Archives de Tag: échevine

Catherine Moureaux ou l’Hommage du Vice à la Vertu !

« Il est avec le ciel des accommodements. »
Molière 

Catherine Moureaux, la fille de son papa… là aucun reproche à lui faire, comme dit la chanson… « on choisit pas sa famille… » diffuse sur les réseaux sociaux une « Carte blanche » en précisant que cette diffusion se fait « à la demande générale »… a-t-elle examiné qui soutient son étonnante prise de position ?  Non, pas la peine, elle vise une population bien déterminée… et basta ! Résultat électoral oblige ! Son axe d’attaque, les tenants de la laïcité « dévoyée », ceux qui en refusant le port du voile lors des accompagnements de voyages scolaires commettent, je cite « une grave violence symbolique », ceux qui organisent une « discrimination institutionnalisée », ceux qui refusent les « accommodements raisonnables », ceux qui menacent les parents et les enfants par « une application étroite du principe de neutralité », ceux pour qui la laïcité est « un mur d’intolérance isolant une minorité. »  Minorité… à Molenbeek… vraiment ?   Bien bonne, elle annonce qu’elle a fait « le choix d’inscrire ses enfants dans l’école publique. »

La Loi… Pas pour moi !

Aïe !  Aïe !  Aïe !  C’est là où cela se corse.  J’apprends que Catherine Moureaux voudrait à toute force que l’un de ses enfants soit immédiatement accepté dans une école de la Ville de Bruxelles.  Tiens, tiens, mais pourquoi son enfant devrait-il quitter Molenbeek ?  Pourquoi exige-t-elle que la réglementation scolaire soit violée ?  En qualité de parlementaire, elle doit savoir que les changements d’école doivent répondre à des critères très précis.  Elle n’a aucun lien avec la Ville de Bruxelles.  Mais non ! la réglementation… pas pour elle !  Née, élevée, instruite, cette enfant de la bonne et bien nantie bourgeoisie doit être obéie… s’agit de s’exécuter, d’obtempérer… et plus vite que cela… réglementation ou pas !  Pensez donc, fille d’un papa Ministre de nombreuses fois, qui plus est Ministre d’état, d’une maman Ministre, députée, échevine, Présidente du parlement bruxellois… alors pourquoi pas un « accommodement » avec la réglementation ?  Bon sang ne peut mentir !

Au cours de l’une de ses démarches, elle aurait précisé « impossible de continuer une scolarité à Molenbeek, c’est un ghetto. »  Je n’y étais pas !  Je le sers comme on me l’a vendu.  Mais les démarches pour changer d’école et de commune sont avérées.  Pas le moindre doute !  Alors, les mamans portant le voile qu’elle défend avec tant de conviction, l’ambiance de Molenbeek… bon pour les autres… pour elle pas question !  Quelle tristesse de voir se pratiquer une telle hypocrisie.  Elle me fait penser à ces curés qui disent la messe mais ne croient plus en Dieu !

Une laïcité… très électorale !

Marrant de voir que Catherine Moureaux cache son abandon de la laïcité derrière Caroline Fourest dont je viens de lire le dernier ouvrage… ce n’est manifestement pas le cas de Catherine Moureaux car l’auteure écrit sur la couverture de son livre « La laïcité n’est pas un glaive mais un bouclier »  donc l’auteure est aux antipodes de la position de Catherine Moureaux pour qui ceux qui défendent les principes de la laïcité « dressent un mur d’intolérance isolant une minorité. »

