Archives de Tag: MARINE LE PEN

La France me fait peur !

On se souvient, dans les années 70, de la phrase célèbre du présentateur du Journal télévisé, Roger Gicquel, qui avait commencé son journal, suite à un fait divers, par cette phrase « La France a peur » !!!

Aujourd’hui, la France me fait peur !

Il m’apparaît que la patrie des Lumières, la patrie des Droits de l’Homme, la patrie de la Révolution française, qui a porté à la pointe du sabre des armées napoléoniennes…(ce qui n’est pas très sympathique, mais qui, néanmoins a été extraordinaire), les Droits de l’Homme et la majorité des idées politiques sur lesquelles fonctionnent encore nos sociétés occidentales aujourd’hui, est au bord du précipice.

L’affaire Tapie…, je ne peux m’empêcher de faire référence à l’affaire Stavisky qui, dans le début des années 30, a amené la France au bord du gouffre après les émeutes fascistes du 6 février 1934.

D’autres affaires judiciaires en cascade mettent à mal l’Establishment politique. Que ce soit l’affaire Bettencourt, l’affaire des rétros commissions sur les sous-marins pakistanais, les frères Guerini à Marseille etc.

Les cinq ans de la présidence Sarkozy ont hystérisé les Médias.  La presse ne s’en est toujours pas remise, et, manifestement, elle se refuse à s’inscrire dans le style présidentiel qu’Hollande tente, tant bien que mal, d’imposer.

La presse qui doit vendre au jour le jour, ou semaine après semaine, son papier, ne supporte pas un homme qui reste sur la réserve, et qui tente d’assumer sa mission sans bling bling et sans l’hallucinante nervosité qui, au jour le jour, caractérisait la présidence de Sarkozy.

C’est dans ce climat que prospère le Front National de Marine Le Pen.

La dédiabolisation de cette formation d’extrême-droite est parfaitement réussie. 

Les sondages se répètent, les uns après les autres.

40% des Français ont une bonne opinion de Marine Le Pen tandis que Jean-François Copé récolte 13% et François Hollande 30%.

La Droite française a totalement implosé.

On pouvait espérer que ceux qui s’étaient regroupés autour de Fillon resteraient dans la ligne Chirac, à savoir ni accord, ni rapprochement avec le Front National. 

Ce n’est plus le cas !

Même Fillon, ce beau-fils idéal, avec son impeccable ligne à droite (forcément) de ses cheveux impeccablement peignés, a viré sa cuti, et n’hésite plus à dire qu’un membre de l’UMP peut voter Front National !

Mais il y a encore pire !

A l’élection partielle de Villeneuve Sur Lot, 20% des électeurs PS ont voté pour le Front National.

Quelques semaines avant, à l’élection partielle qui a eu lieu dans l’Oise, 43% des électeurs PS ont voté Front National.

Au-delà de ce mouvement électoral de fond, il y a, dans la vie intellectuelle française, un puissant courant vers ce qu’il est convenu d’appeler la « Droite nationale », en d’autres termes, le Front National !

Il y a d’abord eu les conseils très particuliers donnés par Patrick Buisson à Sarkozy lorsqu’il était à l’Elysée.  Ce Buisson, directeur de la chaîne de télévision « Histoire », est un ancien de « Minute », journal fasciste d’Extrême-Droite.

Ce thuriféraire de Maurras (condamné à mort à la Libération) est évidemment partisan d’un bouleversement total de l’UMP dans une alliance avec le Front National.

Mais il y a aussi ceux qu’on appelle les « commentateurs » ou les « chroniqueurs » qui sévissent sur les chaines de télévision françaises, que ce soit Eric Zemmour, Elisabeth Levy ou Polony, tous plaident à longueur de chroniques, et chacune de leurs paroles étayent la passerelle qui reliera l’UMP au Front National.

Aujourd’hui, l’UMP est comme le lapin dans les phares du Front National.

Les élections municipales ont lieu en mars, les Européennes en mai.

Il ne fait plus de doute pour personne que le Front National sera, et de loin, le premier parti de France.

Les Européennes qui ont lieu à la proportionnelle donneront moins de 20% à l’UMP et au PS, et, vraisemblablement, plus de 25% au Front National.

A Gauche, la situation est pire encore.

Les attaques odieuses et stupides de Mélenchon contre le PS et, en particulier, contre François Hollande font objectivement le jeu du Front National.

A L’élection partielle de Villeneuve Sur Lot, Mélenchon, avec son Front de Gauche, a fait 5% et le Front National a fait 26 % !

Quelles perspectives ?

Tous les ingrédients sont donc réunis pour un basculement de la France dans un scénario à la hongroise, c’est-à-dire l’arrivée au pouvoir, sous une forme ou une autre, du Front National.

Qui, aujourd’hui, peut encore douter que le PS français va connaître une situation proche de celle qu’il a connue en 1993 où il est passé de 200 députés à 53 députés !

Evidemment, depuis la Rue de la Loi à Bruxelles, on voit ces choses de loin et on fait une moue exprimant  un mépris amusé.  Mais, n’en doutons pas, l’impact du programme de Marine Le Pen sur l’Europe…moribonde sera considérable.

