Archives de Tag: mensonge

CONGO : Un grand mensonge d’Etat !

Il y a un peu plus d’un mois, le Journal « Le Soir » faisait état du très grand intérêt dans le public pour le livre « Congo » de David Van Reybrouck, paru aux Editions « Actes Sud ».
Cet intérêt est pleinement justifié.

Il s’agit d’un livre hors du commun, à la fois par le parti pris historiographique, et la qualité de l’écriture.

Je ne puis que chaleureusement en conseiller la lecture.
Il m’apparaît qu’il y a cependant autre chose !

Le Congo est le grand mensonge de l’Histoire de Belgique !

S’il est vrai que Mme Morelli, historienne de l’ULB, a, dans un livre passionnant, dénoncé les mythes de l’Histoire de Belgique, le Congo ne fut malheureusement pas un mythe, mais une atroce réalité qu’on a, jusqu’à il y a quelques années, caché sous un énorme mensonge.

Les gens de ma génération se rappelleront que lorsque nous achetions un cahier chez le papetier, il nous était livré avec un buvard sur lequel figurait, dans un camaïeu rouge foncé, l’image d’un « bon sauvage », quand même muni d’un bouclier et d’une lance, avec, au-dessus de lui, un personnage souverain et protecteur couvert d’un large casque colonial.

Ce n’est que très récemment que s’est répandue, dans l’opinion publique belge, la vérité sur ce que fut l’atroce exploitation du peuple congolais par l’Etat indépendant du Congo dont le propriétaire unique était Léopold II, par ailleurs et très accessoirement, Roi des Belges.

On l’a oublié, mais Léopold II avait connu une jeunesse princière difficile.  L’opinion, très réduite à cette époque, le considère peu apte à monter sur le trône et à exercer le rôle de Roi constitutionnel.

Pourtant, dès cette époque, Léopold II semblait meurtri par le confetti géographique sur lequel il allait régner.

Il a envisagé différentes colonies possibles en Asie, en Amérique du Sud et, bien sûr, en Afrique.  Il a même, on le sait, étudié la possibilité d’envahir les Pays-Bas !

Mais c’est finalement sur l’Afrique qu’il jettera son dévolu, bien entendu, sous couvert d’une œuvre civilisatrice de christianisation et de lutte contre l’esclavage.

C’est cette fable-là qu’on nous a servie pendant des décennies et des décennies, avec une impudeur extrême, car, en réalité,  la vérité sur les souffrances imposées aux populations congolaises a été connue très rapidement, mais totalement occultée en Belgique.

Mutilated children of the Congo Free State (c. 1905) – Credit: Mark Twain (Copyright : Public Domain)
http://ow.ly/eUyQW

Les Missions protestantes suédoises et américaines ont dénoncé tout de suite les atrocités commises,  le travail forcé, les mains coupées, la chicote, les prises d’otages et le massacre de villages entiers.

Il faut savoir que toutes ces opérations se sont faites grâce à un encadrement belge.

Les noms sont connus depuis toujours !

Les tortionnaires sont identifiés !

 
Dans la mesure où les Gouvernements belges, de 1884 à 1914, ont été totalement aux mains du Parti Catholique, et que la politisation des emplois publics jouait à fond, les officiers belges catalogués Libéraux n’avaient la possibilité, pour faire carrière, que de s’engager sous la bannière Jaune et Or de l’Etat indépendant du Congo.

Le fait que Casement et Morel, tous deux sujets britanniques, dès les années 1890, dénoncèrent ces crimes de masses n’a rien changé.

Des Commissions d’enquêtes ont été envoyées.

Mais en Belgique, c’était le black-out absolu.

Malgré le fait qu’à Paris, certains journaux politiques comme « L’Assiette au Beurre » n’hésitaient pas à représenter Léopold II ensanglanté par des mains coupées réparties tout autour de lui. En Belgique, il restait le Roi, apportant le progrès et la paix aux « sauvages » du Congo.

Et c’est là que réside le grand mensonge.

Des générations et des générations de petits Belges ont été gavés par « l’œuvre civilisatrice » de Léopold II.

Le 30 juin 1960, lors du discours de l’Indépendance du Congo, le Roi  Baudouin sert à son auditoire un discours amidonné, ripoliné, où il reparle de « l’œuvre civilisatrice » de son aïeul.

On peut comprendre tous ceux qui ont connu la vérité dans leur chair, et la violente réaction d’un Lumumba.