J’ai déjà souligné l’étonnante méconnaissance que manifeste cette députée à l’égard de nos institutions de leur fonctionnement et de leur histoire… étonnant de la part de quelqu’un qui a dû subir pas mal de leçons d’histoire à la maison données par papa himself.  Elle nous dit que la Belgique repose sur « un gros, un énorme accommodement raisonnable. »  Non !  Madame Moureaux, en Belgique les défenseurs de la laïcité ont par deux fois perdu les batailles qu’en France la République gagnait contre l’obscurantisme en 1905.  En 1879, un gouvernement libéral ose créer un Ministère de l’instruction publique, ce qui ne sera acquis qu’à une voix de majorité.  Jusque là l’enseignement était exclusivement au mains de l’église.  Les libéraux perdent ensuite les élections, se succéderont alors des gouvernements homogènes catholiques et ce jusqu’en 1914.  Le gouvernement dit des gauches dirigé par Achille Van Acker essaye de relancer le combat, il est à nouveau battu et doit conclure le pacte scolaire très dommageable pour la neutralité de l’enseignement et pour  la défense de la laïcité.  De là à soutenir que la Belgique vit grâce à « un gros, un énorme accommodement raisonnable » il y a une sérieuse marge.  Les mots utilisés sont toujours essentiels… ici ce qui compte, le marqueur, c’est le mot « accommodement », ce qui veut dire que puisque le Belgique repose sur « un gros, un énorme accommodement » d’autres, beaucoup d’autres peuvent suivre…dans les cantines scolaires, dans les piscines publiques, dans les administrations, dans les abattoirs, dans les lieux de culte… la liste, dans l’esprit de ceux sur les voix de qui compte Catherine Moureaux est, n’en doutons pas, particulièrement élastique.

« Une grave violence symbolique. »

Mais c’est bien sûr… ce sont ces ignobles laïcs intolérants qui commettent en interdisant le voile lors des accompagnements scolaires  une « grave violence symbolique. »  Bien voyons !  Mais Catherine Moureaux ne songent-elles pas à d’autres violences, pas du tout symboliques celle-là, en Septembre 2001 à New-York, à Madrid, à Londres, à Paris et enfin à Bruxelles !  Voilà des violences qui n’avaient rigoureusement rien de symboliques.  Ah ! j’oubliais, ces violences là sont justifiées car nos pays furent colonisateurs, et n’ont pas accueilli comme il fallait les populations immigrées.  En un mot, c’est de notre faute, pas la peine d’ergoter. En cela, elle suit à la lettre les leçons de Tariq Ramadan, aux conférences desquelles elle assiste au premier rang avec papa.  Le fait que dans la salle où elle se trouve on vend le Protocole des Sages de Sion et d’autres livres antisémites ne la dérange semble-t-il nullement !   Sans doute que pour elle, les violences… pas du tout symboliques subies par les femmes à Cologne lors du réveillon sont dues au fait que celles-ci ne portaient pas le voile, que l’une ou l’autre partie de leur corps, un bras, un mollet, un cou, était visible alors pourquoi ne pas outrager ou violer ces femelles impudiques !  « Accommodements, vous avez dit accommodements ! »

Je vais vous dire moi, Mme Catherine Moureaux, députée de Bruxelles, ce qu’est une violence symbolique.  Lors d’un conseil communal se déroulant pendant le Ramadan, sur proposition de l’échevine Turine, le conseil communal de Molenbeek est interrompu pour que ceux qui le souhaitent puissent participer à la rupture du jeûne… et donc ceux, les mécréants, qui n’ont pas participé à ce moment de religiosité conviviale, ont attendu une bonne heure assis à leur pupitre que la fête soit terminée… Oui ! cher lecteur, on en est là à Bruxelles au XXIème siècle.  Voilà une « grave violence » à l’égard de nos institutions, de la laïcité et… de la liberté.  Et là, on n’a pas entendu Catherine Moureaux, c’était normal… un petit accommodement parmi beaucoup d’autres… à venir, soyons en sûr !

« Pauvre petite fille riche. »

Catherine Moureaux diffuse son texte accompagné d’une photo.  Je vous invite à aller sur le site de Mme Moureaux et d’examiner ce document avec attention.  Il est évident qu’il ne me viendrait pas à l’idée de faire la moindre remarque sur le physique de la députée de Bruxelles, chacun le sien, et chacun doit vivre avec ce que la génétique lui a donné.  Ce qui importe ici, c’est le regard.  Je ne peux m’empêcher de songer à cette belle formule de Pierre Assouline « son regard la trahissait quand son verbe faisait encore illusion. »  Oui !  C’est bien cela !  On le voit cette jeune femme n’est pas à l’aise avec le public de Molenbeek, c’est comme pour l’école de son enfant.  Issue d’un milieu favorisé, très favorisé, elle est, on le voit sur « une terre de mission », comme disaient les chrétiens… du temps… des colonies.  Tout le problème est de savoir où cesse le vrai visage, et où commence la grimace !  Catherine Moureaux est médecin, j’espère qu’elle ne bloque pas l’un de ces précieux numéros INAMI dont tant de jeunes qui eux veulent pratiquer leur merveilleux métier de médecin ont cruellement besoin.

