En Hongrie, l’Extrême-Droite veut des listes de Juifs !!!

Faut-il dire que c’est avec une certaine stupeur que j’ai lu les déclarations d’un membre de l’Extrême-Droite hongroise réclamant qu’en Hongrie, on établisse une liste des Juifs !!!

J’ai déjà évoqué le fait, il y a quelques jours, que le scénario à la hongroise, c’est-à-dire la présence de l’Extrême-Droite dans le Gouvernement, à mes yeux, se profile pour la France de demain tant l’Extrême-Droite a un boulevard devant elle.

Revenons néanmoins en Hongrie. 

N’est-il pas temps de rappeler qu’après avoir eu une attitude particulièrement molle à l’égard de l’antisémitisme, l’Amiral Horty, dirigeant la Hongrie entre 1940 et 1944, s’est vu, sur la fin de la guerre, contraint par les Allemands et l’Extrême-Droite hongroise (Les Croix fléchées), de s’inscrire dans la « Solution finale ».

Ainsi, en quelques jours, 450.000 Juifs Hongrois ont été raflés, conduits à Auschwitz, et parqués dans une sorte d’enclos.  Après quelque temps, ils ont été, en une quinzaine de jours, assassinés !!!

Pour bien comprendre ce que fut cette époque en Hongrie, je vous invite à lire le livre du Prix Nobel de Littérature Imre Kertész « Etre sans destin ».  Tout y est décrit.  La façon dont la gendarmerie hongroise a raflé les Juifs, comme d’ailleurs la Police française, sans l’aide d’aucun soldat allemand, a raflé les Juifs en France les 16 et 17 juillet 1943, lors d’une opération poétiquement appelée « Vent printanier « .

Nous sommes ici dans l’ignominie la plus pure.

Qu’on ose donc, en 2013, dans une Hongrie qui se veut démocratique, réclamer une liste des Juifs est absolument effarant.

Mais n’est-il pas vrai aussi qu’on assiste à la libération de la parole raciste ?

Il y a maintenant près de trente ans, Mitterrand avait pris dans son Gouvernement le maire d’une petite commune bretonne qui était originaire d’Afrique centrale.  Il était donc… Noir !!!

Quand on voit aujourd’hui la vague raciste qui accueille la présence d’une ministre congolaise dans le Gouvernement italien, ou qu’on voit la Ministre Christiane Taubira, en France, ouvertement insultée, à qui on présente des bananes, et qu’on voit un curé d’une Eglise de Paris (dissidente de l’Eglise catholique romaine) mener une manifestation avec pour slogan : « Y a bon Banania, Ya pas bon Taubira », c’est absolument épouvantable.

Il est étonnant de faire le parallèle entre la façon dont le politiquement correct s’applique aux publicités qui pourraient choquer certaines féministes, qui s’appellent elles-mêmes « Chiennes de garde », et la façon dont la parole antisémite et raciste explose partout sans qu’il n’y ait trop de réactions.

Je suis véritablement stupéfié que les Organismes de la Gauche bien-pensante, si prompts à déposer plainte contre Manuel Vals quant à sa déclaration contre les Roms, ne déposent pas plainte contre ce curé.

Y aurait-il des indignations à sens unique ?

Qu’on se rappelle que la parole précède les actes.

Y aura-t-il, demain, une liste des Juifs à Budapest ?

Comme l’humour est souvent la dernière défense de celui qui n’en a plus aucune, je terminerai en rappelant cette excellente blague juive «  Un gars dit à un autre « Tu sais, j’ai appris que, demain, on emprisonnerait tous les Juifs et tous les coiffeurs ». L’autre « Mais pourquoi les coiffeurs ? ».

Tout est dit !

merry_hermanus@yahoo.com

Les commentaires sont fermés.