Archives de Tag: emploi

L’étrange histoire de la Maison de l’Emploi de Jette.

Allez hop !  Encore une petite inauguration !

Aujourd’hui, Doyen-Pinocchio et sa Majorité Arlequin inaugurent la Maison de l’Emploi, Maison de l’Emploi que j’aurais voulu créer dès janvier 2007.

Et c’est vraiment une curieuse histoire qui mérite d’être connue.

En 2005,le Ministre Cerexhe avait établi une liste de communes prioritaires pour la création des Maisons de l’Emploi.

Jette figurait dans le haut de la liste.  Elle était donc prioritaire.

Ayant été élu échevin le 2 décembre 2006, et ayant souhaité obtenir la responsabilité de l’Emploi, j’ai immédiatement pris contact avec le Directeur général d’Actiris, Eddy Courthéoux.

J’invite mes fidèles lecteurs à lire  la note  » projet emploi « que j’ai faite pour le Collège le 16 janvier 2007, c’est-à-dire un mois et demi après ma prise de fonction.  Elle démontre bien que j’avais fait de la création d’une Maison de l’Emploi  et de la lutte pour l’emploi l’une de mes priorités.

Dans la semaine qui a suivi, j’ai obtenu d’Eddy Courthéoux qu’il vienne visiter sur place différents sites possibles pour l’installation de cette Maison de l’Emploi. L’un des sites était l’ancien magasin vide depuis de nombreuses années « Bo Meubles », Place Lanneau.

La localisation était magnifique et le Directeur général d’Actiris y a immédiatement vu de nombreuses possibilités.

La fille de la propriétaire avait marqué son accord sur le montant de l’achat.

Quelques semaines plus tard, patatras !  La propriétaire de « Bo Meubles » refuse de vendre à Actiris !

Que s’était-il passé ? Un jour, peut-être, connaîtrons-nous la vérité ?

Ici, je ne peux que faire état d’une rumeur sans évidemment être capable de prouver les faits.

Quelques mois après le refus de la propriétaire, un Jettois s’est présenté à mon bureau, ivre de rage.  Il m’a affirmé que lui aussi était candidat à cet achat, et qu’il avait eu à ce propos différents contacts avec la propriétaire.

Celle-ci lui aurait déclaré qu’elle était en conflit avec la commune parce que cette dernière l’aurait taxée à titre d’immeuble abandonné.

Elle aurait affirmé qu’elle avait été invitée chez le Bourgmestre et qu’il lui aurait déclaré qu’elle pourrait bénéficier d’une exonération de sa taxe à condition qu’elle ne vende pas son bien à Actiris !!!

Il est évident que ce serait énorme, mais ce ne serait pas la première fois que des choses énormes de ce style se passent à Jette puisque, vous le savez, l’Atelier 340, depuis douze ans, ne paye pas ses taxes sur les immeubles et chantiers abandonnés.

En outre, j’ai bien dû constater que tout a été fait, je dis bien tout, pour retarder au maximum l’implantation d’une Maison de l’Emploi, et là, je peux le démontrer.

J’invite mes lecteurs à lire le courrier  que Charles Picqué a adressé à la commune le 21 juin 2007 dans lequel il apparaît que la commune ne répond même pas à un courrier du Ministre-Président concernant l’Emploi.

Tous les autres secteurs repris dans le contrat de Quartiers sont suivis avec vigilance, mais, l’Emploi, apparemment, tout le monde s’en fout !!!

Mieux encore, je vous invite à lire la note que j’ai faite pour obtenir le  recrutement d’un  conseiller emploi  car tous les recrutements avaient été réalisés sauf celui-là.

Il m’a fallu près de trois ans pour l’obtenir !

Je rappelle également que dans le Budget 2007, il n’y a pas un euro prévu pour l’Emploi !

Donc, l’inauguration qui intervient aujourd’hui n’est que de la poudre aux yeux, comme toujours en ce qui concerne Doyen-Pinocchio, et je crois apporter la preuve que tout a été fait depuis janvier 2007 pour saboter la création d’une Maison de l’Emploi.

