Archives de Tag: Nasser

Non ! Monsieur Jack Lang la laïcité n’est pas le faux nez du racisme !

« Les munichois de 1938 furent les collabos de 1940. »   

Ce matin huit heures vingt, invité de Patrick Cohen au journal de France inter Jack Lang… son phrasé si particulier… on l’entend… forcément la radio… mais on voit quand même les curieux mouvements de sa bouche,  de ses lèvres découvrant… recouvrant une éblouissante denture, curieux mélange… componction épiscopale… préciosité germanopratine.  Vient l’inévitable question sur le burkini.  La réponse de Jack Lang me fait bondir, me choque.  Rejetant, condamnant les arrêtés municipaux interdisant le port des burkinis, ce qui est son droit le plus strict, il croit devoir ajouter : « pour certains la laïcité est une façon de cacher leur aversion pour la communauté maghrébine. »  Le malheureux ex-ministre de la culture de François Mitterrand vient, je suppose, j’ose espérer de bonne foi, de rejoindre les arguments de l’un des Imans de Nice qui estimait que les attentats en France étaient la conséquence de la laïcité qui « empêchait l’Islam de s’épanouir en France. »  Voilà donc qu’un ancien ministre de la République française se range aux arguments des pires obscurantismes… Je lui fais grâce de ne pas mettre en cause sa présidence de l’Institut du Monde Arabe, présidence qui lui a été confiée par François Hollande dont aujourd’hui il dit tant de mal !  Je ne souhaite pas me complaire dans la médiocre thématique des sinécures lui permettant de ne pas disparaître totalement du champ politique.  La réaction de Jack Lang sur la laïcité me semble, elle, fondamentale parce que emblématique de l’attitude de tous ceux qui à gauche sont en train de vouer les valeurs essentielles de la démocratie aux gémonies.

La laïcité n’est plus nécessaire à une certaine gauche. 

Ainsi la laïcité permettrait aux racistes de se camoufler, de se draper dans l’une de nos valeurs essentielles pour mieux bétonner leur ignoble racisme.  Quelle erreur, quel effet miroir !  Car en fait, ce sont ceux qui abandonnent nos valeurs qui camouflent leur lâcheté… leur besoin d’électeurs sous le couvert d’une soi-disant liberté de porter ou non des vêtements…  qui, de fait, identifient la personne qui les porte… qui donc la stigmatisent… curieuse perversité, étonnant rot de ceux, qui vomissant la laïcité, n’hésite plus à s’aligner sur les discours moyenâgeux qui, il y a quelques années, n’auraient suscité chez eux qu’un bref clignement des cils.  Car la réalité est toute autre !  Le vêtement nous dit toujours quelque chose sur celui ou celle qui le porte.  On a tous vu ces images des plages égyptiennes où dans les années cinquante des jeunes filles se baladaient en bikini, ou même ces rues de Kaboul dans les années soixante où une jeunesse désinvolte goûtait à pleines dents la vie qui s’ouvrait à elle, on a tous entendu le discours de Nasser rigolard expliquant devant le congrès de son parti qu’un barbu lui avait demandé que les femmes se voilent… le Raïs répondant sous les applaudissements et les rires… que ce barbu n’avait qu’à se voiler lui-même ! »  Que tout cela est loin !  Pourquoi les gens comme Lang font-ils semblant de ne pas voir que ce qui a changé c’est l’énorme pression sociale qui s’exerce sur celles qui refusent de se voiler, sur celles qui demain refuseront de porter le burkini…

Une efficace police des mœurs.

