Archives de Tag: conseiller

Bruxelles : Menace de révision du revenu cadastral. Enorme catastrophe en vue ?

Ce matin, à la lecture du journal « Le Soir », il apparaît que l’Association de la  Ville et des Communes ne « considère plus comme un tabou » une révision du revenu cadastral à Bruxelles !

Si ce devait être le cas, ce serait, pour les propriétaires et la classe moyenne bruxelloise, une raison de plus de quitter une Ville-Région devenue ingérable.

En effet, la dernière révision cadastrale a eu lieu en 1974, mais, à partir de cette date, le revenu cadastral a été indexé.

Depuis cette date, les différentes communes ont augmenté, certaines de façon considérable, les centimes additionnels.

Ainsi, Jette n’a pas hésité, en 2011, à augmenter, d’un  coup, de 10% les centimes additionnels, faisant de cette commune la commune la plus chère de Belgique.

Depuis, d’autres communes ont évidemment suivi.

S’il devait y avoir une révision du revenu cadastral, il y aurait évidemment un effet cumulatif entre, d’une part, le pourcentage de la révision imposée à tous, et, d’autre part, les centimes additionnels déjà gigantesques.

L’effet serait, on s’en doute, totalement catastrophique.

Il n’est pas rare, aujourd’hui, que pour un appartement de 90 m2 , à Jette, on paye un peu plus de 1.200 euros de cadastre !

C’est évidemment totalement insupportable pour une certaine catégorie de la classe moyenne.

On peut penser que l’Union de la Ville et des Communes voit les choses de haut.

Mais pourquoi ne s’attelle-t-elle donc pas à un examen beaucoup plus approfondi d’un problème beaucoup plus délicat à Bruxelles, à savoir l’absence réelle d’une Tutelle digne de ce nom.

Il n’est évidemment pas du tout question de mettre en cause la qualité des fonctionnaires régionaux, mais dans un Parlement régional où l’immense majorité des élus est, soit conseiller communal, soit conseiller du CPAS, soit Président du CPAS, soit échevin, soit Bourgmestre, tous les problèmes de Tutelle se règlent soit par combinazione, soit par de « petits arrangements entre amis ».

Et ce, d’autant plus que la majorité politique est composée de pas moins de six formations politiques.

Il serait intéressant de faire une étude sur le nombre de budgets communaux qui ne sont, en réalité, pas approuvés, mais pour lesquels on laisse les délais être dépassés pour obtenir ainsi une approbation automatique qui « ne mouille pas la Région ».

Quatorze communes sont sous plan d’accompagnement et ont, en leur sein, un Inspecteur régional, mais qui, en réalité, n’a pas de vrai pouvoir.

J’ai, à la disposition des lecteurs attentifs, des dizaines d’exemples d’Inspecteurs régionaux s’opposant à telle ou telle manifestation pour des raisons budgétaires, mais découvrant, avec un étonnement désabusé, les affiches de ces mêmes manifestations d’ores et déjà dans les rues de la commune, puisque tout s’est arrangé au-dessus de leur tête.

Quand les inspecteurs régionaux siègent aux comités d’accompagnement, ils sont cornaqués par un membre d’un cabinet ministériel qui a évidemment tout le pouvoir !

Et contrairement à ce qui est écrit, ce matin, toujours dans « Le Soir », dans l’Edito d’Eric Deffet, certaines communes jettent réellement l’argent par les fenêtres, et organisent des manifestations festives dans le cadre de la philosophie bien connue « Panem et Circenses ».

Ainsi, dans une commune qui m’est chère, et qui est sous plan d’accompagnement, un échevin n’a pas hésité à se faire le doux plaisir d’installer une fresque qui a coûté aux contribuables jettois pas moins de 106.000 euros !

Je pourrais multiplier à l’infini les exemples de ce type.

J’ai, pour ma part, l’intime conviction que s’il n’y a pas de véritable reprise en main de la gestion des communes bruxelloises, d’où je rappelle que le financement n’ est assuré, dans la Sixième Réforme de l’Etat, que pour un temps strictement déterminé, ce seront les autorités flamandes qui prendront les dispositions qu’on devine au niveau bruxellois.

On connaît le plan de Bart de Wever. Il est, maintenant, très clair.

L’ennui est qu’aujourd’hui, de nombreuses communes bruxelloises donnent pleinement raison à ses critiques !!!

Tout le problème sera donc de savoir si, dans l’année qui vient, la petite  classe politique bruxelloise aura le courage de prendre les mesures qui s’imposent d’urgence  si on ne veut pas, après 2014, que ce soit le plan de Bart de Wever qui s’applique dans une Région bruxelloise composée de communes totalement exsangues.

 merry_hermanus@yahoo.com

CONGO : Un grand mensonge d’Etat !

Il y a un peu plus d’un mois, le Journal « Le Soir » faisait état du très grand intérêt dans le public pour le livre « Congo » de David Van Reybrouck, paru aux Editions « Actes Sud ».
Cet intérêt est pleinement justifié.

Il s’agit d’un livre hors du commun, à la fois par le parti pris historiographique, et la qualité de l’écriture.