Et le PS dans tout ça !

La dernière phrase de cette carte blanche est lourde de conséquence.  Mais le sens politique de Catherine Moureaux n’est sans doute pas assez aiguisé pour en saisir les conséquences.  Se rendait-elle compte qu’elle divise profondément le PS quand elle considère que ceux qui défendent la laïcité élèvent un « mur d’intolérance. »  Nous étions nombreux au PS à soutenir une laïcité qui ne soit pas poreuse aux accommodements mortifères, aux petits abandons, aux grandes lâchetés rémunérées électoralement.  Combien nombreux sont ceux qui se sont éloignés sans bruit, sur la pointe des pieds… Ne voit-elle pas ?  N’entend-elle pas les portes qui se ferment parfois sur 40 ans de militantisme.  Ce que Catherine Moureaux et quelques autres sont en train de construire, c’est un avenir qui trahit ses promesses… et comme toujours les premières victimes de cette trahison ce sont ceux qu’elle prétend défendre.  Ne sait-elle pas qu’en Juin 2015 des mères maghrébines ont manifesté à Montpellier pour que les écoles cessent d’être des ghettos et que reviennent des enfants de toutes origines !  Ces femmes voilées là, car la plupart l’étaient, ne cadrent pas avec l’avenir électoral de Catherine Moureaux.  Donc, on n’en parlera pas !  Comme dans le procès Dreyfus… oh ! zut ! un Juif… la question ne sera pas posée !

Arrogance et incompétence : un cocktail catastrophique pour la commune de Jette !

La Capitale, 14 juillet 2012

Les faits dénoncés par Jean Werrie sont évidemment importants. J’y reviendrai.

Mais, à mes yeux, l’essentiel n’est pas là. L’essentiel, c’est le ton et l’arrogance avec lesquels Doyen-Pinocchio répond aux journalistes.

C’est le mépris avec lequel  il traite les affirmations de Jean Werrie.

Il a parfaitement le droit de ne pas être d’accord, mais il devrait alors expliquer pourquoi Jean Werrie a tort.

Il devrait expliquer ce que la commune, sous son autorité, fait au cimetière de Jette.

Mais il ne le fait pas et il répond par le mépris !

Pourtant, en ce qui concerne le cimetière, il devrait être particulièrement prudent.  En effet, il y a quatre ans, Jean Werrie était en possession des plans qui prouvaient bien que Doyen-Pinocchio avait décidé de faire disparaître les tombes des Anciens Combattants pour réaliser un espace multiconfessionnel au sein du cimetière.

Jean Werrie a d’ailleurs eu l’occasion de montrer ce document aux responsables jettois des Anciens Combattants.

Bien entendu, au Conseil communal, c’était le repli total et le mensonge tous azimuts !

Mais les plans étaient là… comme le cadavre dans le placard !

C’est alors que Doyen-Pinocchio fit courir une rumeur.

Il n’a pas beaucoup de qualités, mais, en cette matière, on peut dire qu’il est spécialiste.

A savoir, que Jean Werrie… aurait volé les plans à la commune !!!

Ce n’était bien sûr qu’une rumeur, mais il faut avouer que c’est assez énorme.

Je vois très mal Jean Werrie s’introduire, de nuit, dans la commune… pour y voler les plans !!!

Mais l’essentiel, c’était le contenu de ceux-ci.  Et cela, c’est tout à fait imparable !

Dans les multiples contacts que nous avons à l’occasion de la campagne électorale, ce qui impressionne tous nos candidats, c’est le rejet de la personne de Doyen-Pinocchio, rejet motivé précisément par cette arrogance et ce mépris.

