Archives de Tag: gaspillage

Rénovation de l’Ecole Poelbos : C’est la faute à Molenbeek !

Comme je l’ai déjà précisé, les inaugurations et les poses de premières pierres se multiplient avant les élections.

La Place Cardinal Mercier a été inaugurée pas moins de trois fois.  A la dernière, on avait même mobilisé Laurette Onkelinx pour tenter de lui faire avaliser la gestion catastrophique de Doyen-Pinocchio.

Hier, en catimini, on a posé la première pierre de ce qui doit devenir la nouvelle école du Poelbos. Objectif : faire une photo pour le journal communal !

D’abord, pourquoi en juillet alors qu’initialement, cette pose de la première pierre était prévue en septembre ?

Et là, c’est du lourd !

En effet, en ce moment, le Parlement bruxellois, choqué par l’utilisation des journaux communaux à des fins électorales, est en train de débattre d’une Ordonnance visant à interdire ce genre d’abus, et à arrêter la publication des journaux communaux à partir du 1er août.

Il est donc fort possible que la « Pravda » de Jette, 64 pages s’il vous plaît !,  s’arrêtera à cette date.

C’est d’ailleurs tout à fait comique de lire les déclarations d’Hervé Doyen au cours de ces débats.

Je les publierai in extenso afin qu’on puisse juger du niveau !

Une telle hypocrisie, c’est de la franchise pour quelqu’un qui ment tellement qu’on ne peut même pas croire le contraire de ce qu’il dit!

Revenons à l’Ecole du Poelbos.

C’est dès 1992 que j’ai entamé la procédure visant à la rénovation de ce site scolaire qui occupe des bâtiments provisoires construits pour l’Exposition Universelle de 1958.

A l’époque, j’ai été bloqué par la Commission des Monuments et Sites qui n’acceptait pas de nouvelle construction dans ces lieux arborés.

Entre 2000 et 2006, Doyen-Pinocchio a fait établir un projet par un architecte de talent, mais, surprise, non pas dans l’intérêt de l’Ecole communale elle-même, dont il se fiche comme d’une guigne, mais dans l’intérêt de la « Cure de Jour », baptisée, pour faire moderne « Kids Holiday », beaucoup plus rentable politiquement !

Résultat des courses : un projet totalement surdimensionné, évalué à plus de 16 millions d’euros et, donc, totalement impayable !

Que croyez-vous qu’il advint ?

C’est extrêmement simple : le projet a été purement et simplement jeté à la poubelle !!! Et un autre auteur de projet a été désigné. Résultat : des dizaines de milliers d’euros payés par les contribuables et perdus par la commune parce que, bien entendu, et c’est normal, il a bien fallu honorer, et donc payer le travail fait par le premier architecte.

Malgré mes démarches, et en violation de la Loi communale, jamais la facture de cet architecte ne m’a été montrée.  Elle est classée «secret communal» !

Un gaspillage énorme et scandaleux !

Je vous invite à lire la lettre du 22 octobre 2007 ci-jointe où je fais le point de façon très précise sur cette problématique et où les responsabilités des uns et des autres sont clairement détaillées.

Note à l’Attention du Collège du 22 octobre 2007

Cela fait des années et des années que les directeurs d’écoles, qui ont été en charge de cette école, font remarquer toute une série de problèmes.

Récemment, lors de fortes pluies, des parents présents dans l’école ont constaté que les corniches étant inopérantes, des flots d’eau inondaient certaines classes !

Je pourrais faire une liste infinie de ce genre d’incidents.

La réalité est que plus personne au Collège ne s’intéresse à l’Enseignement communal et aux écoles communales !

Les directions d’écoles sont abandonnées à elles-mêmes.

Les enseignants se sentent complètement perdus, et perçoivent parfaitement le total désintérêt du soi-disant échevin de l’Enseignement qui, pour une fresque, dépense 150.000 euros, mais réduit à la portion congrue le matériel mis à la disposition des écoles !!!

Précisons en outre qu’il ne s’agit pas d’une nouvelle école, comme Doyen-Pinocchio essaye de le faire croire, mais de la rénovation des bâtiments de 1958, c’est-à-dire qu’il n’y aura pas plus de places qu’aujourd’hui et, donc, on ne répondra pas au défi démographique.

