Archives de Tag: Goujard

C’est le « MIROIR » qu’on assassine ! Hervé Doyen, complice … et fossoyeur du bien-être à Jette !

Hier soir, était organisée, en catimini et en toute discrétion, une réunion d’information sur l’étude, ce n’est pas moins que la troisième, concernant le tracé du Tram 9.

Cette « sympathique » manifestation se déroulait au Centre culturel du 329, rue Léopold .

45 chaises avaient été installées… Plus de 150 personnes se  sont présentées !!!

La Ministre Grouwels et Hervé Doyen en ont été pour leurs frais.

La discrétion voulue, organisée, et qui n’était que la suite de la catastrophique présentation organisée par le Ministre Smet à l’Hôpital Brugmann, a  été un fiasco total.

Mise en cause de la présentation en « stoemelinckx » : Plusieurs participants ont mis en évidence le fait qu’en mettant une annonce dans la presse, trois jours avant la réunion ( !), c’était que manifestement, on ne voulait pas qu’il y ait trop de présents.

Ce fut tout de suite la panique.  Hervé Doyen s’est activé, et a lancé des SMS.

On a ainsi vu arriver, plic ploc, patauds et abasourdis, les membres de sa pauvre équipe, l’œil hagard, stupéfaits de constater que des Jettois se révoltaient contre l’incurie de leur équipe…, et se demandant pourquoi ils devaient être là.

Voilà pour l’ambiance !

Pour ce qui est du Tram 9, la Députée Bourgmestre Michèle Carthé était présente, accompagnée de la conseillère communale jettoise Christine Rouffin,  et a bien mis en évidence le caractère  incompréhensible  et gravement dommageable du projet.

Claude Goujard, défenseur inlassable de son quartier, et qui a eu le courage de quitter la Liste du Bourgmestre, était également présent.

En effet, le passage par la rue Poplimont dispose de tout l’espace possible, et n’assassine pas la Place du Miroir.

Beaucoup plus grave !  Hervé Doyen a toujours fait semblant de lier l’accord de la commune sur le passage du Tram 9, Avenue de Jette, à la construction d’un parking sous la Place du Miroir, mais dont l’entrée se ferait Avenue de Jette.

Petite précision qui vaut son paquet de cacahuètes : Dans la décision de Collège qui impliquait cette contrepartie, on avait tout simplement oublié que l’entrée du parking devait se trouver Avenue de Jette.

J’ai dû batailler pour obtenir que le texte soit corrigé.

Pendant tout un temps, Hervé Doyen avait fait croire qu’il avait un accord partiel avec une Firme privée pour investir dans ce parking et le gérer.

Il n’en a jamais apporté la preuve !

Aujourd’hui, personne ne sait qui payera ce parking, et la commune de Jette n’a aucune garantie sur l’endroit où se fera l’entrée de celui-ci.

Donc, c’est la mort annoncée de la Place du Miroir, seul et unique lieu de convivialité dans la commune de Jette, mais dont Hervé Doyen se fiche complètement.

Sauf pour des manifestations payées par le contribuable, on ne le voit jamais au Miroir comme simple citoyen. Lorsqu’il doit y passer, il rase les murs, la tête enfoncée dans les épaules.

Mais de quoi a-t-il donc peur ?

Au cours de la réunion, il aurait fait semblant de se fâcher, et de dire qu’aucun coup de pioche ne sera donné avant que le parking ne soit construit.

C’est évidemment une déclaration sans le moindre fondement.

Il faut d’abord rappeler que c’est à cause du caractère ondoyant, pour ne pas dire plus, de la position d’Hervé Doyen, que Jette a perdu les montants qui étaient prévus pour le réaménagement en surface de la Place du Miroir, le Gouvernement fédéral ayant décidé d’allouer ces montants de plus de deux millions d’euros à un autre projet bruxellois.

Pour que la commune de Jette les récupère, il faudrait un Gouvernement fédéral de plein exercice, mais, comme malheureusement tous les Belges le savent, ce n’est pas demain la veille.

Quant à la Ministre Grouwels, elle a annoncé benoîtement que les travaux se feraient sur les années 2012-2013.