A la fin des années 60 encore, le Professeur Stengers, par ailleurs excellent historien, vendait la même salade que le Roi Baudouin, et soulignait que la réaction des églises anglo-saxonnes et suédoises était, en fait, une manipulation des  Britanniques jaloux du fait que Léopold II avait emporté, à la Conférence de Berlin, la plus belle part du gâteau !

Le livre de Barbara Emerson, qui paraît dans les années 70, est très clair sur les horreurs de l’exploitation systématique organisée par Léopold II.

Mais ce livre n’a eu que très peu d’écho en  Belgique.

Cette thèse du Roi généreux, vecteur et artisan de la civilisation continue à être défendue tous azimuts.

Depuis, une multitude de livres ont paru,  comme, par exemple, « Les fantômes du Roi Léopold II », Collection Texto.

Mais il s’est encore trouvé des historiens pour nier les faits pourtant évidents !

A l’école, on nous affirmait également que le Congo avait été « offert » par Léopold II à la Belgique en 1908, ce qui est  évidemment totalement faux, puisqu’il a été vendu !!!

Les historiens affirment que lorsque Léopold II est monté sur le Trône, en 1865, sa fortune pouvait être évaluée à 5 millions de Francs Or.

A son décès, elle était évaluée à … 15 milliards de Francs Or !!! Auxquels il faut ajouter 8 milliards que le Roi a utilisés pour un certain nombre de travaux en Belgique.

Cet argent-là pue le sang et la sueur des esclaves congolais du Roi Léopold II dont le seul mobile était l’argent du caoutchouc.

Cet argent-là explique sans doute une partie du chaos que connaît aujourd’hui ce malheureux pays, car s’il est vrai que la Belgique, lorsqu’elle a poursuivi la colonisation, n’a pas pratiqué les mêmes méthodes, elle a, dans son rêve, cru pouvoir coloniser le Congo… en oubliant les Congolais !!!

Le premier prêtre a été ordonné en 1917 !

Le premier Universitaire, Thomas Kanza, est sorti de l’UCL en 1957 !

Ce gouffre n’a jamais été comblé !

Si vous vous baladez à Bruxelles, empruntez, à l’arrière du Palais Royal, la rue de Brederode, et vous y verrez, sur la droite, avant d’arriver à la rue de Namur, un curieux bâtiment dont l’architecture rappelle un chalet suisse.

C’était là que siégeait l’Administration de l’Etat indépendant du Congo, propriété du Roi Léopold II.

C’est là qu’est venu s’inscrire Joseph Conrad qui a piloté un bateau remontant le fleuve Congo, expérience horrible qui le conduira à écrire « Au Cœur des Ténèbres ».

118 ans plus tard, ces ténèbres commencent à peine à se lever, et la Belgique commence à apercevoir les horreurs qu’on lui avait  cachées.

merry_hermanus@yahoo.com

 

TRAM 9 : Enorme ! Le mensonge d’Hervé Doyen dévoilé !!!

Doyen-Pinocchio a distribué dans toute la commune, en début de campagne, un très très luxueux dépliant présentant comme il se doit la commune de Jette en parfait Disneyworld.

Tout y est beau !

Tout y est étincelant !

Tout y est propre !

Tous les visages sont épanouis, emplis de joie de vivre dans une commune à ce point bien gérée.

Cela, nous le savons, c’est la technique habituelle de Doyen-Pinocchio.

Mais, cette fois-ci, il y a beaucoup mieux !

Je vous invite à lire attentivement l’extrait de ce dépliant où il est question du parking sous la Place Reine-Astrid.

Doyen-Pinocchio n’hésite pas à écrire que « Le financement par la Région est acquis » (sic).

Je savais bien évidemment que c’était tout à fait faux, mais j’ai cependant voulu en avoir la preuve.

J’ai donc demandé au Ministre-Président Picqué ce qu’il en était.
Voici  la lettre qu’il m’a adressée le 13 septembre 2012 où on peut lire
«  A ce stade, aucun accord formel n’est intervenu au niveau de la Région de Bruxelles-Capitale » !!!

Voilà donc une fois de plus Hervé Doyen  pris « les doigts dans la confiture », ou, au choix, « le pantalon sur les chaussures ».

Je vous invite à regarder très attentivement le débat sur Télé-Bruxelles où mon épouse Mireille Hermanus-Francq démontre à trois reprises qu’Hervé Doyen mérite son surnom de Pinocchio car il est véritablement le Roi des menteurs.

