Archives de Tag: juifs

Un génocidaire belge, Léopold II ?

« Nul ne peut barrer la route de la Vérité. »  Alexandre Soljenitsyne.

Le meilleur et le pire.

Il y a quelques jours, réagissant à je ne sais plus quelle information, je me risquai à poster un commentaire mettant en cause les agissements de Léopold II au Congo.  Quatre internautes me prirent à partie m’accusant, qui de répandre des fariboles pêchées à Kinshasa, qui de prendre pour argent comptant la propagande anglo-saxonne de l’époque.  Un cinquième intervenant courageusement dissimulé sous le nom d’un prestigieux cinéaste espagnol eut tout de suite recours à la pire des vulgarités et à l’insulte poujadiste…un classique !

Chacun le sait les réseaux sociaux sont comme la langue d’Esope la meilleure et la pire des choses.  Au côté de la merveille technologique qui consiste à unir les gens, gicle le vomi des impuissants essayant de palier la médiocrité de leur vie par l’insulte anonyme sur Facebook…médiocre consolation de ratés!  Je proposai néanmoins à mes contempteurs de leur fournir une bibliographie afin qu’ils se forgent leur jugement, aucun ne me communiqua une adresse électronique, l’un d’entre eux me précisa que même si je lui fournissais un tombereau d’information, il n’en croirait pas un mot !

« Le mythe est un mensonge de la mémoire. »  Richard Dindo  

Incorrigible optimiste, toujours accroché au principe de perfectibilité des hommes,  je me résous à rédiger cet article et à communiquer quand même sur ce sujet qui me passionne depuis toujours.

J’ai commencé ma scolarité primaire en 1950; lorsque nous achetions un cahier, celui-ci nous était fourni avec un buvard sur lequel était dessiné, étonnant camaïeu,  un personnage portant un large casque colonial se prolongeant sur la nuque, l’allure protectrice, dominant un noir en pagne arborant une lance et un bouclier de peau.  L’histoire de la colonisation n’était alors qu’une suite d’images saint-sulpiciennes, le bon et valeureux roi Léopold luttant avec acharnement contre l’esclavagisme apportant la sécurité, la santé, l’éducation… en un mot la civilisation.  Douze ans plus tard, à l’ULB le professeur Stengers, pour qui j’ai le plus grand respect, m’enseigna l’histoire du Congo.  Nous étions loin du buvard de l’école primaire… cependant les critiques concernant les méthodes utilisées par les représentants de Léopold II étaient balayées d’un revers de la main, dans la mesure où notre professeur considérait que ce n’était que l’expression de la jalousie des anglo-saxons.  Thèse qui sera d’ailleurs évoquée par l’un des intervenants sur internet… preuve qu’il n’est pas facile à la vérité de remplacer le mensonge !   Au départ du cours de Jean Stengers, j’ai poursuivi mes recherches et lu quantités d’ouvrages sur la colonisation du Congo par Léopold II et ensuite par la Belgique.  Au fil des ans, les faits prirent une autre dimension, une autre histoire se dégageant de la gangue amidonnée par la légende civilisatrice et… très catholique, la vérité apparaissait avec son effroyable cortège d’horreurs.  On avait menti à des générations de belges !  Là est aussi l’insupportable scandale.

« Léopold II fut un patriote au-dessus de tout soupçon… Mais quelques fussent ses bonnes intentions,  jamais il ne comprit que la fin ne justifie pas les moyens. »  Barbara Emerson

Léopold II, alors même qu’il n’avait pas encore accédé au trône, évoquait souvent sa volonté colonisatrice.  Il a envisagé de nombreuses hypothèses, qu’il s’agisse de l’achat de la Crète, des îles Féroé, d’une parcelle en Chine, des nouvelles Hébrides, des îles Fidji, de territoires en Argentine.  A noter que la classe politique belge a toujours été opposée à l’aventure coloniale.  Ainsi Frère Orban, leader libéral n’hésitait pas à proclamer à la chambre : « nous n’avons pas besoin de colonie, nous avons la France »  faisant référence implicitement au nombre de travailleurs belges qui y travaillaient.

Après la découverte, au mitant du XIXème siècle,  par Speke et Burton de l’immense lac qu’ils baptisèrent Victoria, les milieux scientifiques européens s’enthousiasmèrent pour l’exploration de l’Afrique centrale qui restait pour une large part, une tache blanche sur les Atlas.  La réussite de l’extraordinaire opération de recherche du pasteur Livingstone par Stanley fut un coup de tonnerre médiatique, d’autant plus que l’expédition avait été financée par Gordon, patron de presse américain.  L’Afrique centrale devenait une proie pour les explorateurs…et les colonisateurs.  Léopold II engagea Stanley, finança une nouvelle expédition dont le but, il fut atteint, visait à relier Zanzibar à l’océan Atlantique, traversant ainsi de part en part tout le continent africain.  Parallèlement, Léopold II organisait au Palais Royal de Bruxelles une réunion à caractère pseudo-scientifique dont le but était d’asseoir sa légitimité en qualité de spécialiste de l’Afrique centrale.  Cette conférence fut un coûteux échec mais qui se révéla prometteur lorsque les grandes puissances organisèrent la conférence de Berlin fin 1884 début 1885 afin de répartir leur influence en Afrique centrale où l’Angleterre, la France et l’Allemagne se disputaient de vastes domaines.  Ce fut la grande réussite de Léopold II.  Il se vit attribuer un immense territoire, septante-huit fois plus vaste que le médiocre royaume où il n’était qu’un souverain constitutionnel.  Le gouvernement belge, toujours opposé à l’aventure coloniale, étonné mais passif, accepta que le roi devint le chef de l’Etat Indépendant du Congo !  Léopold II mit sur pied une administration dont le siège était rue de Bréderode à l’arrière de son palais, le bâtiment existe toujours, curieux chalet suisse collé à la résidence royale ; il  recruta, en majorité des officiers et sous-officiers libéraux qui n’ayant aucune chance de carrière en Belgique du fait des gouvernements homogènes catholiques, tentaient la chance en Afrique.