Les Jettois qui fréquentent le Miroir, et les commerçants ont donc encore un an avant que tout ne s’effondre, cela avec la complicité d’Hervé Doyen !!!

MAIS IL Y A ENCORE PIRE !

Une nouvelle réunion est organisée au Poelbos où, paraît-il, on expliquera aux citoyens jettois, la poursuite de cette ligne 9 vers le Heysel où sera construit un immense centre commercial.

Traduction : Plus besoin de faire ses courses au Miroir, on prend le tram et on arrive directement au Heysel.

Le commerce jettois est mort et enterré !!!

C’est de tout cela dont Hervé Doyen est le complice.

Jettois, faites quelque chose d’utile : Dans la mesure où Hervé Doyen a ce que j’appellerai « un rapport difficile à la vérité », demandez-lui une garantie écrite concernant le parking et son accès !!!

Je lisais récemment, dans une note de la STIB qui a provoqué un énorme remous politique :« Un renforcement du pouvoir des Bruxellois sur la politique des investissements en matière de mobilité aurait un effet défavorable sur les grands projets de la STIB ».

Autrement dit, si la STIB veut sacrifier l’ensemble des Bruxellois, et s’inscrit dans une politique de cogestion de Bruxelles, que pèsent les malheureux Jettois et la convivialité extraordinaire et la chaleur humaine qu’on trouve sur la Place du Miroir ???

Décidément, Hervé Doyen aura été, par sa gestion de la commune, sa fiscalité écrasante, et par les aspects filandreux et ondoyants de sa politique à l’égard des Instances fédérales, le fossoyeur du bien-être à Jette.

Merry Hermanus
merry_hermanus@yahoo.com

H. Doyen, une nouvelle fois pris en flagrant délit de mensonge!Le « flagrant délit de mensonge » est une expression forte, mais les Anglais en ont une plus forte encore lorsque, pour parler d’un « flagrant délit », ils utilisent l’expression « Il a été pris le pantalon sur les chaussures ». C’est exactement ce qui vient d’arriver, hier, à H. Doyen, il avait, « le pantalon sur les chaussures » !

Tentant de répondre à la mise en place du Collège « Horizon 2012 » (Revoir la Conférence de Presse sur TV Brussel )  par les représentants du MR, du SP, du PS et M. Claude Goujard, Hervé Doyen a donné différentes interviews (Revoir l’interview sur Télé Bruxelles le 14/10) dans lesquelles il affirme que l’impôt sur les personnes physiques diminuera dans les années à venir ! Dans certaines interviews, il cite même le chiffre de trois ans !

Donc, à l’entendre, les Jettois devraient s’attendre à une bonne nouvelle : la diminution de leurs impôts.

Or, dans un document daté du 30 septembre 2010 et établi par la commune de Jette, le Bourgmestre Doyen lui-même reconnaît qu’il n’y aura pas de diminution d’impôt !!! En effet, voici ce qu’il écrit dans ce document envoyé à la Tutelle, en page 2 : « La commune a prévu de s’aligner sur la moyenne du cluster en passant progressivement de 7,50 à 6,80 %, soit 7,20 % en 2010, 7 % en 2011 et 6,80 % en 2012. Si la Région persiste à s’opposer à la poursuite de la mise en œuvre de cette mesure dans une commune sous plan d’assainissement, la commune compensera son application par l’une ou l’autre recette complémentaire. Ceci étant, au stade actuel, les additionnels à l’IPP sont maintenus à 7,20 % ».

Cette phrase vaut son pesant d’or !!!

1. En effet, Hervé Doyen reconnaît que la commune de Jette est l’une des plus chères de la Région au niveau de l’Impôt sur les personnes physiques.

2. Il reconnaît que la Région s’opposera à toute nouvelle diminution, ce qu’il savait déjà, puisque la Tutelle avait qualifié son attitude de « suicidaire ».

Donc, il n’y aura pas de diminution d’impôts !!! Mais cela, c’est la faute des autres, en l’occurrence, de la Région !

3. Hervé Doyen affirme que «la commune compensera par des recettes complémentaire », bien entendu sans préciser lesquelles !!!

