Archives de Tag: Apartheid

Lettre Ouverte à Brahim Datoussaid qui a quitté le PS pour le parti « ISLAM ».

Brahim, cela fait maintenant de longues années que nous nous connaissons. Il doit y avoir quinze ou vingt ans, tu as quitté une première fois le PS suite à l’une de mes remarques, un peu rude je l’avoue, sur le poids de certaines religions dans la vie publique. Tu as rejoint le SP, puis tu as, selon certaines rumeurs été voir ailleurs si l’herbe était plus verte.

Enfin, tu es revenu au bercail socialiste, tu as joué un rôle considérable par ta capacité de mobilisation d’une foule de gens dont, je t’avoue, nous nous sommes toujours demandés où tu allais les pêcher ? Il n’en reste pas moins que ton travail fut considérable. Distribuer un tract en 45’ dans toutes les boîtes aux lettres d’une commune de cinquante mille habitants fut une sorte de record. Nous l’avons réussi grâce à toi, et pas qu’une fois !

Cette activité débordante m’a conduit à éprouver le sentiment d’avoir une dette à ton égard, sentiment partagé par Mireille, mon épouse, tu sais celle à qui tu as dit récemment, en riant, que tes « nouveaux » amis ne l’obligeraient pas à porter la Burqa ! C’est à cause de ton travail exceptionnel lors des communales que nous t’avons soutenu, rien de plus, rien de moins !

La façon dont le PS de Jette, ou plutôt les rares débris qui en reste, s’est conduit à ton égard,  a été sans conteste odieuse; qu’un mandataire manifestement lourdement aviné te suggère d’aller voter au Maroc plutôt qu’à Bruxelles, que tu doives appeler la police pour pouvoir participer à un vote interne, fut absolument scandaleux. Pour ma part depuis Octobre 2012, je me garde bien de formuler quelque remarque que ce soit sur le pitoyable naufrage de la section du PS de Jette. C’est la responsabilité des autorités de la fédération.
Mais ton passage au parti « Islam » est à mes yeux beaucoup plus qu’un simple changement de choix politique, ceux-ci sont de plus en plus nombreux; faire son « marché » pour tenter d’être élu démontre une absence totale de conviction politique, malheureusement de plus en plus répandue parmi ceux pour qui une élection n’est que l’ascenseur social, une sorte de Jackpot, dénué de toute charge idéologique. Mais je le répète, choisir le parti « Islam » c’est bien autre chose !

D’abord, cela implique que malgré ta présence dans nos rangs et dans ceux du SP, tu n’as à aucun moment épousé nos valeurs. Nous en assumons une responsabilité. Nous n’avons pas été capables de te faire adopter notre foi en la démocratie, dans le progrès … dans l’avenir, notre profond attachement à la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, notre conviction que l’égalité homme/femme est un principe fondamental inviolable et enfin que religion et politique sont des choses qui doivent rester totalement séparées. Ton passage dans un parti qui publiquement réclamait en 2012 l’application de la Sharia en Belgique démontre que nous avons, malgré ta longue présence dans des partis de gauche, totalement échoué à te faire comprendre et partager les principes fondamentaux que je viens d’énumérer.

Tu as donc rejoint des dévots de l’ordre électoral pour qui les paroles de l’Internationale devraient être modifiées et devenir les suivantes : « C’est la lutte finale, la foi musulmane sera le genre humain».  Tu espères peut-être faire évoluer tes nouveaux amis politiques, tu sembles ignorer qu’à la fin ce sont toujours les plus durs qui imposent leur foi aux plus modérés ! Regarde les jeunes filles qui se voilent pour ne pas se faire insulter ou critiquer … je peux te citer quelques exemples emblématiques !
Il y a plus grave, beaucoup plus grave.

