Archives de Tag: racistes

Non ! Monsieur Jack Lang la laïcité n’est pas le faux nez du racisme !

« Les munichois de 1938 furent les collabos de 1940. »   

Ce matin huit heures vingt, invité de Patrick Cohen au journal de France inter Jack Lang… son phrasé si particulier… on l’entend… forcément la radio… mais on voit quand même les curieux mouvements de sa bouche,  de ses lèvres découvrant… recouvrant une éblouissante denture, curieux mélange… componction épiscopale… préciosité germanopratine.  Vient l’inévitable question sur le burkini.  La réponse de Jack Lang me fait bondir, me choque.  Rejetant, condamnant les arrêtés municipaux interdisant le port des burkinis, ce qui est son droit le plus strict, il croit devoir ajouter : « pour certains la laïcité est une façon de cacher leur aversion pour la communauté maghrébine. »  Le malheureux ex-ministre de la culture de François Mitterrand vient, je suppose, j’ose espérer de bonne foi, de rejoindre les arguments de l’un des Imans de Nice qui estimait que les attentats en France étaient la conséquence de la laïcité qui « empêchait l’Islam de s’épanouir en France. »  Voilà donc qu’un ancien ministre de la République française se range aux arguments des pires obscurantismes… Je lui fais grâce de ne pas mettre en cause sa présidence de l’Institut du Monde Arabe, présidence qui lui a été confiée par François Hollande dont aujourd’hui il dit tant de mal !  Je ne souhaite pas me complaire dans la médiocre thématique des sinécures lui permettant de ne pas disparaître totalement du champ politique.  La réaction de Jack Lang sur la laïcité me semble, elle, fondamentale parce que emblématique de l’attitude de tous ceux qui à gauche sont en train de vouer les valeurs essentielles de la démocratie aux gémonies.

La laïcité n’est plus nécessaire à une certaine gauche. 

Ainsi la laïcité permettrait aux racistes de se camoufler, de se draper dans l’une de nos valeurs essentielles pour mieux bétonner leur ignoble racisme.  Quelle erreur, quel effet miroir !  Car en fait, ce sont ceux qui abandonnent nos valeurs qui camouflent leur lâcheté… leur besoin d’électeurs sous le couvert d’une soi-disant liberté de porter ou non des vêtements…  qui, de fait, identifient la personne qui les porte… qui donc la stigmatisent… curieuse perversité, étonnant rot de ceux, qui vomissant la laïcité, n’hésite plus à s’aligner sur les discours moyenâgeux qui, il y a quelques années, n’auraient suscité chez eux qu’un bref clignement des cils.  Car la réalité est toute autre !  Le vêtement nous dit toujours quelque chose sur celui ou celle qui le porte.  On a tous vu ces images des plages égyptiennes où dans les années cinquante des jeunes filles se baladaient en bikini, ou même ces rues de Kaboul dans les années soixante où une jeunesse désinvolte goûtait à pleines dents la vie qui s’ouvrait à elle, on a tous entendu le discours de Nasser rigolard expliquant devant le congrès de son parti qu’un barbu lui avait demandé que les femmes se voilent… le Raïs répondant sous les applaudissements et les rires… que ce barbu n’avait qu’à se voiler lui-même ! »  Que tout cela est loin !  Pourquoi les gens comme Lang font-ils semblant de ne pas voir que ce qui a changé c’est l’énorme pression sociale qui s’exerce sur celles qui refusent de se voiler, sur celles qui demain refuseront de porter le burkini…

Une efficace police des mœurs.