C’est très curieux d’ailleurs qu’un homme disposant d’aussi peu d’atouts personnels ait une telle attitude.

Mais c’est peut-être tout simplement la dernière de ses terribles carences.

Comme je le disais : arrogance et incompétence : un cocktail dramatique pour la commune de Jette.

merry_hermanus@yahoo.com

Suivez le PS de Jette sur Facebook et cliquez J’Aime pour devenir fan 

Hier, 5° à la crèche communale… La commune ne répond pas !

Dans la crèche communale de Jette, la journée d’hier a été mémorable.  En effet, dès l’ouverture des portes, le personnel constate que la température est extrêmement basse.

La direction s’inquiète et tente de prendre contact avec la commune … Comme d’habitude, pas de réponse !

Elle tente alors de prendre contact avec l’échevine… Pas de réponse !

On laisse des messages… Pas de réponse !

La température est mesurée … 5° !!!

5° !

Dans ces conditions, la directrice prend la seule mesure judicieuse, à savoir, la fermeture de la crèche.

Extraordinaire, mais c’est comme cela que ça se passe à  Jette.

Une fois de plus, indifférence totale à l’égard des problèmes de la population.

Indifférence totale à l’égard des demandes du personnel communal.

Dans le même ordre d’esprit, récemment, l’ « échevin de la Culture et de l’Enseignement » a fait un extraordinaire effort : il  a participé à une réunion des parents à l’école Aurore. Pour les parents : « C’est la première fois qu’on le voit, les élections approchent » !!!

De même, récemment, une échevine de ce Collège Arlequin avait souhaité rencontrer les habitants d’une rue où des arbres vont être replantés.  On attendait une soixantaine de personnes… huit personnes se sont présentées !!

Ambiance délétère.  Tout le monde avait conscience du fait que si l’échevine honorait l’assemblée de sa présence, c’était bien entendu du fait de la proximité des élections.

Un nouveau couac de dimension !

En conclusion, face à un évènement comme celui de la fermeture de la crèche, que bien sûr le Collège Arlequin fera tout pour cacher, et les autres tentatives de récupération, ce Collège démontre la façon dont il entend la « gestion » de la commune de Jette.

merry_hermanus@yahoo.com


Le scandaleux mépris de l’échevine Ecolo de Jette pour le peuple marocain !

Par une sinistre fin d’après midi de décembre, l’échevine écolo de Jette avait convoqué le banc et l’arrière banc des élus et des autorités jettoises pour les informer sur l’évolution de l’étonnant projet de coopération de Jette à Sidi Bibi au Maroc.

Le moins qu’on puisse dire c’est que l’initiative n’a pas fait recette.

Ce 13 décembre sont présentes les deux échevines, quatre agents communaux et un quidam inconnu.

Stupeur et tremblement après quelques minutes entre Jean Werrie, chef de groupe MR qui a refusé de suivre les deux conseillères communales qui ont ralliés Doyen, l’élu de justesse.

Pourquoi une telle panique lors de l’entrée de Jean Werrie ?

Tout simplement car c’est le seul Jettois, mis à part les délégations officielles, à s’être rendu sur place.  Vous imaginez l’audace, c’est quasiment la désolation dans les lieux saints !  Quelqu’un connaît la vérité et il a l’audace inouïe d’assister à une réunion où il est acquis qu’il faut penser en rond.

Jean Werrie, non seulement a été deux fois sur place, mais en outre a rencontré les gens et a pris des photos.  En mot comme en cent, il connaît la vérité.  Insupportable non ?

Les échevins n’ont pas oublié qu’il a interpellé le collège il y a 3 ans sur la réalité de ce projet…et lui n’a pas oublié que, comme toujours, on lui a servi de l’eau bénite de cour agrémentée de quelques mensonges bien sentis.

Pire, il a eu l’extrême audace de retourner récemment sur place et il sait de quoi il parle.

Mais le plus extraordinaire n’est pas là.

L’échevine écolo annonça qu’en 2012 il y aurait des élections communales non seulement à Jette mais aussi au Maroc.