En rejoignant cette formation, tu fais un tort considérable à la communauté musulmane de Bruxelles. Ton nouveau parti, aux yeux de nombreuses personnes, démontre que cette communauté ne s’intégrera jamais, qu’elle n’en a nullement la volonté et pour reprendre les termes mêmes des candidats de ton parti, veut créer un Kalifat en Belgique et en Europe. Tu n’as donc nullement songé à ces milliers de musulmans qui vivent et pratiquent leur foi, dans le respect des institutions démocratiques de notre pays, qui, luttant contre la discrimination, le racisme, ont travaillé dur pour s’imposer, trouver leur voie, étudier et occuper leur juste place dans notre société.

Non ! Tu ne trahis pas le Parti socialiste, quelle importance, l’histoire nous prouve qu’il s’est toujours très bien trahi lui-même ! Non ! C’est bien pire, tu trahis tous ceux qui partagent ta foi musulmane et qui, eux, veulent vivre avec nous, comme nous, tout en pratiquant leur foi dans la sphère privé, comme le font les Juifs, les catholiques, les protestants, les bouddhistes … Oui Brahim, ce sont eux que tu rejettes dans un ghetto, mot lourd de sens, ce sont eux que tu blesses, ce sont eux que tu empêches de progresser, pire que tu fais régresser.
Ce que prône ton nouveau parti, n’est même pas le multiculturalisme qui est déjà une forme d’apartheid, ce serait déjà énorme, mais bien plus grave, un basculement pur et simple vers un état islamique dont personne ne veut ni l’immense majorité des musulmans vivant en Belgique ni bien sûr tous les autres habitants de notre pays.

Quel mauvais service tu rends à ta communauté ! Tu la replonges dans la gangue dont une majorité, malgré le racisme et la discrimination, avait réussi à s’extraire. En outre, je me pose une question … tes nouveaux amis qui vivent en Belgique, peut-être y sont nés, comment acceptent-ils d’habiter dans un pays qu’ils méprisent, sans se mépriser eux-mêmes ? Pourtant, il ne manque pas de pays où leurs vœux les plus chers sont rencontrés où la sharia s’applique tous les jours, où les femmes sont lapidées, où les homosexuels sont assassinés ! Pourquoi n’y vont- ils pas ? Je suis persuadé que l’actuel ministre de l’intérieur, tel qu’on connait ses opinions, insisterait pour prendre en charge leurs frais de voyage de retour.

Vois-tu Brahim, nous avons déjà débattu de ces questions et tu savais fort bien que Mireille et moi sommes :
– Partisans d’une laïcité respectueuse de la foi de chacun
– Partisans d’une séparation totale de la religion et de la politique
– Partisans d’une totale égalité Femme/Homme, exigeante et intégrale
– Partisans d’une totale liberté d’expression
– Partisans du respect de l’orientation sexuelle de chacune et chacun
– Opposés aux horaires différents selon le sexe dans les piscines
– Opposés à ce que toutes les nourritures servies dans les écoles publiques répondent aux exigences religieuses
– Opposés au port du voile dans les services publics
– Opposés à tous les « petits accommodements » qui de fait conduisent à un basculement de notre civilisation, un retour à des principes d’un autre temps !

Tous les éléments cités ci-dessus faisaient consensus général dans le PS d’il y a quinze ou vingt ans, et ceux qui aujourd’hui, les lisent la bouche en cul de poule, hésitant, fébriles, calculant l’impact électoral de leur respect, estimant qu’ici ou là des aménagements sont possibles, ne sont motivés, crois-moi, que par des raisons exclusivement électorales ! Ceux là, pour être élus ou pour faire élire leur rejeton dynastique, trouveraient que se mettre un os dans le nez, serait acceptable pour un agent d’un service public, si une telle pratique était exigée par une quelconque religion, religion pratiquée bien sûr par un nombre suffisamment important d’électeurs …Voilà la clé, l’unique clé !

Eh Bien vois-tu ! Nous sommes quelques-uns à la refuser, nous estimons que les valeurs que nous défendons ne se découpent pas en rondelles de saucisson. On ne transige pas avec la liberté d’être et de penser.

