Archives de Tag: POB

Souvenirs communistes

« Là où il y a ni vérité, ni justice, il n’y a pas de possibilité pour un parti
socialiste. »
Léo Lagrange

« Pour un marxiste, le socialisme n’est pas une affaire de conscience morale,
il
est une loi inexorable de l’Histoire. »
Michel Winock

Premier contact avec la politique.

J’ai trois ans.  Je me brûle les fesses en regardant les photos de « Union Soviétique » grande revue mensuelle… inévitables photos de tractoristes riant de toutes leurs dents, de paysannes liant des gerbes de blé, foulards multicolores sur la tête, joues rouges, yeux vifs, souriantes, savants penchés sur des cornues, blouses blanches, lourdes lunettes, microscopes, becs Bunsen, fioles multicolores … Tous unis dans une même foi… une même espérance… Oui, c’est l’aube des lendemains qui chantent !  Moi, j’ai dû calmer la morsure du fer à repasser au moyen de compresses grasses… dans le fond,  quand j’y pense ce premier contact avec la politique était prémonitoire… on peut s’y brûler les fesses !

Un solide atavisme.

La légende familiale soutient que notre famille s’est installée dans les Marolles au XVIème venant d’Autriche, il paraît qu’un de mes grand-oncle a vérifié !  L’important pour moi commence bien plus tard.  Le POB est créé en 1885 au Cygne, à l’époque bistrot enfumé de la Grand-Place, et c’est en 1886 que mon arrière-grand-père crée la section bruxelloise du parti dans l’arrière salle de son café de la rue de l’économie, voilà des quartiers de noblesse qui à mes yeux valent bien une présence de la famille lors de la première croisade de 1099 !  La saga familiale n’est qu’une suite de déménagements à la cloche de bois, de bagarres contre la police, seize coups de sabre, des dizaines de points de suture car le combat politique se doublait pour mon arrière-grand-père d’une solide consommation d’alcool. A la veille de sa mort, mon grand-père Corneille Hermanus m’expliquait encore ses combats pour le suffrage universel, les morts rue Haute, tués par la garde civique, la façon dont il bourrait sa casquette ou son chapeau boule de papier journal pour amortir les coups que distribuaient les gendarmes.  Après avoir milité au POB ce grand-père sautera le pas et rejoindra Jacquemotte au PCB en 1939 !  Il va de soi que les cinq enfants, mon père fut le second, seraient tout aussi communistes !  Et ils le furent !

Grandir avec la guerre froide.

Les années d’après-guerre furent d’abord celles d’une immense admiration pour l’Armée rouge et donc pour l’Union Soviétique.  Mes parents avaient comme de nombreux belges épinglé au mur de la cuisine de la rue Neuve où nous habitions une carte d’Europe où de petits drapeaux visualisaient les avancées spectaculaires des troupes soviétiques qui depuis la contre-offensive devant Moscou de Février 1942 libéraient villes et villages occupés et martyrisés par les nazis.  Oui ! ce furent les américains, les Anglais et les canadiens qui débarquèrent le 6 Juin 1944 mais chacun savait que c’était le flot de sang russe qui jour après jour faisait reculer les Allemands et ce au prix de trente millions de morts, dix millions de soldats et vingt millions de civils.  Mon grand-père faisant partie d’un réseau communiste avait d’ailleurs caché pendant quelques mois trois prisonniers Russes évadés des mines de charbon de la Sambre.  Après la libération, ils furent rapatriés en URSS, et malgré divers efforts de ma famille pour entrer en contact, on n’entendit plus jamais parler d’eux !

Par une curieuse alchimie générée par la guerre froide, l’allié soviétique devint progressivement l’ennemi, après 1947 qui vit la fin de la présence de ministres communistes dans les gouvernements européens, les communistes cessèrent d’être des héros pour progressivement être affublés de la livrée du traître aux ordres de Moscou.  La pensée dominante fit de nous des minoritaires, des exclus du corps social, de ceux qui ne seront jamais d’accord avec la majorité.  Très jeune, je pris conscience de ce caractère minoritaire, de ce que la famille  était une sorte d’exception, que nous n’étions jamais d’accord avec les journaux, avec la pensée dominante.  Je considère que ce fut pour moi une grande chance de grandir en se sachant minoritaire, en se sachant exclu d’une société que nous contestions, à laquelle nous ne donnions aucune légitimité… Être un minoritaire dès l’enfance m’a considérablement aidé dans la suite de mon aventureux parcours.  En particulier cela me permit de comprendre que « leur » justice n’était pas la nôtre !

Eux et Nous… Un univers bipolaire.

A chaque instant chacun fait une lecture du monde, il interprète les faits, sa situation, à la lumière de ses convictions, chacun a dans la tête sa grille de lecture.  La nôtre était simple… il y avait les autres, très nombreux, les dominants et nous, très minoritaires mais, énorme différence,  nous, nous possédions la vérité. Il y avait les bons… nous et les autres… les mauvais.  Tel artiste était apprécié pour son talent mais aussi parce qu’on savait qu’il était proche de nous, les symboles en étaient Yves Montand, Simone Signoret, Reggiani, Greco, Lemarque, Ferrat et une multitude d’autres compagnons de route du PCF.   Il y avait ceux que l’on rejetait, qu’on savait ennemis acharnés de nos idées… avant tout ceux qui avaient collaboré avec les nazis.  Hergé, le père de Tintin avait collaboré donc pas question de lire Tintin, le journal de Mickey était le poisson pilote de l’impérialisme américain donc il n’entrait pas à la maison ; restait donc Spirou dont je devins un lecteur assidu car mes parents ignoraient l’appartenance catholique de cette publication Carolo franchement réactionnaire, en particulier dans le feuilleton qui me passionnait le plus « Les Belles histoires de l’oncle Paul », exceptionnelle ouverture sur l’histoire, histoire d’Epinal et souvent d’extrême droite, ainsi l’épisode de la bataille pour l’Alcazar de Tolède pendant la guerre d’Espagne était présentée sous l’angle exclusivement franquiste, l’héroïsme du colonel fasciste Moscardo était vantée alors que les assiégeants républicains apparaissaient comme des bandits.  Je reconnais, un peu honteux, que chaque semaine cette petite histoire me donnait le goût de l’histoire, Histoire qui dans la famille tenait une place considérable dans la mesure où l’histoire… avait un « sens » et de plus c’était la politique d’hier, et la politique d’aujourd’hui, serait l’histoire de demain.

Être communiste à cette époque, c’est donc appartenir à une contre société, contre société impliquant un engagement total, couvrant tous les aspects de la vie.  J’avais huit ou neuf ans lorsque mon arrière-Grand-mère mourut, ma tante me conduisit dans la chambre où gisait la morte, lui faisant face sur le mur, à la place où ailleurs on trouvait un crucifix, trônait une photo grand format où Staline pointait du doigt un avenir rayonnant !   Donc, toutes les nuits, la dernière personne que voyaient mes grands-parents étaient le petit père des peuples, le guide infaillible, le vainqueur de la bête nazie.

La question royale.