« La vérité, l’âpre vérité ! » Danton

Qu’espérait Léopold II ?  D’abord faire du profit grâce au commerce de l’ivoire qui au début de la colonisation était la grande source de revenu.  La lutte contre l’esclavagisme ne fut jamais qu’un pâle mensonge tout juste bon à faire frémir le bon peuple grâce à la presse à sensation.  Très vite, les affaires périclitent, l’ivoire n’est plus rentable, boules de billard, touches de pianos et prothèses dentaires ne constituent pas un marché suffisant, le roi est au bord de la faillite.  Il sollicite un prêt auprès du gouvernement belge, qui, en traînant les pieds, lui accorde.  Ce prêt le roi ne le remboursera jamais !  Quelques années plus tard ; tout change grâce à l’explosion des besoins de caoutchouc.  Or, au Congo, pour le malheur de son peuple, le caoutchouc pousse naturellement en abondance.  C’est à ce moment que commence les atrocités liées au travail forcé. Il ne peut donc y avoir aucun doute que ce soient la cupidité, la rapacité du roi en quête de fortune qui conduisirent aux horreurs que les peuples du Congo allaient subir.   A cette époque, en Afrique centrale, peu de témoins… néanmoins quelques missionnaires anglo-saxons, suédois s’alarment des pratiques féroces des agents du roi Léopold II.  Des représentants du gouvernement anglais Morel et Casement établissent des rapports à l’intention de leur gouvernement.  Les américains envoient une mission d’étude.  A Paris, l’hebdomadaire « l’Assiette au Beurre »,  le « Charlie hebdo » de l’époque caricaturent Léopold II devant des paniers de mains coupées.  De fait, les soldats de la Force publique, pour une cartouche tirée devait présenter à leur officier deux mains coupés… prodigieux sens de l’économie !  L’origine des conflits était toujours le travail forcé et les quantités toujours plus importantes de caoutchouc qu’il fallait récolter.  Les populations indigènes n’ayant aucune conscience de la notion de travail, il est évident que seule la force la plus brutale pouvait obtenir des résultats. On ne compte plus les villages brûlés, les populations prises en otage, les massacres à la mitrailleuse des indigènes révoltés.  Aujourd’hui tous ces faits sont dûment documentés et répertoriés, pour s’en convaincre, il suffit de lire les protocoles d’importation d’armes et de munitions transitant par Anvers pour aboutir au Congo.

« Quand la légende devient la vérité, imprimez la légende. » ( ? )

Le roi amassa une fortune colossale. Ses avoirs étaient estimés au début de son règne à cinq millions de franc or, lorsqu’il vendit le Congo à la Belgique en 1908, les chercheurs estiment que sa fortune s’élevait à 14 milliards alors même qu’il en avait dépensés 8 pour différents projets urbanistiques et autres en Belgique.  Ainsi, il devint l’un des hommes les plus riches du monde.  Il ne fait cependant pas de doute, que la vente du Congo à la Belgique fait suite à l’énorme campagne de presse dénonçant l’incroyable brutalité des agents du roi en vue de récolter le caoutchouc.  Dans la mesure où il n’avait pas remboursé le premier prêt obtenu de l’état belge, il est permis d’affirmer que Léopold II a donc vendu deux fois le Congo à notre pays.   Léopold II fit détruire systématiquement les archives de l’Etat indépendant du Congo et camoufla sa fortune notamment grâce à une fondation créée en Allemagne, ce ne fut que quatorze ans après sa mort qu’on parvint à voir clair dans ses avoirs.

« La vérité vous rendra libre. » L’Évangile

Le titre de cet article se termine par un point d’interrogation.  La question est donc posée, les horreurs dont les employés de l’Etat indépendant du Congo se sont rendus coupables font-elles de lui, principal bénéficiaire, un génocidaire ?  D’abord, j’insiste sur le fait qu’il est des mots dont l’usage doit être parcimonieux car à force de les utiliser pour tout on leur soustrait leur valeur, leur force.  Le mot génocide n’a été créé qu’en 1944 pour qualifier le massacre industriellement planifié des Juifs par les nazis.  Dès lors, je pense que le terme de génocide ne peut être employé que pour définir : 1. Le massacre des Arméniens par les Turcs en 1915.  2. Le massacre des Juifs par les nazis.   3. Le massacre des communistes en Indonésie au moment du coup d’état de Suharto.  4.  Le massacre de la population cambodgienne par les Khmers rouges.  5.  Le massacre des Tutsis en 1994 au Rwanda.  Je veux quand même préciser que l’empire Allemand avait commencé en massacrant systématiquement la tribu des Hereros et celle de Namas tout au début du siècle !  Intéressant de savoir que le coupable, le général Von Trotha avait comme adjoint un officier du nom de Goering, père de celui qui fut le « dauphin » d’Hitler.

J’estime donc au regard de la définition du génocide que Léopold II fut responsable de crimes de masse mais pas d’un génocide d’un point de vue purement sémantique… ceci dit, cela ne change rien pour les victimes qui selon les chercheurs se chiffrent autour de dix millions entre 1885 et 1909 !

Voilà donc ce qui pour moi est le secret le mieux gardé, le grand mensonge de l’histoire de Belgique.  Et c’est ce mensonge qui doit blesser tous les démocrates, tous ceux qui veulent que l’histoire soit avant tout la recherche de la vérité.  Mais attention, il n’y a chez moi pas l’ombre d’une quelconque volonté de repentance ou d’expression d’un pardon rétrospectif.  Non !  Seule la vérité compte !  Et je ne vois pas en quoi, le belge moyen aurait une responsabilité dans ces abjections.  Bien entendu, je conçois qu’il n’est pas toujours facile de voir s’envoler les confortables écailles qui masquent à nos yeux les vérités atroces de l’histoire, surtout quand elle est la nôtre… le mensonge est souvent tellement plus beau que la vérité.

Je laisse la conclusion à Primo Levi quand il écrit : « Les monstres existent mais ils sont trop peu nombreux pour être dangereux… plus dangereux sont les fonctionnaires prêts à croire et à agir sans poser de question. »

 

Bibliographie :

« Léopold II, le royaume et l’Empire. »  Barbara Emerson.  Document Duculot.  1980
« Les fantômes du roi Léopold. »  Adam Hochschild.  Belfond.  1998n
« Crime in Congo » Arthur Conan Doyle.  1902
« Congo »  Eric Vuillard.  Actes Sud.  2012
« Stanley, dark genius of African exploration » Pimlico. 2004
« Zoo humains.»  Nicolas Bancel.  2002
« Congo une histoire. »  Davide Reybroek.  Actes sud.  2012
« Le bureau des reptiles. »  Marcel-Sylvain Godefroid
« The King incorporated. »  Londres.  1953
« Au cœur des ténèbres »  Joseph Conrad.  1899
« Le rêve du Celte. »  Gallimard.  2011
« Aux avants postes du progrès. »  Joseph Conrad. 1899

Enfin, pour ceux qui souhaitent aller plus loin, les ouvrages de Barbara Emerson et de Adam Hochschild reprennent une très abondante bibliographie.

Appel Solennel à Elio Di Rupo !

Antisémitisme au PS de la Région Bruxelloise ?