Voilà ! J’espère qu’ainsi les choses seront claires pour toi en ce qui nous concerne … et que jamais, en aucune occasion tu ne feras référence à nous qui, comme tu as pu le lire sommes totalement, fermement, irrévocablement opposés à ta nouvelle orientation politique … mais je me pose une question, est-ce bien une nouvelle orientation ? A toi d’y répondre … avec ta conscience !

Un si joli petit village ?

A la fin des années 60, on pouvait voir, en noir et blanc, sur nos écrans de télévision, un feuilleton qui eut un énorme succès.

Son titre : « Le Prisonnier », avec l’acteur vedette Patrick Mc Goohan.

Il s’agissait d’un ancien des services secrets qui se retrouvait sur une île, qui essayait de s’en échapper, et qui, inlassablement, échouait en dernière minute.

L’île où il se trouvait était absolument charmante tant tout le monde y était agréable, les espaces verts nombreux, les fleurs s’épanouissaient partout.

Seuls quelques véhicules, style voiturettes de golf, sillonnaient les rues.

Et bien, le clip de présentation de Jette qu’on peut voir sur You Tube, fait par le CDH/LBJ, c’est exactement cela !!!

A Jette, tout le monde est souriant, tout le monde est beau, les rues sont splendides, les maisons sont couvertes de fleurs !

Autrement dit, tout le monde vit dans le meilleur des mondes !!!

Le meilleur des mondes ?  Cela ne vous fait penser à rien ?

Les Jettois qui ont vu ce film sont effarés car ils ne reconnaissent évidemment pas leur commune.

D’autres vont beaucoup plus loin, et je ne les suivrai pas sur ce terrain, en disant que ce film est quasiment une image d’apartheid de la commune de Jette.

En effet, observez bien ce film, et vous verrez combien il nie la diversité qui est la réalité de notre commune d’aujourd’hui.

Bien sur, nous savons que Doyen-Pinocchio, il n’y a pas si longtemps, évoquait, dans le journal « Le Soir » la « tribalisation » des listes électorales.

Son électorat peut être rassuré, l’image qu’il donne de la commune de Jette n’est certes pas une image « tribale ».

Mais, petit problème …  C’est un sommet dans l’art du mensonge !!!

Deux autres références me viennent à l’esprit.

Dans les années 50, l’Union Soviétique diffusait dans nos pays une grande revue.

On pouvait y voir de joyeux tractoristes, de solides kolkhoziennes aux joues rouges, les bras chargés d’un blé abondant, des sidérurgistes souriant de toutes leurs dents devant les hauts fourneaux.

La Russie stalinienne poursuivait là une tradition, celle des villages en carton que le Ministre de la Grande Catherine, Potemkine, construisait sur le passage de la Tsarine.

Doyen-Pinocchio poursuit donc cette grande tradition du mensonge institutionnalisé.

Bien entendu, après quelques pluies, les villages Potemkine se défaisaient et s’écroulaient pitoyablement.

Pour ce qui concerne Doyen, il suffira d’une pluie d’électeurs Jettois qui, de leurs yeux, peuvent voir la preuve du mensonge permanent, celui auquel il conviendra de mettre fin le 14 octobre prochain.

merry_hermanus@yahoo.com

Suivez le PS de Jette sur Facebook et cliquez J’Aime pour devenir fan 

L’Apartheid à Jette ! Est-ce vrai? Est-ce possible ?

Depuis quelques années, un petit groupe de Seniors jettois part, à l’initiative des services communaux du Troisième âge, en voyage en Turquie.

Pourquoi en Turquie ? Nul ne le sait. Mais, en définitive, pourquoi pas en Turquie ?

Comme beaucoup d’entre vous le savent, le samedi et le dimanche, je passe une heure dans un des bistrots les plus populaires de la commune, le Sportwereld installé Place du Miroir. C’est l’endroit où la bière est la moins chère et où le public populaire siège en véritable Cour d’Assises, jugeant au jour le jour les agissements des politiques et, en particulier, des politiques communaux.