Ce fut un moment capital.  Pas question de voir revenir le roi félon qui avait épousé la fille d’un collabo, qui, alors qu’il était censé être prisonnier, partait en voyage de noce en Autriche, faisait un petit détour pour passer voir Hitler, qui surtout avait refusé de suivre les ministres en Angleterre pour poursuivre la lutte, qui enfin reprit ses titres de noblesse allemands qu’Albert 1er avait abandonnés pendant la première guerre mondiale.  On connait l’histoire, le référendum, etc.  Le retour de Léopold à l’été 1950, les grèves, les manifestations violentes.  Pendant fort longtemps mon Grand-père louait deux caves dans les logements sociaux de la rue du miroir où il exerçait son métier de cordonnier.  Incroyable capharnaüm, sombre, poussiéreux, sentant le vieux cuir et la poix.  Là, étaient bien cachées, une mitraillette et des munitions attendant le grand soir qui ne vint jamais.  Certains espéraient au minimum voir tomber une monarchie démonétisée, aspirant à la République.  Au plus fort des évènements, mes parents décidèrent de m’exfiltrer en Wallonie à La Reid où j’étais censé être à l’abri, je fis le trajet dans la camionnette d’un certain Erlich, bien sûr membre très actif du parti, assis sur une  épaisse couverture qui cachait des armes destinées à la région liégeoise, en cas de barrage sur les routes ma présence, sans doute, nous donnerait un air d’innocence.  Lorsque Baudouin prêta serment en qualité de prince royal, les espoirs de république s’étaient envolés, un soir mon père et moi nous nous rendîmes le long du canal pour y jeter deux sacs de cartouches, sans doute des munitions pour la mitraillette de mon Grand-père ou pour le fusil allemand que mon père cachait depuis 1944.  Je vois encore ces deux sacs, d’un gris sale, et le gros plouf qu’ils firent dans l’eau noire du canal.  C’est l’un des grands mystères de mon enfance… pourquoi mon père m’avait-il pris avec lui pour accomplir ce dangereux engloutissement. Le canal noya les cartouches mais pas tous nos espoirs… il faudra attendre voilà tout.  Le cri de Julien Lahaut, son vibrant « Vive la république » suivi de son assassinat… jamais jugé… résonnera longtemps dans le foyer familial !  J’avais oublié de préciser que depuis 1948 mon père possédait une voiture… évidemment un véhicule soviétique de marque Moskvitch, copie conforme de la plus petite des Opel mais sans chauffage… curieux pour une voiture d’un pays où les hivers sont si rigoureux.

Soirées électorales et soirées aux amitiés Belgo-Soviétiques.

Les soirées électorales furent pour nous une longue torture, années après années, résultats d’arrondissements après résultats d’arrondissements, la chute était ininterrompue,  j’entendais mes parents jurer en écoutant les chiffres obtenus par le PC, constamment décevant, rien n’arrêtait cette déglingue pour nous incompréhensible.  Quel contraste avec les soirées que nous passions, grâce à mon Grand-père, aux amitiés Belgo-Soviétiques.  Cela se déroulait dans le prestigieux cadre du palais des beaux-arts, j’étais stupéfait d’y découvrir une foule de gens…nous n’étions donc pas seuls, j’entendais parler Russe avec un ravissement ébahi… c’était la langue des vainqueurs de Stalingrad, celle que parlaient les soldats qui avaient pris Berlin, traqué la bête nazie dans son dernier antre.  Plusieurs dizaines d’années plus tard, j’irai me recueillir plusieurs fois devant le gigantesque monument élevé à Treptow, faubourg de Berlin, en hommage à ces héros.  Au cours des réceptions clôturant les festivités mon Grand-père pointait différents participants en nous signalant sur le ton de la confidence la plus secrète qu’il s’agissait de gens riches mais « qui étaient avec nous ! »   Le spectacle commençait immanquablement par la Brabançonne et l’hymne Soviétique, j’en tremblais d’émotion tant cet hymne avait pour nous une profonde signification, c’était la musique de ceux qui étaient dans le bonheur et la vérité… Je l’avoue aujourd’hui encore, je ne peux entendre cet hymne sans profonde émotion !  Faut-il préciser que nous étions aussi d’assidus spectateurs du cirque de Moscou… et de celui de Pékin jusqu’aux années soixante.  Aucune des facéties du clown Popov ne m’étaient inconnues, les acrobates aériens, les dresseurs de fauves… tous étaient soviétiques, tous ne pouvaient qu’être merveilleux.  C’était le temps où l’URSS était supposée être « l’avant-garde de l’humanité tout entière… incarnant le marxisme en action. »  Ce pays était devenu après la guerre « un des pôles de la conscience européenne », le pays de l’utopie réalisée.  C’est donc dans l’esprit de cette contre société globale que les fureurs d’un monde en profonde transformation étaient analysées et commentées à la table familiale.

Le Maccarthysme.

Le Maccarthysme répandait ses miasmes jusque sur le continent européen, en Belgique un conseiller d’Etat Buch était suspendu pour raison politique.  Nous étions bien sûr opposés au Bénélux et plus tard à l’Otan, la création de la RFA fut ressentie comme un crime contre la paix.  L’un de mes cousins partit en train  à Moscou participer aux rencontres de la jeunesse en 1957… il pourra de ses yeux voir la vie soviétique, les réalisations, les succès.  Sartre n’avait-il pas écrit en 1952 que « tout anticommuniste est un chien… dans vingt ans le niveau de vie des Soviétiques sera supérieur à celui des européens. »   Alfred Sauvy, démographe de grand renom lui emboîtait le pas, soulignant « c’est donc vers les années 1962 ou 1963 que le niveau de vie des citoyens soviétiques égalera le niveau de vie occidental. »  Comme quoi, il faut être circonspect à l’égard des déclarations de scientifiques tout autant que de celles des philosophes !   Pour ma part, je suis convaincu que Raymond Aron, condisciple de Sartre à l’école normale, avait tout à fait raison de dire : « les révolutionnaires du style de Jean-Paul Sartre n’ont jamais troublé le sommeil d’aucun banquier. »

La mort de Staline.

Ce fut un cataclysme, pour le septantième anniversaire de Staline tout le monde avait participé à l’immense collecte de cadeaux.  Les émeutes de Berlin qui éclatèrent quelques mois plus tard ne pouvaient qu’avoir été fomentées par les nazis avec l’aide des américains, tout cela n’était que propagande antisoviétique.

Les Rosenberg.

Nous partagions l’immense émotion provoquée par la condamnation à mort des époux Rosenberg, manifestations, meetings… rien n‘y fit, ils furent exécutés sur la chaise électrique à Sing Sing au cours de l’été 1953.  Aujourd’hui, les historiens ont démontré sans l’ombre d’un doute que Julius Rosenberg était bel et bien un espion ; il fut dénoncé par son beau-frère, le frère d’Ethel Rosenberg.  Elle aurait pu se sauver, il n’y avait aucun élément de preuve à son propos mais elle préféra mourir avec son mari.  Ils furent les seuls espions soviétiques condamnés à mort et exécutés aux USA pendant la guerre froide.  Quelqu’un devait payer parce que depuis 1949, l’URSS disposait de la bombe atomique, grâce à ses savants mais aussi grâce à des scientifiques tel Fuchs qui avaient compris l’énorme danger résultant du fait que seuls les USA auraient disposés de l’arme nucléaire.

La guerre de Corée.

Nous estimions que l’agresseur était l’impérialisme américain.  Nous méprisions les belges qui s’engagèrent dans le bataillon que notre pays mis à la disposition de l’ONU.  Pour nous ce n’étaient pas les Coréens du Nord qui avaient agressés ceux du Sud mais une fois de plus une odieuse manœuvre des impérialistes américains.

Les Procès.

Aussi énorme que furent les soi-disantes  révélations, nous acceptions comme toute la presse communiste de l’époque, de croire que de prestigieux dirigeants, des résistants courageux étaient des agents américains, des saboteurs.  Il est effrayant de lire les articles des correspondants de la presse communiste française ou belge qui assistaient à ces parodies de justice.  Les accusés étaient présentés sous un jour odieux, qu’il s’agisse de Rajk en Hongrie, de Slansky en Tchécoslovaquie ou de Kostov en Bulgarie…et de tant et tant d’autres sacrifiés au nom d’un centralisme bureaucratique incompréhensible dans son absurdité.  Mais nous étions à ce point méfiants à l’égard des média capitalistes que nous étions persuadés que les Soviétiques ne pouvaient pas se tromper, que la vérité était toujours à l’Est.  La plupart de ces procès ont eu lieu en 1949-1950, la concomitance ne troublait pas les communistes occidentaux.  Comment était-il possible que en même temps tous ces dirigeants militants depuis des décennies, ayant risqué la mort pour le parti des dizaines de fois, devenaient brutalement d’ignobles traîtres ?  Certains se posaient des questions, mais il faudrait plus de vingt ans pour que Dominique Desanti, correspondante de « Ce Soir », journal communiste parisien fasse son mea culpa, elle était à Sofia pour le procès Kostov…quant à lui, il avait été pendu comme tous les autres depuis fort longtemps.  Une nouvelle fois la révolution dévorait ses enfants, comme en 1937-38, mécanisme atroce fort bien démontré par Anatole France dans « Les Dieux ont soif »  Les temps devenaient obscurs, on s’enfonçait « dans le velours noir de la nuit soviétique » comme l’écrivit Ossip Mandelstam mort sur la  route de la déportation au goulag.

