Archives de Tag: poelbos

Rénovation de l’Ecole Poelbos : C’est la faute à Molenbeek !

Comme je l’ai déjà précisé, les inaugurations et les poses de premières pierres se multiplient avant les élections.

La Place Cardinal Mercier a été inaugurée pas moins de trois fois.  A la dernière, on avait même mobilisé Laurette Onkelinx pour tenter de lui faire avaliser la gestion catastrophique de Doyen-Pinocchio.

Hier, en catimini, on a posé la première pierre de ce qui doit devenir la nouvelle école du Poelbos. Objectif : faire une photo pour le journal communal !

D’abord, pourquoi en juillet alors qu’initialement, cette pose de la première pierre était prévue en septembre ?

Et là, c’est du lourd !

En effet, en ce moment, le Parlement bruxellois, choqué par l’utilisation des journaux communaux à des fins électorales, est en train de débattre d’une Ordonnance visant à interdire ce genre d’abus, et à arrêter la publication des journaux communaux à partir du 1er août.

Il est donc fort possible que la « Pravda » de Jette, 64 pages s’il vous plaît !,  s’arrêtera à cette date.

C’est d’ailleurs tout à fait comique de lire les déclarations d’Hervé Doyen au cours de ces débats.

Je les publierai in extenso afin qu’on puisse juger du niveau !

Une telle hypocrisie, c’est de la franchise pour quelqu’un qui ment tellement qu’on ne peut même pas croire le contraire de ce qu’il dit!

Revenons à l’Ecole du Poelbos.

C’est dès 1992 que j’ai entamé la procédure visant à la rénovation de ce site scolaire qui occupe des bâtiments provisoires construits pour l’Exposition Universelle de 1958.

A l’époque, j’ai été bloqué par la Commission des Monuments et Sites qui n’acceptait pas de nouvelle construction dans ces lieux arborés.

Entre 2000 et 2006, Doyen-Pinocchio a fait établir un projet par un architecte de talent, mais, surprise, non pas dans l’intérêt de l’Ecole communale elle-même, dont il se fiche comme d’une guigne, mais dans l’intérêt de la « Cure de Jour », baptisée, pour faire moderne « Kids Holiday », beaucoup plus rentable politiquement !

Résultat des courses : un projet totalement surdimensionné, évalué à plus de 16 millions d’euros et, donc, totalement impayable !

Que croyez-vous qu’il advint ?

C’est extrêmement simple : le projet a été purement et simplement jeté à la poubelle !!! Et un autre auteur de projet a été désigné. Résultat : des dizaines de milliers d’euros payés par les contribuables et perdus par la commune parce que, bien entendu, et c’est normal, il a bien fallu honorer, et donc payer le travail fait par le premier architecte.

Malgré mes démarches, et en violation de la Loi communale, jamais la facture de cet architecte ne m’a été montrée.  Elle est classée «secret communal» !

Un gaspillage énorme et scandaleux !

Je vous invite à lire la lettre du 22 octobre 2007 ci-jointe où je fais le point de façon très précise sur cette problématique et où les responsabilités des uns et des autres sont clairement détaillées.

Note à l’Attention du Collège du 22 octobre 2007

Cela fait des années et des années que les directeurs d’écoles, qui ont été en charge de cette école, font remarquer toute une série de problèmes.

Récemment, lors de fortes pluies, des parents présents dans l’école ont constaté que les corniches étant inopérantes, des flots d’eau inondaient certaines classes !

Je pourrais faire une liste infinie de ce genre d’incidents.

La réalité est que plus personne au Collège ne s’intéresse à l’Enseignement communal et aux écoles communales !

Les directions d’écoles sont abandonnées à elles-mêmes.

Les enseignants se sentent complètement perdus, et perçoivent parfaitement le total désintérêt du soi-disant échevin de l’Enseignement qui, pour une fresque, dépense 150.000 euros, mais réduit à la portion congrue le matériel mis à la disposition des écoles !!!

Précisons en outre qu’il ne s’agit pas d’une nouvelle école, comme Doyen-Pinocchio essaye de le faire croire, mais de la rénovation des bâtiments de 1958, c’est-à-dire qu’il n’y aura pas plus de places qu’aujourd’hui et, donc, on ne répondra pas au défi démographique.