Quand  on sait quel cataclysme engendrera le passage du Tram 9 par la Place du Miroir, on ne peut qu’être dubitatif quant au respect que Doyen a vis-à-vis de ses concitoyens.

Mentir à ce point est vraiment effroyable !!!

merry_hermanus@yahoo.com

Suivez le PS de Jette sur Facebook et cliquez J’Aime pour devenir fan

Un si joli petit village ?

A la fin des années 60, on pouvait voir, en noir et blanc, sur nos écrans de télévision, un feuilleton qui eut un énorme succès.

Son titre : « Le Prisonnier », avec l’acteur vedette Patrick Mc Goohan.

Il s’agissait d’un ancien des services secrets qui se retrouvait sur une île, qui essayait de s’en échapper, et qui, inlassablement, échouait en dernière minute.

L’île où il se trouvait était absolument charmante tant tout le monde y était agréable, les espaces verts nombreux, les fleurs s’épanouissaient partout.

Seuls quelques véhicules, style voiturettes de golf, sillonnaient les rues.

Et bien, le clip de présentation de Jette qu’on peut voir sur You Tube, fait par le CDH/LBJ, c’est exactement cela !!!

A Jette, tout le monde est souriant, tout le monde est beau, les rues sont splendides, les maisons sont couvertes de fleurs !

Autrement dit, tout le monde vit dans le meilleur des mondes !!!

Le meilleur des mondes ?  Cela ne vous fait penser à rien ?

Les Jettois qui ont vu ce film sont effarés car ils ne reconnaissent évidemment pas leur commune.

D’autres vont beaucoup plus loin, et je ne les suivrai pas sur ce terrain, en disant que ce film est quasiment une image d’apartheid de la commune de Jette.

En effet, observez bien ce film, et vous verrez combien il nie la diversité qui est la réalité de notre commune d’aujourd’hui.

Bien sur, nous savons que Doyen-Pinocchio, il n’y a pas si longtemps, évoquait, dans le journal « Le Soir » la « tribalisation » des listes électorales.

Son électorat peut être rassuré, l’image qu’il donne de la commune de Jette n’est certes pas une image « tribale ».

Mais, petit problème …  C’est un sommet dans l’art du mensonge !!!

Deux autres références me viennent à l’esprit.

Dans les années 50, l’Union Soviétique diffusait dans nos pays une grande revue.

On pouvait y voir de joyeux tractoristes, de solides kolkhoziennes aux joues rouges, les bras chargés d’un blé abondant, des sidérurgistes souriant de toutes leurs dents devant les hauts fourneaux.

La Russie stalinienne poursuivait là une tradition, celle des villages en carton que le Ministre de la Grande Catherine, Potemkine, construisait sur le passage de la Tsarine.

Doyen-Pinocchio poursuit donc cette grande tradition du mensonge institutionnalisé.

Bien entendu, après quelques pluies, les villages Potemkine se défaisaient et s’écroulaient pitoyablement.

Pour ce qui concerne Doyen, il suffira d’une pluie d’électeurs Jettois qui, de leurs yeux, peuvent voir la preuve du mensonge permanent, celui auquel il conviendra de mettre fin le 14 octobre prochain.

merry_hermanus@yahoo.com

Suivez le PS de Jette sur Facebook et cliquez J’Aime pour devenir fan 

JETTE : Insécurité à tous les niveaux… Mais on ferme l’Antenne de Police Mercure !!!

Contrairement à tous les discours lénifiants, il est bien prévu que l’Antenne de Police Mercure sera fermée après la fin du bail où sont installés les services de Police.

Le Commissaire de Police, lui-même, l’a confirmé aux habitants !

Le mensonge est donc avéré !!!

Pire encore, après l’incendie du Hall des Sports qui apparaît être criminel, on a incendié une poubelle dans le quartier Esseghem.

Mais à part cela, Jette est le pays des Bisounours où tout est bien dans le meilleur des mondes !

Doyen-Pinocchio a déjà fermé l’Antenne de Police du Quartier de la Place Werrie, et maintenant il  va fermer, bien sûr après les élections, l’Antenne de Police de la Galerie Mercure alors que l’insécurité et les incidents se multiplient.

Bien sûr, le journal communal n’en parlera jamais !!!

merry_hermanus@yahoo.com

Suivez le PS de Jette sur Facebook et cliquez J’Aime pour devenir fan 


Conseil communal de Jette, la routine : Mensonges, Dissimulations, Aveu et Nouvelle Augmentation des Impôts !