Le rapport Kroutchov du 25 Février 1956.

Enorme coup de théâtre, totalement inattendu pour nous !  Bien sûr il y avait eu le procès Kravtchenko contre les « Lettres Françaises », les affirmations de David Rousset… pour nous ce n’étaient que sinistres affabulations fomentées par les officines américaines.  Mais là, au cours de ce XXème congrès… ce fut un coup de massue, auquel d’abord on ne crut pas, c’était trop énorme.  Lorsqu’il devint évident que le rapport avait bel et bien existé, la famille se divisa ; mon Grand-père suivit immédiatement la ligne officielle, l’un de mes oncles resta totalement stalinien, il l’était encore à sa mort en 1997 !  Mon père eut beaucoup de peine à accepter toutes ces atroces réalités, il n’accepta jamais qu’on rebaptisa Stalingrad qui restait pour lui le symbole de la résistance du peuple soviétique contre le nazisme.  Il ne comprit pas la disparition de la momie de Staline du mausolée… c’était trop  dur à avaler d’un coup.  Mes parents lurent « Une Journée de Denis Denisovitch », l’image se troublait, le doute s’installait.  Ils ne lurent jamais « L’Archipel du goulag » et conservèrent jusqu’à la fin de leur existence une méfiance à l’égard d’Alexandre Soljenitsyne.

Un incident scolaire.

A l’école, les discussions n’étaient pas rares, je ne mettais pas mon drapeau dans ma poche,  prenant souvent le contrepied des affirmations de certains professeurs qui ne se privaient pas de commenter l’actualité.  Je me souviens comme si l’incident datait d’hier de ce petit gros qui me court derrière place communale de Laeken, où j’allais prendre mon tram, qui arrivé à ma hauteur me donne un solide coup d’épaule tentant de me renverser, continue sa course en criant « sale communiste tu ne mérites pas la corde pour te pendre. »  Les professeurs étaient heureusement plus subtils et certains, avec la prudence de mise pour les fonctionnaires, me faisaient comprendre qu’il m’approuvaient. Mais le fait d’être traité de sale communiste m’est resté en mémoire, symbole de l’atmosphère d’une époque.  Plus tard, confronté à une résurgence de l’antisémitisme, je créerai avec deux ou trois condisciples le Front anti fasciste, le FAF, dont je possède encore quelques tracts.  Pour ma famille, l’antisémitisme restait le meilleur marqueur du poids de l’extrême droite dans une société… sur ce point-là, jamais le moindre compromis, la moindre faiblesse !  Je lirai des dizaines de fois le poème de Evtouchenko à propos du massacre de Babi Yar où furent assassinés plus de trente mille juifs en 1941 !  Je fis partie d’un groupe de contre manifestants qui avaient  tenté d’empêcher une réunion des néo fascistes dans la salle du Claridge à Saint Gilles… souvenirs douloureux car j’y ramassais quelques solides coups sur la tête…mais si les coups ne sont pas trop graves… ce genre de choc consolide fort bien les convictions.

1956… Suez… Budapest.

1956 fut une année de ruptures, commencée en Février par le rapport Kroutchov, suivie en été par la ridicule opération Franco-Israélo-Anglaise sur Suez et enfin elle se clôture en Octobre par l’invasion de la Hongrie par les troupes Soviétiques avec les conséquences que l’on connait… le point d’orgue étant l’exécution par pendaison d’Imre Nagy à qui le régime avait promis la vie sauve.

Une nouvelle fois, tous ces événements étaient chez nous décodés sous la stricte observance de la ligne de Moscou.  La tentative d’occupation du canal de Suez était le dernier sursaut d’une politique de la canonnière qui avait fait son temps et à laquelle tant Moscou que Washington mirent fin sans bavure.  Budapest fut beaucoup plus complexe parce que au départ ceux qui déclenchèrent les événements étaient communistes mais avaient de toute évidence rêvé un autre rêve.  Ce fut la source d’une énorme hémorragie d’intellectuels tant en France qu’en Belgique qui alors quittèrent le PC ou cessèrent d’en être les dociles et trop naïfs compagnons de route.

La conquête spatiale…retour du prestige de l’URSS.

Depuis 1945, la propagande américaine, l’ensemble des média avaient contribué à faire baisser l’énorme prestige de l’URSS dans l’opinion publique occidentale.  L’envoi dans l’espace en 1957 du Spoutnik fut un coup de tonnerre.  Voilà que l’URSS décrite comme une société arriérée était capable de prendre la tête de la conquête spatiale.  Le pavillon soviétique de l’Exposition universelle de 1958 faisait une grande place à la science et à la conquête de l’espace. Ce succès ne fut que le premier d’une série impressionnante, en 1961 Youri Gagarin devint le premier homme dans l’espace, succès inouï… le monde entier admirait à nouveau les Soviétiques…et nous, nous reprenions espoir… Budapest se voyait effacé.  Plus tard, ce furent aussi les soviétiques qui envoyèrent la première femme dans l’espace, je me souviens de mon cri de joie entendant à la radio la réussite du vol de Valentina Terechkova.

Les noces d’or de mes Grands-Parents.

Le Parti communiste ayant désigné mon Grand-père en qualité de mandataire à l’Assistance publique, les festivités eurent un petit volet officiel, le Bourgmestre Cooremans, que je percevais assez distant, presque ennuyé,  invita toute la famille à un vin d’honneur dans son prestigieux bureaux de la Grand-Place.  Ce genre de cérémonie ne peut qu’embêter les jeunes qui n’y trouvent jamais leur place.  Nous prenions un verre quand une dame d’un âge certain, bien mise, chapeau à voilette, lourdement maquillée, m’adressa la parole, ne sachant manifestement pas que j’étais le petit-fils du héros du jour : «  vous savez quand on nous a annoncé qu’un communiste allait arriver au conseil d’administration de l’assistance publique, ( elle en était aussi mandataire ) nous avons eu peur… mais c’est un homme charmant, très gentil. »  Je songeais que l’image que cette grande bourgeoise socialiste, il s’agissait de Madame Brunfaut, avait du communiste était restée l’homme du couteau entre les dents !

Une rencontre… Un ami.  

Je devais avoir douze ou treize lorsque je fis la rencontre d’Albert Faust, déjà militant acharné, ayant chez lui une tribune nappée d’un feutre vert d’où il haranguait trois ou quatre copains à peine sortis de l’école primaire.  C’est avec lui que je fis mon premier collage en partant en tram avec seau, colle et affiches.  Tout se termina par une course effrénée avec la police aux trousses.  Merveilleuse aventure.  Nous ne nous quitterons plus… c’est toute une autre histoire, elle fut affective et politique et traversa le temps… chose rare.

Les Grèves de l’hiver 60.

Il y eut pas moins d’un million de grévistes, des morts, des charges de cavalerie, des coups de feu.  Apprenant la mise à sac de la gare des Guillemin à Liège, je parvins avec la complicité de l’un de mes professeurs à provoquer une grève dans mon athénée.  Je participais à une multitude de manifestions en compagnie d’Albert Faust actif aux jeunesses communistes.  Au cours de l’un des multiples cortèges, je me retrouvai au côté d’un tout petit bonhomme déjà très âgé, il criait sans arrêt « Vive la République », il était le seul à la faire… peut-être se souvenait-il des heures de gloire de la question royale…excédé l’un des responsables de la manifestation le prit par le bras et le calma en lui précisant :  « pas tout de suite camarade. »  C’est à une autre manifestation que je pus juger du courage de la foule, lorsque je me retrouvai quasiment seul au milieu des chevaux de la gendarmerie chargeant pour dégager un bus que des manifestants démolissaient avec application.