Il y a quelques mois, j’ai diffusé sur mon blog un article où j’évoquais les difficultés qu’il y avait à être Juif et membre du PS de certaines sections de notre région.  Cet article a provoqué quelques émois.  Plusieurs milliers de personnes l’ont lu et quelques centaines ont réagi.  La « Libre Belgique » y a fait écho, en me reprochant de ne pas avoir cité les noms des personnes que mon propos illustrait.  Pour moi, c’était une évidence, je n’allais pas moi-même pratiquer une stigmatisation que par ailleurs je démontrais pour, bien sûr, la condamner.  Par respect pour ce quotidien, que j’apprécie et lis depuis longtemps, j’ai téléphoné au rédacteur en chef en lui précisant que j’étais prêt à communiquer à son rédacteur le nom des personnes concernées par ce problème d’antisémitisme.  Les choses en sont restées là.  Hier, correspondant avec un ami sur la situation de différentes sections de l’agglomération, celui-ci écrit textuellement : « je prends mes distance de cette section en raison du niveau d’antisémitisme qui s’y développe.  De surcroît, j’en ai marre de me faire traiter de Belge de service et en sus de flamoutche. »

N’est-ce pas effrayant ?  N’est-ce pas la confirmation de ce que j’écrivais ?  Si j’en crois mon interlocuteur, il est non seulement choqué par l’antisémitisme mais également par un racisme ambiant anti-belge et anti-flamand.  Incroyable que de telles attitudes puissent exister au sein d’une formation politique, le PS, dont l’ADN politique, philosophique et moral est l’antiracisme.  Après les déclarations immondes du député Ikazban à propos d’un journaliste qui serait « une ordure sioniste », sur sa proximité proclamée avec le Hamas, organisation terroriste classée comme tel par l’ONU, après la caricature antisémite illustrant une conférence du PAC (organisme culturel émanant du PS) à Molenbeek, après les « sinuosités » de Kir, député bourgmestre de Saint-Josse, sur le génocide arménien et les Kurdes… cela fait beaucoup.  Oui !  On peut en être certain, ce ne sont donc pas là des attitudes isolées. Déjà début 2013, un président de section démissionnant de ses fonctions évoqua publiquement  l’antisémitisme qui régnait dans sa section du PS.

Ne nous leurrons pas, il y a toujours eu un antisémitisme de gauche… on en trouve la preuve dans certains textes socialistes du XIXème, où les Juifs sont immanquablement des banquiers, des usuriers sans foi ni loi,  saignant sans le moindre remord le peuple travailleur.  Ainsi, deux de mes amis ont été pendant des années fleurir au cimetière d’Ixelles la tombe d’un Communard exilé en Belgique après la semaine sanglante de mai 1871, jusqu’à ce que je leur cite les écrits antisémites du personnage.  Est-il nécessaire de mentionner l’antisémitisme stalinien et le complot des blouses blanches… mais peut-on, à ce niveau, parler de « gauche » ?

L’antisémitisme auquel sont confrontées certaines sections du PS bruxellois est pour beaucoup un antisémitisme « d’importation » lié au conflit Israélo-Palestinien, mais ce que différents militants observent, c’est une sorte d’envahissement de la logorrhée antisémite dépassant largement l’opposition à Israël.  Pour tout dire, ce qu’on entend devient proprement insupportable !  Inacceptable… une raison de plus de quitter un PS bruxellois qui semble avoir réussi son grand « remplacement de population ».  Curieuse situation qui donne raison aux pires analystes fascistes.  Il est évident qu’officiellement tout cela n’existe pas !  Personne n’entend !  Personne ne voit !  Circulez y a rien à voir !  Tout cela ce sont des bobards, des mensonges, de la bile de gens amers… qui n’en sont plus… qui osent encore écrire alors que la seule chose qu’ils devraient faire serait plonger dans un silence… éternel !  Pourtant l’histoire est là avec son cortège d’horreurs ; les choses commencent toujours par petites touches, comme un tableau pointilliste… au départ on ne perçoit pas l’idée d’ensemble… une touche de bleu, quelques larmes de verts, du rouge ici ou là, une nuance de jaune, quelques traits de violet… puis après des semaines, parfois des mois de travail, l’œuvre apparaît, immense dans son atrocité… Nous en sommes là !  « L’œuvre » risque d’apparaître, abjecte, ignoble, grimaçante, renouant avec le pire de ce que l’humanité a pu produire !

Je lance un appel solennel à Elio Di Rupo, dont je ne doute pas un instant de l’attachement aux valeurs fondamentales de la philosophie des lumières, il est urgent qu’il mette les choses au point, que les sections, toutes les sections de la fédération soient mises en garde contre cet antisémitisme qui n’est même plus rampant mais galopant !  Pourquoi ne pas imaginer que tout membre du PS au moment de son affiliation ou de sa désignation en vue de participer à une élection s’engage par écrit dans un document reprenant l’ensemble des valeurs de la gauche, en ce compris le rejet catégorique de tout racisme à commencer par l’antisémitisme. Cet engagement ensuite publié sur le site web du PS permettra à chacun de se faire une opinion.
Il faut se hâter, il est plus que temps !  

« Comment je suis devenu un laïcard crasseux »

La laïcité est-elle un nouveau fascisme ?

«Si moi-même ne suis pas pour moi, qui sera pour moi ? »
« Et quand moi aussi je pense à moi qui suis-je ? »
« Et si ce n’est pas maintenant, quand alors ? »
Les maximes des pères. (Ch I,13, Rabbin Hillel )

Laïcard crasseux.
Tête lourde, inexplicable malaise, nausée… qu’est-ce qui m’arrive ce samedi matin 25 mars 2004 ? Assis au bord du lit, draps défaits d’une nuit trop brève agitée, moite d’insomnie, désordre des draps froissés, impression confuse que quelque chose a changé… la tête entre les mains, lourde, cheveux hirsutes, visage défait… gueule de bois sans avoir bu… les pires. Merde ! Merde ! J’ai compris !
Je suis devenu fasciste, laïcard crasseux, raciste ignoble !

Voilà l’épouvantable explication ! J’ai viré ma cuti, passé de la gauche à l’extrême droite, rejoint le camps du pire ! Y a-t-il un remède ? Est-ce contagieux ? Je pense à ma femme, à mes enfants, s’apercevront-ils de ma tare ? A ma mère… sûr à quatre-vingt-huit ans, elle va pas comprendre ! Y-a-t-il un risque de contamination ? Mais comment… comment un tel drame a-t-il pu se produire en une nuit ? Pourtant tout allait bien, j’étais parfait sous tous rapports, éducation dans une famille communiste, ayant fréquenté l’école publique, membre des Jeunes gardes socialistes dès seize ans, du PS depuis 1971, membre de cabinet de ministres PS, puis chef de cabinet de pas moins de six ministres socialistes et non des moindres, libre penseur militant depuis mai 1973… et ça me tombe dessus sans prévenir ce samedi 25 Mars 2004… l’horreur !
C’est trop injuste ! Pourquoi moi ?

