Archives de Tag: restaurant

Les « danseuses » de Doyen-Pinocchio et de Leroy… ou à quoi sert l’augmentation gigantesque des impôts à Jette !

On est incorrigibles… ou incapables de faire autre chose que de jeter l’argent des Jettois et de faire des cadeaux qui ne coûtent évidemment pas cher … quand ce sont les autres qui payent.

Pour rappel, sur trois ans, l’augmentation de l’impôt cadastral aura coûté aux ménages jettois plus de trois millions d’euros !

N’empêche !

En avril, nouveau cadeau à la « danseuse » particulière de Doyen et Leroy : l’Atelier 340 !    Un petit 30.000 euros ! Une paille ! Rien !

Comme on le sait, cette curieuse ASBL qui ne respecte pas, depuis onze ans, ses obligations à l’égard de la commune, qui ne paye pas ses impôts, qui a pour 1.080.000 euros de dettes, etc, reçoit donc 30.000 euros dans le cadre, accrochez-vous, de la « Promotion de la diversification de l’offre culturelle sur la commune de Jette » !!!

Magnifique non !

Fantastique !!! Il fallait vraiment l’inventer lorsqu’on sait ce que fait réellement l’Atelier 340 !!!

Malheureusement, les gens qui sont en recherche d’emploi, ceux qui connaissent d’énormes difficultés sociales n’ont pas cette chance. Pour eux, pas de « diversification de l’offre culturelle » !!!

En juin, le bien nommé échevin Leroy fait un cadeau : 7.500 euros de subsides à une ASBL dont l’objectif…accrochez-vous, a pour vocation la volonté de réunir des personnes de tous horizons et de toutes cultures en favorisant des échanges interculturels multilingues !!!

Magnifique non !  Fallait le trouver !  Qu’en termes élégants ces choses-là sont dites…

Mais de toute façon, c’est l’argent du cochon de contribuable jettois, donc… on s’en fout !!!

Un petit cadeau par-ci, un petit cadeau par là, cela pourra toujours aider lors d’une élection particulièrement indécise.

Du beurre dans les épinards

–       Le Collège rencontre les représentants des Fabriques d’églises, mais non pas dans la commune, mais au restaurant, c’est plus sympathique.  Soit 650 euros à charge du contribuable !

–       L’Echevin de l’Enseignement, qui n’a rencontré que deux fois en trois ans les directeurs d’écoles leur offre à déjeuner.  Sympathique non avant la campagne électorale ?  400 euros à charge du contribuable jettois… Mais on s’en fout !!!

Il ne  viendrait évidemment jamais à l’esprit de Doyen-Pinocchio ou du très curieux échevin Leroy, qui pourtant bénéficient de frais de représentation et d’un traitement confortable, de faire ces invitations à leurs frais ! Non, dans ce monde-là, cela ne se fait pas. Il faut avant tout vivre sur la bête, c’est-à-dire aux frais des Jettois !

–       Encore et toujours SIDI BIBI : Alors qu’il a été totalement démontré, photos à l’appui, par le conseiller communal Jean Werrie qui a été sur place, que le projet Sidi Bibi était totalement nul, on envoie à nouveau une mission, on se demande bien pourquoi, dont le coût total dépasse les 6.700 euros !!! Mais pas d’importance, c’est évidemment le contribuable jettois qui paye.

–       Je passe évidemment sur toutes les inaugurations et fêtes diverses dont le seul but n’est évidemment que de faire de la propagande électorale.  J’épingle cependant la curieuse « fête » « Carrefour Afrique » qui, curieusement, se déroulera un mois avant les élections.  Bien entendu, cette « fête » n’a jamais eu lieu auparavant, et seul un esprit pervers pourrait y voir une quelconque relation avec le scrutin communal. Soit, de nouveau, 5.000 euros à payer par le contribuable jettois.

Voilà un tout petit florilège de la façon dont sont utilisés les impôts de nos concitoyens alors même que la commune de Jette est, depuis 2004, sous transfusion massive d’argent venant de la Région. (Plus de cinq millions d’euros par an au total !!!).

Ces quelques décisions représentent, au total, 50.250 euros, montant qui trouverait évidemment à s’employer avec efficacité pour aider les Jettois en recherche d’emploi ou en grande difficulté sociale.  Mais ces gens-là, évidemment, n’intéressent ni Doyen/Pinocchio ni Leroy car, d’après eux, c’est un public qui …vote mal !!!

Il est effarant de constater que, décidément, Doyen-Pinocchio et son comparse Leroy sont incorrigibles… ou paniqués, espérant encore, avec ces dépenses somptuaires, faire croire qu’à Jette, tout va bien, que l’argent peut être dépensé n’importe comment… et qu’il leur restera quelques électeurs.

merry_hermanus@yahoo.com

Suivez le PS de Jette sur Facebook et cliquez J’Aime pour devenir fan 

Hervé Doyen invite chez Bruneau… aux frais du contribuable bruxellois !

C’est confirmé  par la « Capitale » d’hier matin, c’est  bien chez Bruneau, superbe restaurant deux étoiles situé à proximité de la Basilique, qu’Hervé Doyen, grand Seigneur, a invité les Bourgmestres bruxellois à un « dîner festif ».

D’abord, reconnaissons que le choix est excellent !  Bruneau est sans doute l’un des meilleurs restaurants de Belgique, mais, évidemment, les prix sont à l’unisson de cette qualité exceptionnelle.

Nous avions appris par un Tweet de Philippe Moureaux, vendredi soir, que « Hervé Doyen invitait les Bourgmestres bruxellois à un dîner festif… Tout arrive en politique » !

Didier Gosuin et Philippe Moureaux, c’est tout à leur honneur, ont refusé de se joindre à ces agapes onéreuses.

Dans un entrefilet de la « Capitale », Hervé Doyen se défend en disant qu’il a fait cette proposition à ses collègues Bourgmestres qui ont accepté. Ben voyons !

Ce qui est effarant, c’est qu’il  ne se rend pas compte, au moment où des millions de travailleurs et des millions de pensionnés voient leur situation sociale régresser comme jamais depuis 1945, qu’une invitation dans un tel lieu de gens qui bénéficient de revenus publics, est un scandale en soi.

Un « dîner festif » pourrait se faire ailleurs et à moindre frais.

Mais Hervé Doyen, ayant l’habitude, à Jette, de dilapider l’argent des contribuables jettois qu’il pressure de façon extraordinaire (Jette, championne de Belgique du précompte immobilier !) ne s’arrête évidemment pas pour si peu.

Quel panache il aurait  eu s’il avait invité à ses frais !

Mais attendre du panache d’un tel homme, c’est évidemment espérer que les poules aient, un jour, des dents.

Tiens, mais pourquoi ne pas proposer à ceux qui ont participé à ce repas de faire un geste, comme le font les Parlementaires, et qu’ils remboursent ou versent l’équivalent à une œuvre caritative ?

Il n’est pas interdit de rêver !

merry_hermanus@yahoo.com