Plus tard, Albert Faust me permit de participer à une réunion de la cellule du PC d’Etterbeek dont il était membre.  J’y vis quatre ou cinq bonhommes qui je dois l’avouer m’apparurent fort ennuyeux.

La décolonisation.

Il va de soi que nous l’espérions, l’encouragions… l’assassinat de Lumumba, les massacres perpétrés par les sbires de Mobutu manipulés par la Belgique et la Cia, faisait de nous une fois de plus des minoritaires. Je pleurais sur le sort de cette population africaine victime pendant des décennies de la pire des exploitations, à qui maintenant on refusait son autonomie.  Le discours de Lumumba du 30 Juin 60, nous parut extraordinaire, pour la première fois un Africain disait la réalité vécue devant un aéropage d’autorités emplumées, amidonnées, qui n’en croyaient pas leurs prudes mais très sélectives oreilles…
Ce fut tellement énorme que Baudouin se fit voler son sabre… tout un symbole.

En 1964,  je suis à l’université, le gouvernement lance l’opération de Stanleyville pour sauver les otages prisonniers des Mulélistes.  Je participe à une manifestation de protestation, on se réunit place Flagey, nous sommes une petite trentaine…après quelques minutes d’attente, surgissent deux à trois cent contre manifestants hurlant « à mort les cocos… les cocos à Moscou »… seule, mais fort peu reluisante solution, la fuite éperdue !  Oui, pas de doute, nous n’étions pas raccord avec l’opinion de la majorité des belges.

L’Université.

Je suivais avec passion les cours de Jean Stengers, notamment celui sur l’histoire du Congo.  Nous étions cependant quelques-uns à considérer que son cours ne tenait aucun compte des concepts du matérialisme historique.  A différentes reprises, nous manifestions et jetions des tracts dans lesquels on lui reprochait une conception trop conservatrice de l’histoire.  Je nous revois aussi en Octobre 1964 attendant l’annonce par Radio Moscou du limogeage de Kroutchov puis ce fut la montée au pouvoir de Brejnev et le retour à la glaciation.  L’invasion en août 1968 de la Tchécoslovaquie par les troupes du pacte de Varsovie…incompréhension générale face à une occupation mettant fin à la tentative d’instauration d’un socialisme «  à visage humain ».  Dubcek et Swoboda, les initiateurs de ce mouvement étaient des communistes sincères, percevaient parfaitement qu’on arrivait rapidement au fond de l’impasse.  La famille essayait de concilier ce qui devenait inconciliable et Aragon menaçait de se suicider…
ce qu’il ne fit pas !   Le temps a passé, la vie professionnelle m’a absorbé, mes opinions se sont largement nuancées, le monde a changé, l’URSS a évolué.  Je fis différents voyages en Pologne au cours des années quatre-vingt, la première fois pour inaugurer le bloc belge à Auschwitz, ensuite, en ma qualité de responsable du tourisme, pour tenter d’organiser un flux de tourisme social entre la Pologne et la Wallonie.  Lors d’un de ces déplacements, c’était très vite après la prise de pouvoir par Jaruzelski, la situation était terrible, les magasins étaient vides…
le collaborateur qui m’accompagnait me fit remarquer que cette situation était intolérable, scandaleuse, et je m’entendis lui répondre… nous sommes en 1983… « ils n’ont pas de café, pas de chocolat…mais ils construisent le socialisme ».  Il est vrai que c’était… peut-être… du deuxième ou du troisième degré mais quand même ma réponse avait quelque chose d’énorme face au chaos dont j’étais le témoin.

L’effacement du rêve.

Ainsi pendant quarante-sept ans, de 1944 à 1991,  avons-nous assisté médusés à l’effacement du rêve.  Nous n’avions pas compris que dans la célèbre formule biblique où il est question de « terre promise » ce qui était important ce n’était pas la terre mais la promesse.  En 1991, le rêve faisait faillite sous nos yeux… mon père mourut cette année-là ! Mon Grand-père était mort en Mars 1982 ; il resta pendant longtemps le meilleur vendeur du « Drapeau rouge », il parcourait les Marolles avec son tambour et une vaste sacoche de postier bourrée de journaux… la disparition de mon père clôturait un cycle, fermait un chapitre de l’histoire… de la nôtre mais aussi de l’URSS qui s’effondra quelques jours après son enterrement.  Il y a ainsi des dates où les destins individuels coïncident avec l’Histoire avec un grand H.   A la fin de sa vie Aragon constatait « il n’y a pas que moi qui aie perdu mon image.  Tout un siècle ne peut plus comparer son âme à ce qu’il voit. »   Et encore, toujours Aragon, fidèle au PCF jusqu’à sa mort : «  J’appartiens à cette catégorie d’hommes qui ont cru désespérément à certaines choses ; qui ont été comme le nageur qui se noie, mais toujours au-dessus de lui de la dernière force de ses bras élève l’enfant qu’il veut sauver contre toute vraisemblance. »  Aragon n’a jamais eu d’enfant, cet enfant c’était sa foi communiste, son brulant désir de construire un autre monde plus juste, qui ne ressemblerait pas à une caserne dominée par un quelconque adjudant gardien du dogme sanglant, cynique et fou !  Oui, sans doute lui aussi avait rêvé un autre rêve !  Lui aussi avait cru que la victoire du socialisme était inscrite dans les livres d’histoires de l’avenir et voilà que l’histoire, l’histoire elle-même avait eu raison du rêve.  A la fin du film d’Ettore Scola « Nous nous sommes tant aimés » l’un des acteurs dit à son ami « Nous voulions changer le monde et c’est le monde qui nous a changés. »  Est-il vrai que les peuples qui ont la TV, regardent la révolution mais ne la font plus !

Embrigadement.

L’un des fils de Maurice Thorez a écrit dans les années septante un livre pathétique dans lequel il décrivait son éducation d’enfant communiste modèle, sage, pionnier exemplaire, vacance chaque année en URSS, stricte conformisme politique, social et bien sûr familial.  Car,  je l’ai déjà précisé, c’est toute la sphère de vie qui est marquée par ce genre d’éducation.  Mes cousins seront élevés dans cet esprit et dans ce qu’il faut appeler un embrigadement.  L’un d’entre eux fera en 1957 le voyage à Moscou pour les rencontres de la Jeunesse, un autre sera un pionnier obéissant, discipliné, chaque année passa ses vacances sur les plages de la mer noire en compagnie des enfants soviétiques, ma cousine fut élevée dans ce que j’appellerais le rite de stricte obédience, comme elle me le dit elle-même, c’était chemisier blanc, jupe plissée et socquettes blanches… les résultats scolaires devaient eux aussi être de strictes observances, si on est communiste ont doit être les meilleurs, les meilleurs en tout !  Faut-il préciser que cette éducation a pesé lourd dans le devenir de mes cousins, deux deviendront médecins, mais la rupture avec les parents fut inévitable et douloureuse, mais ils restèrent à gauche.  Par contre, le plus discipliné, le plus présent dans les organisations, le plus « soviétisé »… est aujourd’hui ultra libéral de droite, rejetant avec horreur tout ce qui de près ou de loin peut ressembler à une vison de gauche.  Moi, j’ai eu une énorme chance, mes parents n’ont jamais souhaité que je sois membre de quelque organisation que ce soit, ils estimaient que ces choix je devrais les faire moi-même.  On l’a vu, toutes nos discussions, notre vision du monde était liée au communisme évoluant vers une appréciation plus nuancée mais toujours à gauche.  C’est donc seul que j’avais décidé de m’inscrire aux Jeunesses communistes, comme me le proposait Albert Faust, c’est seul que je choisis de  participer aux différents mouvements et manifestations de la grève générale de 1960.  C’est au travers de la liberté que m’offraient mes parents, leur intelligence et surtout leur amour que j’entamais mon parcours dans la vie…et cela ce fut inappréciable.  La transmission fut libre, rien n’était imposé… c’était le libre examen dans la famille… le rêve !  Malgré le fracassement de nos espoirs, le dévoiement horrible du plus pur des idéaux, moi non plus, je n’efface pas « d’un haussement d’épaule cette grande espérance. ».  Bakounine, l’exclu de la 1er internationale de 1864 avait déjà compris que « la révolution présente toujours trois quart de fantaisie et un quart de réalité.  La vie, mon ami, est toujours plus large qu’une doctrine. »   Oui ! j’ai été victime de l’illusion lyrique, de ce socialisme rêvé, de ce socialisme du risque, de ce socialisme de l’action… je n’oubliais pas, étant chef de cabinet pendant 14 ans et Secrétaire général pendant onze,  les mitraillettes de la question royale alors que pendant toute ma vie politique, je n’ai côtoyé que des socialistes de bureau qui ne songeaient que promotion, aménagement de bureaux, notes de frais, voitures avec chauffeurs.  C’est pour cela que j’aime tant Albert Faust car il était l’homme aux semelles de vent, songeant encore paralysé sur son lit de martyr à se rendre à Berlin pour encourager et collaborer au renouveau de la gauche allemande !