Ce samedi, il n’y avait qu’un seul sujet de conversation. Une affaire faisait grand bruit. En effet, cette année, lorsque le groupe de pensionnés s’est présenté pour embarquer dans le bus qui devait les amener à l’aérodrome, l’employée communale accompagnatrice intimait l’ordre aux Flamands de s’installer à droite, et aux Francophones de s’installer à gauche !!!

Nombreux étaient ceux qui étaient totalement éberlués face à une instruction dont personne ne comprenait le sens.

L’un des pensionnés, n’y tenant plus, a interpellé l’accompagnatrice et lui a demandé d’où venait cette instruction, et qui avait exigé que soit instauré de la sorte un Apartheid aussi ridicule qu’odieux.

L’employée communale s’est alors montrée troublée, très ennuyée, et aurait précisé que c’était une instruction de l’échevin.

Mais quel échevin ???

Ces voyages étant à l’intention de tous les Seniors, qu’ils soient Francophones ou Néerlandophones, ils sont organisés par l’échevin Leroy…, vous savez, celui qui dépense quatre fois plus pour les fresques que pour l’emploi, et par l’échevine et députée néerlandophone Brigitte Depauw.

Ont-ils donné cette instruction ensemble, ou bien est-ce une initiative tout à fait étonnante de l’un des deux ?

Est-ce une préfiguration du Bruxelles de demain où on veut élever des murs entre Francophones et Néerlandophones ?

Je n’ose y croire, mais j’aimerais bien avoir le fin mot de cette histoire.

Quoi qu’il en soit, les voyageurs, sans autre forme de procès, ont pu s’installer dans l’avion où ils le désiraient. Il semblerait, si tout cela est exact, que l’Apartheid n’a été obligatoire que dans le bus jettois.

Ouf !!!

Il est vrai qu’avec cette curieuse Majorité, on peut s’attendre à tout, mais je pense que si tout ce qui m’a été raconté est exact, on aurait atteint là un sommet de stupidité.

merry_hermanus@yahoo.com
Share

CONGO : L’anniversaire d’un crime !

Certains croient devoir « fêter » le 50ème anniversaire de l’Indépendance du Congo.  En réalité, ce qu’il faudrait commémorer, ce sont les exactions constantes   commises contre les populations congolaises depuis la « découverte » de ce pays par Stanley lors de sa traversée de l’Afrique d’Est en Ouest.

Léopold II n’avait nullement d’objectif humanitaire, et la soi-disant lutte contre l’esclavage n’était qu’une immonde hypocrisie.  Son seul objectif était de s’emparer des richesses du Congo, et il y organisa un système de travail forcé digne des pires systèmes concentrationnaires.

Dès la fin du 20ème siècle, ce système a été condamné par l’Eglise anglicane et protestante dont les missionnaires anglais et suédois  étaient les témoins horrifiés des pratiques de l’Etat indépendant du Congo.

Les campagnes menées par Casement et Morell firent la Une des  médias de la fin du 19ème siècle. La réalité était enfin mise à jour !

Les forces de l’ordre coloniales, lorsqu’elles tiraient une cartouche, devaient ramener deux mains coupées !!!

Joseph Conrad a décrit dans « Au cœur des Ténèbres », une horreur qu’il a côtoyée lorsqu’à bord de son vapeur, il remontait le fleuve Congo.

Cette terrible réalité a été totalement occultée en Belgique où Léopold II a été présenté comme le bienfaiteur de l’Humanité luttant contre l’esclavage !

Il fallut les travaux universitaires de Barbara Emerson qui, au début des  années 70, fit toute la lumière sur les pratiques criminelles  de l’Etat indépendant du Congo.

Contrairement à ce qui était enseigné jusque dans les années 70, Léopold II ne « donna » pas le Congo à la Belgique, mais il le vendit !!!