Or, vous le savez, s’il y a, à Jette, 18 % de chômeurs indemnisés (chiffres Actiris), il y a près de 25 % de Jettois en âge de travailler qui sont en recherche d’emploi.

De ces gens-là, bien sûr, Doyen-Pinocchio se fiche complètement.

Il a largement démontré son attitude antisociale.

Il l’a démontrée dans le sabotage de la politique de l’Emploi que j’ai voulu mener, et il l’a  démontrée par le dépeçage systématique du CPAS qui, pour reprendre la formule du journaliste Bouillon dans « Le Soir » de ce week-end, est un CPAS à l’entrée duquel est affichée la phrase « Allez vous faire minimexer ailleurs » !

merry_hermanus@yahoo.com

Suivez le PS de Jette sur Facebook et cliquez J’Aime pour devenir fan

Les bonnes méthodes de la Droite conservatrice de Doyen-Pinocchio !

Il existe, à la commune de Jette, un service qui, soi-disant, doit s’occuper de l’emploi.

Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il est peu visible et la seule employée qui y travaille n’obtient guère de résultat.

Les assidus sur Facebook ont attiré mon attention sur le fait que, récemment, cette employée s’était émue du fait que je la citais : « Un gars à péter un plomb dans mon bureau et à pris les chaises pour des balles de foot…(sic) ».

Il est évident que les personnes qui recherchent désespérément de l’emploi mais constatent que la commune de Jette dépense des millions d’euros en pures stupidités (fresques, etc) ont quelques raisons de « péter un plomb » !!!

Il est clair que les CDH/LBJ n’ont aucun respect pour ce type de personnes.

Mais le pire est à venir.

L’un des séides de Doyen-Pinocchio, et apparemment l’un des pires, donne un « conseil » à cette employée de la commune : « Ben, si ça c’est la reconnaissance de quelqu’un pour qui tu te dévoues pour trouver un job…Pfff. A ta place, je ferais un rapport au collège pour que le gars reçoivent une lettre pour le recadrer. C’est comme ça que l’on fonctionne au CPAS et ça marche. Quand ils reçoivent une lettre d’une « haute autorité », ils se font tout petits. Maintenant, c’est toi qui vois » (sic)!!!

Ce « conseil » porte un nom :

Cela s’appelle de l’intimidation !

Cela s’appelle un manque total de respect !

Cela s’appelle du déni et un refus de voir les conséquences de l’énorme misère sociale qui nous assaille !

Mais tout cela laisse Doyen-Pinocchio et ceux qui l’entourent totalement indifférents pour autant bien sûr qu’eux-mêmes puissent se maintenir au pouvoir.

On est cependant effarés de constater combien ces gens sont engoncés dans une vision réactionnaire digne des pires années d’avant-guerre « Les pauvres, ma bonne dame, il suffit qu’ils reçoivent une lettre d’une Autorité pour qu’ils s’écrasent » !!!

Et bien non !!!

Nous ne sommes plus à une époque où des gens en recherche d’emploi s’écrasent.

Bientôt, ceux-ci auront l’occasion de le faire savoir !

merry_hermanus@yahoo.com

Suivez le PS de Jette sur Facebook et cliquez J’Aime pour devenir fan 

Des études, pour quoi faire ?

S’il y a une chose qui fonctionne bien en Région bruxelloise, ce sont les études et les statistiques faites par le Service des Statistiques régionales, et Actiris.

J’ai donc cru tout à fait intéressant de vous soumettre, avec l’accord de l’auteur, une très intéressante étude qui a été présentée à l’Observatoire bruxellois de l’Emploi sur « Les défis de l’emploi en RBC : Quelles perspectives? »

Je crois que cette étude met bien l’accent sur les enjeux, et ne cache rien de la situation extrêmement délicate dans laquelle se trouve notre Région, situation que, malheureusement, certains  ne veulent pas voir !

merry_hermanus@yahoo.com

Suivez le PS de Jette sur Facebook et cliquez J’Aime pour devenir fan 

Suppression de la Bourse de l’emploi à Jette… Salon de la Formation : Plus chic non?