Je termine en citant ce court poème d’Aragon, encore Aragon prince de l’ambiguïté, roi d’une lucidité mortifère mais empereur d’une foi inébranlable en l’homme :

« On sourira de nous pour le meilleur de l’âme
On sourira de nous d’avoir aimé la flamme
Au point d’en devenir nous-même l’aliment
Et comme il est facile après coup de conclure
Contre la main brûlée en voyant sa brûlure
On sourira de nous pour notre dévouement. »

Mes parents m’ont fourni la boussole, certes elle n’indique plus l’Est mais  jusqu’à mon dernier souffle elle indiquera la Gauche !

Sens de l’histoire ou pas… L’homme avant l’idéologie… Les voix de l’espérance ne se tairont jamais… l’espoir, c’est ce qui meurt en dernier !

Hermanus Auguste Merry

Cercle Bob Claessens
30 Septembre 2017

 

 

Profession Socialiste ou … des conséquences de l’Esprit de Parti.

« La politique, c’est l’art de neutraliser les passions et de les transformer en intérêts. »  Albert Hirschman

Il y a quelques mois j’ai visionné un documentaire sur la disparition annoncée du PS français, le titre « Profession socialiste » annonçait la thèse de ce film, à savoir que le PS français générait en son sein des vocations de politiques, fonctionnaires du parti, collaborateurs parlementaires de toutes sortes mais en fait des femmes et des hommes coupés des réalités de terrain, des spécialistes de l’appareil n’ayant aucune connaissance de la réalité vécue par les citoyens.

En Belgique, la situation n’est pas totalement comparable, mais sur certains points, elle recoupe parfaitement ce «  mal français ».  Ainsi, il y a deux ans, un attaché de cabinet réagissait à l’un de mes blogs où je fustigeais la mise en place systématique à Bruxelles de dynasties politiques.  Je pris quelques renseignements sur ce  jeune homme, je m’aperçus qu’après quelques tentatives universitaires avortées, il avait travaillé au groupe parlementaire du PS à la chambre puis était passé dans différents cabinets ministériels… oui !
Dans son cas, « socialiste » était bien sa profession… et ce cas est loin d’être isolé !

Voir les hommes tomber !

« Tout commence en mystique et tout finit en politique. »
Charles Péguy

J’ai une chance énorme, il n’y a jamais eu en moi la moindre haine, ni la moindre envie !  Cela tient sans doute à mon éducation, à notre histoire familiale, aux valeurs transmises par mes merveilleux parents, nul ne peut mesurer les conséquences sur le long terme du bonheur d’une enfance heureuse… elle irradie toute une vie… et quelle vie !  Ce n’est pas pour rien que Georges Simenon a écrit « il ne connaît pas son bonheur celui qui n’a rien à reprocher à sa mère. »

J’en ai connu des malheureux envieux de tout, haïssant tout ce qui ne leur ressemblait pas… un classique dans le monde politique ou dans celui des hauts fonctionnaires avides de promotions… de voitures et de chauffeurs, Nirvana absolu !  C’est aussi pourquoi je ne me réjouis jamais de voir quelqu’un affronter le malheur, glisser sur le toboggan du déshonneur, se débattre dans d’inextricables difficultés judiciaires, que celui-ci me soit proche ou éloigné, qu’il soit politiquement en accord avec moi ou que ce soit un adversaire.  Le malheur des autres m’attriste.  Contrairement à la splendide formule de Jules Renard pour qui il ne suffisait pas d’être heureux… encore fallait-il que les autres fussent malheureux !

Dans le cas d’Yvan Mayeur, cette peine est d’autant plus douloureuse que je connais l’homme depuis fort longtemps !  Mais les malheurs de Mme Milquet ou de Mr De Decker ne me réjouissent pas plus !  La justice, si tant est qu’elle existe, passera, fera le tri !  Le plus utile à mon petit niveau est d’essayer de comprendre… oui, toujours essayer de comprendre !  D’analyser comment le PS en est arrivé à ce point… les systèmes expliquent les hommes et non le contraire !

La fin de la Sociale démocratie… la fin d’un système.

« Ni réalisme pur ni moralisme absolu. »
Raymond Aron

Le péché originel du socialisme démocratique est le décalage permanent entre les actes et le discours.  Oui !  Il faut l’avouer nous vivons sur un mensonge permanent… On explique qu’on va renverser la table mais depuis près d’un siècle, on ne fait que changer les couverts de place, varier les convives, modifier les parts de chacun, améliorer les plats, la teneur en graisse ou en sucre… mais renverser la table !  Jamais !

Seuls les socialistes allemands ont rejeté dès 1959 au congrès de Bad Godesberg les oripeaux élimés, sanglants du marxisme « scientifique » qui régnait à la frontière de l’Est, se libérant ainsi d’une phraséologie qui aujourd’hui encore empoisonne les partis socialistes de l’Europe du Sud.

En 1920, la minorité de la SFIO refusait, au congrès de Tours, de rejoindre la IIIème internationale, de se soumettre aux vingt et une conditions fixées par Lénine pour adhérer à  l’internationale communiste; il y en avait une vingt deuxième, secrète, qui visait l’appartenance à la franc-maçonnerie, que le leader bolchevik considérait comme incompatible avec le communisme tel qu’il le concevait !  Un communiste bulgare, Dimitrov qui fut le premier patron du Komintern, considérait alors que les socialistes étaient des bossus qui ne se redresseraient jamais !

Aujourd’hui, ce décalage entre les faits, les actes et le discours est devenu insupportable tant il confine à l’hypocrisie pure et simple.   J’ai toujours éprouvé une sorte de honte, un malaise quasi physique lorsqu’à la fin des congrès du PS on chantait l’internationale, certains le poing levé… véritable imposture dans la mesure où le chœur était composé de gens pour qui le terme même de révolution était une incongruité… pour ne pas évoquer la pratique !

Pendant quelques années, j’avais à mes côtés dans les congrès un jeune carriériste qui lorsqu’il ânonnait l’internationale se balançait curieusement d’avant en arrière, dans un rythme proche de l’hospitalisme, je me suis souvent demandé si ce n’était pas là l’expression d’une incontrôlable manifestation schizophrénique.  Ce devait être le cas, car quelques années plus tard, ce valeureux chanteur, ce socialiste pur et dur tentait de mettre au point dans l’ombre propice d’une compagnie d’assurance la pension par capitalisation qu’il essayât de faire adopter au moment où le PS privatisait la CGER !