Je ne puis que chaleureusement en conseiller la lecture.
Il m’apparaît qu’il y a cependant autre chose !

Le Congo est le grand mensonge de l’Histoire de Belgique !

S’il est vrai que Mme Morelli, historienne de l’ULB, a, dans un livre passionnant, dénoncé les mythes de l’Histoire de Belgique, le Congo ne fut malheureusement pas un mythe, mais une atroce réalité qu’on a, jusqu’à il y a quelques années, caché sous un énorme mensonge.

Les gens de ma génération se rappelleront que lorsque nous achetions un cahier chez le papetier, il nous était livré avec un buvard sur lequel figurait, dans un camaïeu rouge foncé, l’image d’un « bon sauvage », quand même muni d’un bouclier et d’une lance, avec, au-dessus de lui, un personnage souverain et protecteur couvert d’un large casque colonial.

Ce n’est que très récemment que s’est répandue, dans l’opinion publique belge, la vérité sur ce que fut l’atroce exploitation du peuple congolais par l’Etat indépendant du Congo dont le propriétaire unique était Léopold II, par ailleurs et très accessoirement, Roi des Belges.

On l’a oublié, mais Léopold II avait connu une jeunesse princière difficile.  L’opinion, très réduite à cette époque, le considère peu apte à monter sur le trône et à exercer le rôle de Roi constitutionnel.

Pourtant, dès cette époque, Léopold II semblait meurtri par le confetti géographique sur lequel il allait régner.

Il a envisagé différentes colonies possibles en Asie, en Amérique du Sud et, bien sûr, en Afrique.  Il a même, on le sait, étudié la possibilité d’envahir les Pays-Bas !

Mais c’est finalement sur l’Afrique qu’il jettera son dévolu, bien entendu, sous couvert d’une œuvre civilisatrice de christianisation et de lutte contre l’esclavage.

C’est cette fable-là qu’on nous a servie pendant des décennies et des décennies, avec une impudeur extrême, car, en réalité,  la vérité sur les souffrances imposées aux populations congolaises a été connue très rapidement, mais totalement occultée en Belgique.

Mutilated children of the Congo Free State (c. 1905) – Credit: Mark Twain (Copyright : Public Domain)
http://ow.ly/eUyQW

Les Missions protestantes suédoises et américaines ont dénoncé tout de suite les atrocités commises,  le travail forcé, les mains coupées, la chicote, les prises d’otages et le massacre de villages entiers.

Il faut savoir que toutes ces opérations se sont faites grâce à un encadrement belge.

Les noms sont connus depuis toujours !

Les tortionnaires sont identifiés !

 
Dans la mesure où les Gouvernements belges, de 1884 à 1914, ont été totalement aux mains du Parti Catholique, et que la politisation des emplois publics jouait à fond, les officiers belges catalogués Libéraux n’avaient la possibilité, pour faire carrière, que de s’engager sous la bannière Jaune et Or de l’Etat indépendant du Congo.

Le fait que Casement et Morel, tous deux sujets britanniques, dès les années 1890, dénoncèrent ces crimes de masses n’a rien changé.

Des Commissions d’enquêtes ont été envoyées.

Mais en Belgique, c’était le black-out absolu.

Malgré le fait qu’à Paris, certains journaux politiques comme « L’Assiette au Beurre » n’hésitaient pas à représenter Léopold II ensanglanté par des mains coupées réparties tout autour de lui. En Belgique, il restait le Roi, apportant le progrès et la paix aux « sauvages » du Congo.

Et c’est là que réside le grand mensonge.

Des générations et des générations de petits Belges ont été gavés par « l’œuvre civilisatrice » de Léopold II.

Le 30 juin 1960, lors du discours de l’Indépendance du Congo, le Roi  Baudouin sert à son auditoire un discours amidonné, ripoliné, où il reparle de « l’œuvre civilisatrice » de son aïeul.

On peut comprendre tous ceux qui ont connu la vérité dans leur chair, et la violente réaction d’un Lumumba.

A la fin des années 60 encore, le Professeur Stengers, par ailleurs excellent historien, vendait la même salade que le Roi Baudouin, et soulignait que la réaction des églises anglo-saxonnes et suédoises était, en fait, une manipulation des  Britanniques jaloux du fait que Léopold II avait emporté, à la Conférence de Berlin, la plus belle part du gâteau !

Le livre de Barbara Emerson, qui paraît dans les années 70, est très clair sur les horreurs de l’exploitation systématique organisée par Léopold II.

Mais ce livre n’a eu que très peu d’écho en  Belgique.

Cette thèse du Roi généreux, vecteur et artisan de la civilisation continue à être défendue tous azimuts.

Depuis, une multitude de livres ont paru,  comme, par exemple, « Les fantômes du Roi Léopold II », Collection Texto.

Mais il s’est encore trouvé des historiens pour nier les faits pourtant évidents !

A l’école, on nous affirmait également que le Congo avait été « offert » par Léopold II à la Belgique en 1908, ce qui est  évidemment totalement faux, puisqu’il a été vendu !!!