Cerise sur le gâteau : Etant interrogé sur Vivacité ce matin, le soi-disant échevin de l’Enseignement a justifié la nécessité de rénover cette école par « l’explosion démographique… à Molenbeek » !!! (Ecoutez cette interview en cliquant sur le site ci-joint).

Ecoutez Paul Leroy => http://db.tt/yl9YkOa5

Alors là ! Je crois qu’on atteint des sommets, car cela veut dire que ce triste personnage n’a jamais examiné les statistiques régionales sur l’évolution de la démographie.

Apparemment, il ignore, ou plutôt feint-il d’ignorer, que la commune de Jette est passée, en six ans, de 42.000 à 49.000 habitants.

Mais peut-être tous ces nouveaux habitants sont-ils des molenbeekois ? ou assimilés ? Intéressante problématique.

A mon avis, cela mériterait d’être creusé parce que cela ouvrirait bien des horizons sur la conception que Doyen-Pinocchio et Leroy ont de ce que sont les habitants de notre commune, ou plutôt… certains d’entre eux !!!

Cela fait plus de quinze ans que les statistiques annoncent l’explosion démographique que nous connaissons à Jette, mais également dans toute la Région.

Mais il est vrai que c’est électoralement plus facile de dire que … c’est la faute à Molenbeek !!!

Il y a un an  d’ailleurs, l’échevin des Finances, vous savez le type dont on dit qu’il habite, en réalité, à Lasne, ne disait-il pas qu’il fallait arrêter la « Peste molenbeekoise aux portes de Jette » !!!

N’a-t-on pas essayé de faire croire aux Jettois que c’est le Bourgmestre de Molenbeek qui voulait faire fermer l’Antenne de Police de la Galerie Mercure ?

Tout cela démontre bien qu’on a atteint les limites du mensonge et que, face à une réalité qu’ils ne contrôlent plus, Doyen-Pinocchio et ce qu’il reste de son Collège ne savent plus comment répondre aux enjeux de demain.

merry_hermanus@yahoo.com

Suivez le PS de Jette sur Facebook et cliquez J’Aime pour devenir fan 

Du pain… Des Jeux… C’est vous qui payez !

Confronté à son incapacité de faire face aux véritables problèmes des Jettois, en matière sociale, en matière d’emploi, en matière de sécurité, et en matière de propreté, le Collège d’Arlequin organise une multitude de fêtes, où, d’ailleurs, et c’est une constante, il n’y a que très peu de participants, et ceux qu’on y voit sont toujours les mêmes !

Ainsi, le Collège du 22 novembre organise une « Fête du Développement durable le 26 novembre ».

On peut lire dans la décision qu’on découvre, qu’un montant de 25.000 € est disponible sur un article budgétaire et, dès lors, en catastrophe, à un mois de la fin de l’année, on se dépêche de le dépenser !

C’est extraordinaire, mais c’est comme cela que ça fonctionne.

Passons sur le fait qu’il y a une erreur d’addition dans le coût de ces festivités qui, au total, ne coûteront pas, comme indiqué, 4.898 €, mais bien 5.698 €…, 1.000 euros de différence, une paille à l’échelon jettois !!!

De toute façon…, c’est le contribuable qui paye, alors, pourquoi ne pas dépenser ?

Mieux encore, on organise pour la première fois, une Fête de Noël à la ferme pour enfants, ce qui coûtera la bagatelle de 3.956 €, et on organisera bien sûr, cela c’est une habitude, une réception de nouvel-an qui coûtera plus ou moins 1.500 €.

Tout cela pour faire croire que Jette est le pays des Bisounours, et pour mettre de belles photos dans le Journal communal qui coûte au contribuable jettois plus de 200.000 euros pour répandre la propagande du Collège qui ne sait évidemment plus que faire pour tenter de faire croire que tout est beau dans le meilleur des mondes.

Sachez, chers Jettois, que pour certaines de ces Fêtes, on envoie par la poste, timbrées, des invitations à raison de 3 ou 4.000 parfois, ceci multiplié par le coût des timbres et des enveloppes, et les impressions diverses.

Vous ne serez pas étonnés d’apprendre que les frais postaux, à Jette, contrairement à ce qui se passe ailleurs, ont véritablement explosé !!!

Mais évidemment, dans l’enveloppe et sur l’envoi, on peut retrouver le nom de l’un ou l’autre échevin qui, ainsi, espère accroître sa notoriété.