4. Cerise sur le gâteau, il ajoute « … au stade actuel, les additionnels à l’impôt sur les personnes physiques sont maintenus à 7,20 % ». Donc, contrairement à son affirmation, Pas de diminution d’impôts !!!

5. Quand Hervé Doyen parle de « l’une ou l’autre recette complémentaire », on tremble évidemment parce que cela veut dire que de nouvelles taxes sont en préparation !!! Lesquelles ???

Pouvait-on faire plus belle démonstration de la façon dont Hervé Doyen s’arrange de la vérité ?

Pire encore, dans ce même document, à la page 3, et les Jettois en seront réjouis, il annonce que les redevances de stationnement passeront de 15 à 20 € ! Youpie !!! Nous sommes tous fous de joie !

Enfin, toutes les taxes seront augmentées de 3,50 % entre 2011 et 2014, alors qu’en réalité, l’indexation prévue par le Bureau du Plan est de 2%, soit une augmentation de fait de 1,50 %.

Je répète qu’en matière d’impôt cadastral, Jette est la commune la plus chère de Belgique !!!

En matière d’impôt sur les personnes physiques, et cela Hervé Doyen l’avoue lui-même, Jette est une des communes les plus chères de la Région puisque la moyenne est à 6,80 et que nous sommes à 7,20 !

Je rappelle également que « l’opération cosmétique » du budget 2010 était parfaitement hypocrite puisque il y a eu une augmentation de 10% du précompte immobilier, soit un prélèvement d’impôts nouveaux sur les Jettois de 1.400.000 €, et que la diminution de 0,30 % de l’Impôt sur les personnes physiques n’a conduit qu’à une diminution fiscale de 350.000 €.

Calculez vous-même la différence et voyez ce qu’il en est pour le portefeuille des Jettois !!!

On reste confondus devant cette pratique permanente du mensonge, de la dissimulation et de l’opacité de la gestion.

Le mensonge est un enfermement duquel Hervé Doyen n’est plus capable de sortir.

merry_hermanus@yahoo.com
Share

Kaboul ou Jette ? Certains, à la commune de Jette, sont à l’Intelligence et à la Démocratie, ce que les prisons afghanes sont aux Droits de l’Homme

Lors du changement de Majorité, le nouveau Collège a décidé de me priver de tout secrétariat.

J’avais le plaisir de pouvoir collaborer avec une employée communale et avec une directrice d’école retraitée qui agissait de façon tout à fait bénévole.

Il est donc particulièrement étonnant que la décision du Collège de décembre 2009 ait interdit à cette dernière de pénétrer dans les locaux communaux.

La nouvelle Majorité avait manifestement des craintes quant à l’intérêt que je pourrais porter à certains dossiers.

J’ai donc saisi le Conseil d’Etat qui a rejeté ma demande dans la mesure où il a affirmé que mes collaboratrices auraient dû être « parties intervenantes ».

Soit !

Ma collaboratrice bénévole, directrice retraitée, qui collaborait avec moi depuis 1978, a été toute entière absorbée par un épouvantable drame personnel qu’elle vient de vivre. Mais ces dernières semaines, néanmoins, elle a estimé devoir tenter de retravailler à mes côtés.

Respectueuse de la décision du Conseil d’Etat, elle ne s’est évidemment pas rendue seule à la commune.  Elle n’y a pénétré qu’à mes côtés, et j’étais aussi à ses côtés dans mon bureau.

Eh bien ! Cela n’a pas l’air de plaire !

En effet, elle a reçu un curieux courrier anonyme contenant uniquement la décision du Collège lui interdisant de pénétrer à la commune.

Je passe bien sûr sur le caractère particulièrement outrageant et révoltant d’une pareille interdiction.

Il va de soi que ma collaboratrice n’a jamais fait l’objet, au cours de sa longue carrière d’institutrice et de directrice, d’aucune sanction de quelque nature que ce soit.

Plus récemment encore, alors qu’elle avait été accueillie de façon particulièrement chaleureuse par le personnel de l’accueil de la commune, l’une de ces personnes aurait chuchoté qu’en réalité, elle ne pouvait pas laisser entrer ma collaboratrice bien que celle-ci m’accompagne.