Qui a posé le bon diagnostic ? Philippe Moureaux… un connaisseur… une Autorité, qui alors que je présentais la nuit précédente des amendements au programme électoral pour les régionales du 13 Juin 2004, tous dans le sens d’une expression claire, affirmée de la laïcité et de l’égalité Homme/Femme, a hurlé
« mais c’est au voile qu’il s’attaque… laïcard crasseux ! laïcard crasseux, laïcard crasseux ! » Suivirent deux ou trois minutes d’invectives où le terme raciste est l’un des moindres… dont je pris, comme toujours collaborateur appliqué, soigneusement note. Quand Moureaux dans sa diatribe évoqua le rite de la circoncision chez les Juifs, Anne-Sylvie Mouzon intervint « Et si on parlait de l’excision ? » Je réagis en hurlant comme le maître incontesté des lieux, je savais mieux que tous qu’il est une « âme de lapin dans une peau de tambour. » Les choses se calmèrent. Comme tous les colériques, Moureaux quitta les lieux quelques instants plus tard… il savait que les larbins de service ne laisseraient plus passer le moindre amendement sur la laïcité et l’égalité Homme/Femme, laquais… chiens de garde, c’est méchant pour les chiens ! On sait qu’il y a pire que le bourreau… son adjoint ! En sortant, il me fit un signe d’amitié ! Pour moi qui ne suis pas le moins du monde colérique, les mots ont un poids, ce sont des actes, ce sont des armes… ma rupture est alors totale, définitive quelque chose s’est brisée. Je savais le pauvre Philippe « roseau peint en fer » mais là ça ne passe plus ! Entendant le mot laïcard pour la première fois, rentré chez moi, fébrile, les mains tremblantes, doigts humides, je consultai quelques dictionnaires et ouvrages spécialisés, je découvris que ce mot avait été créé par l’extrême droite française en 1936, ou en tout cas popularisé à ce moment, pour fustiger la gauche du Front populaire ! Epouvantable, me voilà donc ravalé au rang de successeur des Maurras, Drieu la Rochelle, Rebatet, Léon Daudet et autre Laubreaux, Henriot, Marion ( un ancien communiste ) ou Suarez ! L’horreur intégrale, le pire du pire ! L’ignominie incarnée… j’avais ma place au côté de Céline, de Laval à Sigmaringen antichambre du peloton d’exécution bien mérité pour ces salauds !

Moureaux ne pouvait pas se tromper ! Il n’a pas toujours raison mais il n’a jamais tort ! En tout cas c’est ce qu’il pense… alors moi, frêle spécimen d’une espèce en voie de disparition, défenseur de la laïcité à Bruxelles, de l’égalité
homme/femme, des valeurs de la déclaration des droits de l’homme… alors pensez-vous ? C’est à peine s’il peut me voir des hauteurs où il plane ! Le diagnostic du « docteur » Moureaux pouvait-il être remis en question, la maladie est-elle bien celle identifiée par le Ministre d’Etat, fils de Ministre, mari de Ministre, futur père de députée… du lourd, vraiment du lourd ! Je songeai vaguement au suicide… mais je me dis que la meilleure façon de se suicider est de continuer à vivre… et reprendre sans cesse le combat pour les valeurs auxquelles je crois ! Cela valait en tout cas la peine d’y réfléchir !

L’extrême droite a compris !
Font-ils un cauchemar, sont-ils victimes d’hallucinations ceux qui constatent que dans notre ville-région : certains quartiers sont des ghettos, certaines écoles sont des ghettos, que les revendications à caractères religieux se multiplient, que l’égalité homme/femme est niée, que la pratique de la laïcité qu’ils ont toujours connue est remise en question, que l’espace publique est toujours plus envahi par l’affirmation d’une appartenance religieuse, qu’il existe des zones de non – droit… et le pire que certains quartiers sont des pépinières de terroristes islamistes ? Malheureusement, je ne crois pas que tout ce qui précède appartienne à un mauvais rêve, c’est la triste réalité de ce qu’est devenue notre région. Les tragédies que nous venons de vivre ont conduit le monde entier à en être le témoin stupéfait. J’ai rencontré les équipes de journalistes de TF1 et de M6, j’ai pu constater moi-même leur incrédulité face à ce qu’ils découvraient à Molenbeek et ailleurs. Pourtant, certains tentent de faire croire que cela n’existe pas, que seule la question sociale est à l’origine des monstruosités dont nous sommes les témoins et dont ces grandes âmes islamo-gauchistes considèrent que nous sommes responsables !
Depuis longtemps, l’extrême droite a compris, qu’une certaine gauche, par intérêt électoral, par repentance coloniale, par haine de la société occidentale, avait largué ses valeurs fondatrices. Elle s’est engouffrée dans la brèche et a pris la défense des valeurs qu’elle avait pendant des décennies vilipendées. Incroyable, c’est le Front National qui défend la laïcité ! Ceux qui naquirent dans le désir de maintenir l’Algérie française trouvaient des vertus aux droits de l’homme. Subitement le débat politique renversait tous les fronts ! Cela veut-il dire que les défenseurs de la laïcité sont devenus fascistes ? C’est ce qu’on essaie de nous faire croire sur base d’un syllogisme enfantin. Des fascistes, des racistes défendent la laïcité, la laïcité est donc une idée raciste, fasciste… donc les défenseurs de la laïcité sont des racistes, des fascistes… Pauvre Aristote !
Une technique stalinienne.
Ainsi, il était facile à ceux qui, pour toutes les raisons évoquées plus haut, avaient bazardé leurs valeurs, de hurler que ceux qui défendaient la laïcité, l’égalité homme/femme, les dispositions de la déclaration des droits de l’homme, étaient des fascistes, d’ignobles racistes… allez hop, tous dans le même sac. C’est une technique communiste bien connue… si tu n’es pas d’accord avec moi à cent pour cent… tu es un ennemi à cent pour cent… cela s’appelle du stalinisme et cela a fonctionné pendant des dizaines d’années, avec les conséquences que l’on connait. Pourtant la différence est facile à faire, il y a des marqueurs qui ne trompent pas, à savoir l’antisémitisme et l’attitude à l’égard des femmes. Croyez – moi, c’est toujours éclairant ! Ces groupes ou partis d’extrême droite qui se font aujourd’hui les champions de la laïcité pour mieux dissimuler leur racisme, si vous creusez un peu vous découvrirez rapidement leur hostilité envers les Juifs ou leur mépris, mal dissimulé, à l’égard des femmes.