Cerise sur le gâteau : Etant interrogé sur Vivacité ce matin, le soi-disant échevin de l’Enseignement a justifié la nécessité de rénover cette école par « l’explosion démographique… à Molenbeek » !!! (Ecoutez cette interview en cliquant sur le site ci-joint).

Ecoutez Paul Leroy => http://db.tt/yl9YkOa5

Alors là ! Je crois qu’on atteint des sommets, car cela veut dire que ce triste personnage n’a jamais examiné les statistiques régionales sur l’évolution de la démographie.

Apparemment, il ignore, ou plutôt feint-il d’ignorer, que la commune de Jette est passée, en six ans, de 42.000 à 49.000 habitants.

Mais peut-être tous ces nouveaux habitants sont-ils des molenbeekois ? ou assimilés ? Intéressante problématique.

A mon avis, cela mériterait d’être creusé parce que cela ouvrirait bien des horizons sur la conception que Doyen-Pinocchio et Leroy ont de ce que sont les habitants de notre commune, ou plutôt… certains d’entre eux !!!

Cela fait plus de quinze ans que les statistiques annoncent l’explosion démographique que nous connaissons à Jette, mais également dans toute la Région.

Mais il est vrai que c’est électoralement plus facile de dire que … c’est la faute à Molenbeek !!!

Il y a un an  d’ailleurs, l’échevin des Finances, vous savez le type dont on dit qu’il habite, en réalité, à Lasne, ne disait-il pas qu’il fallait arrêter la « Peste molenbeekoise aux portes de Jette » !!!

N’a-t-on pas essayé de faire croire aux Jettois que c’est le Bourgmestre de Molenbeek qui voulait faire fermer l’Antenne de Police de la Galerie Mercure ?

Tout cela démontre bien qu’on a atteint les limites du mensonge et que, face à une réalité qu’ils ne contrôlent plus, Doyen-Pinocchio et ce qu’il reste de son Collège ne savent plus comment répondre aux enjeux de demain.

merry_hermanus@yahoo.com

Suivez le PS de Jette sur Facebook et cliquez J’Aime pour devenir fan 

Conseil communal de Jette, la routine : Mensonges, Dissimulations, Aveu et Nouvelle Augmentation des Impôts !

Intéressante séance des sections du Conseil communal d’hier soir.  Une fois de plus, l’échevin des Finances prend la position du coq qui, tous les matins, chante sur son fumier et croit que c’est lui qui fait se lever le soleil !

Mensonges : car, bien sûr, on ne dit pas la vérité en ce qui concerne la nouvelle école du Poelbos.  Cette école devait être rénovée depuis fort longtemps, mais après mon départ du Collège en 1996, les choses n’avaient plus bougé.

Sous la précédente Législature, le dossier a été repris. Pas dans l’intérêt de l’école, mais dans l’intérêt quasi exclusif de « Kids Holidays ».

Le projet était surdimensionné, et lorsque l’architecte, par ailleurs fort talentueux, nous a présenté son travail, l’évaluation du budget tournait autour de 16 millions d’euros !!!

Mais pas de problème pour Pinocchio-le Bourgmestre sortant !  On jette tout à la poubelle… et on recommence à zéro !  D’où les centaines de milliers d’euros perdus.

Mais toujours pas de problème : C’est le contribuable jettois qui payera !!!

Et, de plus, on posera une première pierre quand ??? Mais en septembre bien sûr, à quelques jours des élections !

Dissimulations : J’ai demandé à plusieurs reprises à pouvoir consulter la facture de ce premier auteur de projet.  Contrairement à la Loi qui prévoit le principe de collégialité et donc, le fait qu’aucun document ne peut être caché, cette facture ne m’a jamais été présentée !!!

Aveu : Décidément, Pinocchio-le Bourgmestre sortant n’est pas très attentif. En effet, dans le plan d’implantation de la nouvelle école du Poelbos qu’il a présenté, la ligne du Tram 9 … existe déjà !!!

Qu’est ce que cela veut dire ?