Et là horreur !!!

L’échevine estime que si à Jette il n’y a pas de problème, le résultat est connu d’avance (sic) et l’actuelle majorité sparadrap restera en place, au Maroc, par contre,  les choses pourraient changer.  Dans ce cas l’échevine Gallez estime qu’il faudra quitter Sidi Bibi et mettre fin au projet.  Elle n’hésite pas à soutenir qu’il faudra voir ailleurs si l’herbe est plus verte et l’électeur plus docile qu’au Maroc !  Énorme  Non ?

Elle a même été jusqu’à envisager un nouveau projet au Sénégal où le projet pourrait migrer.

Donc attention Citoyens  de Sidi Bibi, si vous ne votez pas bien, la manne  jettoise ira se déverser ailleurs.

Curieuse conception de la démocratie !

Cette attitude me fait penser à la phrase célèbre :  » Si le peuple a mal voté, il faut changer de peuple. ».

C’est exactement ce qu’envisage l’échevine écolo.

Reconnaissons que cette attitude scandaleuse n’était pas suivie par tous les participants à cette étonnante réunion.

Un fonctionnaire pourtant très lié au CDH se déclara choqué, affirmant que le départ du projet était inadmissible.

Trois enseignements sont à tirer de cette réunion ridicule.

  1.   Il faudrait que les Jettois connaissent une fois pour toutes la vérité sur ce projet étrange! Il faudrait savoir pourquoi la commune de Jette a payé en liquide des personnes qui ont hébergé une délégation marocaine, étonnante pratique contre laquelle je m’étais en vain opposé au collège.
  2.     Selon l’échevine écolo,  pas la peine d’aller voter à Jette en octobre 2012, les résultats sont connus d’avance (sic)
  3.     On ne peut que condamner l’incroyable mépris dont fait preuve l’échevine écolo à l’égard du peuple marocain et des jettois !

Mais au fait, qu’en pensent les Jettois ?  C’est avec leur argent que toutes ces étranges histoires se déroulent, ce sont leurs impôts que l’on dépense pour ces étranges projets !

C’est cet argent qui concrétise les fantasmes de l’échevine écolo !

Allons ! Donnons- lui rendez vous en Octobre 2012, et prouvons tous ensemble que ses pronostics étaient non seulement scandaleux mais aussi stupides.

Bientôt, toute la vérité sur ce projet grâce à Jean Werrie !

merry_hermanus@yahoo.com


LA REINE DES ABEILLES ! Les insectes, oui. Les abeilles, oui. Les pigeons,oui. Mais les chômeurs et les gens qui ont besoin du CPAS, NON !!!

J’ai déjà eu l’occasion, à différentes reprises, d’évoquer le curieux discours d’une échevine Cdh concernant la plantation à Jette d’arbres à une distance telle que les insectes puissent se déplacer de l’un à l’autre sans difficulté !

Voilà bien une préoccupation essentielle pour l’avenir des Jettois !

J’en tombe en pamoison !

Les mots me manquent pour exprimer ma gratitude !

Les parents ne trouvent plus d’école pour leurs enfants, 25% de la population potentiellement active est au chômage, mais rassurez-vous, les insectes trouveront des branches pour s’accrocher !

Autre préoccupation essentielle qui fait de cette échevine la Princesse des Abeilles. On va installer, sur le toit du CPAS, un pigeonnier qui coûtera la modeste somme de 3.761,66 €… Excusez du peu !

C’est d’autant plus absurde que, par ailleurs, la commune paye une Firme privée pour évacuer les pigeons de la Place du Miroir. Mais lorsqu’il s’agit de l’argent des contribuables Jettois, tout cela n’a aucune importance !!!

Mieux encore, nous aurons bientôt, à Jette, une Reine des Abeilles. En effet, le nouveau budget 2011, Réjouissez-vous Bonnes Gens, prévoit l’installation sur le toit de la Maison communale d’une ruche et de nichoirs pour les oiseaux. Ces nichoirs seront installés pour la « modique » somme de 400 euros. Bien entendu, on achètera également un costume d’apiculteur que devra revêtir un sympathique fonctionnaire qui s’occupera des gentilles abeilles jettoises.