Intéressante séance des sections du Conseil communal d’hier soir.  Une fois de plus, l’échevin des Finances prend la position du coq qui, tous les matins, chante sur son fumier et croit que c’est lui qui fait se lever le soleil !

Mensonges : car, bien sûr, on ne dit pas la vérité en ce qui concerne la nouvelle école du Poelbos.  Cette école devait être rénovée depuis fort longtemps, mais après mon départ du Collège en 1996, les choses n’avaient plus bougé.

Sous la précédente Législature, le dossier a été repris. Pas dans l’intérêt de l’école, mais dans l’intérêt quasi exclusif de « Kids Holidays ».

Le projet était surdimensionné, et lorsque l’architecte, par ailleurs fort talentueux, nous a présenté son travail, l’évaluation du budget tournait autour de 16 millions d’euros !!!

Mais pas de problème pour Pinocchio-le Bourgmestre sortant !  On jette tout à la poubelle… et on recommence à zéro !  D’où les centaines de milliers d’euros perdus.

Mais toujours pas de problème : C’est le contribuable jettois qui payera !!!

Et, de plus, on posera une première pierre quand ??? Mais en septembre bien sûr, à quelques jours des élections !

Dissimulations : J’ai demandé à plusieurs reprises à pouvoir consulter la facture de ce premier auteur de projet.  Contrairement à la Loi qui prévoit le principe de collégialité et donc, le fait qu’aucun document ne peut être caché, cette facture ne m’a jamais été présentée !!!

Aveu : Décidément, Pinocchio-le Bourgmestre sortant n’est pas très attentif. En effet, dans le plan d’implantation de la nouvelle école du Poelbos qu’il a présenté, la ligne du Tram 9 … existe déjà !!!

Qu’est ce que cela veut dire ?

Cela veut dire :

– qu’alors même que le permis tel qu’il avait été envoyé par la STIB à l’Administration régionale a été recalé car il ne prévoyait pas les parkings ;

– qu’alors même que la commune, et forcément le Collège, ne se soit pas encore « officiellement » prononcée ;

– qu’alors même qu’il n’y a pas un centime d’euro pour les parkings :

   la ligne 9 est déjà bel et bien inscrite sur les plans de la nouvelle école du Poelbos !!!

Mais il y a encore mieux : Au Conseil communal de demain soir, de nouveau, une augmentation d’impôts !!!

La Tutelle, contrairement aux affirmations fausses et lénifiantes de l’échevin des Finances, n’avait pas accepté les chiffres des modifications budgétaires.  Elle avait recalé la commune de Jette et a exigé des révisions, notamment en matière d’emprunts.

Et bien, c’est très simple : pour le Collège Arlequin-Pinocchio, on augmente l’impôt !!!

Donc, le taux des impôts additionnels passera de 6,9 % à 7 %, soit 300.000 euros de plus à payer par les Jettois.

Avec un peu de mémoire, on se rappellera qu’en décembre 2009, l’échevin des Finances, dont beaucoup de Jettois affirment qu’il habite à Lasne, hurlait que pour compenser l’augmentation de 10% de l’impôt cadastral, le Collège Arlequin-Pinocchio mettait en place un plan de diminution de l’impôt sur les personnes physiques pour aboutir à 6,50 % en 2012.

Et bien, le mensonge est maintenant avéré !!!

Car non seulement, il n’y a pas de diminution, mais il y a même une augmentation !

Grâce à l’argent ainsi récolté, on pourra sans doute payer une partie de la fresque que s’offre l’échevin de la « Culture » à 150.000 euros, et payer aussi le splendide projet de Sidi Bibi dont vous avez pu admirer quelques photos dans un de mes blogs précédents.

Voilà la réalité !!!

merry_hermanus@yahoo.com

Suivez le PS de Jette sur Facebook et cliquez J’Aime pour devenir fan


Les caprices de Doyen : un nouveau mensonge ! La fresque de 150.000 €… on pouvait l’éviter !

On se rappellera que, depuis longtemps, je stigmatise cette incroyable dépense.

L’échevin de « la Culture et de l’Enseignement » s’offre un caprice qu’il fait payer par une augmentation affolante des impôts locaux, des taxes et amendes administratives, et par une augmentation des prix des repas scolaires, des garderies et de la piscine !

