Le PS de la Région de Bruxelles est-il devenu le Parti de Dieudonné? (Caricature antisémite annonçant une conférence du PS de Molenbeek sur le Sionisme).

Dans le pire de mes cauchemars,  je n’aurais pas cru une telle chose possible !

La presse diffuse une caricature censée illustrer un débat organisé par le PS de Molenbeek sur le sionisme.  Ce dessin est l’exact décalque de ceux qui paraissaient dans la presse d’avant-guerre et surtout de ceux diffusés par les Nazis pendant le conflit mondial, dont bien entendu, selon Hitler, les Juifs étaient responsables !!!

C’est le Juif tel que les antisémites le voyaient, c’est le Juif du film de Veit Harlan « le Juif Süss », film de propagande financé par Goebbels, ministre de la propagande d’Hitler,  c’est le Juif de l’exposition de 1942 à Paris et à Bruxelles où il s’agissait de reconnaître « le Juif », c’est le Juif de cet autre film financé par Goebbels où les Juifs sont comparés à des rats qui détruisent et envahissent tout !

Face à une telle dérive, à une telle horreur, il faut prendre du recul et tenter de comprendre pourquoi une telle chose a été possible au sein du PS bruxellois.

Moureaux à Molenbeek, mais aussi dans toute la région, a montré aux populations issues de l’immigration que le PS était leur défenseur naturel, qu’elles prenaient tout naturellement la place du prolétariat, des classes les plus fragilisées, les plus demanderesses socialement.  Ce message est magnifiquement passé, c’est une réussite exceptionnelle, malheureusement doublée d’un terrible échec.

Nous avons été incapables de transmettre nos valeurs.   Celles-ci sont restées étrangères  à une grande partie des populations émigrées.  Or, est-il honteux d’affirmer que le socle des valeurs qui structurent ces communautés ne sont pas les mêmes que celles qui ont structuré pendant des décennies et des décennies « le peuple de gauche » bruxellois.  La religion y tient un rôle essentiel, le culturel et le religieux y sont intimement liés d’où une distance de plus en plus grande avec le socle des valeurs socialistes.  Non !  Le socialisme bruxellois n’est pas le Baasisme de Nasser, de Sadam Hussein ou de Bachar el Hassad, trois régimes qui se revendiquaient du «socialisme». 

Nos valeurs sont celles du siècle des lumières, de liberté, d’égalité et de fraternité et…de l’antiracisme.  Il est vrai qu’en mars 2004, défendant ces valeurs au sein du PS, je me suis fait traiter de « laïcard » !!! Déjà !!!   Ce défaut de la transmission de nos valeurs est un terrible handicap, cette caricature montre que l’on va le payer cash.

A cela s’ajoute le phénomène généralisé, commun à différents partis,  de la disparition des militants.  En 1971, notre fédération comptait près de 30.000 membres en ordre de cotisation, aujourd’hui y en a-t-il  encore 4.000 ?

A Schaerbeek, l’une des communes les plus peuplées de la région, il y a, en tout et pour tout, 79 membres en ordre de cotisation.  Mais s’il n’y a plus de militants, il y a des électeurs dont la grande majorité est issue du monde immigré.  Enorme satisfaction pour le PS, mais là où le bât blesse, c’est que les indispensables relais, les porteurs de valeurs, les formateurs de cadres,  les éclaireurs de conscience qu’étaient les militants ont disparu.  Les petits soldats ont disparu, ne restent que les aspirants maréchaux !

 Au PS de Bruxelles,  on est soit électeurs soit élus !  C’est tout !

Il existe une superstructure qui dirige, régente, gouverne, mais où sont passés les militants ?

S’il est vrai que c’est aussi le cas dans d’autres formations, c’est plus grave au PS qui a toujours été un parti de militants.

Une symbolique est celle des femmes d’origine immigrée.  Depuis longtemps,  j’observe qu’il n’est pas bon, au PS de Bruxelles,  d’être d’origine maghrébine et femme.  De remarquables parlementaires ont été évincées, d’autres ont dû se battre de façon acharnée car on ne voulait pas d’elles sur les listes, trop libres, trop indépendantes.  Pourquoi ?  Simplement parce que cela ne plaisait pas à la composante la plus réactionnaire de la communauté, malheureusement celle sur laquelle le PS s’est appuyé.

L’une de ces femmes a osé, il y a quelques années dans « Le Soir » donner une interview où elle expliquait son combat pour « sa » liberté, ses choix.  Elle s’est fait agonir d’injures de toutes sortes, tout le monde lui est tombé dessus.

Ces femmes parfaitement intégrées, libres, détachées de tout obscurantisme, gênaient dans le paysage, heurtaient les relais communautaires les plus rétrogrades.

Conséquence, ce PS sans militants, mais blindé en électeurs, est aujourd’hui prisonnier de ceux-ci !

Toutes les généralisations sont absurdes et, souvent, porteuses de non-sens.  Il est heureux que les communautés immigrées aient aussi été la source d’où  certaines personnalités de très grande qualité ont pu émerger et tiennent leur place parmi nous. Mais j’observe que, là aussi, ceux qui, issus de l’immigration et qui se réclament de la laïcité, ou qui revendiquent la séparation de la religion et de la politique, sont systématiquement minorisés, comme si, d’une certaine façon, on avait honte d’eux.