Pourtant, certains sont connus !  Ils sont connus pour leur passivité et leur totale indifférence pour les drames que vivent les Jettois, et, en particulier, les commerçants.

Ainsi, certains d’entre vous ont pu lire, dans la « Dernière Heure », l’article dans lequel la patronne du « Derby » faisait état de sa tristesse et de son découragement de devoir quitter l’établissement qui était l’un de ceux qui était le plus fréquenté sur la Place du Miroir.

Mais elle a fait plus.

Ce dimanche, on pouvait voir, à la vitrine du bistrot, non seulement l’article, mais également une note de la patronne fustigeant la passivité du Collège qui aurait pu aider son maintien sur place.

C’est donc ce cocktail d’indifférence pour les uns, et de passe-droits pour les autres qui fait que cette gestion est l’une des pires de notre Région.

Des jeux … des fêtes dont certaines, comme celle du Développement durable, sombrent dans le ridicule et dans un gaspillage budgétaire vu le nombre de participants, dérisoire.

Gaspillage éhonté de l’argent des contribuables que, par ailleurs, on « assassine » en matière de taxes, qu’on pressure en matière d’amendes administratives, qu’on exploite en matière de redevances pour « services rendus par la commune ».

Bientôt, j’aurai l’occasion de vous fournir tous les détails de l’extraordinaire explosion des charges qui pèsent sur les Jettois depuis 2009.

Mais, par contre, on trouve de l’argent pour une fresque à 150.000 € !

On trouve de l’argent pour des vestiaires de luxe à 450.000 € !

Et,  bien sûr, on trouve de l’argent pour les fêtes !

merry_hermanus@yahoo.com


Excellentes nouvelles des écoles pour le Nord-Ouest de Bruxelles… Mais dans quel délai !

En ouvrant, comme chaque matin, le « Soir », je bondis de joie en lisant l’article de M. De Mulenaere qui nous apprend que 4.151 nouvelles places vont être créées essentiellement dans le Nord-Ouest de Bruxelles.

L’initiative prise, notamment, par Charles Picqué, en concertation avec la Communauté française, doit évidemment être chaleureusement saluée. Elle permet bien des espoirs.

Il est vrai, cependant, comme le dit le Ministre-Président de la Région bruxelloise, que nous sommes engagés dans une course de vitesse.

Mais on peut se poser la question de savoir pourquoi on commence à courir si tard !

L’exemple jettois permet de mesurer de façon précise les difficultés auxquelles on se heurte en matière de bâtiments scolaires.

En effet, j’observe que 270 places sont prévues à l’école du Poelbos.

Il faut savoir que cette école est constituée de deux types de bâtiments.

Les premiers sont des anciens dortoirs construits pour l’Exposition de 1958 ! Oui, oui, vous avez bien lu, l’Exposition de 1958.

Ces bâtiments à l’origine provisoires ont donc, au minimum, 52 ou 53 ans !

Malgré de nombreux entretiens, ils sont dans l’état qu’on peut deviner et posent différentes questions que je crains de formuler trop précisément.

Les autres bâtiments sont plus récents, mais ont plus de 20 ans, et n’étaient, en réalité, que provisoires.

En 1993, étant échevin de l’Enseignement, j’avais entamé la rénovation de cette école. Je veux rappeler que Jean-Louis Thys et moi-même avons, en moins de dix ans, obtenu plus de 750 millions d’anciens francs belges de subsides pour construire ou rénover des écoles communales jettoises… C’était le bon temps.

J’entretenais d’excellentes relations avec le Fonds des Bâtiments scolaires et avec les différents ministres de l’Education Nationale qui se sont succédé.

Je suis donc bien placé pour mesurer les obstacles à surmonter et le temps qu’il faut pour faire sortir de terre ou rénover une école.

L’exemple jettois de l’école du Poelbos est plus que parlant.

Sous l’ancienne Législature, un nouveau projet de rénovation avait été mis en chantier mais il était à ce point surdimensionné qu’on savait à l’avance qu’il ne pourrait pas être subsidié, et que, par ailleurs, il était clair que la commune ne pourrait pas le financer !

Ce projet, qui était fait beaucoup plus dans l’intérêt des cures de jour que dans celui de l’enseignement, aurait coûté entre 12 et 16 millions d’euros selon les options !!!

L’architecte a été payé… et le projet a été mis à la poubelle !!!