Il a reconnu dans la presse, il y a maintenant deux mois, que : « Vu la situation, il ne prendrait plus, aujourd’hui, cette décision ».  Voilà encore un nouveau mensonge !!!

En effet, ce n’est que lors du Collège du 25 octobre que la décision a finalement été prise concernant l’attribution du marché permettant la réalisation de cette fresque murale.

On sait que la Tutelle avait annulé la première décision.

Le Collège, cette Majorité d’Arlequin et de truqueurs, avait donc tout à fait la possibilité d’annuler ce projet pharaonique, et de transférer cette dépense vers le Social ou vers l’Enseignement !

Une fois encore, on ment aux Jettois et on leur raconte n’importe quoi.

Du haut de sa Grandeur, ce Collège affirme que « s’il avait su que la situation était ce qu’elle était, il ne reprendrait plus cette décision », alors que la réalité et la date de l’introduction des dossiers au Collège démontre à suffisance qu’il était tout à fait possible d’arrêter ce projet incroyablement scandaleux vu la situation de la commune et d’un nombre considérable de nos concitoyens qui, jour après jour, luttent pour tenter de se nourrir, de se loger, et d’envoyer leurs enfant à l’école dans la totale indifférence d’Hervé Doyen et du supposé Echevin de « la Culture et de l’Enseignement ».

« Si j’avais su, je l’aurais pas fait » !!! déclare l’Echevin.  On se croirait dans la « Guerre des Boutons » !!!

Les Jettois sauront s’en souvenir et, n’en doutons pas, cette décision, comme beaucoup d’autres, collera aux doigts de Doyen comme le sparadrap au doigt du Capitaine Haddock.

merry_hermanus@yahoo.com


Un grand écart qui risque d’être fatal !!!

 

On sait que la Majorité de Jette est un véritable manteau d’Arlequin.

 

On y retrouve un CDH, 2 MR, 2 Ecolos, 1 Groen, 1 FDF et 2 VLD ;

 

La présence de ces 2 VLD coûte cher à la commune de Jette puisque non seulement, on a permis à une Maison des Jeunes flamands de s’installer au sein même du complexe du CPAS de Jette, mais, en plus, et c’est tout récent, la commune satisfait une revendication extrêmement ancienne concernant le très flamand Rittersclub.

 

Mais il y a mieux !

 

La semaine passée, le Collège a décidé de céder un terrain communal pour y bâtir une Maison des Jeunes néerlandophones mais, attention c’est ici que vous pouvez rire, il est indiqué que : « des espaces seront réservés, dans cette Maison des Jeunes néerlandophones, pour des Francophones » !!!

 

Extraordinaire non ?

 

Alors qu’à Jette, plus de 90 % de la population est francophone !!!

 

Le Collège d’Hervé Doyen est couché devant les 2 élus VLD qui, à eux deux, sur 48.000 habitants, doivent représenter au plus 5 à 600 voix, et qui se voient donc accorder une Maison des Jeunes.

 

Mais tenez-vous bien, des espaces seront réservés à des Francophones… !!!

 

La bonne blague !

 

Peut-être même que les jeunes francophones bénéficieront-ils aussi de cacahuètes qu’on leur jettera aimablement ???

 

Il n’est pas inutile de rappeler que, dans notre programme, le PS de Jette demandait la mise en place d’une Maison des Jeunes, mais Hervé Doyen a refusé, précisant que « Une Maison des Jeunes, ça attirait… les Jeunes » !!!

 

Enorme non ?

 

Mais il y a encore mieux quant au chaos qui règne dans cette Administration, dans ce Collège et cette soi-disant Majorité.

 

En mal de notoriété, le Collège organise un rassemblement, le dimanche 9 octobre prochain, pour s’opposer à l’élargissement du Ring.

 

Que ne ferait-on pas pour avoir sa photo dans le journal, pour passer à la télé, ou pour pouvoir faire une page de propagande dans le très coûteux Journal communal.

 

Mais le plus comique n’est pas là.

 

Le plus comique, en effet, c’est que dans la même Majorité, siège avec Hervé Doyen, le conseiller communal, député flamand Sven Gatz qui, lui, … est le fer de lance de l’élargissement du Ring !!!

 

Je dois dire que je suis admiratif de la façon dont Hervé Doyen gère son grand écart, arc-bouté sur deux béquilles : le mensonge et l’hypocrisie !

 

Les Jettois ne seront pas dupes !

 

Merry Hermanus :
merry_hermanus@yahoo.com


La Démocratie et le Paillasson !

