Archives de Tag: inauguration

Nouveau cadeau à l’Atelier 340 avec l’argent des Jettois.

Le Collège, sous la présidence de Doyen-Pinocchio, a fait un nouveau cadeau à son copain (vous savez, celui qui, depuis douze ans, ne paye pas ses taxes) de l’Atelier 340 !

Une paille !

Un petit rien du tout !

Surtout qu’il ne coûte rien quand il s’agit de l’argent des Jettois qui, comme vous le savez, ont été plongés, par cette Majorité, dans un véritable enfer fiscal.

Il n’y a que Doyen-Pinocchio qui, apparemment, ne s’aperçoit pas que certains retraités doivent payer plus d’impôt cadastral que le montant de la pension qui leur est versée !

Mais il est quand même comique de lire les considérants qui tentent, avec une hypocrisie consommée, de justifier ce subside.

Je vous invite à les lire très attentivement, et vous rirez… jaune en sachant que depuis douze ans, cette ASBL viole la Convention qui la lie à la commune. Sur aucun des points, elle n’est respectée. Sans bien sûr que Doyen-Pinocchio ou son poisson pilote, l’inquiétant échevin Leroy, n’y trouvent à redire.

C’est sans doute avec cet argent, l’argent des Jettois, qu’a été organisée l’étonnante exposition sur la fresque, vous vous rappelez, la fresque qui a coûté 154.000 euros TVA comprise ?

L’Atelier 340 a donc organisé une exposition sur « les porte-plumes » !!!

Allez, devinez ! Combien y avait-il de participant à l’inauguration ?

Celui qui aura deviné aura gagné… un porte-plume bien sûr.

Et bien, il y avait en tout et pour tout … 14 personnes !!!!

Voilà de quelle façon, avec un cynisme et un mépris absolus, on continue à alimenter une ASBL qui, par deux fois, a fait l’objet  d’une décision de justice visant à la dissoudre.

Une ASBL dont le rapport d’audit affirment qu’elle a 1.083.000 euros de dettes.

Une ASBL qui a été attaquée en justice à de nombreuses reprises par ses propres employés … qui n’étaient pas payés !

Une ASBL qui, par ailleurs, a été autorisée, comme au Moyen-Age, à payer deux années de loyer en nature !

Le Ministère de la Communauté française et la COCOF ont supprimé tous leurs subsides étant donné la gestion catastrophique de l’Atelier 340.

Etc…

Mais attention, une mère de famille qui a 50 euros de retard pour le payement de garderies ou de repas de ses enfants sera, elle, envoyée devant les Tribunaux !!!

Voilà comment cela se passe à Jette sous le règne de Doyen-Pinocchio.

merry_hermanus@yahoo.com

Suivez le PS de Jette sur Facebook et cliquez J’Aime pour devenir fan

Hervé Doyen fait-il payer sa campagne électorale par le budget communal ?

C’est avec surprise que les habitants du quartier … très bien fréquenté… de l’avenue Notre-Dame de Lourdes ont vu débarquer, vendredi dernier, une camionnette communale, ont vu l’installation d’une splendide tente aux couleurs jettoises, et, finalement, ont vu débarquer une petite trentaine de personnes qui se sont régalées aux frais du contribuable jettois.


Mais quel était donc l’objet de cette extraordinaire inauguration ?

… Un casse-vitesse !!!

Donc, le malheureux Doyen-Pinocchio, du fait de l’Ordonnance prise par la Région lui interdisant d’utiliser son outil de propagande, c’est-à-dire le très couteux journal communal, multiplie les inaugurations bidon :

Aujourd’hui, un casse-vitesse !

Demain, sans doute, un canisite !

Après-demain, … une pissotière !

Et, en fin de campagne,… une grille d’égout !

Voilà donc à quoi en est réduit le malheureux Doyen-Pinocchio pour tenter de faire croire qu’il a géré la commune.

