Archives de Tag: Révolte

CHARLES MICHEL postule à l’emploi de … perroquet de SARKOZY !

Au cours des dernières vingt-quatre heures, j’ai reçu de nombreux messages scandalisés à propos des déclarations de Charles Michel.

Pas de doute, cette musculation droitière résonne en écho de la campagne de Sarkozy qui a dépassé le stade de flirt avec l’Extrême Droite, et envisage sérieusement le mariage.

Mais le pire n’est pas là !

Ce que ne perçoit pas Charles Michel…, le fils de…, c’est que Sarkozy installe un climat de guerre civile larvée.

Comment ne perçoit-il pas que, stigmatisant « l’assisté », il stigmatise des gens marqués par le malheur ?

Charles Michel oserait-il parler devant les mille ouvriers de CARSID à Charleroi, et leur tenir le discours qui vient de faire scandale ?

Ces ouvriers ont-ils sauté de joie à l’annonce de la fermeture de leur entreprise ?

Comment Charles Michel ne peut-il pas comprendre que perdre son emploi est une tragédie, d’abord sociale, ensuite humaine ?

Car, oui !  Les travailleurs ont des familles !

Ils ont des crédits pour leur appartement ou leur maison.

Et, du jour au lendemain, tout s’écroule !!!

Charles Michel peut-il, ne fût-ce qu’un instant, comprendre ce que doit ressentir un chômeur ? Car, au malheur s’ajoute le sentiment d’échec personnel. Et, Charles Michel, le fils …, le nanti, y ajoute encore la stigmatisation politique !

Les chômeurs sont des assistés, donc, automatiquement, des profiteurs, donc, … des inutiles !

Curieux comme ce vocabulaire colle avec celui utilisé tout au long du 19ème siècle pour s’opposer au progrès social.

C’est la philosophie du « chacun pour soi », de la main invisible censée résoudre tous les problèmes.

Les dégâts collatéraux, cela, les gens comme Charles Michel s’en fichent !!!

Ceux qui tombent ne trouveraient plus une main solidaire.

Oui, peut-être, il y aura la Charité dont Sartre décrivait l’ignoble visage, celle des dames d’œuvres, des ouvroirs, des Capucinières où le pauvre, sans emploi, viendra, tête basse, implorant, chercher un colis alimentaire et de vieux vêtements, si possible kakis (c’est moins salissant pour les pauvres ma bonne Dame) !

J’ai connu l’une de ces « âmes charitables » qui pérorait sur ce que lui coûtait son personnel, et qui m’a dit un jour « Si je ne peux plus payer mes domestiques, je ne pourrais plus m’occuper de mes pauvres ».

En 1973, il y avait 93.000 chômeurs complets et, dans la presse de Droite, on hurlait qu’il y avait trop de profiteurs.

Mais qui est responsable de ce chômage, de cette pauvreté galopante ?

Les travailleurs ?

Ou bien une Organisation économique qui ne se maîtrise plus ?

DEXIA s’écroule, mais les administrateurs, dont l’ancien Premier Ministre Démocrate Chrétien, partent avec de véritables fortunes !!!

Les travailleurs sont-ils responsables ?

La crise bancaire de 2008 provoquée par le Capitalisme financier délirant, les travailleurs n’y ont aucune responsabilité !

Ce qui se passe est, en réalité, un tournant de civilisation.

La fin du Bloc communiste qui, sans conteste, était une monstruosité basée sur le mensonge et la terreur, a conduit à la suprématie économique, mais aussi politique d’un capitalisme qui n’a plus aucune limite.

Le dernier rempart était la Sociale Démocratie qui, grâce à des luttes acharnées, avait tissé une série de filets sociaux permettant de secourir ceux qui n’avaient pas la chance d’être des fils de…

C’est cela qu’on veut détruire.

Ce sont ces systèmes de liberté économique, de liberté religieuse, et de protection sociale qui gênent.

Il ne faut donc pas s’y tromper !  L’enjeu est là !

Ce n’est pas l’enjeu d’une élection, c’est beaucoup plus fondamental.

C’est un basculement complet de notre mode de vie qu’on veut nous faire assumer.

L’élargissement du temps de travail obligera les plus fragiles d’entre nous à quitter le travail pour rejoindre au plus tôt… le cimetière !!!

Cela épargnera les frais médicaux et réduira le trou de la Sécurité sociale.

Cela, c’est la société qu’on veut nous imposer !

Ceux qui veulent conduire ce retour en arrière devraient savoir que, tôt ou tard, les opprimés se révoltent, et que le coût de cette révolte sera plus élevé que la Sécurité sociale !!!

Qu’ils prennent garde !!!

merry_hermanus@yahoo.com

Suivez le PS de Jette sur Facebook et cliquez J’Aime pour devenir fan


Islam, Bin Laden et le Printemps des peuples du Moyen-Orient.