Courrier à M. Hervé DOYEN

« Monsieur le Bourgmestre,

CONCERNE : Consultation dossiers – votre réponse du 8 février 2011

Je souhaite, tout d’abord, vous exprimer la joie, l’émotion  et la fierté que je ressens parce que vous avez daigné répondre à l’un de mes courriers !

C’est à ce point rare que cela mérite d’être marqué d’une pierre blanche !

Cependant, je me dois de faire une première constatation.  En effet, vous avez fait signer ce  courrier également par le Secrétaire communal afin de lui donner une apparence de légitimité et de légalité.  Ce n’est, j’insiste, qu’une apparence visant à, une fois de plus, instrumentaliser l’Administration, et à vous cacher derrière elle pour masquer des procédés que vous n’avez pas le courage d’assumer seul.

J’en déduis que vous avez besoin, pour vous conforter dans la situation pénible que vous vivez, de tenter de faire croire à la réalité administrative des multiples chicanes que vous installez afin de m’empêcher d’exercer mon rôle d’échevin tel que la Loi le prévoit.

Le plus stupéfiant est que vous ne vous rendez pas compte des énormités que vous écrivez.

En effet, quand vous écrivez que les dossiers sont  consultables « avant la séance, à 16 heures », vous ne précisez pas que cette même séance commence à 16h30 et que, par conséquent, je dispose en tout et pour tout de 30 minutes pour consulter des dizaines et des dizaines de dossiers !!!

Evidemment, vous êtes peu sensible à ce problème dans la mesure où j’observais, lorsque je suis devenu Echevin, et je vous le faisais d’ailleurs remarquer, que de nombreux dossiers arrivaient en Collège sans même être revêtus de votre signature !!!

Affirmer, comme vous le faites, que les dossiers sont « consultables les vendredis après-midi » est évidemment un leurre.  En effet, je tiens à votre disposition l’enregistrement des courriers électroniques (date et heure) par lesquels on me notifie que « le projet d’ordre du jour est complet ».

Je pourrais faire remarquer que, sauf à demander au personnel de rester en service au-delà de 16h30-17 h, la consultation, le vendredi, est rigoureusement impossible !!!

Vous constaterez également que dans un nombre non négligeable de cas, les dossiers sont clôturés le lundi en début d’après-midi.  Vous ne pouvez ignorer que j’exerce une profession, et sauf à me permettre de consulter les pièces après 18 heures, vous savez qu’il m’est impossible, professionnellement, de venir le lundi.

Dans les faits, il ne me reste donc  que 30 minutes pour consulter les dossiers !!!

Madame Quaresmini peut attester qu’un certain nombre de fois, elle et moi nous sommes retrouvés devant la porte du Collège… fermée !!!

En novembre de l’année dernière, j’ai été contraint d’examiner les dossiers dans le couloir, en les déposant sur mes genoux car ils n’avaient pas été installés dans la salle du Collège !

Comment osez-vous nier l’évidence des difficultés que vous organisez afin que je ne puisse pas examiner les dossiers comme il se doit, lorsque vous écrivez que quand la salle du Collège est occupée par une autre réunion, c’est parce que le Collège y a prévu une autre réunion ! (la tautologie est de vous).  Je vous signale que, me trouvant dans la salle du Collège, en octobre de l’année dernière, j’étais en train de tenter d’examiner un dossier, mais j’ai été contraint de sortir parce que se sont présentés des membres de votre Majorité.  Je leur ai évidemment, comme il se doit,  cédé immédiatement la place !

A qui ferez-vous croire, Monsieur le Bourgmestre, qu’il n’y a, dans ce splendide bâtiment communal, aucun lieu où peut se tenir la réunion de concertation avec le CPAS ou toute autre réunion ?  Ou alors, n’y a-t-il vraiment aucun autre  lieu où je peux consulter les dossiers du Collège ?

Permettez-moi de constater que votre argumentation est pour le moins puérile, médiocre et risible !

De tout ce que je viens de souligner  ci-dessus, Mme Quaresmini peut, encore une fois, en témoigner.

Je veux saisir l’occasion de la présente pour également mettre en évidence que, de plus en plus de dossiers sont présentés au Collège totalement vides !  Je vous en ai fait la remarque par écrit, mais je n’ai, aujourd’hui plus aucun doute quant au fait que ceux-ci sont systématiquement expurgés de différents documents que vous voulez à toute force faire échapper au principe de la gestion collégiale.