Qu’en termes élégants, ces choses-là sont dites !

En 2007, j’avais constaté avec stupeur, en ma qualité d’échevin de l’emploi, qu’il n’y avait, au budget de la commune, pas un euro pour la politique de l’emploi !

En 2008 et 2009, j’ai uniquement obtenu, après moult discussions au cours desquelles Doyen-Pinocchio n’a d’ailleurs pas hésité à dire « La politique de l’emploi, ce n’est pas dans les compétences communales (sic), effarant mais c’est comme ça, le montant nécessaire à la réalisation des Bourses de l’emploi qui avaient été initiées par mon prédécesseur Werner Daem.

J’ai immédiatement constaté que ces Bourses de l’emploi gênaient considérablement Doyen-Pinocchio.

La dernière que j’ai organisée avait rassemblé pas moins de mille personnes !!

Lorsque Doyen-Pinocchio a fait sauter la Majorité, la Bourse de l’emploi suivante a été squelettique, réunissant moins de 400 personnes !

Dans le budget 2010, aucun montant n’avait été prévu.  Il n’a été ajouté qu’aux modifications budgétaires ! Un comble !

Cette fois-ci, on organise un Salon de la Formation, ce qui est évidemment  beaucoup plus chic.

Cet exemple démontre mieux que beaucoup d’autres qu’en réalité, ce Collège se fiche complètement de l’emploi, alors que 25 % des Jettois en âge de travailler sont en recherche d’emploi !

Mais cela, ça n’a pas l’air de gêner cette Majorité de régression sociale.

Quand on voit les efforts consacrés par d’autres communes, je pense notamment à Forest et Molenbeek, en matière d’emploi, on ne  peut être qu’effarés par le mépris de cette Majorité à l’égard de ses citoyens en difficulté.

merry_hermanus@yahoo.com

Suivez le PS de Jette sur Facebook et cliquez J’Aime pour devenir fan


CHARLES MICHEL postule à l’emploi de … perroquet de SARKOZY !

Au cours des dernières vingt-quatre heures, j’ai reçu de nombreux messages scandalisés à propos des déclarations de Charles Michel.

Pas de doute, cette musculation droitière résonne en écho de la campagne de Sarkozy qui a dépassé le stade de flirt avec l’Extrême Droite, et envisage sérieusement le mariage.

Mais le pire n’est pas là !

Ce que ne perçoit pas Charles Michel…, le fils de…, c’est que Sarkozy installe un climat de guerre civile larvée.

Comment ne perçoit-il pas que, stigmatisant « l’assisté », il stigmatise des gens marqués par le malheur ?

Charles Michel oserait-il parler devant les mille ouvriers de CARSID à Charleroi, et leur tenir le discours qui vient de faire scandale ?

Ces ouvriers ont-ils sauté de joie à l’annonce de la fermeture de leur entreprise ?

Comment Charles Michel ne peut-il pas comprendre que perdre son emploi est une tragédie, d’abord sociale, ensuite humaine ?

Car, oui !  Les travailleurs ont des familles !

Ils ont des crédits pour leur appartement ou leur maison.

Et, du jour au lendemain, tout s’écroule !!!

Charles Michel peut-il, ne fût-ce qu’un instant, comprendre ce que doit ressentir un chômeur ? Car, au malheur s’ajoute le sentiment d’échec personnel. Et, Charles Michel, le fils …, le nanti, y ajoute encore la stigmatisation politique !

Les chômeurs sont des assistés, donc, automatiquement, des profiteurs, donc, … des inutiles !

Curieux comme ce vocabulaire colle avec celui utilisé tout au long du 19ème siècle pour s’opposer au progrès social.