Quant aux réalités sociales, elles n’existent évidemment pas à ses yeux.

Après avoir brisé toute action sociale du CPAS !

Après avoir ignoré les 25% de Jettois en âge de travailler qui sont en recherche d’emploi !

Après avoir refusé de voir les énormes difficultés qui se posent au niveau scolaire !

Lui, il inaugure un casse-vitesse !!!

Sous la Quatrième République française, on disait que le Président de la République ne servait à rien et qu’il inaugurait les chrysanthèmes.

Doyen-Pinocchio en est exactement à ce stade, mais comme ce n’est pas la saison… il inaugure … avec ses copains et alliés … un casse-vitesse !!!

merry_hermanus@yahoo.com

Suivez le PS de Jette sur Facebook et cliquez J’Aime pour devenir fan 

 

L’inauguration de la fresque scandaleuse …

L’inauguration de la fresque scandaleuse qui coûte un peu plus de 150.000€ aux Jettois fait couler beaucoup d’encre…
Seule défense du Cdh … comme toujours, le mensonge !

Sur les réseaux sociaux, on peut lire que le PS aurait approuvé la réalisation de cette fresque mais IL N’EN EST RIEN !!!

Je vous invite à relire ce que j’écrivais à tous les conseillers communaux dès le 30 septembre 2010 et le 6 octobre 2010.
_____________________________________________

« Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose »

Bruxelles, le 30 septembre 2010

Lettre ouverte aux Conseillers communaux jettois

Mesdames et Messieurs les Conseillers Communaux de Jette

Chers Collègues,

Un évènement particulièrement heureux de ma vie familiale m’a empêché d’être des vôtres hier soir et je vous  prie de bien vouloir m’en excuser.

Je souhaite cependant mettre en évidence le fait qu’une fois de plus, l’échevin Leroy a menti lorsqu’il a été question des fresques, son très couteux caprice.

En effet, à aucun moment, je n’ai, en Collège approuvé ces fresques et, au contraire, je n’ai jamais cessé de les dénoncer !!!

Pour rappel, ces fresques apparaissaient en toutes lettres dans le budget extraordinaire 2010  contre lequel le PS a voté.  Je rappelle d’ailleurs ma déclaration à ce propos lors du Conseil communal budgétaire.

Je disais ceci « Un point illustre parfaitement la philosophie d’action du Collège. En effet, je constate qu’au budget extraordinaire, 60.000 euros sont prévus pour la réalisation d’une fresque auxquels s’ajoutent 20.000 euros à prélever sur les montants octroyés dans le cadre du contrat de Quartier, soit, au total 80.000 euros. Alors qu’en matière d’emploi, il est, en tout et pour tout, prévu 20.000 euros, soit quatre fois moins !!! Alors qu’il y a, à Jette, 16,9 % de chômeurs indemnisés et non indemnisés, et qu’on aperçoit, dans d’autres communes comme Molenbeek ou Forest par ex., que des moyens et des efforts considérables sont réalisés.  Mais à Jette, on choisit de réaliser des fresques ! ».

Je suis évidemment persuadé que vous ne l’aurez pas oublié.

Depuis le vote du budget, le nombre de fresques est passé à trois et, pour la première, une dépense de 105.000 euros a déjà été engagée. Le total devrait atteindre plus ou moins 200.000 euros.

J’ai, en Collège, et je tiens les documents à la disposition de ceux qui les désireraient, voté chaque fois contre ces fresques, et encore dernièrement, j’ai voté contre le point en Collège présentant la Convention particulièrement bâclée avec l’artiste chargé de les réaliser ; parce que, vous ne le savez peut-être pas, mais l’heureux propriétaire de l’immeuble n’a même pas encore donné son accord !!!