Oui ! Une police des mœurs exerce son insidieuse tyrannie dans la communauté musulmane de Belgique et d’ailleurs !  Oui ! Dans certains quartiers de Bruxelles, une femme ne peut se déplacer non voilée ou en jupe courte sans se faire ignoblement insultée… Un film témoin a d’ailleurs démontré ces faits dans l’un des quartiers ghettoïsés de Bruxelles. Ayant travaillé de 1999 à 2013 à Molenbeek, j’ai été directement témoin du rôle de cette police islamique des mœurs.  L’une de mes collaboratrices non voilée sortit un jour de l’entreprise se baladant en tenant sa collègue par le bras… après quelques instants, un homme lui tapa gentiment sur l’épaule, sans agressivité, sans la moindre violence, avec une voix douce, lui fit remarquer que cela ne se faisait pas de marcher en tenant une autre femme par le bras, la pudeur l’interdisait, le Coran prohibait ce genre de comportement.  Cette même collègue a une fille fréquentant un institut catholique à Molenbeek, elle non plus n’était pas voilée… au bout d’un an, elle adopta le hidjab de façon à éviter de se faire mal voir des petites filles modèles, ses condisciples, qui elles portaient le voile… La bourgmestre de Molenbeek vient de constater que de plus en plus de petites filles de cinq ou six ans portent le voile… Posez-vous la question pourquoi ?  Organisant, il y a déjà une dizaine d’année une fête populaire « poulets frites », je fus stupéfait de m’entendre réclamer qu’il serait nécessaire d’acheter des poulets occis selon le rituel religieux… je m’y refusai et observai que des musulmans étaient présents… les élections approchaient mais un bon nombre ne mangea pas !  Voilà la vérité de tous les jours dans nos rues, dans nos villes, voilà comment pour éviter… la vraie stigmatisation… de plus en plus de musulmanes sont contraintes de s’aligner sur les diktats les plus obscurantistes. Or, l’immense majorité des musulmans n’en ont nulle envie, pour l’immense majorité, l’Islam est une culture riche d’un immense patrimoine historique et scientifique avant d’être une religion !  Ce sont eux que trahissent des gens comme Jack Lang et tous ceux qui capitulent devant les exigences des extrémistes religieux.  Je n’hésite pas à écrire que ce lâche abandon, que cette veulerie à but électoral est un crime commis à l’égard des musulmans croyants ou non, oui, il en existe et beaucoup, qui n’ont qu’un désir, celui qu’on leur fiche la paix !

Le corps des femmes… le diable incarné !

Symptomatique symbole que ce débat tourne autour du corps des femmes !  Toutes les religions du livre semblent haïr, redouter, trembler devant ces corps que… presque, tous les hommes désirent tant… qui sont la vie elle-même.  Qu’il suffise de lire la plupart des pères de l’Eglise, de rappeler qu’il fallut débattre au XVème siècle lors d’un concile pour savoir si les femmes avaient ou non une âme !  Qu’il suffise de lire le raffinement de détails avec lesquels sont réglées les ablutions féminines après les règles dans la religion Israélite, exigences de bains rituels… de purifications… impureté supposée des femmes, qu’il suffise, c’est le pire… de relire les écrits de Luther, fondateur du protestantisme en 1517 ; ce qu’il dit des femmes est d’une ignominie à vomir… à se poser la question de savoir, si ce gros moine perturbé qui jetait son encrier sur les murs croyant y voir le diable, avait eu une mère… enfin les obscurantistes de l’Islam sont dans la même veine… la honte, la peur des femmes.  Mais pourquoi ?  Le sujet a été étudié par un historien français, Jean Delumeau qui a écrit « La peur en occident » et qui classe « La Femme » parmi les sources de peur !  Livre passionnant et éclairant que je conseille à tous !  De fait, les religions du livre craignent plus que tout les femmes parce que celle-ci sont l’incarnation des choses les plus belles de la vie, la procréation et l’amour alors que ces religions sont fondées sur le goût, sur l’espoir de la mort car c’est dans la mort que se réalisera la supposée, la tant promise vie éternelle.  Eh ! Bien oui… la laïcité, c’est aussi cette victoire sur la stigmatisation de la moitié de l’humanité, les femmes… qui ne sont ni les monstrueuses harpies de Luther, ni les tentatrices de l’Islam ou de l’Eglise catholique.  Admettre que des femmes doivent se couvrir pour être pieuses, soumises… peut être respectées, c’est accepter que celles-ci ne soient pas l’égal de l’homme !  Avec le burkini, avec le voile, voilà ce qui est en question.  La laïcité, c’est d’abord le droit d’exercer la religion de son choix, sans la moindre entrave mais ce ne fut et ce ne sera jamais le droit de l’imposer aux autres, de transformer une société de paix religieuse, la nôtre, en champ clos de luttes cléricales… pour cela l’Europe a déjà donné beaucoup de larmes et de sang !  Pas question de recommencer !  Si notre société apparaît impie, ignoble au sens propre du terme, il en existe… malheureusement beaucoup d’autres où la loi religieuse s’applique dans toute son horreur… libre à chacun de rejoindre ces cieux qu’ils pensent bénis !  Personne ne les retient !

Non Monsieur Jack Lang la laïcité, elle, n’a besoin d’aucun lifting.