Oui ! Une police des mœurs exerce son insidieuse tyrannie dans la communauté musulmane de Belgique et d’ailleurs !  Oui ! Dans certains quartiers de Bruxelles, une femme ne peut se déplacer non voilée ou en jupe courte sans se faire ignoblement insultée… Un film témoin a d’ailleurs démontré ces faits dans l’un des quartiers ghettoïsés de Bruxelles. Ayant travaillé de 1999 à 2013 à Molenbeek, j’ai été directement témoin du rôle de cette police islamique des mœurs.  L’une de mes collaboratrices non voilée sortit un jour de l’entreprise se baladant en tenant sa collègue par le bras… après quelques instants, un homme lui tapa gentiment sur l’épaule, sans agressivité, sans la moindre violence, avec une voix douce, lui fit remarquer que cela ne se faisait pas de marcher en tenant une autre femme par le bras, la pudeur l’interdisait, le Coran prohibait ce genre de comportement.  Cette même collègue a une fille fréquentant un institut catholique à Molenbeek, elle non plus n’était pas voilée… au bout d’un an, elle adopta le hidjab de façon à éviter de se faire mal voir des petites filles modèles, ses condisciples, qui elles portaient le voile… La bourgmestre de Molenbeek vient de constater que de plus en plus de petites filles de cinq ou six ans portent le voile… Posez-vous la question pourquoi ?  Organisant, il y a déjà une dizaine d’année une fête populaire « poulets frites », je fus stupéfait de m’entendre réclamer qu’il serait nécessaire d’acheter des poulets occis selon le rituel religieux… je m’y refusai et observai que des musulmans étaient présents… les élections approchaient mais un bon nombre ne mangea pas !  Voilà la vérité de tous les jours dans nos rues, dans nos villes, voilà comment pour éviter… la vraie stigmatisation… de plus en plus de musulmanes sont contraintes de s’aligner sur les diktats les plus obscurantistes. Or, l’immense majorité des musulmans n’en ont nulle envie, pour l’immense majorité, l’Islam est une culture riche d’un immense patrimoine historique et scientifique avant d’être une religion !  Ce sont eux que trahissent des gens comme Jack Lang et tous ceux qui capitulent devant les exigences des extrémistes religieux.  Je n’hésite pas à écrire que ce lâche abandon, que cette veulerie à but électoral est un crime commis à l’égard des musulmans croyants ou non, oui, il en existe et beaucoup, qui n’ont qu’un désir, celui qu’on leur fiche la paix !

Le corps des femmes… le diable incarné !

Symptomatique symbole que ce débat tourne autour du corps des femmes !  Toutes les religions du livre semblent haïr, redouter, trembler devant ces corps que… presque, tous les hommes désirent tant… qui sont la vie elle-même.  Qu’il suffise de lire la plupart des pères de l’Eglise, de rappeler qu’il fallut débattre au XVème siècle lors d’un concile pour savoir si les femmes avaient ou non une âme !  Qu’il suffise de lire le raffinement de détails avec lesquels sont réglées les ablutions féminines après les règles dans la religion Israélite, exigences de bains rituels… de purifications… impureté supposée des femmes, qu’il suffise, c’est le pire… de relire les écrits de Luther, fondateur du protestantisme en 1517 ; ce qu’il dit des femmes est d’une ignominie à vomir… à se poser la question de savoir, si ce gros moine perturbé qui jetait son encrier sur les murs croyant y voir le diable, avait eu une mère… enfin les obscurantistes de l’Islam sont dans la même veine… la honte, la peur des femmes.  Mais pourquoi ?  Le sujet a été étudié par un historien français, Jean Delumeau qui a écrit « La peur en occident » et qui classe « La Femme » parmi les sources de peur !  Livre passionnant et éclairant que je conseille à tous !  De fait, les religions du livre craignent plus que tout les femmes parce que celle-ci sont l’incarnation des choses les plus belles de la vie, la procréation et l’amour alors que ces religions sont fondées sur le goût, sur l’espoir de la mort car c’est dans la mort que se réalisera la supposée, la tant promise vie éternelle.  Eh ! Bien oui… la laïcité, c’est aussi cette victoire sur la stigmatisation de la moitié de l’humanité, les femmes… qui ne sont ni les monstrueuses harpies de Luther, ni les tentatrices de l’Islam ou de l’Eglise catholique.  Admettre que des femmes doivent se couvrir pour être pieuses, soumises… peut être respectées, c’est accepter que celles-ci ne soient pas l’égal de l’homme !  Avec le burkini, avec le voile, voilà ce qui est en question.  La laïcité, c’est d’abord le droit d’exercer la religion de son choix, sans la moindre entrave mais ce ne fut et ce ne sera jamais le droit de l’imposer aux autres, de transformer une société de paix religieuse, la nôtre, en champ clos de luttes cléricales… pour cela l’Europe a déjà donné beaucoup de larmes et de sang !  Pas question de recommencer !  Si notre société apparaît impie, ignoble au sens propre du terme, il en existe… malheureusement beaucoup d’autres où la loi religieuse s’applique dans toute son horreur… libre à chacun de rejoindre ces cieux qu’ils pensent bénis !  Personne ne les retient !