Ce nouveau mensonge, n’en doutez pas, est à l’intention exclusive des élus de la Liste du Bourgmestre. En effet, depuis longtemps, les autres membres du Conseil communal ne se font plus d’illusion. Mais, par de tels mensonges, on veut faire croire aux élus de la Liste du Bourgmestre que la vie communale se déroule dans une sorte de normalité, alors qu’on veut, en réalité, les maintenir dans un niveau de sous-information ne leur permettant pas de percevoir la réalité de ce qui se passe vraiment  à Jette.

Je répète qu’avec le mensonge, on peut aller très loin, mais le problème c’est qu’on ne peut pas revenir en arrière.

Mon vote contre le budget et contre ces fresques démontre que je n’ai jamais varié quant à l’ordre des priorités. L’ordre des priorités c’est le Sociall’Emploi et l’Enseignement qui, apparemment, n’intéressent nullement l’échevin Leroy beaucoup plus concerné par la satisfaction de ses curieux et couteux caprices, payés bien sur avec l’argent du contribuable jettois qui sait maintenant pourquoi nous sommes la commune la plus chère de Belgique au niveau du précompte immobilier.

En vous souhaitant une excellente journée.

Bien à vous,
HERMANUS, A.M.
_________________________________________________ 

La technique de la « trompe de l’éléphant », ou « Quand le menteur dit la vérité, il devient malade »

Bruxelles le 6 octobre 2010

Lettre ouverte aux conseillers communaux de Jette

Mesdames et Messieurs les conseillers communaux,

Chers Collègues,

Nous avons eu le plaisir, l’honneur et le privilège de recevoir un courrier électronique reprenant une décision du 6 octobre 2009, soit il y a un an.

L’objet de cet envoi tend à démontrer que j’avais accepté, à cette date, la dépense concernant l’établissement d’une fresque sur le pignon d’une maison de la Place Cardinal Mercier.

Une fois de plus, les menteurs se prennent les pieds dans le tapis !

Je vous invite à relire attentivement cette décision et, en particulier, le montant de la dépense estimée.  En effet, vous constaterez que la dépense relative à cette fresque est évaluée à 15.650 euros.  Or, dans le budget communal 2010 contre lequel j’ai voté, il est fait mention de trois fresques pour un montant global de 140.000 euros, soit déjà près de neuf fois plus !

Pire encore, la décision contre laquelle j’ai voté, et que bien sûr on ne vous communique pas, vise une dépense de 105.000 euros pour une seule fresque !

Nous sommes évidemment là devant la démonstration formelle de la façon dont la commune de Jette est gérée.

Le Collège s’engage, il y a un an tout juste, pour une dépense de 15.650 euros, ce qui représente déjà pas mal d’argent, et, en définitive, on en est, pour une seule fresque, à dépenser, un an plus tard, 105.000 euros, soit près de sept fois plus.

Voilà la réalité de la gestion à Jette !

Le petit envoi de M. Leroy me permet de faire une démonstration encore plus claire de la réalité.

Si certains d’entre vous le souhaitent, ils peuvent aller consulter la décision du Collège contre laquelle j’ai voté et qui avait pour but de réaliser cette première fresque pour le montant pharaonique de 105 .000 euros.

Enfin, je vous rappelle mon dernier courrier sur ce même objet où je citais in extenso mon intervention lors du vote du budget, intervention qui est sur la bande enregistrée qui se trouve au secrétariat communal, et où je m’opposais de façon formelle à ces dépenses somptuaires, alors qu’il n’y a ni politique sociale ni politique d’emploi dans la commune.

Cela, c’est la vérité !

On reste confondus devant la mauvaise foi dont fait preuve le duo Doyen/Leroy.

J’invite les membres de la Majorité qui souhaitent quand même, pour certains, être informés de ce qui se passe à Jette, à poser la question aux duettistes Doyen/Leroy que je viens de citer sur les raisons qui ont conduit la fresque à passer de 15.650 euros à 105.000 euros.

Croyez-moi, la réponse se fera attendre !

N’est-on pas là devant l’exemple type de nombreux marchés communaux qui sont sous-évalués et pour lesquels il convient de revenir devant le Conseil communal pour assumer des mises en concordance ?