Nombreux sont ceux maintenant à gauche de présenter la laïcité comme ringarde, dépassée, poussiéreuse, ces défenseurs ne seraient plus que des « laïcards » ou comme le laissait entendre ce matin Jack Lang des racistes !  Ben voyons, mais c’est bien sûr !  Il faut admettre les exigences religieuses qui jour après jour s’additionnent, se cumulent transformant notre société, limitant la liberté des femmes, ignorant les vertus de la démocratie si durement gagnées.  Pour ceux-là c’est Munich tous les jours dans l’espoir de se maintenir au pouvoir, de faire de vastes moissons électorales.  Ils jettent par-dessus bord ce qui a fait la chair et le sang de notre art de vivre… de notre civilisation !  Il y a quelques mois un malheureux « alimentaire » gravitant dans un cabinet ministériel, n’ayant jamais travaillé ailleurs que dans l’appareil du PS, exerçant donc la profession de socialiste, tentant de répondre à mes arguments de façon simpliste, l’égalité Homme/Femme pas la peine de la défendre, elle n’existe pas partout en Belgique, la laïcité, pas de sens de la défendre, elle est totalement dépassée.  Eh bien non !  Qu’il s’agisse de Jack Lang ou d’un minable grabataire d’un cabinet ministériel, c’est non !  Qu’ils sachent ceux-là qu’ils trouveront sur leur chemin, des femmes et des hommes pour qui les mots ont un sens, au-delà des échéances électorales, qui jamais ne transigeront sur nos libertés, sur les libertés !

 

Lettre ouverte à Joseph AMISI qui retourne au MR après l’avoir quitté il y a six ans !

Voilà un peu plus de six ans, tu avais quitté le MR pour rejoindre le PS.

Aujourd’hui, tu y retournes.

Soit !

Ta situation était, disais-tu, devenue impossible tant ce Parti était composé de racistes, d’égoïstes, et de conservateurs de Droite !

Je te laisse bien évidemment la responsabilité de tes propos que, pour ma part, je ne partage pas.

Tu ajoutais que tu ne comprenais pas pourquoi tu étais resté si longtemps avec « ces gens », alors que ton Parti « naturel » était le PS où tu avais été si bien accueilli, et où tu te sentais si bien.

 Et là, mon cher Joseph, c’est vrai.

 Tu te souviens qu’à cette époque, ton ASBL connaissait d’énormes difficultés, et qu’à titre personnel, Cyrille, Clara, Mireille et moi t’avons apporté une aide substantielle pour t’éviter une totale déconfiture.  Nous ne regrettons pas notre générosité.

Ce fut malheureusement en vain !

Ton ralliement à la Majorité Arlequin du Pinocchio en chef te permettra peut-être de trouver « un arrangement » ou une « combinazione » quelconque avec la commune pour tenter d’éponger ton importante dette provoquée par le non justificatif des subsides que tu avais obtenus.

Mais, à Jette, tout s’arrange quand on est du côté de Doyen-Pinocchio.

Certains, mêmes, ne payent pas leurs taxes !

Alors, toi, un justificatif de subsides… une peccadille !!!

Peut-être y aura-t-il  aussi un « arrangement » pour couvrir ta très importante dette à l’égard de la COCOF qui, elle aussi, t’avait subsidié.

Mais tout cela ne serait rien si le prix à payer pour ton retour vers les restes du MR de Jette ne t’avait pas conduit à salir le PS, évoquant, et c’est un comble par rapport à tes nouveaux « amis », un manque de transparence et de démocratie !!!

Tu as eu ton heure de gloire !

Les caméras étaient là !

Youppie !  On pourra dire du mal du PS de Jette !

Mais  te rends-tu compte, mon cher Joseph, que tu as été utilisé ?

Que cette déclaration était sans doute le prix à payer pour ton retour au MR, celui de la toute petite parcelle d’utilité que tu as pour ces gens que tu traitais, hier encore, de racistes et d’égoïstes ?

Ta présence au PS a été, sur bien des plans, étonnante, et nous avons fait preuve, à ton égard, d’une compréhension Himalayesque.

En six ans, tu as dû, en étant très généreux, participer à 5 ou 6 réunions de notre Comité, et, peut-être, à un de nos séminaires de travail.

Tu avais, comme tous nos élus, signé un engagement, celui de reverser au Parti 20 % du montant net de tes mandats.

Tu n’as jamais versé le moindre centime d’euro !!!