C’est la philosophie du « chacun pour soi », de la main invisible censée résoudre tous les problèmes.

Les dégâts collatéraux, cela, les gens comme Charles Michel s’en fichent !!!

Ceux qui tombent ne trouveraient plus une main solidaire.

Oui, peut-être, il y aura la Charité dont Sartre décrivait l’ignoble visage, celle des dames d’œuvres, des ouvroirs, des Capucinières où le pauvre, sans emploi, viendra, tête basse, implorant, chercher un colis alimentaire et de vieux vêtements, si possible kakis (c’est moins salissant pour les pauvres ma bonne Dame) !

J’ai connu l’une de ces « âmes charitables » qui pérorait sur ce que lui coûtait son personnel, et qui m’a dit un jour « Si je ne peux plus payer mes domestiques, je ne pourrais plus m’occuper de mes pauvres ».

En 1973, il y avait 93.000 chômeurs complets et, dans la presse de Droite, on hurlait qu’il y avait trop de profiteurs.

Mais qui est responsable de ce chômage, de cette pauvreté galopante ?

Les travailleurs ?

Ou bien une Organisation économique qui ne se maîtrise plus ?

DEXIA s’écroule, mais les administrateurs, dont l’ancien Premier Ministre Démocrate Chrétien, partent avec de véritables fortunes !!!

Les travailleurs sont-ils responsables ?

La crise bancaire de 2008 provoquée par le Capitalisme financier délirant, les travailleurs n’y ont aucune responsabilité !

Ce qui se passe est, en réalité, un tournant de civilisation.

La fin du Bloc communiste qui, sans conteste, était une monstruosité basée sur le mensonge et la terreur, a conduit à la suprématie économique, mais aussi politique d’un capitalisme qui n’a plus aucune limite.

Le dernier rempart était la Sociale Démocratie qui, grâce à des luttes acharnées, avait tissé une série de filets sociaux permettant de secourir ceux qui n’avaient pas la chance d’être des fils de…

C’est cela qu’on veut détruire.

Ce sont ces systèmes de liberté économique, de liberté religieuse, et de protection sociale qui gênent.

Il ne faut donc pas s’y tromper !  L’enjeu est là !

Ce n’est pas l’enjeu d’une élection, c’est beaucoup plus fondamental.

C’est un basculement complet de notre mode de vie qu’on veut nous faire assumer.

L’élargissement du temps de travail obligera les plus fragiles d’entre nous à quitter le travail pour rejoindre au plus tôt… le cimetière !!!

Cela épargnera les frais médicaux et réduira le trou de la Sécurité sociale.

Cela, c’est la société qu’on veut nous imposer !

Ceux qui veulent conduire ce retour en arrière devraient savoir que, tôt ou tard, les opprimés se révoltent, et que le coût de cette révolte sera plus élevé que la Sécurité sociale !!!

Qu’ils prennent garde !!!

merry_hermanus@yahoo.com

Suivez le PS de Jette sur Facebook et cliquez J’Aime pour devenir fan


Dépôts d’ordures… ou plantations communales !!!

Les arbres des rues Pire et DekeersmakerLes arbres des rues Pire et Dekeersmaker

Les habitants du quartier de la rue Pire et Dekeersmaeker ont vraiment le sentiment que la commune de Jette se moque d’eux !

Certains n’hésitent pas à considérer que les Autorités communales, à la veille des élections, sont complètement tombées dans le ridicule.

Les dernières plantations qui y ont été faites, sans doute dans la précipitation pour faire croire qu’on faisait quelque chose, sont tellement petites que les riverains les appellent des « bonzaïs » !

Il est évident que ces végétaux étaient à ce point réduits que les sites ont immédiatement été à l’abandon et couverts d’ordures, voir vidéo ci-dessous 

Comme par hasard, le 8 mars, tous les citoyens du Quartier ont reçu un toutes-boites demandant aux habitants de prendre bien soin des végétaux.