A ceux qui pensent comme cela, il conviendrait peut-être de rappeler que la Loi communale prévoit que la direction de la commune est assurée collégialement, ce qui veut dire par tous les membres du Collège, et que chaque échevin peut évidemment se rendre dans son bureau avec qui il lui convient. La loi communale ne mentionne aucune restriction en cette matière.

D’autres faits étonnant sont apparus.

Tout d’abord, les portes du couloir donnant accès à mon bureau sont maintenant verrouillées électroniquement, ce qui veut dire qu’il faut disposer d’un badge pour pouvoir entrer ne fût-ce que dans le couloir qui mène à mon bureau , donc, impossible de recevoir des gens, sauf à aller les chercher au rez-de-chaussée, à monter avec eux, à disposer d’un badge, et à leur ouvrir les portes.

Ensuite, les pictogrammes menant à ce couloir ont été modifiés et on retrouve maintenant, à l’entrée de mon bureau, l’intitulé «Amendes administratives » !

Enfin, on a installé trois personnes, par ailleurs fort sympathiques, dont deux Messieurs garde-chiourmes bien involontaires, de part et d’autre de la porte d’entrée de mon bureau !

Décidément, il règne à Jette une très curieuse atmosphère.

Déjà, le 13 mars 2008, le secrétaire communal avait adressé une note à un haut fonctionnaire lui disant « Je participerai bien volontiers aux réunions organisées dans le bureau de l’échevin.  Je rappelle que j’ai accès à tous les locaux de l’Administration ».

Faut-il préciser que le secrétaire communal n’était nullement invité à ces réunions, mais par cette note, il s’arrogeait le droit de pénétrer à tout moment dans mon bureau et de l’occuper !

Curieuse conception de la Loi communale !

J’avais évidemment immédiatement saisi la Tutelle qui a réagi de la façon suivante « Il est évident que le secrétaire communal, même s’il a accès effectivement à tous les locaux de l’Administration, ne peut s’imposer à une réunion organisée dans votre bureau et à laquelle il n’a pas été convié. Il s’agit, en effet, d’un local qui vous a été attribué afin d’exercer au mieux votre mission, et cet espace vous est donc réservé. Il s’agit simplement d’une règle de fair-play et de savoir vivre et non pas une règle de droit ».

Il est quand même effarant d’avoir dû saisir la Tutelle afin que soit rappelé ce qui apparaît pour tous comme une évidence, mais ceci est  terriblement significatif de l’atmosphère qui règne dans notre « bonne » commune de Jette.

De fait, savez-vous, chers lecteurs, qu’il serait fait aux fonctionnaires interdiction de me parler et de répondre à mes questions ?

Savez-vous, chers lecteurs, que lorsque j’ose poser une question sur un dossier, il y a obligation d’en informer immédiatement le Bourgmestre ou son Cabinet ?

Ont-ils donc tant de choses à cacher ???

Nous savons déjà que Claude Goujard, conseiller communal, s’est vu imposer la signature d’un document où il aurait pris l’engagement de ne pas me rencontrer, de ne pas me parler et de n’avoir aucun contact téléphonique avec moi !

On se demande bien sûr si on rêve, si on vit sous une dictature brejnévienne, si on est dans le château de Kafka ou si Ubu Roi a pris le pouvoir dans le Nord-ouest de Jette, ce que je crains  !!!

Il règne dans notre « bonne » commune de Jette une atmosphère de fin de règne où le roi et ses courtisans ont perdu tout sens de la réalité et où la Démocratie se réduit comme peau de chagrin où celui qui ne pense pas comme la petite camarilla encore aujourd’hui gouvernante est taxé de « pervers » ou « d’esprit démoniaque ».

Certains, à Jette ne sont-ils pas, à l’intelligence et à la Démocratie ce que les prisons afghanes sont aux Droits de l’Homme ?

P.S. Pour ceux qui le souhaitent, je tiens des photos à leur disposition.

merry_hermanus@yahoo.com
Share