Cela veut dire :

– qu’alors même que le permis tel qu’il avait été envoyé par la STIB à l’Administration régionale a été recalé car il ne prévoyait pas les parkings ;

– qu’alors même que la commune, et forcément le Collège, ne se soit pas encore « officiellement » prononcée ;

– qu’alors même qu’il n’y a pas un centime d’euro pour les parkings :

   la ligne 9 est déjà bel et bien inscrite sur les plans de la nouvelle école du Poelbos !!!

Mais il y a encore mieux : Au Conseil communal de demain soir, de nouveau, une augmentation d’impôts !!!

La Tutelle, contrairement aux affirmations fausses et lénifiantes de l’échevin des Finances, n’avait pas accepté les chiffres des modifications budgétaires.  Elle avait recalé la commune de Jette et a exigé des révisions, notamment en matière d’emprunts.

Et bien, c’est très simple : pour le Collège Arlequin-Pinocchio, on augmente l’impôt !!!

Donc, le taux des impôts additionnels passera de 6,9 % à 7 %, soit 300.000 euros de plus à payer par les Jettois.

Avec un peu de mémoire, on se rappellera qu’en décembre 2009, l’échevin des Finances, dont beaucoup de Jettois affirment qu’il habite à Lasne, hurlait que pour compenser l’augmentation de 10% de l’impôt cadastral, le Collège Arlequin-Pinocchio mettait en place un plan de diminution de l’impôt sur les personnes physiques pour aboutir à 6,50 % en 2012.

Et bien, le mensonge est maintenant avéré !!!

Car non seulement, il n’y a pas de diminution, mais il y a même une augmentation !

Grâce à l’argent ainsi récolté, on pourra sans doute payer une partie de la fresque que s’offre l’échevin de la « Culture » à 150.000 euros, et payer aussi le splendide projet de Sidi Bibi dont vous avez pu admirer quelques photos dans un de mes blogs précédents.

Voilà la réalité !!!

merry_hermanus@yahoo.com

Suivez le PS de Jette sur Facebook et cliquez J’Aime pour devenir fan


Les Jardins de Jette : Une curieuse incompétence !

Le Collège Arlequin-Pinocchio s’active.  Les élections approchent !

Les promesses non tenues pendant des années doivent absolument trouver leur accomplissement.

Ainsi, la crèche, gérée en dessous de tout à tel point que les subsides ont été perdus, sera inaugurée !

L’école du Poelbos, qui traine depuis plus de dix ans, et pour laquelle les subsides ne sont toujours pas acquis, verra quand même, avant les élections, une première pierre posée !

Le marché promis sur la Place Jean-Louis Thys devrait s’installer !

Mais une petite explication s’impose.

Récemment, dans un de ce blog, j’expliquais combien je trouvais sinistre le quartier des Jardins de Jette.  Certains habitants eux-mêmes l’appellent « quartier fantôme », et c’est bien vrai !

Ce quartier est vraiment désastreux. L’abandon y côtoie une affreuse solitude.

Les très rares passants hâtent le pas, ne sachant jamais ce qui les attend au coin de la rue.

Depuis des années, l’installation d’un marché a été promise.

Cela devait se faire Place Jean-Louis Thys.

Au début, tout était prévu !   Il allait s’installer !   Ça allait se faire, on en était sûrs !

Mais rien ne venait.

Récemment, un malheureux échevin, fort brave homme, sans aucun pouvoir réel, habitant le quartier, est venu sur place et a expliqué aux habitants stupéfaits que l’installation du marché était impossible car les infrastructures nécessaires n’existaient pas !!!

Les habitants ébahis l’ont pris par la main et lui ont montré que toutes les infrastructures (électriques, etc.) avaient été installées !

Le malheureux échevin en est resté bouche bée.

On attend la suite avec impatience.

Moi, je suppose que les choses se dérouleront comme cela : deux ou trois mois avant les élections, il y aura un petit marché de façon à faire croire aux plus crédules des habitants que le Collège a quand même fait quelque chose.

Quand je vous disais que les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent.

A ce jeu-là, Hervé Doyen, l’homme capable de tout, l’homme prêt à tout, est passé maître.

merry_hermanus@yahoo.com


L’enseignement jettois au fond du gouffre ! Les Directions d’écoles et les enseignants se révoltent !