Pour rappel, par exemple, le hall des Sports dont un premier lot avait augmenté de 150 % et un autre, de 110 %.

Voilà donc de parfaits exemples de la technique budgétaire dite « de la trompe de l’éléphant » : on vote pour la trompe, et après on paye pour tout l’éléphant !

Nous aurons certainement très bientôt l’occasion de reparler de l’extrême générosité de  Doyen et Leroy, générosité qui, bien sûr, se fait avec l’argent public… A suivre !

Très récemment, une de mes amies, conseillère communale pour laquelle j’ai une grande amitié, m’avait adressé, à l’issue du Conseil communal, un proverbe qu’elle estimait parfaitement adapté au Docteur Leroy.  Ce proverbe disait « Quand le menteur dit la vérité, il devient malade ».

Mais n’ayez aucune crainte, le Docteur Leroy n’a aucune intention de tomber malade.

Bien à vous,
HERMANUS, A.M.

Suivez le PS de Jette sur Facebook et cliquez J’Aime pour devenir fan

La démocratie et la courtoisie selon Doyen-Pinocchio !

Depuis longtemps, nous mettons en évidence le caractère scandaleusement partisan du journal communal. J’ai déjà souligné son prix affolant, au minimum, 200.000 euros par an !

J’ai précisé le nombre de fonctionnaires communaux qui y travaillent à temps plein.

L’analyse du journal communal fait rire beaucoup de gens.  C’est le pays des Bisounours, et c’est surtout un terrible contraste avec la réalité que vivent les Jettois, confrontés à des situations toujours plus difficiles.

Il y a quatre ans, alors que la Majorité à laquelle nous participions était toujours en place, nous avions, au Conseil communal, débattu de l’ouverture du journal communal à l’Opposition, comme c’était le cas lorsque Jean-Louis Thys était Bourgmestre.

Refus total de Doyen-Pinocchio !

Le journal devait servir à sa propagande, point à la ligne, fermez le ban !

J’ai été donc particulièrement intéressé de lire dans la presse que le journal communal de Schaerbeek était, lui aussi, critiqué par l’Opposition,  et que le Bourgmestre Clerfayt avait décidé d’interrompre la publication du journal pendant toute la période électorale.

On ne peut donc que saluer la volonté de démocratie du Bourgmestre de Schaerbeek qui contraste et fait ressortir les méthodes et pratiques de Doyen-Pinocchio qui s’accroche, comme un naufragé  à une bouée, à son journal communal.

Rien qu’au cours des quinze derniers jours, on  annonce pas moins de 8 inaugurations !!!

Inauguration, cela veut dire un article, une photo des gens du Collège avec, bien sûr, leur nom sous la photo !

C’est à cela que sert le journal communal… et à rien d’autre !

A la veille des élections communales, attendez-vous donc à ce qu’on inaugure :

–       Une plaque d’égout

–       Un nouveau WC à l’administration communale

–       Une boite aux lettres …etc…

La courtoisie, Doyen-Pinocchio ne connaît pas  !!!

Ce dimanche, différentes manifestations étaient prévues à l’occasion de la commémoration de la fin de la deuxième guerre mondiale.

Christine Rouffin, Chef de Groupe PS, avait averti le Collège de sa présence.

Lorsqu’elle est arrivée, tout le monde était assis, mais pour elle… pas de chaise !!!

Demandant à Doyen-Pinocchio ce qui se passait, celui-ci s’est contenté de lui répondre, mentant une fois de plus, « Je ne suis pas l’organisateur » !

Il a bien sûr laissé Christine debout !!!

Voilà la façon dont Doyen-Pinocchio conçoit la courtoisie et le respect qu’on doit aux élus du suffrage universel.

Eclairant non ?

merry_hermanus@yahoo.com

Suivez le PS de Jette sur Facebook et cliquez J’Aime pour devenir fan