Encore un bel exemple du gaspillage jettois !

Redevenant échevin, j’ai donc tenté de faire redémarrer le projet sur des bases tout à fait raisonnables.

Or, nous étions, là, à la fin 2007.

J’apprends que le projet a, à nouveau, été bloqué !

La première tentative de rénovation que j’avais faite avec Jean-Louis Thys avait démarré en 1993. Nous sommes en 2011 !!!

Or, que se passe t’il ?

Il est évident, et tous les chiffres le prouvent, que les jeunes ménages disposant de revenus du travail, ayant des enfants en âge de scolarisation, votent avec leurs pieds !!! Ils quittent purement et simplement la Région.

Or, ce sont ces jeunes ménages de classe moyenne qui constituent l’essentiel de l’assiette fiscale de la Région. On a assisté d’ailleurs, au cours des dix dernières années, à un effondrement considérable de celle-ci.

Jette est malheureusement la deuxième commune sur 19 où cet effondrement a été le plus important.

Cet exode des classes moyennes jeunes est une évidence lorsqu’on parcourt les excellentes statistiques fournies par les services de la Région.

On peut d’ailleurs se poser la question de savoir pourquoi cette explosion démographique annoncée depuis longtemps, (voir les importants articles de François Robert dans le « Soir ») n’a pas conduit à la prise de mesures beaucoup plus urgentes en matière de constructions scolaires.

Je le répète, l’annonce qui est faite est formidablement positive.

Mais elle ne sera pas suffisante, car les procédures de subsidiations et d’Urbanisme sont à ce point lentes et contraignantes dans la Région qu’il faudra au minimum 5 à 6 ans pour voir sortir de terre les premières écoles.

Je plaide donc pour que, d’urgence, la Région et la Communauté mettent en place des procédures dérogatoires aux règles communes en matière de subsidiations et d’Urbanisme.

Si cela ne devait pas être fait, l’objectif serait raté.

J’ai connu un temps où on se battait entre enseignement libre et enseignement communal pour attirer des élèves, et où, en tant qu’échevin de l’Enseignement, je faisais de la publicité, en ce compris dans les communes qui nous sont périphériques.

Il y a urgence !

La situation s’est inversée. On rejette les enfants à scolariser, ce qui est évidemment effarant !

Si les procédures ne sont pas modifiées, les jeunes ménages avec enfants continueront à s’évader de Bruxelles pour rejoindre des régions où leurs enfants pourront être scolarisés dans de bonnes conditions, ce qui, malheureusement, chacun le sait, n’est plus le cas dans la région de Bruxelles.

merry_hermanus@yahoo.com

Le record d’entrées des « Chtis » n’a pas été battu à Jette !

Les lecteurs attentifs de ce blog auront pris connaissance, le 11 janvier dernier, de la curieuse initiative d’Hervé Doyen organisant, à l’occasion de la nouvelle année,  une séance de cinéma avec projection du film « Fritkot ».

J’avais dénoncé le fait que ce petit caprice cinématographique d’Hervé Doyen coûtait près de 3.000 euros aux contribuables jettois.

J’ai essayé de savoir, puisque c’était une opération subsidiée, quel en avait été le résultat.

Eh bien, cher lecteur, il y a eu en tout et pour tout… 37 entrées à 2,50 euros, soit une recette de 92,5O euros !!!

Etonnant aussi de constater que c’est le Cabinet du Bourgmestre qui a assuré le suivi de ce dossier.

Il devait donc bien s’agir d’une opération politique, mais, bien sûr, financée par le contribuable.

Dans le dossier, on s’attendait à des recettes de 500 euros minimum.

Voilà encore une belle preuve du gaspillage !

Ajoutons que j’ai demandé également la comptabilité de la soirée « anti-tabou » organisée par une échevine très bien en cour.  Dans ce cas, les résultats sont un peu meilleurs puisqu’il y a quand même eu 110 participants.

Mais là aussi, la dépense atteint près de 3.000 euros !

Si on ajoute à cela les frais d’imprimerie, etc, on se rend compte que toutes ces manifestations  visant à assurer la notoriété des membres du Collège coûtent très cher aux Jettois.

Mais dans le fond, tout cela est idiot. Le prix n’a aucune importance puisqu’il suffit d’activer la « pompe à finances » et d’augmenter les impôts !!!

merry_hermanus@yahoo.com