Ce matin, le Ministre-Président Charles Picqué a annoncé une excellente nouvelle, à savoir que de nouveaux moyens budgétaires, douze millions cinq cent mille euros, ont été dégagés afin d’installer des préfabriqués sur les sites scolaires de façon à accueillir de nouveaux enfants.

Dans l’ensemble de la Région, sur 3.836 places qui doivent être créées pour 2012, 2.961 concernent l’enseignement officiel.  Cela représente plus de 77 %.

Curieusement, à Jette, ce pourcentage tombe à 43 %, la différence allant vers l’enseignement libre.

Ce n’est évidemment nullement la faute de la Région.

Il faudrait savoir comment la commune de Jette a fait ses demandes, et c’est évidemment là que le bât blesse.

Mais il y a pire !

J’avais déjà expliqué que sur un site scolaire où on va installer des containers pour y mettre des enfants, il n’y avait que 2 WC pour 300 enfants !

Le nombre et la qualité des infrastructures nécessaires à l’épanouissement de nos enfants sont donc, à Jette, dramatiquement insuffisants, au point que ce matin, sur Vivacité, on a pu entendre la directrice de l’école Aurore Mme Vanschepdael affirmer qu’indépendamment de l’accueil de nouveaux élèves, les infrastructures ne seraient pas suffisantes.  Elle a cité notamment l’étroitesse et l’insuffisance de la salle de gymnastique, une nouvelle salle de psychomotricité qui devrait être installée, etc.

L’enseignement est, de toute évidence,  le parent pauvre de cette nouvelle Majorité.

L’enseignement communal gêne parce qu’ Hervé Doyen croit que la majorité des parents ne sont pas de « bons électeurs ».

N’est-il pas vrai, comme je l’ai souvent rappelé, que l’échevin de « l’enseignement et de la culture » a évoqué la suppression d’une école ?

N’est-il pas vrai qu’Hervé Doyen himself a déclaré que fournir des repas chauds aux enfants n’était pas le rôle d’une commune ?

Par contre, on trouve tout l’argent nécessaire pour inviter tous azimuts, par courrier payé par le contribuable, des milliers de Jettois… qui ne viennent pas ( !!!), à des inaugurations de manifestations plus inutiles les unes que les autres.

Ce Collège se paye le caprice d’installer une fresque à 150.000 € et des vestiaires sportifs de luxe à 450.000 €.

Ce Collège a purement et simplement jeté à la poubelle le travail du premier architecte désigné pour rénover l’école du Poelbos.  Tout le travail a donc été détruit, mais pas, bien sûr, l’énorme facture qu’il a fallu payer, facture qu’Hervé Doyen garde secrète.  Elle ne m’a jamais été montrée, et ce, en violation de la loi communale !  Qu’y a-t-il donc à cacher si ce n’est la gabegie de ce Collège !!!

Pourquoi ce gaspillage ?  Tout simplement parce que ce projet avait été conçu pour les cures du jour qui, d’après ce Collège, sont électoralement beaucoup plus rentables que l’enseignement communal.

Il en allait tout autrement lorsque Jean-Louis Thys et moi-même mettions le paquet sur l’enseignement où j’ai pu obtenir des différents ministres successifs, dont Elio Di Rupo, près de 750 millions d’anciens francs belges pour construire et rénover des écoles jettoises et, notamment, l’école Aurore que j’ai eu le plaisir d’inaugurer avec le très regretté Jean-Louis Thys qui, lui, était un véritable Bourgmestre, faisant passer l’intérêt général avant les intérêts bassement politiciens.

J’ai essayé de rénover l’école du Poelbos dès 1994. Je me suis heurté à la Commission des Monuments et Sites et, ensuite, ce fut l’abandon de ce projet pendant des années.

Parents, attendez-vous à Jette, à la rentrée 2012, à un chaos annoncé.

Mais attention, il y aura moult fêtes et invitations où vous verrez apparaître, la bouche en cœur, Hervé Doyen et sa clique qui vous expliqueront, dans le journal communal, qu’à Jette, tout va bien… sauf pour les malheureux enfants fréquentant les écoles communales dont on se fiche royalement.

merry_hermanus@yahoo.com


Pour Hervé Doyen et le Collège, les enseignants, ça n’existe pas !!!