Prenez le cas de Zemmour, il est emblématique. Son avant dernier ouvrage « Le suicide français » s’est vendu à des centaines de milliers d’exemplaires. Mais comment s’est-il fait connaître, il y a vingt ans, simplement en fustigeant notre société qui s’était, selon lui, trop féminisée… c’est ainsi qu’il est devenu un « bon client » des émissions de télévision… sa critique du rôle des femmes faisait hurler… magnifique l’audience montait et Zemmour devenait une sorte d’Arturo Ui… à l’irrésistible ascension, trouvant aujourd’hui que Marine Lepen est devenue trop à gauche ! Faites l’expérience et vous découvrirez que certains sites internet « grand défenseur de la laïcité » ont des relents antisémites très vite perceptibles même si le plus souvent ils se camouflent derrière la défense des Palestiniens.

Notre chemin est étroit.
Il ne fait pas de doute que notre route est étroite, que nous, défenseurs réels de la laïcité, marchons sur le fil du rasoir. A notre gauche, les partis sociaux – démocrates devenus poreux, gruyères idéologiques, ayant accepté d’abandonner ce qui faisait leur vérité profonde, la foi en l’homme, le rejet de tout immixtion du religieux dans la vie politique, la lutte pour l’égalité absolue Homme/Femme.
A notre droite… extrême, une défense de laïcité qui n’est qu’un racisme hypocrite n’osant pas dire son nom. Et nous ?

Qui encore est prêt à nous entendre, dans cette Europe affolée par la crise de l’immigration, déboussolée par la présence d’une population qui pour partie non seulement refuse de s’intégrer mais veut en outre imposer une représentation publique de sa religion, remet en cause les libertés chèrement acquises… le tout dans une situation économique de désindustrialisation et de perte d’influence économique et politique au plan mondial. Et après cela vous voudriez que le populisme ne gagne pas de terrain !

J’étais stupéfait, il y a quelques mois de lire que le président du CD&V, estimait que la revendication de l’inscription de la laïcité dans la constitution était une initiative « de la loge. » Ben voyons mais c’est bien sûr… ce sont les francs-maçons ! Je pensais ces vieilles lunes depuis longtemps éteintes, je me trompais !
Les temps obscurs reviennent. Dans un tel contexte, notre responsabilité est immense ! Nous ne devons plus, nous ne pouvons plus, laisser passer quelques atteintes que ce soient à nos libertés, à nos valeurs… à la laïcité, à l’égalité entre les Femmes et les Hommes… on l’a vu en Pologne, la liberté est fragile… des droits acquis après tant de luttes peuvent rapidement disparaître.

Mettons nous en colère !
Nous avons la chance de vivre, d’encore vivre, dans un pays démocratique.
Les défenseurs de la laïcité doivent se faire entendre, doivent cesser d’être des gens polis et bien élevés. Il est plus que temps de nous ressaisir et faire connaître haut et fort nos positions. On nous range dans la fachosphère, on nous traite de racistes, d’islamophobes et bien pourquoi ne dénoncerions nous pas de la même façon les partis, où les hommes politiques, qui de façon affirmée ou hypocrite ont abandonné nos valeurs ! N’ayons plus peur ! Sinon, de glissements en aménagements, subrepticement nous changerons de société… Soyez certains que ceux qui vont chercher leurs voix dans les mosquées vous présenteront comme normales des pratiques qui aujourd’hui vous font dresser les cheveux sur la tête…car les mêmes au moment du scrutin vous diront qu’ils défendent toujours nos valeurs… cela s’appelle ratisser large.

Seront nous assez bêtes, assez naïfs pour les croire ? Non ! levons nous, battons nous, hurlons que nous ne voulons pas changer de société, que la laïcité n’est pas, comme on le fait croire à la communauté musulmane, une autre religion mais que c’est l’affirmation d’une liberté totale de croire ou de ne pas croire, de respect absolu de l’autre dans sa foi ou sa philosophie.
Si nous ne nous levons pas… qui le fera à notre place ?
Mettons nous en colère !  Nos idées en valent la peine !
Hermanus Merry

Est-il encore possible d’être Juif et membre de certaines sections du PS dans la région de Bruxelles ?

« Il faut savoir nager en eau trouble mais ni point pêcher » . Montaigne.

« En politique, il n’est guère de crime que collectif. »  François Mauriac

« On ne peut pas dissocier la morale de la politique, sinon c’est la violence, la barbarie. »  Albert Camus

Quelle étrange, quelle indécente question !  Effarant qu’on puisse se la poser à notre époque alors que les horreurs indicibles provoquées par l’antisémitisme sont parfaitement connues !

Et pourtant !

D’abord une précision personnelle, pas inutile en l’occurrence.  Je ne suis pas Juif.  Mais j’ai pu observer qu’en général ceux qui faisaient courir le bruit de mon appartenance à cette communauté ne me voulaient pas du bien.  Ainsi, lors de la campagne électorale communale de 1981, un prêtre, très impliqué dans un parti politique, diffusant un journal local, fit courir le bruit que l’un de mes colistiers et moi étions des Juifs Hongrois !  Ne me demandez pas pourquoi Juif Hongrois, je ne l’ai jamais su !  Mais bon !  Un fantasme sans doute, ce curé n’en manquait pas, j’en ai quelques preuves, lorsque je le surpris dans le parc du château de La Hulpe en train de lutiner une conseillère communale bien-pensante, parfaite chaisière…éternelle jupe bleue, chemisier blanc, serre-tête en permanence, me voyant, elle se cacha derrière un arbre.  C’était idiot, j’étais heureux de voir que ce curé avait une bonne et saine sexualité… tout pour me réjouir !

Ensuite, je veux insister sur le fait qu’il ne faut pas généraliser.  Ce qui est malheureusement vrai dans certaines sections, ne l’est évidemment pas dans d’autres !

Maintenant les faits.

Lorsque je dirigeais les Centres d’Entreprises de Molenbeek, j’avais été impressionné par la réaction brutale de l’une de mes collaboratrices.  L’un des jeunes entrepreneurs ne pouvant plus payer son loyer, elle m’affirma, « cela ne m’étonne pas de ce Juif ! », je ne sais pas si ce type était Juif, je n’y avais jamais pensé mais, ce qui me choqua, fut le ton employé et l’incroyable mépris quasi physique que ma collaboratrice montra à cette occasion.  Elle n’était cependant pas membre du PS.  Mais aujourd’hui, je fais le lien entre cet antisémitisme dans quelques quartiers de Bruxelles et le climat qui s’est installé dans certaines sections du parti… et là ça se corse !

Premier exemple.

