Archives de Tag: Joseph

Lettre ouverte à Joseph AMISI qui retourne au MR après l’avoir quitté il y a six ans !

Voilà un peu plus de six ans, tu avais quitté le MR pour rejoindre le PS.

Aujourd’hui, tu y retournes.

Soit !

Ta situation était, disais-tu, devenue impossible tant ce Parti était composé de racistes, d’égoïstes, et de conservateurs de Droite !

Je te laisse bien évidemment la responsabilité de tes propos que, pour ma part, je ne partage pas.

Tu ajoutais que tu ne comprenais pas pourquoi tu étais resté si longtemps avec « ces gens », alors que ton Parti « naturel » était le PS où tu avais été si bien accueilli, et où tu te sentais si bien.

 Et là, mon cher Joseph, c’est vrai.

 Tu te souviens qu’à cette époque, ton ASBL connaissait d’énormes difficultés, et qu’à titre personnel, Cyrille, Clara, Mireille et moi t’avons apporté une aide substantielle pour t’éviter une totale déconfiture.  Nous ne regrettons pas notre générosité.

Ce fut malheureusement en vain !

Ton ralliement à la Majorité Arlequin du Pinocchio en chef te permettra peut-être de trouver « un arrangement » ou une « combinazione » quelconque avec la commune pour tenter d’éponger ton importante dette provoquée par le non justificatif des subsides que tu avais obtenus.

Mais, à Jette, tout s’arrange quand on est du côté de Doyen-Pinocchio.

Certains, mêmes, ne payent pas leurs taxes !

Alors, toi, un justificatif de subsides… une peccadille !!!

Peut-être y aura-t-il  aussi un « arrangement » pour couvrir ta très importante dette à l’égard de la COCOF qui, elle aussi, t’avait subsidié.

Mais tout cela ne serait rien si le prix à payer pour ton retour vers les restes du MR de Jette ne t’avait pas conduit à salir le PS, évoquant, et c’est un comble par rapport à tes nouveaux « amis », un manque de transparence et de démocratie !!!

Tu as eu ton heure de gloire !

Les caméras étaient là !

Youppie !  On pourra dire du mal du PS de Jette !

Mais  te rends-tu compte, mon cher Joseph, que tu as été utilisé ?

Que cette déclaration était sans doute le prix à payer pour ton retour au MR, celui de la toute petite parcelle d’utilité que tu as pour ces gens que tu traitais, hier encore, de racistes et d’égoïstes ?

Ta présence au PS a été, sur bien des plans, étonnante, et nous avons fait preuve, à ton égard, d’une compréhension Himalayesque.

En six ans, tu as dû, en étant très généreux, participer à 5 ou 6 réunions de notre Comité, et, peut-être, à un de nos séminaires de travail.

Tu avais, comme tous nos élus, signé un engagement, celui de reverser au Parti 20 % du montant net de tes mandats.

Tu n’as jamais versé le moindre centime d’euro !!!

Il était d’ailleurs temps que tu partes, puisque le Président de la Fédération du PS allait te poursuivre pour non exécution de tes engagements, et tu avais compris… que, dans ces conditions, tu ne pourrais en aucun cas figurer sur la liste PS !!!

Tu le sais, nous avons accepté, pour toi, le cumul de tes mandats, et ce, pour des raisons sociales que tu connais mieux que nous.

Pourtant, depuis des années, tu es inatteignable, disparaissant tant au plan professionnel que politique.

Depuis 2008, tu n’es venu qu’une seule fois au Comité… pour hurler contre le Président car il tentait de te faire verser les montants que tu t’étais engagé à ristourner au PS local et fédéral.

Depuis, plus la moindre nouvelle !!!  Et ce, malgré les multiples démarches que Mireille et moi avons faites pour t’aider à trouver un nouvel emploi.

Tu te souviendras combien nous avons été discrets et compréhensifs lorsque tu as été brièvement interpellé suite au conflit qui t’a opposé à ton associé dans l’ouverture d’un bar-restaurant à Koekelberg.

C’est aussi sans doute le moment de te dire, ou plutôt de te répéter, l’étonnement de Clara, Présidente du CPAS, quant à certains de tes votes et attitudes lors de l’examen de dossiers sociaux du CPAS.  Mais, malgré cela, et toujours afin de t’aider, elle t’a permis, pendant maintenant plus de cinq ans, de la remplacer pendant les périodes de congés, ce qui te donnait le bénéfice d’une rémunération complète.

Tu vois, mon cher Joseph, tout cela, nous ne le regrettons pas.

J’ai commencé à militer aux Jeunes Gardes Socialistes de Jette à 16 ans.  Cela fait donc, accroche toi, … 52 ans que je suis actif au plan politique.

C’est long !
Très long !
Sans doute trop long !!!

Pendant tout ce temps, j’en ai vu passer des visages.

 J’en ai vu des ambitions, justifiées ou non.

 J’en ai vu des départs.

J’en ai vu des retours.

J’en ai vu des allers retours.

L’une des choses qui m’a toujours le plus passionné dans l’activité politique, c’est l’Humain. C’est aussi l’observation des gens et, surtout, l’amour que je leur porte.  C’est l’un de mes moteurs essentiels.

Pour moi, ce qui compte, et ce qui est primordial,  ce sont d’abord les individus et l’aide qu’on peut leur apporter.

Tu comprendras donc que c’est par respect que je n’aborde pas, dans cette lettre, d’autres problèmes et d’autres difficultés qui t’ont fait souffrir pendant ces six dernières années.

Alors, mon cher Joseph, tu le vois, je peux sans difficulté, à la lumière de ce trop long parcours, relativiser tes pathétiques déclarations d’hier.

Non, finalement,  tu n’as pas eu ton heure de gloire… Tu n’as eu que trois minutes !!!   Comme l’avait dit Andy Warhol, chacun y a droit… et c’est très bien ainsi.

Une réflexion plus politique cependant :

–      Qu’il doit être difficile, aux restes du MR, de composer une liste de 35 candidats pour devoir accueillir ton retour avec flonflons, trompettes et caméras !

–      Qu’il doit être difficile de dégoter, dans l’état où sont les restes du MR, 35 victimes électorales !

Tu as parlé de valeurs !!!

Quelles sont donc celles qu’ils véhiculent, tes anciens … et nouveaux amis ?

Celles dont tu as parlé hier, le racisme et l’égoïsme ?

Ou celles du PS, l’aide au plus démunis, le respect des communautés et le soutien aux services publics ?

Mon cher Joseph, je le regrette, mais je ne peux pas te souhaiter bonne chance.

Tu dois, en bon supplétif, en Harki, servir, et surtout te mettre au service de ceux qui t’utiliseront.

Mais au plan  humain, au plan personnel, ayant rarement rencontré quelqu’un assailli, comme toi, de tant de difficultés sur tant de plans différents, je formule les souhaits les plus vifs pour qu’enfin, tu parviennes à t’en sortir…

Tu le sais bien, si tu frappes un jour à ma porte, pas au plan politique bien sûr, mais au plan humain, comme l’Auvergnat de Georges Brassens, je l’ouvrirai car je l’ai toujours ouverte aux victimes.

HERMANUS, A.M.

merry_hermanus@yahoo.com

Suivez le PS de Jette sur Facebook et cliquez J’Aime pour devenir fan