En 1909, à la mort de Léopold II, c’est l’Etat belge qui prit la suite. Il rompit avec un certain nombre de pratiques, mais il mit en place, avec l’aide de l’Eglise, un système hypocrite d’Apartheid qui ne dit pas son nom.

Toute la classe politique belge étant d’accord pour maintenir la population indigène dans un état de sujétion  par rapport aux Blancs.

Emile Vandervelde, Président du Parti ouvrier belge, de retour du Congo en 1927, affirmait haut et fort que les Congolais avaient besoin d’un enseignement religieux pour qu’ils soient accessibles à une morale.

Cet état d’esprit durera jusqu’en 1954 lorsqu’on mit enfin en place un enseignement secondaire pour les Congolais.

Disons quand même à la décharge d’Emile Vandervelde qu’il  fut l’un des rares à oser condamner les pratiques de Léopold II.

Quel contraste avec ce qui se passait dans les colonies françaises où, dès 1857, le Général Faidherbe envoyait les fils de chefs indigènes dans les meilleures écoles  et dans les Universités françaises.

Le colonisateur anglais fit de même.

La Belgique estimant, encore au début des années 50, qu’elle était au Congo pour des centaines d’années, pensait que, pour les Noirs, un enseignement primaire suffisait.

Van Bilsen a été traité de fou lorsque, dans les années 50, il avait prévu l’indépendance du Congo en 1985 !!!

Le discours du Général de Gaulle à Brazzaville, en 1958, mit le feu aux poudres.

Les émeutes de Léopoldville, en 1959, furent un coup de tonnerre dans un ciel bleu.

Subitement, les Congolais se mettaient à exister !

L’Establishment belge crut  que, comme on l’écrivait sur le tableau noir des écoles le 30 juin 1960, « Avant l’Indépendance = Après l’Indépendance ».

Face au chaos qui s’installa, l’Establishment, dominé par la Société générale et l’Union minière, crut génial d’organiser la sécession katangaise.

La suite fut le tohubohu, la guerre et les massacres de masse.

On peut affirmer aujourd’hui que depuis l’Indépendance, plus de cinq millions de Congolais ont perdu la vie  dans les guerres qui se sont multipliées dans ce qui aurait pu être un paradis et qui est devenu un enfer à cause de la rapacité et de  la stupidité du colonisateur belge.

La fortune de Léopold II était estimée, au moment où il monte sur le trône, en 1865, à 4 millions de francs Or. Au moment où il meurt, en 1909, elle est estimée à 14 milliards de francs Or. Ces milliards-là dégoulinent  du sang des Congolais qui ont, dans le travail forcé, été obligés de récolter le caoutchouc.

En 1973, j’avais le privilège d’être aux Affaires Etrangères. J’y côtoyais une faune désolante, aussi bornée que raciste, d’anciens fonctionnaires ayant servi au Congo et détenant la réalité de la politique belge dans ce pays. Ceux-ci ne se cachaient pas pour me dire que lorsque la Belgique injectait un franc au Congo, elle devait en retirer au moins 12 !!! Toute la question était de savoir qui retirait ces 12 francs et au profit de qui ???

Lorsque j’étais dans l’enseignement primaire, on recevait dans nos cahiers un buvard sur lequel on voyait un colonisateur protecteur et un Noir « bien primitif » tenant une lance et un bouclier. Mais qui étaient les primitifs ? Etaient-ce les Noirs ou étaient-ce les policiers belges qui,  après avoir tué Lumumba, et après l’avoir déterré quelques jours plus tard et dissout dans l’acide, ont conservé en souvenir la phalange d’un doigt et deux dents ???

Le premier devoir de la Belgique, si tant est qu’elle existe encore aujourd’hui, serait de faire la vérité, toute la vérité, sur ce que fut le rôle de Léopold II,  et sur la colonisation.

Ce devoir de mémoire est impératif si ce pays  veut retrouver sa dignité et laver la tache monstrueuse que fut la colonisation du Congo.

merry_hermanus@yahoo.com
Share