A Molenbeek, j’avais été chargé de gérer une société à vocation sociale.  Différents mandataires, socialistes et autres faisaient partie du conseil d’administration.  L’un d’entre eux était Juif.  Moi, je le savais.  Mais son nom à consonance Séfarade ne permettait pas à d’autres de la cibler.  Je fus stupéfait de voir qu’au cours d’une des réunions, ce mandataire a caché qu’il était Juif.  Et que pendant toute la période où il exerça ses mandats, il fit en telle sorte de camoufler sa judéité !  J’en déduisis que celle-ci, connue dans la section de Molenbeek en l’occurrence, aurait pu lui causer un certain tort !

Deuxième exemple.

Dans une section du Nord-Ouest de Bruxelles, le président élu à la tête de celle-ci fut, un mauvais jour, confronté à un curieux déballage.  Un membre de la section faisant courir le bruit que la femme de cet éphémère président était Juive, et « qu’il fallait donc se méfier de ce président »,  celui-ci crut devoir publiquement, lors d’une réunion de la section, affirmer que cette référence à sa femme était faite pour lui nuire !  Il n’avait pas tort.   Ah ! bon, donc d’après ce gentil membre, le fait d’avoir épousé une Juive lui porte préjudice au sein d’une section du PS !  Curieuse réaction… qui me fait penser au classement imposé par les lois de Nuremberg de 1935 où ceux qui avaient épousé des Juifs ou des Juives étaient considérés comme des « Mischling. »  En un mot comme en cent, si vous étiez marié à un Juif ou une Juive, vous n’étiez plus un citoyen comme un autre… N’est-ce pas là une atroce résurgence du plus ignoble des passés !

Troisième exemple.

Un malheureux garçon devient président d’une section du PS, celle-ci est à la dérive, les militants ont déserté en masse, il reste tout au plus une bonne vingtaine de membres.  Dans cette section farcie de médiocrité et de rancœur, une élection a lieu !  Quelqu’un est élu !  Même si les votants peuvent facilement tenir dans une cabine téléphonique !  Mais il y a un hic !  Son père serait Juif !  Aie !  Aie !  Aie !  Surtout ne pas le dire !  Cacher autant que possible, ce qui semble bien apparaître en certains lieux comme une humiliante tare !  Eh ! Oui ! Cela se passe comme cela dans certaines sections de la fédération bruxelloise du PS.  Ce parti qui depuis sa création s’est battu pour faire régner la philosophie des lumières.  Quand les lumières risquent de faire perdre des voix… pas de problème on les éteint !

Quatrième exemple.

Dans une importante section d’une commune tout aussi importante, un candidat s’est présenté aux élections.  Lui, peu de doute,  son nom le qualifie immédiatement, difficile de cacher sa filiation !  Pendant la campagne électorale, il sera obligé d’aller « s’expliquer », son origine aurait posé problème ; pas dans la section, il figurait en excellente position sur la liste… Mais il posait manifestement de très sérieux problèmes aux électeurs potentiels de cette liste, qui d’ailleurs a perdu pour la deuxième fois les élections !  J’apprends d’ailleurs aujourd’hui, sur le site internet de la RTBF que ce même élu, est amené à « s’expliquer » à nouveau à propos de certaines déclarations qu’il aurait faites à la presse étrangère, celles-ci n’étant pas copie conforme avec le politiquement correct que l’on peut attendre dans cette fédération de l’un de ses élus !

Cinquième exemple.

Il y a quatre ans, la composante culturelle de la section PS de Molenbeek avait organisé une conférence, l’annonce de celle-ci était faite par affiche.  Cette affiche était l’exacte copie des caricatures nazies du Juif !  Digne de l’exposition qui pendant la guerre a été organisée à Paris et à Bruxelles sur le thème « sachez reconnaître un Juif ».  Sur l’affiche, un Juif, nez crochu, mains pourvues d’ongles démesurément longs et crochus, longue barbe, tresses traditionnelles et kippa, tenant un globe terrestre entre ses mains ignobles.  Oui !  Oui ! Il a été possible de produire et de diffuser une telle affiche dans l’organe culturel du PS de Molenbeek !  Effroyable !  Mais c’est l’horrible, l’ignoble vérité !  Ne croyez vous pas que cela explique certains des derniers événements !
Ah ! j’oubliais… pas d’amalgame !

Sixième exemple.

Un mandataire municipal de Molenbeek et parlementaire régional, n’a-t-il pas traité un journaliste «  d’ordure sioniste » ? Le même n’a-t-il pas affirmé qu’il se sentait proche du Hamas dont il faut peut-être rappeler que cet organisme figure sur la liste des organisations terroristes établie par l’ONU !  Ces déclarations ne lui ont causé aucun tort !  Il a été publiquement qualifié de « type bien » par la présidente de notre fédération.  Ce même parlementaire se fera d’ailleurs embarqué par la police car il participait avec véhémence à une manifestation devant le commissariat de sa commune où avait été amenée une femme entièrement voilée qui avait refusé le contrôle de police !  Étonnant pour quelqu’un qui à l’époque faisait partie de la majorité communale et donc assumait l’autorité sur les forces de police !  Éclairant non !

Septième exemple.

Celui-ci se passe non pas au PS mais au SP.  L’un des mandataires de cette formation politique qui se proclame de gauche participait à Anvers il y a quelques années à une manifestation dont l’un des slogans hurlés à pleine voix étaient « les juifs dans le gaz ! »    Sympathique hein !  Pas la moindre réaction des autorités politiques de sa formation politique où ce faiseur de voix, l’un des rares, dépasse grâce à une campagne électorale exclusivement communautariste, sa tête de liste !   Pas la moindre réaction au parlement Bruxellois !  Tout le monde s’en fout !   C’est le triomphe de l’islamo-gauchisme jusqu’à ses ultimes ignominies.

Vous ne trouvez pas que cela fait beaucoup !

L’un doit « s’expliquer » pendant une campagne électorale parce qu’il est Juif, il doit « s’expliquer » sur ses déclarations à la presse sur la situation à Bruxelles alors qu’il n’a fait que décrire une terrible réalité, l’autre qui se dit proche du Hamas et traite un journaliste « d’ordure sioniste » est qualifié par la direction du parti de « type bien » !  Inquiétant non !

Comment s’étonner de l’attitude de ceux qui n’ont pas voulu manifester dimanche aux côtés de tels personnages.  Car n’en doutons pas, ceux-ci ne manquent pas de larmes de crocodile quand il s’agit de pleurer les victimes des attentats.  Le stock de larmes est plein… y en aura pour tout le monde… cela n’empêchera aucun de ces socialistes ayant troqué le rouge pour le brun d’aller demain solliciter des voix dans les mosquées où règnent l’antisémitisme et l’obscurantisme moyenâgeux le plus rétrograde.

Voyage en Israël et en Palestine.