Les historiens affirment que lorsque Léopold II est monté sur le Trône, en 1865, sa fortune pouvait être évaluée à 5 millions de Francs Or.

A son décès, elle était évaluée à … 15 milliards de Francs Or !!! Auxquels il faut ajouter 8 milliards que le Roi a utilisés pour un certain nombre de travaux en Belgique.

Cet argent-là pue le sang et la sueur des esclaves congolais du Roi Léopold II dont le seul mobile était l’argent du caoutchouc.

Cet argent-là explique sans doute une partie du chaos que connaît aujourd’hui ce malheureux pays, car s’il est vrai que la Belgique, lorsqu’elle a poursuivi la colonisation, n’a pas pratiqué les mêmes méthodes, elle a, dans son rêve, cru pouvoir coloniser le Congo… en oubliant les Congolais !!!

Le premier prêtre a été ordonné en 1917 !

Le premier Universitaire, Thomas Kanza, est sorti de l’UCL en 1957 !

Ce gouffre n’a jamais été comblé !

Si vous vous baladez à Bruxelles, empruntez, à l’arrière du Palais Royal, la rue de Brederode, et vous y verrez, sur la droite, avant d’arriver à la rue de Namur, un curieux bâtiment dont l’architecture rappelle un chalet suisse.

C’était là que siégeait l’Administration de l’Etat indépendant du Congo, propriété du Roi Léopold II.

C’est là qu’est venu s’inscrire Joseph Conrad qui a piloté un bateau remontant le fleuve Congo, expérience horrible qui le conduira à écrire « Au Cœur des Ténèbres ».

118 ans plus tard, ces ténèbres commencent à peine à se lever, et la Belgique commence à apercevoir les horreurs qu’on lui avait  cachées.

merry_hermanus@yahoo.com

 

Pour Hervé Doyen et le Collège, les enseignants, ça n’existe pas !!!

Il est tout à fait curieux, sachant qu’Hervé Doyen est, au départ, enseignant dans une école libre, de constater le peu de cas qu’il fait des enseignants jettois.

En effet, en ma qualité d’échevin, j’avais organisé, à Jette, une Journée d’hommage aux enseignants, et ce, avec l’aide du conseiller pédagogique.

Cette journée avait été très appréciée, et devait se renouveler chaque année.

J’avais, périodiquement, adressé des courriers, qu’Hervé Doyen avait d’ailleurs tenté de bloquer, pour dire aux enseignants toute mon admiration quant à leur travail, et leur faire part de mes regrets quant aux conditions souvent extrêmement difficiles dans lesquelles ils travaillaient.  Il est vrai que depuis le changement de Majorité, ces conditions ont bien sûr empiré (plus de 30 élèves dans certaines classes).

Il ne fait aucun doute que l’Enseignement, et en particulier l’Enseignement primaire, est le facteur essentiel, non seulement de la transmission du savoir, mais aussi de l’acculturation et de la socialisation des enfants qui nous sont confiés et qui, pour la majorité d’entre eux, connaissent des situations sociales extrêmement difficiles.

Mais l’actuel échevin de la « Culture et de l’Enseignement » :

– préfère dépenser 15O.OOO € pour une fresque !

– préfère augmenter le prix des repas scolaires !

– préfère augmenter le prix des garderies !

– préfère augmenter le prix de l’accès à la piscine !

– préfère privatiser l’utilisation des bus scolaires !

– préfère consacrer 450.000 € à des vestiaires sportifs de grand luxe !

Plutôt que de s’occuper de l’Enseignement !!!

En deux ans, il n’a rencontré qu’une seule fois les directions d’écoles, alors que j’avais des contacts journaliers avec certains directeurs, et que je les réunissais ensemble au moins une fois par mois, en présence du conseiller pédagogique.

Aujourd’hui, c’est le chaos : Photocopieuses en panne, matériel scolaire manquant lors de la rentrée des classes, classes surpeuplées, parents poursuivis en justice pour récupérer des retards de payements de garderies et de repas, dettes, pour certaines, vieilles de dix ans et plus et s’élevant à quelques dizaines d’euros !!!

C’est dire l’ordre qui règne dans cette commune, et ses options sociales !

Mais le pire n’est pas là !

Le pire, c’est le dédain, pour ne pas dire le mépris auquel les enseignants sont confrontés.

Ils perçoivent parfaitement bien le total désintérêt de ce Collège pour qui l’Enseignement est une charge et rien d’autrecharge dont on essaye d’ailleurs de se débarrasser.  En effet, l’échevin de la « Culture et de l’Enseignement » n’a-t-il pas envisagé la suppression d’une école ?

Mais Attention !!!  En septembre 2012, veille des élections communales, on mettra la première pierre de la rénovation de l’école du Poelbos parce que, électoralement, ça compte !

Pour ces gens-là, c’est l’essentiel !

Le citoyen ignore bien sûr que Doyen et consorts ont fait perdre plus de dix ans à ce projet en gaspillant en honoraires inutiles des dizaines de milliers d’euros !!!

Merry Hermanus
merry_hermanus@yahoo.com