Il est tout à fait curieux, sachant qu’Hervé Doyen est, au départ, enseignant dans une école libre, de constater le peu de cas qu’il fait des enseignants jettois.

En effet, en ma qualité d’échevin, j’avais organisé, à Jette, une Journée d’hommage aux enseignants, et ce, avec l’aide du conseiller pédagogique.

Cette journée avait été très appréciée, et devait se renouveler chaque année.

J’avais, périodiquement, adressé des courriers, qu’Hervé Doyen avait d’ailleurs tenté de bloquer, pour dire aux enseignants toute mon admiration quant à leur travail, et leur faire part de mes regrets quant aux conditions souvent extrêmement difficiles dans lesquelles ils travaillaient.  Il est vrai que depuis le changement de Majorité, ces conditions ont bien sûr empiré (plus de 30 élèves dans certaines classes).

Il ne fait aucun doute que l’Enseignement, et en particulier l’Enseignement primaire, est le facteur essentiel, non seulement de la transmission du savoir, mais aussi de l’acculturation et de la socialisation des enfants qui nous sont confiés et qui, pour la majorité d’entre eux, connaissent des situations sociales extrêmement difficiles.

Mais l’actuel échevin de la « Culture et de l’Enseignement » :

– préfère dépenser 15O.OOO € pour une fresque !

– préfère augmenter le prix des repas scolaires !

– préfère augmenter le prix des garderies !

– préfère augmenter le prix de l’accès à la piscine !

– préfère privatiser l’utilisation des bus scolaires !

– préfère consacrer 450.000 € à des vestiaires sportifs de grand luxe !

Plutôt que de s’occuper de l’Enseignement !!!

En deux ans, il n’a rencontré qu’une seule fois les directions d’écoles, alors que j’avais des contacts journaliers avec certains directeurs, et que je les réunissais ensemble au moins une fois par mois, en présence du conseiller pédagogique.

Aujourd’hui, c’est le chaos : Photocopieuses en panne, matériel scolaire manquant lors de la rentrée des classes, classes surpeuplées, parents poursuivis en justice pour récupérer des retards de payements de garderies et de repas, dettes, pour certaines, vieilles de dix ans et plus et s’élevant à quelques dizaines d’euros !!!

C’est dire l’ordre qui règne dans cette commune, et ses options sociales !

Mais le pire n’est pas là !

Le pire, c’est le dédain, pour ne pas dire le mépris auquel les enseignants sont confrontés.

Ils perçoivent parfaitement bien le total désintérêt de ce Collège pour qui l’Enseignement est une charge et rien d’autrecharge dont on essaye d’ailleurs de se débarrasser.  En effet, l’échevin de la « Culture et de l’Enseignement » n’a-t-il pas envisagé la suppression d’une école ?

Mais Attention !!!  En septembre 2012, veille des élections communales, on mettra la première pierre de la rénovation de l’école du Poelbos parce que, électoralement, ça compte !

Pour ces gens-là, c’est l’essentiel !

Le citoyen ignore bien sûr que Doyen et consorts ont fait perdre plus de dix ans à ce projet en gaspillant en honoraires inutiles des dizaines de milliers d’euros !!!

Merry Hermanus
merry_hermanus@yahoo.com


L’Enseignement à Jette et la Liberté de l’information. L’étrange interview de l’échevin Leroy.

Nombreux sont les Jettois et les enseignants qui m’ont appelé ce matin après avoir entendu l’interview de l’échevin de « l’Enseignement et de la Culture » à propos de la rentrée scolaire à Jette.

On se rappellera que ce curieux échevin avait montré tout l’intérêt qu’il portait à l’Enseignement en étant absent, l’année passée, le jour de la rentrée scolaire !

Il s’était aussi particulièrement illustré lorsqu’il avait évoqué la nécessité de supprimer une école.

On est effarés en constatant  la différence qu’il y a entre les déclarations des enseignants qui vivent une réalité dramatique et le discours chloroformant de l’échevin dont il ressort qu’il ne connaît absolument pas son sujet.

Il faut également savoir si, oui ou non, la liberté d’information pour la presse existe à Jette.

Est-il exact que les directions d’écoles ne peuvent s’exprimer qu’en ayant à leurs côtés un fonctionnaire communal qui contrôle leurs paroles ???