Il ne me semble pas inutile, au moment où le monde vient d’apprendre la révélation de l’exécution de Bin Laden, de rappeler que celui-ci est une « création » des USA au moment de la lutte des Afghans contre l’Union Soviétique.

La victoire des Talibans contre les Russes n’a pu être acquise que par l’envoi de missiles Sol Air dont se servirent les Afghans pour abattre les hélicoptères de combat des Russes.

Mais, comme souvent, la marionnette a échappé à son créateur !

Je garde cependant en mémoire un reportage filmé en Afghanistan où on voyait une jeune infirmière, en pantalon, cheveux au vent, affirmant sa foi dans l’avenir et dans l’égalité Hommes/Femmes.

Qu’est-elle devenue ?

Ce genre de personnage n’a que peu de poids face aux ambitions des Etats !!!

Au moment de la guerre de 14-18, on employait une formule qui, aujourd’hui, est passée de mode, on parlait des « buts de guerre ».

Or, quels étaient les buts de Bin Laden ?

Était-ce l’application, dans le monde, de la charia ?

Était-ce de remplacer l’espoir déçu du Communisme ?

Était-ce de donner un espoir aux peuples miséreux du Moyen-Orient en les engageant dans un combat religieux mortifère ?

Il y eut, dans le monde, un immense empire musulman qui domina, pendant pratiquement cinq siècles, non seulement le Moyen-Orient, mais aussi une bonne partie de l’Europe.  C’est l’empire turc qui, ne l’oublions pas, assiégea encore Vienne en 1685, et ne s’effondra que pendant la Guerre 14-18 où le Mouvement « Jeunes Turcs » mit fin au Sultanat.

L’effondrement de cet empire qu’on a appelé, depuis le milieu du 19è siècle, « l’Homme malade de l’Europe », ouvrit une longue période de colonisations et de mépris du monde musulman en général qui avait alors cessé d’être redoutable.

Avant d’ouvrir le chemin de la colonisation où on ferait, comme on disait dans les années 30, « suer le burnous », après 1945, on  vit l’émergence au Moyen-Orient d’une série de régimes qui se voulaient socialistes ou baasistes. Que ce soit en Egypte, avec les Colonels Neguib, et ensuite,  Nasser, que ce soit en Syrie ou en Irak.

Les guerres d’Indépendance donnèrent la liberté politique au Maroc, à  la Tunisie et, enfin,  en juillet 1962, à l’Algérie.

Il n’est pas inutile de rappeler que l’image que l’Occident se fait du Musulman et, en particulier du Musulman  du Moyen-Orient, est profondément marquée par les Croisades.

Pourtant, il est acquis que ce sont les Croisés qui furent les barbares faisant brutalement intrusion au sein d’une civilisation qui avait joué un rôle essentiel  au niveau du transfert de la Science grecque vers le monde occidental.

Que l’on songe à Averroès ou Avicenne.

Le projet de Bin Laden ne s’inscrivait dans aucune des filières politiques ou philosophiques évoquées ci-dessus.

Il n’était ni baasiste ni le continuateur des grands penseurs de l’Islam.

Ses références politiques, philosophiques et même religieuses sont restées extrêmement floues.

Libérer la « Terre Sainte » d’Arabie saoudite des bases américaines était-il un enjeu suffisamment mobilisateur ?

Sa réussite est, d’une part, d’avoir donné un label terroriste à toute une série d’actions plus ignobles les unes que les autres, mais, d’autre part, et, surtout,  d’avoir fait renforcer l’appareil sécuritaire et le flicage des peuples du monde occidental.

A ce propos, une anecdote me revient : Le 11 septembre 2001, l’un de mes amis était en réunion avec deux membres de la Police judiciaire.  Ceux-ci se montraient tout à fait heureux des attentats de New-York en soulignant qu’ils permettraient de renforcer l’appareil policier.

Sur ce plan, ce fut sans conteste une grande réussite puisqu’aujourd’hui, que ce soit aux Etats-Unis ou en Europe, la surveillance policière s’est largement intensifiée. Les libertés individuelles ont fortement régressé. Les écoutes téléphoniques sont monnaie courante et, dans une Démocratie aussi évoluée qu’en Belgique, on peut maintenant installer à votre domicile des appareils d’écoute dans le cadre de procédures où les droits de l’Homme sont devenus aussi légers qu’une plume au vent.

Ce qui a tué Bin Laden, c’est bien sûr une balle américaine, mais c’est, de façon beaucoup plus fondamentale, le réveil des peuples du Moyen-Orient.

J’avais été frappé, au moment du 11 septembre 2001, de voir certains sourires. Il y a eu des manifestations d’approbation.