Pour moi l’internationale est et restera le chant des vaincus de la Commune…
qui ne le connaissaient pas !  Avec Charles Péguy, je pense que « le socialisme est d’abord une affaire de vaincus. » Qu’il est et reste une volonté « d’affranchir la conscience en la libérant des servitudes économiques » comme l’explique Riquier.  Mais voir certains, ou certaines, chanter la bouche en cœur, le poing levé, l’Internationale est une parfaite infamie longtemps cachée qui aujourd’hui apparaît en plein jour… comme une saloperie de secret de famille enfin dévoilée par un notaire gêné aux yeux d’héritiers ébahis.
Voilà l’une des choses qu’on ne nous pardonnera plus !

La pieuvre communautaire.

« Les faits ont l’inconvénient d’être. »
Georges Clémenceau

A ce péché originel d’autres s’y sont ajoutés.  Ainsi, on a vu au cours de ces trente dernières années le PS, fer de lance de la laïcité, de l’école publique, se soumettre petit à petit à des exigences religieuses étouffantes, anxiogènes, destructrices de nos valeurs, envahissant tout au nom d’un communautarisme qui de fait n’est qu’un retour vers l’obscurantisme.  Pendant plus d’un siècle les socialistes ont accusé les partis se réclamant du christianisme d’aller chercher des voix dans les églises, de demander aux curés d’indiquer à leurs ouailles comment « bien voter. »

Et aujourd’hui, nombre d’élus socialistes vont dans les mosquées quémander la bonne parole d’un iman arabophone, totalement étranger à notre culture, à nos valeurs… et dans certains cas, malheureusement, bien décidé à les combattre…
à les détruire !  Cette honte absolue se pratique sans la moindre vergogne pour les plus méprisables raisons électorales… des voix… des voix à tout prix… pour quoi ?  Pour qui… mais pour faire élire ma fille, mon fils, sa copine, mon beau-fils ou ma belle-fille… c’est à pleurer… ou à hurler de rage.

Pour les mêmes raisons le PS accepte dans ses rangs des gens qui se revendiquent publiquement d’une identité de pensée avec le Hamas, que la charte de cette organisation précise que son but est de détruire Israël, que cette organisation soit classée par l’ONU sur la liste des organisations terroristes…
peu importe !  Il ne faut pas faire éternuer Molenbeek… Bruxelles toute entière pourrait s’enrhumer et… le PS être réduit à son électorat de base… drame absolu car cet électorat a disparu, envolé cet électorat-là était attaché aux valeurs fondatrices du PS !

On accepte dans nos rangs des gens dont on ne sait plus si ils sont des élus représentant des électeurs belges ou s’ils ne sont pas les représentants d’une inquiétante puissance étrangère… pas de problème, ces gens font des voix…
ils ont donc leur place… ils sont élus… ils exercent des mandats…

Question : Au profit de qui ?  Comment les dirigeants du PS bruxellois n’ont-ils pas encore compris ce que chacun sait, ce que chacun voit parfaitement !
Cela non plus on ne nous le pardonnera plus !   Et on aura raison !

La systématisation de la parthénogénèse.

 « Corée du Nord ou Bruxelles… une dynastie reste une dynastie. »

Je viens d’évoquer les filles et fils de… Cela a existé de tout temps, qu’on se souvienne des Janson… Spaak… Nothomb… Dehousse et tant d’autres.  Lors des dernières élections ce fut la ruée des familles sur les listes électorales… on aurait dit une affluence de clients en période de solde.  La presse identifia huit filles de… ou fils de… mais en fait ils n’étaient pas moins de dix car il fallait y ajouter les petits copains ou copines, les enfants du premier lit portant un autre nom etc… l’épouvante !  Certains n’ayant même pas terminé leur cursus universitaire se voyaient en charge de mandat considérable. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, nous ne sommes pas loin à Bruxelles de Pyongyang… en tout cas les règles de succession sont les mêmes !

Je fus effaré d’entendre Moureaux me dire que seule sa fille Catherine serait susceptible de lui succéder !  Hallucinant !  Lors des dernières élections ces fils, filles, beaux-fils ou belles-filles furent élus grâce au socle électoral maghrébin qu’un chercheur de la KUL qualifie durement de bétail électoral.
Cette expression me choque mais l’image a le mérite de la clarté.
Conséquence… exode… disparition des militants… exit le débat démocratique.  Les listes électorales étant composées par un comité des « sages »… à qui il suffira de dire « merci papa »… « merci belle-maman » un sympathique dîner de famille suffira à composer la liste des élus !

Les sections du parti socialiste.

« Le corps est dans le monde social mais le social est dans le corps. »
Pierre Bourdieu

Ce ne sont plus que les faibles lumières d’étoiles mortes.  Depuis longtemps, celles-ci ont cessé d’être des pépinières de militants.  Alors qu’André Cools au congrès de 1978 voulait que les sections fussent ouvertes à tous… aujourd’hui elles sont fermées, squelettiques, à l’une ou l’autre exception, elles ont cessé de fonctionner… elles ont cessé d’exister en tant que telle, en tant que pépinière de militants, en tant centre de débats démocratiques. !

En tout cas partout les… ex-socialistes sont plus nombreux, de loin plus nombreux que ceux que l’on déclare encore affiliés… sur papier… et qui depuis longtemps ne le sont plus, immense cohorte de ceux qui ont voté avec leurs pieds. Dans une commune de cinquante mille habitants… 12 électeurs « socialistes » votent pour un président qui est élu grâce à huit voix !
Et tout est à l’avenant !

Hyper institutionnalisation.

« L’intelligence est le seul outil qui permet à l’homme de mesurer l’étendue de son malheur. »
Pierre Desproges

A Bruxelles, impossible aux citoyens d’adhérer ou même de comprendre l’immense machine à gaz institutionnelle, création d’un artiste fou,
bric-à-brac digne de la maison du facteur Cheval !  Multiplicité des mandats…quatre-vingt-neuf députés pour un million cent mille habitants… en Wallonie septante-cinq pour trois million et en Flandre, toujours cent-vingt-quatre pour plus de six millions d’habitants.

Ajoutez à cela les communes, les CPAS, les Organismes Publics, les mille et un bidules… tous générateurs de mandats… donc de fric.  Là, est la vérité de ce que nous subissons ! Là est la source des scandales qui aujourd’hui font surface tels des Titanic que l’on croyait engloutis.

Comment s’étonner dans ces conditions que nous soyons dotés de ministre de carnavals tout juste aptes à faire de l’animation un jour d’inauguration de supermarché !  La région de Bruxelles me fait penser à Byzance en 1453, des dirigeants ridicules débattant du sexe des anges, huit mille défenseurs sur les créneaux face à des centaines de milliers de Turcs… à la différence qu’à Bruxelles les Turcs, pas tous antipathiques, sont déjà à l’intérieur !

Les scandales… l’absence de contrôle… le partage politique permanent.

« Je fais confiance mais je vérifie toujours. »
Ronald Reagan lors d’un entretien avec Gorbatchev
Voilà le décor où éclatent les scandales, cadre lui-même générateur de scandales… scandale institutionnel en soi !  Je l’ai déjà écrit, les scandales sont un signe de bonne santé de nos institutions… en dictature pas de scandale.
Pour ceux qui en doute, qu’ils demandent aux journalistes turcs s’il est possible d’évoquer dans la presse l’une ou l’autre turpitude des hommes au pouvoir !

A Bruxelles, j’ai plus que la conviction, j’ai la certitude que des situations telles que celle du Samusocial existent dans bien d’autres institutions… bien entendu l’opinion avec raison s’est émue d’autant plus qu’il s’agit dans le cas du Samusocial de l’argent destiné aux plus pauvres.  Mais j’affirme, je maintiens que tous ceux qui ont travaillé ou travaillent encore dans les institutions bruxelloises sont témoins de dérives du même type… ou pire.  Pourquoi ?  Parce qu’il n’y a plus de réel contrôle et que tout le monde dépend de tout le monde, chacun tient l’autre par la barbichette.  Un proverbe espagnol dit que quand un grand arbre tombe chacun se fait bûcheron… autrement dit chacun veut sa part de fagots.

