Gang des Vieux en Colère ! Ce 16 avril 2018, Place de la Liberté à 15h00

Il y a peu, émergeant d’un sommeil réparateur, une pensée me vint : « la retraite c’est agréable mais ça ne dure pas… voilà l’ennui. »

Pensée égoïste, car la vérité est pour beaucoup bien différente. La retraite est souvent un calvaire. Notre combat est celui des valeurs… des valeurs et de la transmission. C’est pour nos successeurs, les futures générations, nos enfants que nous sommes ici présents. Car la retraite qui, pour beaucoup, n’est que le couloir de la mort, est aussi un enfer avant le trépas, elle a souvent un horrible compagnon, du genre de celui qui ne fait pas crédit, j’ai nommé la misère.

Une pauvreté qui, le plus souvent, s’ajoute à la découverte inattendue d’un corps, le sien, qui décide, passé un certain cap, de ne plus vous servir, de faire des siennes, regimbe, grince, plie, s’enflamme, se gonfle ici ou là d’une saloperie de tumeur ou se racrapote. On découvre alors les joies de l’hôpital, les médecins, les médicaments aux goûts et aux noms barbares… tout ça coûte énormément d’argent… chose fort rare lors de la pension. Pas d’exception, nous sommes tous et toutes atteints d’une maladie mortelle, la vieillesse !

Au cœur de la résistance à l’occupant nazi, des femmes et des hommes de toutes tendances, des libéraux, des catholiques, des socialistes, des communistes ont voulu changer le monde, changer la vie… peut-être pas faire chanter tous les lendemains mais au moins rendre ceux-ci moins difficiles. Ainsi fut mis sur pied notre système de sécurité sociale. L’un de ses piliers essentiels est la pension.

Ces pères fondateurs ont voulu, sortant de l’épreuve où le monde a failli basculer dans l’horreur nazie, installer une solidarité entre les actifs et les retraités, c’est le système par répartition, celui que l’actuel gouvernement essaye à grands renforts de coups de haches de démanteler. Oh ! bien sûr, ils ne l’avouent pas comme cela, leurs vérités sont construites d’immenses mensonges. Ils essayent de nous faire croire que l’eau ne mouille pas, et que les amputations successives du système construit patiemment au fil des ans, ne détruiront pas la solidarité inhérente au système actuel.

L’enjeu est en réalité bien plus vaste, bien plus global. En réalité, ces gens-là veulent nous faire basculer dans une autre société, une société d’où la solidarité aura disparu et où pour citer un vieil emmerdeur barbu « nous nagerons alors dans les eaux glacées du calcul égoïste » On nous dit que la sécurité sociale, les pensions coûtent trop cher aujourd’hui et seront impayables demain ! Vieux truc politique… foutre la trouille aux petits épargnants… la rente est en danger disait-on déjà au XIXème siècle à la veille des bouleversements révolutionnaires de 1830, 1848 et 1871.

Il y a deux ans, un économiste profita de sa médiatisation, cette fausse monnaie de la gloire, pour se fendre d’un article où il expliqua le plus calmement du monde, avec la sérénité des bourreaux se croyant au service du bien et de l’ordre, qu’il ne fallait plus rembourser les opérations et prothèses de la hanche ou du col du fémur pour les patient au-delà de 80 ans… trop cher pour la Sécu ! Ceux qui pouvaient payer, pas de problème, on opère, on rafistole, on remet sur pied…
les pauvres plus la peine… coût excessif ! Voilà comment résonnent ces salauds ordinaires pour qui ne comptent que le fric, celui que l’on gagne, qu’on gagnera…ou qu’on n’a pas ! Au moins ce salaud-là avait la franchise d’affirmer ses conceptions, il n’avançait pas masqué comme le font nos actuels dirigeants.

Il y a 35 ans, je participais a des discussions concernant la privatisation de la CGER. Au fil des discussions certains, même à gauche, avaient déjà envisagé le passage au système de pension par capitalisation. Une banque-assurance, qui se voulait proche du PS avait déjà tout calculé, tout préparé pour être parmi les premiers à rafler la mise, à empocher le pactole. Heureusement, la raison, la volonté de maintenir la solidarité était apparue pour ce qu’elle est toujours, essentielle à notre système social, politique et civilisationnel. Car, il ne fait pas de doute que c’est vers une autre civilisation qu’on veut nous entraîner.

On veut faire de nos enfants des consommateurs lambda, des esclaves d’Uber, moderne ça… non ? Mais sans droit, sans moyen… sauf ceux qu’ils seront capables de se payer… les autres à la poubelle sociale. Pas question de comptabiliser les périodes de chômage… Faut être mobile… s’adapter… ou crever oui crever car comment vivre avec 800 ou 1000 euros si vous avez un loyer à payer… non ? Impossible il ne reste que le cimetière… et au plus vite.

Heureusement que nos gouvernants n’ont pas eu de formation d’ethnographe, sinon ils encourageraient les plantations de cocotiers pour y faire grimper les plus vieux alors que d’autres, les actifs, secoueraient vigoureusement le tronc pour faire tomber le retraité… plaff… un bruit mou, juteux de pastèque qui éclate et… plus de retraite à payer… plus un sou! Un miracle. Ou bien, la technique esquimaux, l’abandon sur la banquise de celle ou de celui qui n’est plus capable de chasser le phoque.

L’abandon, ça on connait déjà, pas sur la banquise mais dans des homes bien crapoteux, sentant la javel et le café de cantine, où des vieillards hallucinés attendent dans une totale solitude une mort trop longue à venir. Il faut d’ailleurs savoir que, déjà aujourd’hui, avant les changements mortifères qu’on nous prépare, un infime pourcentage des retraités peuvent encore payer le prix exigé par les CPAS pour avoir le droit de résider dans leurs homes. Dans l’un de ceux-ci que je connais bien, les gestionnaires hésitaient dernièrement à donner une aide à une vielle femme veuve récemment. L’un d’entre eux eut cette formule digne d’une réplique de Dickens : « Madame, soyez contente que l’on ne tienne pas compte du fait que votre alliance est en or et qu’on pourrait exiger que vous la vendiez ! » Moi, quand j’entends des horreurs pareilles, j’ai envie de tuer !

Quand j’aperçois Bacquelaine, l’ineffable ministre de la destruction des pensions, au profil de filochard sournois, je songe toujours à cette formule de Baudelaire : « c’est toujours chose intéressante que ce reflet de la joie du riche au fond de l’œil du pauvre. » Curieux que ces gouvernants-là aient oublié que les vieillards sont des femmes et des hommes de mémoires dont le cœur se brise mais ne vieillit jamais.

A Bacquelaine et ses semblables je dirai paraphrasant Corneille : « Ministre si mon visage/ a quelques traits un peu vieux/souvenez-vous qu’à mon âge, vous ne vaudrez guère mieux ! » Mais à tous ceux-là, se voulant réformateurs mais n’étant que des fossoyeurs qu’ils sachent que le droit de vivre, de vivre dignement ne se mendie pas… il se prend !
Hermanus Merry 16 Avril 2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s