Depuis le Plan Delors… qui n’a jamais vu le jour, l’Europe n’a plus présenté de grandes perspectives.

Elle s’est montrée incapable d’anticiper la crise bancaire de septembre 2008.

Elle a imposé aux pays membres des politiques d’austérité mortifères, tout en étant dans l’incapacité de freiner la désindustrialisation de l’Europe occidentale.

Les peuples ne peuvent vivre sans espoir.

Or, ce à quoi on assiste, c’est l’effondrement de notre société occidentale, celle qui a su réaliser un monde de Libertés et de protection sociale.

Il revient à la Gauche de se repenser, et de présenter aux peuples européens un grand projet de reconquête économique et idéologique.

Sans cela, ce qui nous attend, et ce qui attend surtout nos enfants, c’est un avenir particulièrement sombre, et, comme vous le savez, … le pire n’est jamais certain, … mais le pire n’est jamais décevant.

merry_hermanus@yahoo.com

Maingain versus MR : Le dit…et Le non-dit ! Et le PS dans tout ça ?

La façon dont Maingain dénonce la dérive droitière du MR fait plaisir à voir !

Elle fait penser à quelqu’un qui, pendant longtemps, a dû avaler des couleuvres, a tout subi, tout supporté, et qui, subitement, se débonde et lâche tout !

Un homme politique bruxellois, bien connu pour la verdeur de son langage, dirait que Maingain « est passé de la constipation à la diarrhée » !

Mais qu’en est-il sur le fond ?

Il est clair qu’après le discours du 1er Mai sur les « assistés », Ch. Michel a fait le choix du basculement à droite.

Les « éléments » de langage, pour reprendre la formule, sont dans le droit fil des derniers discours désespérés de Sarkozy qui n’étaient qu’un décalque de Marine Le Pen.

Ceux qui, au MR, ne sont pas sur cette ligne, sont mal à l’aise et dissimulent avec difficulté leur opposition.

Ch. Michel a manifestement opté pour une stratégie d’opposition frontale avec le PS dans le but de bipolariser le débat politique et, ainsi, d’étouffer le Cdh et Ecolo en les contraignant à se situer soit à gauche soit à droite.

Or, pour Ecolo et le Cdh, sortir de leur ambiguïté, c’est évidemment disparaître.

Dans les déclarations de Maingain, il y a aussi le reflet de ce qu’il a entendu dire par ses amis et alliés pendant des années.

Dans un parti, il y a, d’une part, les déclarations publiques, et d’autre part, ce qui se dit dans les couloirs. Or, ce sont les affirmations et les déclarations faites « en interne » et non rendues publiques qui sont le plus importantes parce qu’elles constituent la vraie colonne vertébrale idéologique d’un Parti.

On ne peut donc qu’être extrêmement inquiets d’entendre Ch. Michel qui dit tout haut, ce que, sans doute beaucoup ont pensé tout bas pendant longtemps.

On est à des années-lumière du Libéralisme social vanté par Louis Michel.

La « Lepénisation » du discours libéral est, à n’en pas douter, un choix stratégique global.

Deux sondages, où la très légère croissance du MR reste inscrite dans la marge d’erreur, semblent conforter la position de Ch. Michel.

Mais attention, celui-ci est très contesté à l’intérieur de son Parti, tant au niveau de l’organisation qu’au niveau des prises de position idéologiques.

Ceux qui regrettent Reynders le disent à voix de plus en plus haute !

Et le PS là-dedans ma bonne dame ?

Le PS ferait bien de réfléchir aux perspectives qu’offrent les discours contrastés de Maingain et de Ch. Michel.

Comment les électeurs, conscients politiquement, eh oui ! Il y en a encore, peuvent-ils comprendre la volonté de la Vice-Première Ministre socialiste de faire un accord électoral avec ce même MR qui affirme publiquement sa « Lepénisation », tout en rejetant le FDF qui prend ses marques plus à gauche ?

Bien sûr, au niveau communal, toutes, ou presque, les combinazione sont possibles.

Mais quand  même !

Quelle image !!!

Quelle confusion …, surtout, quelle confusion !!!

Comment ne pas comprendre que les résultats électoraux communaux auront un impact en Flandre, mais aussi à Bruxelles et en Wallonie ?

Devons-nous attendre que Ch. Michel et le VLD choisissent, en toute quiétude, le moment où ils frapperont et plongeront l’épée plutôt que de poser des banderies comme ils le font actuellement ?

Le PS doit-il attendre l’estocadeou se positionner clairement à gauche en mobilisant la population sur la défense des acquis sociaux que Ch. Michel veut, avec le grand patronat, voir disparaître ?

Le PS belge va-t-il rater le virage, la renaissance de la gauche européenne parce qu’il est englué dans un Gouvernement où seule la droite (et peut-être, demain, l’extrême droite) pose de plus en plus ouvertement ses scandaleuses exigences de régression sociale ?

Jusqu’où ira le PS ?

Pendant combien de temps restera-t-il silencieux ?

A n’en pas douter, ce silence sépulcral sera aussi celui des urnes…, et on ne l’aura pas volé !

merry_hermanus@yahoo.com

Suivez le PS de Jette sur Facebook et cliquez J’Aime pour devenir fan