N’est-on pas, aujourd’hui, impressionnés par le fait que la mort de Bin Laden ne provoque pas, dans le monde arabe, des manifestations de protestation ?

En fait, le réveil démocratique des peuples du Moyen-Orient a changé complètement la donne politique.

Ces révoltes se font non pas au nom de l’Islam, mais au nom d’une volonté de démocratie, au nom des aspirations de liberté et d’égalité, en un mot, au nom des Droits de l’Homme.

C’est ce réveil de l’aspiration à la Liberté et à la Démocratie qui a tué Bin Laden beaucoup plus sûrement que les commandos américains.

C’est cet espoir qu’il faut soutenir et aider en attendant d’avoir une révolution pour d’autres Démocraties à construire…

A quand la Révolution du peuple chinois ?

merry_hermanus@yahoo.com


Tous aveugles !

N’êtes-vous pas impressionnés par le fait que depuis une vingtaine d’années, les grands évènements  qui bouleversent le monde interviennent alors que personne ne les avait prévus !

Sommes-nous dirigés par des tatoueurs aveugles ?

La Chute du Mur de Berlin prend tout le monde au dépourvu.  Un apparatchik Est-Allemand lit un communiqué de presse vers 22h30, et une demi-heure plus tard, le Mur, vieux de 28 ans,  s’effondre !

La Chute du Communisme, un régime en place depuis 1917 qui s’était voulu la deuxième Puissance mondiale, et était, depuis 1945, un Empire planétaire, s’effondre comme un château de cartes sans que les observateurs occidentaux n’aient vu venir quoi que ce soit.  Mitterrand, Bush senior, et les autres ne savent que faire !

Pourtant, depuis les années 1970, en Pologne, en Tchécoslovaquie et en Hongrie, les coutures commençaient à craquer. Mais nos grands politiques géo-planétaires croyaient dur comme fer au caractère intemporel du Communisme soviétique et au caractère immuable d’un monde bipolaire.

Les attentats du 11 septembre 2001. Là aussi, tout le monde est pris au dépourvu. Personne ne s’y attendait !

Pour la première fois, (après Pearl Harbor),  les Etats-Unis sont attaqués sur leur sol et personne ne l’avait vu venir !!! Les Services secrets, les « grandes oreilles », tous sont pris en défaut.

La Crise financière de septembre 2008, où l’on voit la « bulle » de l’Immobilier exploser, et une série de banques, en cascade, menacées de faillite.

On a affirmé qu’un obscur professeur d’Economie belge, vivant comme un clochard en Bretagne, aurait annoncé la crise.  Il était bien le seul, et sa crédibilité était égale à zéro. Pourtant, c’est tout le système économique mondial qui se trouve menacé !

La Révolte des peuples du Moyen-Orient. Personne, ni dans les Ambassades, ni au niveau des services d’informations, n’avait prévu l’extraordinaire mouvement des peuples arabes qui, du Maroc à la Syrie, bouleversent tous les équilibres et tous les stéréotypes sur le monde arabe.

L’islamisme inquiétant se voit subitement remplacé par une volonté de Démocratie et d’Egalité sociale.

Mais personne n’avait rien vu venir !

Il est extraordinaire de constater que, dans une société où l’information se fait à la seconde, et où des milliers d’images nous arrivent chaque jour, les décideurs politiques se trouvent systématiquement aveugles devant l’évolution du monde, qu’il soit économique ou politique.

Sommes-nous gouvernés par des ilotes ou par des cyclistes qui, le nez sur le guidon, aperçoivent les dix mètres qui se trouvent devant eux, mais ne voient plus l’ensemble de la route ?

On a le sentiment d’un monde mené à l’aveugle, où l’émotion de l’immédiateté a remplacé la réflexion et la prévision.

Il suffit de lire la presse ou de regarder les journaux télévisés pour se rendre compte que l’Analyse a totalement disparu pour faire place à l’événementiel, au sensationnel, et, surtout, surtout, à l’émotion qui permet, croient les Maîtres de l’information, de créer un sentiment d’unanimisme et de cohésion.

Ce qui se passe, en réalité, qu’on le veuille ou non, c’est que le monde est aujourd’hui un village planétaire que Marc Luhan prévoyait dès les années 60, mais où les réponses aux questions restent étonnement régionales, marquées par les égoïsmes ou une cupidité suicidaire.

Le Marché, lui, ne se préoccupe pas de prévisions. Il se préoccupe de son profit, et ce, quelles qu’en soient les conséquences.

C’est à ce niveau que le rééquilibrage doit s’opérer et que les peuples, tous les peuples, doivent faire entendre leur voix sous peine d’aboutir à un effondrement de notre civilisation faite de Libertés économiques contrebalancées par la protection sociale et la sauvegarde de l’intérêt général.

merry_hermanus@yhaoo.com