L’opinion publique ignore cette mécanique mortifère qui à Bruxelles exige que si le patron d’une administration est francophone son adjoint sera flamand selon la sacro-sainte croix de Saint André mais attention… ce n’est qu’un début…
si ce patron est étiqueté socialiste, il sera flanqué pour chaque rôle linguistique d’un adjoint doté d’un autre dossard… vous voyez la cascade et bien sûr tous sont dotés de traitements considérables qu’aujourd’hui on semble découvrir.
Mais le pire est que cet adjoint linguistique ou « politique », toujours surpayé, n’a parfois qu’un rapport très éloigné avec la fonction qu’il devrait exercer…
et dans la mesure où s’agissant de créatures politiquement protégées… elles sont intouchables.

J’ai vécu le cas, dans un organisme public de première importance, d’un vice-président catalogué CVP qui était manifestement devenu fou, on pouvait, certains jours, le voir au coin d’une rue très fréquentée du haut de la ville, proche de son bureau, tenir seul des discours incohérents !  Son attitude dans le fonctionnement de l’institution était tout aussi « particulière »… que croyez-vous qu’il advint ?  Le président de l’institution tenta de s’en séparer mais halte-là mon gaillard… le CVP défend ses ouailles… le dingue parti mais avec une somme rondelette (à l’époque plus de dix millions de Francs belges)…et… il poursuivit ailleurs sa carrière de haut fonctionnaire.

Voilà un exemple, il y en a des dizaines et des dizaines… tous générés par le mille feuilles institutionnel bruxellois ainsi que par la volonté de chaque parti au pouvoir… au moins cinq mandats chaque fois… de nommer des gens car de fait… nommer voilà le vrai, l’unique pouvoir qui en vaut la peine. Mais ce sont là des scandales dont jamais on ne parlera, le contribuable casque voilà tout !

Les fantômes de cabinet.

« Les grandes catastrophes s’annoncent à petits pas. »
Éric Vuillard 

En 1973, j’étais conseiller au cabinet du premier ministre Leburton.
Un personnage qui fera par la suite une prestigieuse carrière politique y était aussi… en théorie car en pratique il était au siège du parti.
Quand se constituaient les cabinets, le PS comme tous les partis, exigeait que soit mis à sa disposition un quota de membres du cabinet qui en réalité œuvreraient pour le parti sans avoir le moindre rapport avec le ministre qui les avait nommés.

Certains ministres rechignaient, protestaient mais ils étaient rares… et surtout leur protestation portait sur le fait qu’on leur enlevait de précieux collaborateurs.  Gérard Deprez, dénoncé par un ancien ministre PSC, fut inculpé pour ce type de pratique.  Mais heureusement pour lui, il ne fut jamais jugé.
Ce qui semble être reproché par la justice à Mme Milquet s’apparente à ce type de procédé.  Lorsque Gérard Deprez fut inculpé, la peur s’installa dans certains cabinets socialistes, je me souviens qu’une ministre donna comme consigne aux fantômes de cabinet, à qui maintenant on avait réservé des bureaux… qu’ils n’occupaient pas… de laisser traîner une veste à un porte-manteau et d’abandonner… un trognon de pomme… un reste de sandwich sur le bureau…marrant non !

Lutgen considère que le PS est au pouvoir depuis trop longtemps !

 Un tel niveau d’hypocrisie…c’est de la franchise. »
Michel Audiard

De 1973 jusqu’en 1995,  j’ai participé dans les majorités ou l’opposition aux commissions chargées de négocier les nominations, tâche délicate, ingrate mais passionnante dans la mesure où elle permet de voir apparaître certaines vérités solidement cachées… J’en ai même vu qui étaient prêts à payer pour se vendre et au moins deux qui ont prostitué leur compagne pour approcher celui qui pourrait asseoir leur carrière… La vérité des hommes n’est pas toujours belle à voir !  Je suis donc particulièrement bien placé pour savoir avec quel brio, quel maestria, quelle science le PSC a « occupé l’Etat », a placé ses « pions » partout où il lui était permis de la faire.

Je fus fortement impressionné lorsque je vis mon homologue PSC, magistrat de son état, déployer un immense tableau où se dessinait la carrière de ceux que le PSC avait nommés et souhaitait promouvoir jusqu’au sommet… des hommes sûrs sans aucun doute ! Cette formation a depuis la libération progressivement perdu ses électeurs surtout après la conversion du parti libéral qui abandonnant ses options laïques s’ouvrit largement à de nouveaux électeurs attachés aux valeurs chrétiennes.

Le déclin du PSC fut lent mais constant, il devint donc le parasite du CVP, entrant dans les gouvernements dans les fourgons du tonitruant parti frère flamand.  Puis après la régionalisation, les choses devenant plus difficiles, le PS dominant en Wallonie, la tique PSC s’arracha d’un CVP affaibli, exsangue, sauta sur le PS, y planta ses crocs de sangsue, s’y accrocha contre vents et marées, tint bon même pendant les cinq cents jours de crise et ainsi pu se « nourrir » sur le PS.

Aujourd’hui, la multiplicité des scandales empêcherait le CDH de poursuivre sa collaboration avec le PS… curieux car des scandales il y en avait déjà eus beaucoup lorsque la crise des cinq cent jours démontra « l’inébranlable » fidélité du CDH à l’égard du PS, je songe notamment à la saga carolorégienne.  J’ai toujours été fasciné par le langage corporel, le jeu des yeux… fixes, fuyants… mobiles… les mouvements de la tête, des épaules (voyez Sarkozy) les mains, les gestes des bras, les poings serrés ou les mains molles que l’on devine poisseuses, les pieds animés de la danse de Saint Gui, les jambes croisées ou non… les corps nous parlent autant que les voix… et eux ne mentent pas !

Je fus donc particulièrement attentif à la gestuelle de Benoit Lutgen annonçant son coup de poker.  J’observai une étonnante immobilité des traits du visage, une fixité du regard, une rapidité du langage, la façon remarquable dont les mots s’égrenaient, le corps ne parlait pas, une autorité  surjouée, dénotait une sorte d’inquiétude, de crainte, l’ombre d’une peur embuait tout le discours, les mots s’additionnaient vifs, découpés un à un, alourdis par un ton plus sourd pour ceux qui devaient marquer l’auditeur. La pauvreté de l’argumentation était-elle liée à la misère chaotique d’un parcours universitaire par trop fragmenté ?  Croyait-il que ce qu’il affirmait était la vérité parce qu’il le pensait ?

Ce président de parti cultive manifestement une forme de ruralité de la pensée, bétonnant son discours d’une sorte de franchise paysanne bourrue, brut de décoffrage donc…supposé sincère, honnête,  ne se rendant pas compte qu’il confond ainsi le discours politique avec l’ouverture de la foire agricole de Libramont !  Ce machiavel bucolique n’est cependant pas pire que la triste multitude des stratèges suburbains peuplant le cheptel politique bruxellois.

L’esprit de parti ou qui a le vrai pouvoir ?

« Les échelles vermoulues ne mènent à aucun paradis. »
Arthur Koestler

Souvent lorsque je discutais avec des amis libéraux ceux-ci me précisaient combien ils enviaient la discipline régnant au PS,  se plaignant sans cesse de l’individualisme des mandataires libéraux et de l’impossibilité de faire régner l’ordre et la discipline.  Or, c’est précisément cette organisation pyramidale qui a tué le PS.  Qui détient le vrai pouvoir ?