Hier, j’ai regardé le reportage sur cette très belle initiative de Simone Susskind, parlementaire PS bruxelloise, qui a amené une quarantaine de jeunes de toutes origines en Israël et en Palestine.  Je fus très impressionné par la déclaration d’une jeune étudiante.  Au sortir du mémorial de Yad Vashem, le journaliste lui demande ses impressions sur ce qu’elle a vu.  Réponse de la jeune fille : « je suis très impressionnée, mais j’ai peur qu’en rentrant quand je vais dire ce que j’ai vu, on va me dire que j’ai été manipulée » !  Oui !  On en est là, la pression antisémite est à ce point forte que la réalité sera transfigurée en manipulation.

Responsabilités.

Qu’elle est lourde notre responsabilité !  Nous n’avons pas été capables de transmettre nos valeurs, nous avons choisi l’immédiateté des succès électoraux à un travail en profondeur.  Nous n’avons pas voulu voir ce qui se profilait, nous avons été témoins muets, concourant par des réglementations fondées sur de bons sentiments, complices de la ghettoïsation de nos écoles, de nos foyers sociaux, de nos quartiers !  Voilà la réalité que d’aucuns se refusent de voir car elle dérange leurs plans de carrière.  Et ce malgré le fait que l’horreur au sens propre du terme leur éclate à la figure.

Quelle trahison avons-nous commise à l’égard de ces milliers d’immigrés qui courageusement se sont intégrés, font des carrières exceptionnelles, ont sauté tous les obstacles mis par le racisme et la discrimination… et nous leur préférons le dernier des obscurantistes pourvu qu’il rapporte des voix !

J’attends plus !  J’attends mieux de mon vieux grand parti !  Je ne perds pas courage car je vois autour de moi, de plus en plus de membres et non des moindres, certains exerçant parfois de très importantes fonctions admettre que les terrifiants pépins du réel doivent être pris en compte.

Putain.. Il respire encore !

Un petit mot … pour une chose de peu d’importance.  Il y a deux mois, l’un des anciens présidents de ma section rencontrait le secrétaire fédéral de notre parti qui y tient le rôle envié de muet du sérail.  Mon nom fit irruption dans la conversation.  Mon ami, lui précisant que depuis octobre 2012, je n’exerçais plus aucune fonction, que je n’avais plus assisté à la moindre réunion comme je l’avais annoncé après la réception où j’avais annoncé mon retrait de la vie politique locale ;  le secrétaire fédéral eut alors cette curieuse réaction : « oui ! mais il écrit encore ! »  Je me permets de signaler à notre très soumis secrétaire fédéral que pour moi le temps qui passe, c’est le temps qui reste et qu’il ne se préoccupe pas trop… je finirai bien par mourir !

Dieudonné Président… Pourquoi pas !

Il y a déjà fort longtemps, ma section du PS a voulu me nommer « Président d’Honneur » dans nos statuts locaux.  Je ne sais pas si c’est toujours le cas.  J’avoue que cela m’a toujours semblé ridicule.  Sauf que maintenant, il me semble envisageable que Dieudonné me remplace dans cet immense honneur !

Hermanus, A M

POURQUOI JE NE DÉFILERAI PAS DIMANCHE …

D’abord, je veux dire combien cet initiative est positive et nécessaire mais à Bruxelles se sera aussi le défilé de l’HYPOCRISIE ! Ça non ! « Ce n’est plus un jeu… on a mis les morts à table  » écrivait Aragon. Ils sont là ces cadavres, ce sont eux qui nous regardent avec leur visages sanglants, leur yeux morts où l’indicible a surgit dans un petit matin de Bruxelles.

J’ai le souvenir de la manifestation devant le palais de justice après les assassinats du musée Juif. Je fus stupéfait et très mal à l’aise de devoir côtoyer un parlementaire qui peu avant avait traité un journaliste  » d’ordure sioniste » et qui avait ajouté qu’il se sentait proche du HAMAS, un groupe classé dans la liste des organisations TERRORISTES par l’ONU. Ce qui n’a pas empêché un responsable de mon parti de le qualifier publiquement de « type bien ! » Je ne supporterai pas une seconde fois une telle proximité. Cette proximité aujourd’hui, ce serait accepter le crime !

En outre, tout laisse craindre que certains en profiteront pour clamer des revendications n’ayant aucun rapport avec le drame vécu par notre pays. Certaines attitudes à la Bourse pendant les 48 dernières heures ont été proprement ignobles.

Défilera-t-il ce député SP qui participait il y quatre ans à une manifestation à Anvers dont le slogan lancé à plein poumon était « les Juifs dans le gaz » ?
Enfin, parmi ceux, qui manifesteront tout sourire aux lèvres ou figés dans une attitude qui se voudrait concentrée, respectueuse… iront lors des prochaines élections quémander avec la pire des bassesses des voix dans les mosquées en échange de petits accommodements… au mieux !

Non ! Non !Non ! Les crimes commis nous imposent d’abandonner une fois pour toutes ces pratiques qui nous ont éloignés de nos valeurs.
Les morts déchiquetés, brûlés, criblés d’éclats nous crient, nous hurlent que cela doit cesser, leur sang répandu réclame de nous que enfin cesse les ambiguïtés, les faux semblants, les « je ne savais pas  » et autres hypocrisies.
Là est l’essentiel, là doit être notre vérité, notre seule vérité, celle qui fait de nous socialistes, les fils de 1789.

Plus le moindre atermoiement dans l’égalité absolue Homme/Femme, dans le respect le plus strict de la laïcité, dans La Défense la plus ferme de notre démocratie, de notre mode de vie, pour tout dire de notre civilisation !
La maison brûle, le danger est partout. Le choix est clair demain soumis ou demain libres ! Pour cela oui ! Tous debout !

Merry Hermanus

#BrusselsAttacks #Brusselsairport

Moureaux et les Juifs, Comparaison Scandaleuse !

Dans son interview du « Soir » de ce matin, Moureaux invite les lecteurs à transposer dans certains textes la dénomination « Arabe » et de la remplacer par le mot « Juif « . Chacun aura compris qu’il fait référence au génocide dont furent victimes les Juifs au cours de la 2ème guerre mondiale.

Cette comparaison est odieuse autant qu’ignoble car enfin, la destruction des Juifs étaient programmées de longue date, elle fut l’objet d’une véritable industrialisation du meurtre de masse.

On l’a compris, le but de cette scandaleuse comparaison est de faire glisser en douceur la victimisation du côté des meurtriers.