Cette curieuse opération coûtera aux contribuables plus ou moins 1.000 euros. A cela s’ajouteront ce qu’on appelle, dans la langue de bois du politiquement correct, des « Initiatives citoyennes » sans autre précision. Celles-ci coûteront 1.000 euros, encore une fois bien entendu, à charge du contribuable jettois.

Parallèlement à cela, l’échevin des Finances dit que le CPAS devrait « marquer le pas » !!!

La presse économique de ce matin nous apprend que l’index du mois de novembre est établi à 3,2 %.

Quand on sait que la croissance du CPAS est fixée à 2%, on peut immédiatement concevoir la régression sociale qui va s’en suivre.

Ce que le Collège organise avec une impudeur incroyable, c’est un abandon pur et simple de toutes actions sociales en faveur des plus déshérités.

Mais Attention, ne soyons pas injustes :

Les abeilles auront leur ruche !

Les pigeons auront leur pigeonnier !

Les oiseaux auront leur nichoir !

Les insectes pourront se déplacer avec aisance d’arbre en arbre !

Un fonctionnaire pourra revêtir son uniforme d’apiculteur.

Tout est donc bien dans le meilleur des mondes !!!

Chers contribuables, continuez à payer !

Vous voyez quelles sont les priorités de ce Collège !

Vous savez pourquoi vous payez !

Vous savez pourquoi Jette est la commune la plus chère de Belgique en matière d’impôt cadastral !

Vous savez pourquoi les loyers ont augmenté de 6% !

Autant ne pas mourir idiot !!!

merry_hermanus@yahoo.com
Share

Quand une échevine offre un repas à des locataires!

Comment se faire connaître ?

Comment expliquer à des habitants de Jette qu’on existe ?

L’échevine Ecolo a trouvé la solution ! Elle offre à dîner à des locataires, bien entendu aux frais de la commune, soit une petite dépense de près de 520 euros.

La décision est adoptée par le Collège le 26 octobre 2010, mais ces sympathiques agapes ont déjà eu lieu le 21 octobre sans que le Collège soit informé et sans qu’on sache qui était invité. Mais je suppose qu’il fallait éviter les intrus de l’Opposition décidément bien curieux.

Mais attention, tout cela est d’un « politiquement correct » confondant car le repas qui a été offert correspond aux critères « D D ».

Mais non, « D D », ce n’est pas le sympathique surnom de l’échevine qui n’a nullement cette qualité, mais cela veut dire qu’il s’agit d’un repas composé de produits Bio et Commerce équitable.

Nous sommes sauvés !!!

Les locataires de l’immeuble seront fous de joie de savoir que les impôts qu’ils payent à la Région et à Jette auront servi à les nourrir d’un repas 100% Bio et équitable, le tout emballé sous le vocable « Sensibilisation des locataires à la pollution intérieure et  à l’utilisation rationnelle de l’Eau et de l’Energie ».

A quand, à Jette, un repas de charcuteries auvergnates offert à d’autres locataires pour les sensibiliser aux produits du terroir ?

A quand, à d’autres locataires, un repas payé par vos contributions, pour leur faire goûter le caviar d’escargot et le foie gras produits en Wallonie ?

L’échevine pourra évoquer en fin de repas, en levant son verre, bien sûr la cohésion sociale, mais aussi l’absolue nécessité de tenter de faire parler d’elle !

Tiens, je propose également un repas de pain sec et d’eau au cours duquel on pourrait expliquer aux Jettois où vont leurs impôts, de façon à les habituer aux conséquences de la gestion budgétaire jettoise qui est à la gestion ce que les apéricubes sont au fromage.

En attendant, rien dans la commune n’est fait en matière de chômage !

La politique sociale est inexistante, et il a fallu que la Tutelle intervienne pour que, dans le plan financier 2011, le CPAS obtienne 40.000 euros de plus, soit cinq fois moins que ce que vont coûter les fresques, onéreux caprice de l’échevin Leroy.

merry_hermanus@yahoo.com
Share