C’est évidemment se moquer du monde !!!

Mais évidemment, grâce au toutes-boites, un membre de la Majorité « Arlequin-Pinocchio » tente de faire connaître son nom… et c’est cela l’essentiel !

Les cadavres des malheureuses plantations n’ont été enlevés que très récemment et, maintenant, il n’y a plus que des fosses délaissées, dangereuses pour les piétons, et d’autres ont été purement repavées !

Il n’y a donc aucune logique si ce n’est purement électoraliste…

Cet électoralisme est évident lorsqu’on sait qu’une réunion d’habitants a été organisée le 30 janvier avec l’Autorité communale, mais que les invitations ont été particulièrement sélectives.

Il est vrai qu’à Jette, on fait attention au fait que lorsqu’on replante un arbre, il est  à une distance suffisante pour que les insectes puissent passer sans difficulté d’un arbre à l’autre, alors que dans la commune, 25 % d’habitants en âge de travailler est en recherche d’emploi !!!

Mais dans les quartiers des rues Pire et Dekeersmaeker, il est évident que les insectes, dans ce cas sans doute des mouches, pourront passer d’un tas de déchets à un autre tas de déchets.

merry_hermanus@yahoo.com

Hervé Doyen invite chez Bruneau.. aux frais du contribuable bruxellois : Suite.

Les budgets communaux sont des outils extraordinaires, malheureusement bien souvent négligés. On y découvre des perles !

C’est ainsi que dans le budget 2012 de Jette, truqué comme je l’ai démontré, on trouve un article intitulé « Cotisation conférence des Bourgmestres : 1221 euros ».

Voilà donc, de façon extraordinaire, que l’invitation lancée « généreusement » par Hervé Doyen à ses collègues a évidemment coûté beaucoup plus que la totalité de la cotisation de la commune de Jette à la conférence des Bourgmestres.  On ne peut agir avec plus de cynisme !

Allez, un petit effort de transparence, et qu’on dise combien ce repas a réellement coûté !  Transparence à Jette ???  Ou peut-être ailleurs ?

En une soirée, « d’un dîner festif », Hervé Doyen aura réussi à dépenser, avec ses « chers » collègues, plus que la totalité de la cotisation de Jette à la conférence des Bourgmestres !

Cette affaire a quand même fait un peu de bruit et a été reprise par la presse, notamment aujourd’hui, dans un entrefilet de la « Dernière Heure ».

Mais attention, la censure jettoise veille !!!   Cet article, dans la revue de presse de la commune de Jette, a bien sûr été « oublié », tout comme l’article de la « Capitale » sur le curieux projet de coopération de Sidi Bibi.

Encore un mot, étant donné que différents Organes politiques demandent des efforts financiers à leurs membres, par exemple les Parlementaires, le Président de la Chambre, etc., la presse (La Capitale)  a trouvé normal de demander au Bourgmestre de Jette s’il n’estimait pas nécessaire de diminuer sa rémunération.  Hervé Doyen, qui est pourtant si généreux avec l’argent des autres, a bien entendu répondu NON !!! Ce serait, d’après lui, démagogique !

Pourtant, un petit effort ne représenterait pas grand-chose pour celui qui cumule la fonction de Bourgmestre, de Parlementaire et de Président de Commission et, donc, qui bénéficie d’une rémunération mensuelle à cinq chiffres !

Mais attention !!! Toute diminution serait démagogique et populiste.

Pourquoi ne pas rappeler qu’en 2000, tous les traitements des mandataires locaux ont été augmentés de façon énorme.  Mais, bien sûr, pour Hervé Doyen, étant habitué à dépenser largement l’argent des autres, tout cela ne le concerne pas !

L’indécence de l’invitation chez Bruneau, alors que des milliers de personnes perdent leur emploi, que les pensions sont revues, ne lui saute décidément pas aux yeux.

Tiens, mais j’y pense, n’est-il pas Démocrate Chrétien ???

merry_hermanus@yahoo.com