Non ! Braves gens, les victimes ce n’étaient pas les honteux dessinateurs de « Charlie Hebdo » ! Non, les victimes n’étaient pas les mécréants qui buvaient un verre aux terrasses de Paris, Non, ce n’étaient pas les 130 morts et les 265 blessés écoutant de la musique impie au « Bataclan » Non ! Non ! Non! Les victimes se sont les malheureux enfants perdus d’une population fragilisée, stigmatisée, discriminée que MOUREAUX, pourtant professeur émérite de critique historique, on croit rêver!, compare aux Juifs persécutés, assassinés par les nazis et leurs collaborateurs !

Mais peut-on savoir, peut-on demander à Monsieur le ministre où sont les camps d’extermination où serait « enfournée » cette population, où sont les Chelmno, les Treblinka, les Sobibor, les Belzec, les Auschwitz où seraient assassinés les musulmans ? Où peut-on voir les trains de la mort conduisant les victimes vers les abattoirs humains qu’étaient ces enfers ? Pas de doute, cette comparaison, très électoralement opportune, est proprement ignoble et devrait entraîner son auteur à rendre des comptes tant elle est profondément heurtante, choquante !

Mais au fait, est-il exact que le même bourgmestre, Ministre d’Etat, professeur émérite qui quelques jours après le massacre à « Charlie Hebdo » aurait tweeté ceci  » l’Etat d’Israël instille la haine des arabes en Europe ? » Ce tweet a été reproduit dans la presse, sans réaction du Ministre d’Etat Moureaux ! Énorme non !

Est-il vrai qu’une nuit de Mars 2004, ayant traité ceux qui essayaient de mettre l’égalité Homme/Femme dans le programme électoral du PS de Bruxelles, se firent traiter de laïcards et qu’ensuite Moureaux aurait ajouté à l’intention de l’un d’eux : « Oui ! Tu t’attaques à cette population fragilisée alors que tes amis Juifs peuvent tout se permettre ! » ? Est-il vrai que le lendemain de cette réunion, un membre du PS, depuis plus de quarante ans renvoyait sa carte du PS à Moureaux en précisant qu’il ne réintégrerait le PS que quand Moureaux ne le dirigerait plus ? Ce Juif, laïc, militant de toujours ne pouvant accepter ce genre de déclaration aux relents nauséabonds… mais peut-être avait-il mal interprété la pensée de l’omniscient Président de la Fédération ?

Le Ministre d’Etat, ex Bourgmestre, professeur émérite, Moureaux n’a rien compris, il a été roulé dans la farine par les imans qu’il croyait dominer et cela il ne peut l’avouer…difficile d’avouer qu’on a été stupide…
Quelle naïveté ! Pitoyable !

En outre, et c’est l’essentiel, la communauté musulmane n’a aucun besoin de lui pour se défendre, il y a en son sein nombre de gens de qualité ne souffrant pas des complexes qui obscurcissent la raison du « grand homme » au rancart, ceux précisément que MOUREAUX a exclu de nos listes électorales !
C’est d’eux que viendront les solutions, c’est la communauté musulmane qui, j’en suis certain, montrera qu’elle ne peut en aucun cas être assimilé à des assassins décérébrés !
Pas besoin d’un quelconque Moureaux pour cela !

En Hongrie, l’Extrême-Droite veut des listes de Juifs !!!

Faut-il dire que c’est avec une certaine stupeur que j’ai lu les déclarations d’un membre de l’Extrême-Droite hongroise réclamant qu’en Hongrie, on établisse une liste des Juifs !!!

J’ai déjà évoqué le fait, il y a quelques jours, que le scénario à la hongroise, c’est-à-dire la présence de l’Extrême-Droite dans le Gouvernement, à mes yeux, se profile pour la France de demain tant l’Extrême-Droite a un boulevard devant elle.

Revenons néanmoins en Hongrie. 

N’est-il pas temps de rappeler qu’après avoir eu une attitude particulièrement molle à l’égard de l’antisémitisme, l’Amiral Horty, dirigeant la Hongrie entre 1940 et 1944, s’est vu, sur la fin de la guerre, contraint par les Allemands et l’Extrême-Droite hongroise (Les Croix fléchées), de s’inscrire dans la « Solution finale ».

Ainsi, en quelques jours, 450.000 Juifs Hongrois ont été raflés, conduits à Auschwitz, et parqués dans une sorte d’enclos.  Après quelque temps, ils ont été, en une quinzaine de jours, assassinés !!!

Pour bien comprendre ce que fut cette époque en Hongrie, je vous invite à lire le livre du Prix Nobel de Littérature Imre Kertész « Etre sans destin ».  Tout y est décrit.  La façon dont la gendarmerie hongroise a raflé les Juifs, comme d’ailleurs la Police française, sans l’aide d’aucun soldat allemand, a raflé les Juifs en France les 16 et 17 juillet 1943, lors d’une opération poétiquement appelée « Vent printanier « .

Nous sommes ici dans l’ignominie la plus pure.

Qu’on ose donc, en 2013, dans une Hongrie qui se veut démocratique, réclamer une liste des Juifs est absolument effarant.

Mais n’est-il pas vrai aussi qu’on assiste à la libération de la parole raciste ?

Il y a maintenant près de trente ans, Mitterrand avait pris dans son Gouvernement le maire d’une petite commune bretonne qui était originaire d’Afrique centrale.  Il était donc… Noir !!!

Quand on voit aujourd’hui la vague raciste qui accueille la présence d’une ministre congolaise dans le Gouvernement italien, ou qu’on voit la Ministre Christiane Taubira, en France, ouvertement insultée, à qui on présente des bananes, et qu’on voit un curé d’une Eglise de Paris (dissidente de l’Eglise catholique romaine) mener une manifestation avec pour slogan : « Y a bon Banania, Ya pas bon Taubira », c’est absolument épouvantable.

Il est étonnant de faire le parallèle entre la façon dont le politiquement correct s’applique aux publicités qui pourraient choquer certaines féministes, qui s’appellent elles-mêmes « Chiennes de garde », et la façon dont la parole antisémite et raciste explose partout sans qu’il n’y ait trop de réactions.

Je suis véritablement stupéfié que les Organismes de la Gauche bien-pensante, si prompts à déposer plainte contre Manuel Vals quant à sa déclaration contre les Roms, ne déposent pas plainte contre ce curé.

Y aurait-il des indignations à sens unique ?

Qu’on se rappelle que la parole précède les actes.

Y aura-t-il, demain, une liste des Juifs à Budapest ?

Comme l’humour est souvent la dernière défense de celui qui n’en a plus aucune, je terminerai en rappelant cette excellente blague juive «  Un gars dit à un autre « Tu sais, j’ai appris que, demain, on emprisonnerait tous les Juifs et tous les coiffeurs ». L’autre « Mais pourquoi les coiffeurs ? ».

Tout est dit !

merry_hermanus@yahoo.com