Non Monsieur Jack Lang la laïcité, elle, n’a besoin d’aucun lifting.

Nombreux sont ceux maintenant à gauche de présenter la laïcité comme ringarde, dépassée, poussiéreuse, ces défenseurs ne seraient plus que des « laïcards » ou comme le laissait entendre ce matin Jack Lang des racistes !  Ben voyons, mais c’est bien sûr !  Il faut admettre les exigences religieuses qui jour après jour s’additionnent, se cumulent transformant notre société, limitant la liberté des femmes, ignorant les vertus de la démocratie si durement gagnées.  Pour ceux-là c’est Munich tous les jours dans l’espoir de se maintenir au pouvoir, de faire de vastes moissons électorales.  Ils jettent par-dessus bord ce qui a fait la chair et le sang de notre art de vivre… de notre civilisation !  Il y a quelques mois un malheureux « alimentaire » gravitant dans un cabinet ministériel, n’ayant jamais travaillé ailleurs que dans l’appareil du PS, exerçant donc la profession de socialiste, tentant de répondre à mes arguments de façon simpliste, l’égalité Homme/Femme pas la peine de la défendre, elle n’existe pas partout en Belgique, la laïcité, pas de sens de la défendre, elle est totalement dépassée.  Eh bien non !  Qu’il s’agisse de Jack Lang ou d’un minable grabataire d’un cabinet ministériel, c’est non !  Qu’ils sachent ceux-là qu’ils trouveront sur leur chemin, des femmes et des hommes pour qui les mots ont un sens, au-delà des échéances électorales, qui jamais ne transigeront sur nos libertés, sur les libertés !

 

Islam, Bin Laden et le Printemps des peuples du Moyen-Orient.

Il ne me semble pas inutile, au moment où le monde vient d’apprendre la révélation de l’exécution de Bin Laden, de rappeler que celui-ci est une « création » des USA au moment de la lutte des Afghans contre l’Union Soviétique.

La victoire des Talibans contre les Russes n’a pu être acquise que par l’envoi de missiles Sol Air dont se servirent les Afghans pour abattre les hélicoptères de combat des Russes.

Mais, comme souvent, la marionnette a échappé à son créateur !

Je garde cependant en mémoire un reportage filmé en Afghanistan où on voyait une jeune infirmière, en pantalon, cheveux au vent, affirmant sa foi dans l’avenir et dans l’égalité Hommes/Femmes.

Qu’est-elle devenue ?

Ce genre de personnage n’a que peu de poids face aux ambitions des Etats !!!

Au moment de la guerre de 14-18, on employait une formule qui, aujourd’hui, est passée de mode, on parlait des « buts de guerre ».

Or, quels étaient les buts de Bin Laden ?

Était-ce l’application, dans le monde, de la charia ?

Était-ce de remplacer l’espoir déçu du Communisme ?

Était-ce de donner un espoir aux peuples miséreux du Moyen-Orient en les engageant dans un combat religieux mortifère ?

Il y eut, dans le monde, un immense empire musulman qui domina, pendant pratiquement cinq siècles, non seulement le Moyen-Orient, mais aussi une bonne partie de l’Europe.  C’est l’empire turc qui, ne l’oublions pas, assiégea encore Vienne en 1685, et ne s’effondra que pendant la Guerre 14-18 où le Mouvement « Jeunes Turcs » mit fin au Sultanat.