Je souhaite également souligner que cela fait des semaines maintenant que je vous demande de pouvoir consulter les deux derniers P.V. du Comité d’accompagnement budgétaire, et que vous m’en refusez l’accès, ce qui m’apparaît contraire à la Loi communale.  Mais ce qui me stupéfie le plus, c’est que vous avez la naïveté de croire que j’ignore pourquoi vous me refusez l’accès à ces documents.  C’est tout simplement parce que, dans l’un d’entre eux, le représentant de l’autorité régionale constate que la présentation des chiffres que vous avez faite « n’est pas vraie » (sic)  !!!

De même, vous refusez de me communiquer les notes sur les analyses de recherches d’amiante à l’école Aurore en 2007 !  C’est un dossier qui, croyez-moi, est loin d’être clos.

Encore une fois, Monsieur le  Bourgmestre, je trouve tout cela puéril parce que s’il est vrai que nous avons des conceptions de la vie politique et sociale différentes,  il me paraît tout à fait légitime que vous en tiriez les conséquences budgétaires, notamment, en n’ayant aucune politique sociale ni aucune politique de l’Emploi. Je le regrette, évidemment, mais nous sommes en Démocratie, et c’est votre droit.   Par contre, ce n’est pas votre droit de mentir, et ce n’est certainement pas votre droit de garder des documents. Cela, la Loi ne vous le permet pas !

En fait, Monsieur le  Bourgmestre, au travers de ce problème de consultation des dossiers du Collège se pose une autre question beaucoup plus fondamentale, à savoir la façon dont vous estimez devoir respecter le principe de collégialité prévu par la Loi communale.  La réalité me semble évidente, vous avez fait sauter une majorité vieille de 33 ans parce que vous n’acceptez pas de gérer la commune sur base du principe légal de la collégialité. Vous la dirigez comme si le Cdh avait la majorité absolue et décidait de tout.

La formation politique que je représente a fait plus de 19,8 % des voix !!!  Cela ne me semble pas négligeable !

Or, vous n’avez jamais voulu entendre nos opinions et nos points de vue.  Dès juin 2007, vous avez tout simplement cessé, au sens premier du terme, de nous parler !

Vous avez entamé des manœuvres  à l’égard de ma famille et de ma personne d’une bassesse innommable.  Mais devant leur échec, vous avez tenté alors une autre opération dont vous espériez beaucoup, mais dont les résultats, malheureusement pour vous, se font attendre et, à mon avis, promettent différents rebondissements.

Je dois vous dire, de façon plus personnelle, que je suis attristé de voir la commune s’enfoncer ainsi chaque jour dans un étonnant marasme, sans que vous ne preniez en compte le moins du monde les intérêts des Jettois, occupé que vous êtes à tout tenter pour votre problématique «réélection » !!! L’évolution du coût et du nombre de pages du journal communal, votre organe de propagande, étant le parfait thermomètre de votre désarroi.

Mais de toute façon,  ce sont les Jettois qui jugeront !

Aujourd’hui, personne ne peut être assuré de constituer une Majorité en 2012, et c’est une Première à Jette depuis 1982, et je conçois l’angoisse que cette situation vous cause.

Vous comprendrez que, pour ma part, je la vis avec une confortable sérénité, n’étant animé par aucune animosité personnelle, et motivé par le seul désir de protéger les Jettois  contre les aléas de votre gestion catastrophique.

Avoir fait de Jette la commune la plus chère de Belgique en matière de PRI est, certes, remarquable !!!

Je souhaitais cependant vous assurer que, quoi qu’il arrive, je poursuivrai, au jour le jour, mes efforts afin d’étudier les dossiers communaux dans le cadre des pouvoirs que me donne la Loi, et que je tenterai d’informer les Jettois de la réalité de votre politique basée sur le mensonge, l’incompétence,  l’opacité et l’iniquité.

De façon  beaucoup plus personnelle, je souhaite vous dire que votre attitude me fait penser au roman de Balzac « La Peau de Chagrin ».  Etes-vous conscient qu’à chaque mensonge, qu’à chaque injustice, votre crédibilité diminue, non seulement aux yeux du « petit monde politique jettois », mais également aux yeux de l’ensemble de la population de Jette ?

Il n’en reste pratiquement rien !

Je ne crois pas que ce soit un hasard si vous rasez les murs les rares fois où vous êtes seul dans les rue de Jette.