Pour le reste, Mme Rouffin, Chef de Groupe PS au Conseil communal, avait déjà mis l’accent sur un nombre considérable de problèmes et, en particulier, le scandale de la rénovation de l’école du Poelbos dont le premier projet date de 1994.

Un deuxième projet a été entamé sous la Législature précédente, mais ne visait pas l’Enseignement. Il visait essentiellement une activité gérée par un échevin Cdh (Cures du jour). Son extraordinaire surdimensionnement  a d’ailleurs conduit à devoir jeter à la poubelle, en 2007, la totalité du travail effectué par le Bureau d’Etudes dont la facture a toujours été cachée.  J’en ai demandé la communication à diverses reprises, mais on ne me l’a jamais donnée, et ce, en violation du prescrit de la Loi communale.

Après cela, un nouveau projet bien modeste a été entamé, mais pour lequel aucun subside n’a encore été obtenu.

Mais que les habitants des Jardins de Jette se rassurent, l’école flamande Sint-Goedele, elle, s’implantera dans le quartier.

En outre, les parents ont eu « l’heureuse » surprise de voir augmenter les frais des repas et des garderies, alors qu’en ma qualité d’échevin des Affaires Sociales, j’avais réussi, depuis 2007, à maintenir les prix.

Des enseignants et des directions d’écoles nous ont appris que le sommet du ridicule avait été atteint lorsqu’un fonctionnaire communal s’est présenté dans les écoles, muni d’un terminal de cartes bancaires, pour obtenir le payement des frais de repas et de garderies… à mourir de rire… ou à pleurer de tristesse !!!

Mieux encore, certaines écoles n’ont toujours pas reçu le matériel avec lequel elles commencent l’année scolaire, c’est-à-dire cahiers, etc, pour ne pas parler des photocopieuses en panne !

Encore plus fort, l’utilisation par les écoles de bus scolaires sera privatisée !

Et, pour couronner le tout, dans au moins trois écoles communales, il y a des classes de 31 élèves.

Les directions d’écoles et les enseignants sont découragés, scandalisés, mais ils doivent se taire, et, surtout, ne rien dire de la situation dramatique qu’ils vivent !

Décidément, l’Enseignement jettois est le parent pauvre de cette Majorité qui dépense 150.000 euros pour une fresque « durable », et multiplie les fêtes, les inaugurations et les remises de prix dans le seul but d’accroître la notoriété de certains gestionnaires médiocres pour qui l’avenir de nos enfants ne compte pas.

Seul compte leur avenir politique…

Merry Hermanus
merry_hermanus@yahoo.com


C’est le « MIROIR » qu’on assassine ! Hervé Doyen, complice … et fossoyeur du bien-être à Jette !

Hier soir, était organisée, en catimini et en toute discrétion, une réunion d’information sur l’étude, ce n’est pas moins que la troisième, concernant le tracé du Tram 9.

Cette « sympathique » manifestation se déroulait au Centre culturel du 329, rue Léopold .

45 chaises avaient été installées… Plus de 150 personnes se  sont présentées !!!

La Ministre Grouwels et Hervé Doyen en ont été pour leurs frais.

La discrétion voulue, organisée, et qui n’était que la suite de la catastrophique présentation organisée par le Ministre Smet à l’Hôpital Brugmann, a  été un fiasco total.

Mise en cause de la présentation en « stoemelinckx » : Plusieurs participants ont mis en évidence le fait qu’en mettant une annonce dans la presse, trois jours avant la réunion ( !), c’était que manifestement, on ne voulait pas qu’il y ait trop de présents.

Ce fut tout de suite la panique.  Hervé Doyen s’est activé, et a lancé des SMS.

On a ainsi vu arriver, plic ploc, patauds et abasourdis, les membres de sa pauvre équipe, l’œil hagard, stupéfaits de constater que des Jettois se révoltaient contre l’incurie de leur équipe…, et se demandant pourquoi ils devaient être là.

Voilà pour l’ambiance !

Pour ce qui est du Tram 9, la Députée Bourgmestre Michèle Carthé était présente, accompagnée de la conseillère communale jettoise Christine Rouffin,  et a bien mis en évidence le caractère  incompréhensible  et gravement dommageable du projet.