L’effondrement de cet empire qu’on a appelé, depuis le milieu du 19è siècle, « l’Homme malade de l’Europe », ouvrit une longue période de colonisations et de mépris du monde musulman en général qui avait alors cessé d’être redoutable.

Avant d’ouvrir le chemin de la colonisation où on ferait, comme on disait dans les années 30, « suer le burnous », après 1945, on  vit l’émergence au Moyen-Orient d’une série de régimes qui se voulaient socialistes ou baasistes. Que ce soit en Egypte, avec les Colonels Neguib, et ensuite,  Nasser, que ce soit en Syrie ou en Irak.

Les guerres d’Indépendance donnèrent la liberté politique au Maroc, à  la Tunisie et, enfin,  en juillet 1962, à l’Algérie.

Il n’est pas inutile de rappeler que l’image que l’Occident se fait du Musulman et, en particulier du Musulman  du Moyen-Orient, est profondément marquée par les Croisades.

Pourtant, il est acquis que ce sont les Croisés qui furent les barbares faisant brutalement intrusion au sein d’une civilisation qui avait joué un rôle essentiel  au niveau du transfert de la Science grecque vers le monde occidental.

Que l’on songe à Averroès ou Avicenne.

Le projet de Bin Laden ne s’inscrivait dans aucune des filières politiques ou philosophiques évoquées ci-dessus.

Il n’était ni baasiste ni le continuateur des grands penseurs de l’Islam.

Ses références politiques, philosophiques et même religieuses sont restées extrêmement floues.

Libérer la « Terre Sainte » d’Arabie saoudite des bases américaines était-il un enjeu suffisamment mobilisateur ?

Sa réussite est, d’une part, d’avoir donné un label terroriste à toute une série d’actions plus ignobles les unes que les autres, mais, d’autre part, et, surtout,  d’avoir fait renforcer l’appareil sécuritaire et le flicage des peuples du monde occidental.

A ce propos, une anecdote me revient : Le 11 septembre 2001, l’un de mes amis était en réunion avec deux membres de la Police judiciaire.  Ceux-ci se montraient tout à fait heureux des attentats de New-York en soulignant qu’ils permettraient de renforcer l’appareil policier.

Sur ce plan, ce fut sans conteste une grande réussite puisqu’aujourd’hui, que ce soit aux Etats-Unis ou en Europe, la surveillance policière s’est largement intensifiée. Les libertés individuelles ont fortement régressé. Les écoutes téléphoniques sont monnaie courante et, dans une Démocratie aussi évoluée qu’en Belgique, on peut maintenant installer à votre domicile des appareils d’écoute dans le cadre de procédures où les droits de l’Homme sont devenus aussi légers qu’une plume au vent.

Ce qui a tué Bin Laden, c’est bien sûr une balle américaine, mais c’est, de façon beaucoup plus fondamentale, le réveil des peuples du Moyen-Orient.

J’avais été frappé, au moment du 11 septembre 2001, de voir certains sourires. Il y a eu des manifestations d’approbation.

N’est-on pas, aujourd’hui, impressionnés par le fait que la mort de Bin Laden ne provoque pas, dans le monde arabe, des manifestations de protestation ?

En fait, le réveil démocratique des peuples du Moyen-Orient a changé complètement la donne politique.

Ces révoltes se font non pas au nom de l’Islam, mais au nom d’une volonté de démocratie, au nom des aspirations de liberté et d’égalité, en un mot, au nom des Droits de l’Homme.

C’est ce réveil de l’aspiration à la Liberté et à la Démocratie qui a tué Bin Laden beaucoup plus sûrement que les commandos américains.

C’est cet espoir qu’il faut soutenir et aider en attendant d’avoir une révolution pour d’autres Démocraties à construire…

A quand la Révolution du peuple chinois ?

merry_hermanus@yahoo.com