Enfin, Monsieur le Bourgmestre, je souhaite attirer votre attention sur le fait qu’en mettant ainsi  votre rôle de premier magistrat de la commune de Jette sur un paillasson, vous ne devez pas être étonné que d’aucuns s’y essuient les pieds.

Bien à vous,

HERMANUS, A.M. »

merry_hermanus@yahoo.com


Le comble du cynisme : Le Collège de Jette organise la projection d’un film sur les sans-papiers !!!

On se rappellera que nombreux sont les Jettois qui se sont mobilisés pour venir en aide aux sans-papiers.

On avait découvert leur présence dans un immeuble situé 350, boulevard de Smet de Naeyer.

Le Bourgmestre avait dit que la commune ne pouvait rien faire parce que le bâtiment était sur le territoire de la Ville de Bruxelles, alors que l’entrée se trouvait sur Jette !

Le journal « Le Soir » a pris Hervé Doyen en flagrant délit de mensonge car il n’avait dit à personne qu’en fait, le bâtiment était loué par la commune de Jette depuis un an et demi !!!

D’après les sans-papiers eux-mêmes, Hervé Doyen leur a rendu visite et a fait des photos. Certains Jettois ont estimé qu’il préparait là son « parcours d’artiste » en faisant un safari au sein de la pire des misères.

Mais le comble est atteint aujourd’hui puisque ce même Collège, dirigé par Hervé Doyen, qui a été totalement inactif et qui n’a rien fait pour soutenir les sans-papiers, organise maintenant une séance cinématographique, en ayant obtenu pour ce faire des subsides du Ministère de la Culture, où en parlera du terrible problème des sans-papiers.

Ah ! Je les imagine déjà, parlant de la misère, parlant des enfants livrés aux morsures de rats, comme nous avons pu le voir de nos propres yeux, répandant un flot de bonnes paroles d’une hypocrisie extraordinaire, alors que quand il s’est agit d’envoyer des vivres, des couvertures, et de placer les enfants dans des familles d’accueil, ce sont les citoyens jettois qui ont dû se mobiliser, la commune refusant toute aide !

Pire encore, les représentants d’Hervé Doyen au CPAS ont menacé la Présidente d’exiger qu’elle rembourse personnellement toute aide que le CPAS pourrait apporter à ces familles qui étaient, et qui sont encore, dans une situation tout à fait désespérée.

Mais rassurez-vous, ces mêmes personnes trouveront les mots qu’il faut, au cours du débat qui suivra la projection d’un film, pour dire leur compassion pour les sans-papiers, certaines, n’en doutons pas, douées pour la comédie, auront même des larmes au coin des yeux, des larmes de crocodile, bien sûr.

Face à une telle ignominie, on balance entre l’écœurement et la révolte !!!

merry_hermanus@yahoo.com

Le Secret d’Hervé Doyen – ce qu’il ne dit pas sur les Sans Papiers du 350, Bld de Smet de Nayer

Ceux qui ont soulevé le problème des conditions misérables dans lesquelles vivent les sans-papiers se sont heurtés à une réponse d’Hervé Doyen précisant que s’il est vrai que la porte d’entrée est sur Jette, le local lui-même se trouve sur le territoire de la Ville de Bruxelles.

Or, j’apprends à l’instant que la commune de Jette avait loué ce local et ce, depuis fin 2007, pour en faire un lieu d’art urbain, ce que, bien évidemment, on n’a jamais fait !

La commune de Jette aurait mis fin à cette location en octobre de cette année, mais le propriétaire considère que les conditions de fin de location ne sont pas réunies et, donc, conteste cette décision.

Mais, donc, l’essentiel est bien que le local où se trouvent les sans papiers est loué par la commune de Jette, ce qu’Hervé Doyen a toujours caché !!!

Des contacts auraient eu lieu entre la Ville de Bruxelles et le Chef de Cabinet d’Hervé Doyen pour trouver une solution. A un moment donné, Hervé Doyen a envisagé de saisir la Justice de Paix pour obtenir l’expulsion d’urgence.

C’est donc bien la preuve que c’est la commune de Jette qui était responsable puisqu’elle est locataire !!!

Je l’ai écrit un nombre incalculable de fois : Quand on s’enferre dans le mensonge, on ne peut plus en sortir.

Cet exemple nous démontre une fois de plus le chaos, l’opacité et le mensonge qui sont les caractéristiques de la gestion d’Hervé Doyen.

merry_hermanus@yahoo.com
Share