Arrêtons de nous mentir, sans eux, le PS bruxellois n’existe plus électoralement.  Et donc la question qui est posée, c’est fondamental, est de savoir quelles valeurs nous allons porter demain.

Cette réalité nous explose au visage quand on découvre cette immonde caricature qui était censée illustrer la conférence de Moureaux et de Goldstein.  Avec un immense regret, il faut bien constater que ce n’est qu’un élément parmi d’autres.

Est-il exact qu’un parlementaire PS a récemment insulté un journaliste de « crapule sioniste ? »

Est-il exact, comme « Le Soir » le révélait que des élèves de rhétorique de Schaerbeek considéraient qu’Hitler avait bien agi en assassinant des millions de juifs ?

Dans un tel contexte, les pires,  pour exporter en Belgique le conflit Israélo-Palestinien, font flèche de tout bois.  Savent-ils ceux-là,  que 6 millions d’hommes, de femmes et d’enfants ont été assassinés, leur seul crime : être Juif.  Non !  Ils n’étaient pas des « crapules sionistes. »   

Peuvent-ils imaginer ce que fut ce sommet de l’horreur de mères Juives, nues, serrant dans leurs bras leurs enfants dans l’hébétude d’une chambre à gaz où, poussés les uns contre les autres, ne sachant que trop bien ce qui arrivait, luttaient face à une mort trop longue à venir, dans les cris, les odeurs de vomi et d’excréments.  C’est cette fin-là qui a été imposée à des millions de gens car ils étaient Juifs ! Au-delà des mots, c’est cette atroce réalité-là dont il faut se rappeler.

Savent-ils, ceux-là, que c’est en utilisant les mêmes, oui, exactement les mêmes caricatures que les régimes fascistes durant la guerre ont tenté de répandre l’antisémitisme au sein de la population des pays occupés ?  Ils n’y ont pas réussi !  C’est un immense honneur pour notre pays que d’avoir pu trouver en son sein des milliers de familles, surtout d’ailleurs catholiques, pour sauver des familles et des enfants juifs.  C’est un  immense honneur  que ce soit dans notre pays, et seulement dans notre pays,  qu’un convoi vers Auschwitz a été attaqué par la résistance !

Mais je ne doute pas que pour l’auteur de cet immonde dessin, ce proche de Dieudonné, et pour ceux qui ont songé à utiliser cette horreur, tout cela n’était « qu’un détail de l’histoire » comme l’a si aimablement affirmé Jean-Marie Lepen.

Mesure-t-on bien au sein des instances dirigeantes du PS bruxellois l’immense écart qui s’installe entre nos valeurs fondatrices, le discours et la pratique de certains ?

Est-il vrai que le conflit Israélo-Palestinien permet à d’aucuns de ressortir du placard où leur père les y avaient prudemment remisés en 1945,  les oripeaux de l’antisémitisme ?  Oui ! Le député Destexhe a parfaitement raison « toutes les limites ont été dépassées. »

Est-ce être une « ordure sioniste » que de condamner la politique scandaleuse du gouvernement Israélien ?

Est-ce être une « ordure sioniste » que de dénoncer l’occupation des territoires de Cisjordanie, la colonisation ?   Mais faut-il pour autant stigmatiser « le Juif » ?  Je dirai mieux, le supposé « Juif » tel que l’antisémite le voit ou veut le montrer.  Il faut être particulièrement inculte pour encore oser, en 2013, caricaturer le « Juif » comme on le faisait pendant la guerre.

D’où tient-on qu’être Juif c’est appartenir à une race ?  Savent-ils ces ignares qu’il y a eu des juifs chinois ?  Quelle chance qu’il n’y en ait plus !  Que n’aurait-on dit ?

N’ont-ils donc pas appris qu’être juif,  c’est d’abord une culture, pour certains une religion, des valeurs, et surtout une histoire, une immense, une douloureuse et terrible histoire.

De plus,  en revenir aux pires pratiques des plus sombres heures de l’humanité ne résoudra en rien le problème Palestinien.

Me vient une question, une simple question à ceux, stupides ou ignobles, qui ont voulu utiliser cette caricature : Acceptez-vous l’existence de l’Etat d’Israël, je parle de l’Etat d’Israël dans ses frontières de 1948 ?  Ou bien vous alignez-vous sur les propos du « sympathique » dirigeant iranien qui envisage froidement la destruction de ce pays ?

Qu’il serait éclairant d’entendre les réponses de certains à cette simple question.

Récemment, lors d’une manifestation à Anvers, le slogan était « Les juifs dans le gaz. »  En tête de cette manifestation un parlementaire bruxellois, socialiste…flamand… Ouf !

Quant au PS bruxellois, s’il ne prend pas clairement position, sans langue de bois, sans la moindre nuance pour contrer une fois pour toutes  ce genre de dérive raciste, il deviendra impossible d’en être membre, il deviendra pour ceux qui, comme moi, encore nombreux, restent attachés aux valeurs de la gauche, infréquentable.

Oui !  Il y a des électeurs indésirables !  Oui ! L’électoralisme doit s’effacer quand l’essentiel est en danger !  S’il ne le fait pas,  le PS gagnera certes encore de nombreuses élections  mais il aura perdu son âme !

merry_hermanus@yahoo.com

 

Les commentaires sont fermés.