et qu’il avait eu à ce propos différents contacts avec la propriétaire.

Celle-ci lui aurait déclaré qu’elle était en conflit avec la commune parce que cette dernière l’aurait taxée à titre d’immeuble abandonné.

Elle aurait affirmé qu’elle avait été invitée chez le Bourgmestre et qu’il lui aurait déclaré qu’elle pourrait bénéficier d’une exonération de sa taxe à condition qu’elle ne vende pas son bien à Actiris !!!

Il est évident que ce serait énorme, mais ce ne serait pas la première fois que des choses énormes de ce style se passent à Jette puisque, vous le savez, l’Atelier 340, depuis douze ans, ne paye pas ses taxes sur les immeubles et chantiers abandonnés.

En outre, j’ai bien dû constater que tout a été fait, je dis bien tout, pour retarder au maximum l’implantation d’une Maison de l’Emploi, et là, je peux le démontrer.

J’invite mes lecteurs à lire le courrier  que Charles Picqué a adressé à la commune le 21 juin 2007 dans lequel il apparaît que la commune ne répond même pas à un courrier du Ministre-Président concernant l’Emploi.

Tous les autres secteurs repris dans le contrat de Quartiers sont suivis avec vigilance, mais, l’Emploi, apparemment, tout le monde s’en fout !!!

Mieux encore, je vous invite à lire la note que j’ai faite pour obtenir le  recrutement d’un  conseiller emploi  car tous les recrutements avaient été réalisés sauf celui-là.

Il m’a fallu près de trois ans pour l’obtenir !

Je rappelle également que dans le Budget 2007, il n’y a pas un euro prévu pour l’Emploi !

Donc, l’inauguration qui intervient aujourd’hui n’est que de la poudre aux yeux, comme toujours en ce qui concerne Doyen-Pinocchio, et je crois apporter la preuve que tout a été fait depuis janvier 2007 pour saboter la création d’une Maison de l’Emploi.

Or, vous le savez, s’il y a, à Jette, 18 % de chômeurs indemnisés (chiffres Actiris), il y a près de 25 % de Jettois en âge de travailler qui sont en recherche d’emploi.

De ces gens-là, bien sûr, Doyen-Pinocchio se fiche complètement.

Il a largement démontré son attitude antisociale.

Il l’a démontrée dans le sabotage de la politique de l’Emploi que j’ai voulu mener, et il l’a  démontrée par le dépeçage systématique du CPAS qui, pour reprendre la formule du journaliste Bouillon dans « Le Soir » de ce week-end, est un CPAS à l’entrée duquel est affichée la phrase « Allez vous faire minimexer ailleurs » !

merry_hermanus@yahoo.com

Suivez le PS de Jette sur Facebook et cliquez J’Aime pour devenir fan

Les commentaires sont fermés.