Non !   Ce n’est pas Di Rupo, loin de là, il ne dispose de fait que d’un pouvoir tout relatif… celui de nommer les ministres.  C’était, j’insiste, c’était un vrai pouvoir, cela ne l’est plus. La régionalisation a changé la donne.  Il a toujours fallu calibrer, peser à la balance de pharmacien la représentation des fédérations au sein des gouvernements, gérer la lutte incessante de la fédération liégeoise contre les fédérations hennuyères, régler les conflits entre les fédérations du Hainaut, contenter les uns sans mécontenter les autres !
Spitaels était un orfèvre… jusqu’à se nommer lui-même à l’Elysette !

En conséquence, ce pouvoir considérable jusque dans les années septante de nommer les ministres s’est effrité, morcelé… Di Rupo me fait songer aujourd’hui à Gulliver se réveillant ligoté par d’innombrables fils noués par les revendicatifs lilliputiens des fédérations. Voilà les vrais patrons, les présidents de fédérations régnant sans partage sur un peuple d’attachés de cabinet et autres obligés…
là s’exerce la rigoureuse discipline de ceux qui comptent et des autres…

J’ai toujours été étonné de cette volonté de caporalisme dans le PS, c’est souvent un socialisme qui tient de la sacristie et de la caserne.  Je songe souvent à Edmond Picard, juriste, créateur des Pandectes, et qui fut sénateur socialiste.  Evoquer Picard est délicat car il fut aussi l’un des théoriciens de l’antisémitisme, raison pour laquelle l’avocat Graindorge brisa, avec raison, son buste au palais de Justice.  Néanmoins, il m’intéresse car il quitta le POB de façon à la fois originale et superbement intelligente.

Etant invité à faire une conférence à la maison du peuple de Bruxelles, il monta à la tribune et se mit à réciter la fable de La fontaine « Le loup et le chien ».
On connait le thème, le chien gras bien nourri méprise le loup hâve, côtes saillantes, pelage terne, couvert de cicatrices… quand, répondant au chien, le loup remarque une trace sur le cou du chien… et celui-ci est bien obligé d’avouer que c’est la trace du collier.  Ayant terminé la récitation de la fable, Edmond Picard, sans un mot de plus, descendit de la tribune, traversa la superbe salle Horta et quitta pour toujours le POB !

Voilà un exemple qui me paraît admirable.  J’ai quelques difficultés à exprimer, tant ce fut intense, l’immense sentiment de liberté je ressentis lorsque je décidai après une ultime dispute sur la laïcité avec Moureaux  de ne plus m’investir au sein de la fédération qui n’était plus qu’une chambre d’enregistrement des désirs du « Chef ».  J’éprouvai alors une extraordinaire impression de légèreté…
je quittai définitivement mes semelles de plombs, libéré du joug,  je m’enivrai du vent frais et revigorant de la liberté… j’avais quitté l’esprit de parti… j’allais pouvoir penser librement… agir de même… mieux vaut tard que jamais !

Y a-t-il une ou des alternatives à la sociale démocratie ?

« Cette moitié optimiste de l’humanité qu’on appelle la gauche parce qu’elle croit au progrès social. »   Arthur Koestler

La sociale démocratie ne s’effondre pas seulement en Belgique francophone mais dans toute l’Europe.   La cause fondamentale ne réside pas dans l’éclatement des scandales divers et multiples, la preuve en est le SPA flamand qui est devenu un tout petit parti dont les pudeurs de père la vertu me font rire !   On voit éclore ici et là différentes formations contestataires que ce soit Podemos en Espagne, les Insoumis en France ou encore Cinque Stelle en Italie.  Là où ces formations arrivent au pouvoir on constate de curieuses orientations, ainsi Cinque Stelle gèrant la ville de Rome, il n’a pas fallu six mois  pour qu’éclatent différents scandales et surtout l’incompétence des élus de ce parti, la gestion des villes de Madrid et Barcelone par des élues de Podémos semble aussi poser quelques solides problèmes.

Et en Belgique, s’ébroue le PTB, formation se référant au Maoïsme  (le fait-elle encore ?) qui se veut l’alternative de gauche à un PS KO debout.  Concernant le PTB, j’adore la formule diffusée par Michel Gheude sur les réseaux sociaux, « voter PTB c’est comme quitter le catholicisme pour rejoindre l’église de scientologie »… magnifique d’intelligence et de concision !

En France, il y a Mélenchon, là c’est du solide… des références culturelles, du bagout et du dégoût en pagaille.  Lui, il se prend pour Victor Hugo, Bolivar, Jaurès, le tout passé au mixer de Chavez, Castro et quelques autres.  Il croit faire revivre la Commune de Paris mais il ne fait que déverser des mots, des flots de mots, encore des mots prononcés avec une permanente mauvaise humeur d’atrabiliaire… pas de doute pour moi Mélenchon souffre du foie !  Mais qu’y a-t-il mises à part des formules de batteurs d’estrades, où sont les axes permettant de venir en aide réellement à cette France qui ploie sous le chômage ?

J’en veux  beaucoup à Mélenchon car il vend de l’illusion, il trompe des millions de gens qui sincèrement pensent pouvoir « changer la vie » alors qu’en fait, son action fera le jeu de la droite car à cause de lui, qui s’estime le seul dans la vérité, aucune union de la gauche ne sera possible… et sans cette union aucune chance d’arriver au pouvoir… sauf bien sûr si grâce à l’Union bolivarienne… !  Je rigole bien sûr ! Non ! Ce marchand de rêve ne conduira qu’au cauchemar, le joueur de flûte guidera sa horde d’électeurs sympathiques, confiants mais naïfs au désastre, à la désillusion ou… au vote Front National ! On peut citer Jaurès et comprendre que la mondialisation cela existe, on peut citer Victor Hugo et comprendre les interconnexions des sociétés du XXIème siècle, qu’on le veuille ou non, nous dépendons tous les uns des autres… et ce à l’échelle mondiale…l’effet papillon est maintenant permanent, total.

Alors quoi !  Le désespoir ?

« L’essence de la politique, c’est l’espoir. »  Arthur Koestler

Bien sûr que non !  L’histoire ne s’arrête jamais !  Et le désir de liberté et d’égalité ne disparaîtra jamais du cœur des hommes.  A notre tout petit niveau du PS belge, il est indispensable que le PS aille dans l’opposition et vite… c’est cette culture du pouvoir qui nous a plombés car elle est antinomique de ce qu’est un parti socialiste digne de ce nom.  Il convient d’en finir avec cette lente décomposition de l’Etat belge.  Je l’ai déjà écrit, la Belgique n’a jamais été une Nation mais elle fut un état… aujourd’hui elle ne l’est plus !  Quelle institution fonctionne encore normalement ?

On peut douter de tout quand publiquement sur l’antenne de la chaîne de télévision publique le Président de la Cour de Cassation affirme que l’Etat, l’Etat belge est un état voyou ! La Justice est au cœur de l’Etat de droit, elle est chargée d’en assurer jour après jour la légitimité… et son plus haut représentant estime que l’Etat est un Etat voyou.  Une telle déclaration aurait dû provoquer un séisme ou une révocation… quelques articles… quelques tribunes… puis on est passé à autre chose.  Non !

Il faut en finir et négocier une fois pour toute une ultime réforme de l’état.  Cette réforme devrait impliquer une solide simplification des institutions bruxelloises qui telles qu’elles sont ne génèrent que des mandats et de gigantesques dépenses publiques.  Les communes bruxelloises doivent être totalement repensées car aujourd’hui c’est en permanence l’absence de tout contrôle réel et la prime à la mauvaise gestion.  C’est dans ce contexte que le PS doit se reconstruire, se faire l’instrument d’un volontarisme institutionnel courageux, qu’il doit avoir l’audace de supprimer cette foule de mandats inutiles et surpayés… ce n’est qu’à ce prix qu’il a une petite… une toute petite chance de se régénérer.

Pour conclure, pour ne pas laisser le monopole des citations de Victor Hugo à Mélenchon,  je dirai, concernant le PS bruxellois, « l’homme est par terre mais l’idée est debout ! »