Il était d’ailleurs temps que tu partes, puisque le Président de la Fédération du PS allait te poursuivre pour non exécution de tes engagements, et tu avais compris… que, dans ces conditions, tu ne pourrais en aucun cas figurer sur la liste PS !!!

Tu le sais, nous avons accepté, pour toi, le cumul de tes mandats, et ce, pour des raisons sociales que tu connais mieux que nous.

Pourtant, depuis des années, tu es inatteignable, disparaissant tant au plan professionnel que politique.

Depuis 2008, tu n’es venu qu’une seule fois au Comité… pour hurler contre le Président car il tentait de te faire verser les montants que tu t’étais engagé à ristourner au PS local et fédéral.

Depuis, plus la moindre nouvelle !!!  Et ce, malgré les multiples démarches que Mireille et moi avons faites pour t’aider à trouver un nouvel emploi.

Tu te souviendras combien nous avons été discrets et compréhensifs lorsque tu as été brièvement interpellé suite au conflit qui t’a opposé à ton associé dans l’ouverture d’un bar-restaurant à Koekelberg.

C’est aussi sans doute le moment de te dire, ou plutôt de te répéter, l’étonnement de Clara, Présidente du CPAS, quant à certains de tes votes et attitudes lors de l’examen de dossiers sociaux du CPAS.  Mais, malgré cela, et toujours afin de t’aider, elle t’a permis, pendant maintenant plus de cinq ans, de la remplacer pendant les périodes de congés, ce qui te donnait le bénéfice d’une rémunération complète.

Tu vois, mon cher Joseph, tout cela, nous ne le regrettons pas.

J’ai commencé à militer aux Jeunes Gardes Socialistes de Jette à 16 ans.  Cela fait donc, accroche toi, … 52 ans que je suis actif au plan politique.

C’est long !
Très long !
Sans doute trop long !!!

Pendant tout ce temps, j’en ai vu passer des visages.

 J’en ai vu des ambitions, justifiées ou non.

 J’en ai vu des départs.

J’en ai vu des retours.

J’en ai vu des allers retours.

L’une des choses qui m’a toujours le plus passionné dans l’activité politique, c’est l’Humain. C’est aussi l’observation des gens et, surtout, l’amour que je leur porte.  C’est l’un de mes moteurs essentiels.

Pour moi, ce qui compte, et ce qui est primordial,  ce sont d’abord les individus et l’aide qu’on peut leur apporter.

Tu comprendras donc que c’est par respect que je n’aborde pas, dans cette lettre, d’autres problèmes et d’autres difficultés qui t’ont fait souffrir pendant ces six dernières années.

Alors, mon cher Joseph, tu le vois, je peux sans difficulté, à la lumière de ce trop long parcours, relativiser tes pathétiques déclarations d’hier.

Non, finalement,  tu n’as pas eu ton heure de gloire… Tu n’as eu que trois minutes !!!   Comme l’avait dit Andy Warhol, chacun y a droit… et c’est très bien ainsi.

Une réflexion plus politique cependant :

–      Qu’il doit être difficile, aux restes du MR, de composer une liste de 35 candidats pour devoir accueillir ton retour avec flonflons, trompettes et caméras !

–      Qu’il doit être difficile de dégoter, dans l’état où sont les restes du MR, 35 victimes électorales !

Tu as parlé de valeurs !!!

Quelles sont donc celles qu’ils véhiculent, tes anciens … et nouveaux amis ?

Celles dont tu as parlé hier, le racisme et l’égoïsme ?

Ou celles du PS, l’aide au plus démunis, le respect des communautés et le soutien aux services publics ?

Mon cher Joseph, je le regrette, mais je ne peux pas te souhaiter bonne chance.

Tu dois, en bon supplétif, en Harki, servir, et surtout te mettre au service de ceux qui t’utiliseront.

Mais au plan  humain, au plan personnel, ayant rarement rencontré quelqu’un assailli, comme toi, de tant de difficultés sur tant de plans différents, je formule les souhaits les plus vifs pour qu’enfin, tu parviennes à t’en sortir…

Tu le sais bien, si tu frappes un jour à ma porte, pas au plan politique bien sûr, mais au plan humain, comme l’Auvergnat de Georges Brassens, je l’ouvrirai car je l’ai toujours ouverte aux victimes.

HERMANUS, A.M.

merry_hermanus@yahoo.com

Suivez le PS de Jette sur Facebook et cliquez J’Aime pour devenir fan