Claude Goujard, défenseur inlassable de son quartier, et qui a eu le courage de quitter la Liste du Bourgmestre, était également présent.

En effet, le passage par la rue Poplimont dispose de tout l’espace possible, et n’assassine pas la Place du Miroir.

Beaucoup plus grave !  Hervé Doyen a toujours fait semblant de lier l’accord de la commune sur le passage du Tram 9, Avenue de Jette, à la construction d’un parking sous la Place du Miroir, mais dont l’entrée se ferait Avenue de Jette.

Petite précision qui vaut son paquet de cacahuètes : Dans la décision de Collège qui impliquait cette contrepartie, on avait tout simplement oublié que l’entrée du parking devait se trouver Avenue de Jette.

J’ai dû batailler pour obtenir que le texte soit corrigé.

Pendant tout un temps, Hervé Doyen avait fait croire qu’il avait un accord partiel avec une Firme privée pour investir dans ce parking et le gérer.

Il n’en a jamais apporté la preuve !

Aujourd’hui, personne ne sait qui payera ce parking, et la commune de Jette n’a aucune garantie sur l’endroit où se fera l’entrée de celui-ci.

Donc, c’est la mort annoncée de la Place du Miroir, seul et unique lieu de convivialité dans la commune de Jette, mais dont Hervé Doyen se fiche complètement.

Sauf pour des manifestations payées par le contribuable, on ne le voit jamais au Miroir comme simple citoyen. Lorsqu’il doit y passer, il rase les murs, la tête enfoncée dans les épaules.

Mais de quoi a-t-il donc peur ?

Au cours de la réunion, il aurait fait semblant de se fâcher, et de dire qu’aucun coup de pioche ne sera donné avant que le parking ne soit construit.

C’est évidemment une déclaration sans le moindre fondement.

Il faut d’abord rappeler que c’est à cause du caractère ondoyant, pour ne pas dire plus, de la position d’Hervé Doyen, que Jette a perdu les montants qui étaient prévus pour le réaménagement en surface de la Place du Miroir, le Gouvernement fédéral ayant décidé d’allouer ces montants de plus de deux millions d’euros à un autre projet bruxellois.

Pour que la commune de Jette les récupère, il faudrait un Gouvernement fédéral de plein exercice, mais, comme malheureusement tous les Belges le savent, ce n’est pas demain la veille.

Quant à la Ministre Grouwels, elle a annoncé benoîtement que les travaux se feraient sur les années 2012-2013.

Les Jettois qui fréquentent le Miroir, et les commerçants ont donc encore un an avant que tout ne s’effondre, cela avec la complicité d’Hervé Doyen !!!

MAIS IL Y A ENCORE PIRE !

Une nouvelle réunion est organisée au Poelbos où, paraît-il, on expliquera aux citoyens jettois, la poursuite de cette ligne 9 vers le Heysel où sera construit un immense centre commercial.

Traduction : Plus besoin de faire ses courses au Miroir, on prend le tram et on arrive directement au Heysel.

Le commerce jettois est mort et enterré !!!

C’est de tout cela dont Hervé Doyen est le complice.

Jettois, faites quelque chose d’utile : Dans la mesure où Hervé Doyen a ce que j’appellerai « un rapport difficile à la vérité », demandez-lui une garantie écrite concernant le parking et son accès !!!

Je lisais récemment, dans une note de la STIB qui a provoqué un énorme remous politique :« Un renforcement du pouvoir des Bruxellois sur la politique des investissements en matière de mobilité aurait un effet défavorable sur les grands projets de la STIB ».

Autrement dit, si la STIB veut sacrifier l’ensemble des Bruxellois, et s’inscrit dans une politique de cogestion de Bruxelles, que pèsent les malheureux Jettois et la convivialité extraordinaire et la chaleur humaine qu’on trouve sur la Place du Miroir ???

Décidément, Hervé Doyen aura été, par sa gestion de la commune, sa fiscalité écrasante, et par les aspects filandreux et ondoyants de sa politique à l’égard des Instances fédérales, le fossoyeur du bien-être à Jette.

Merry Hermanus
merry_hermanus@yahoo.com