Archives de Tag: secret

Quand Hervé Doyen confond la commune de Jette avec son domicile privé !

Copyright Lion's Club Jette Saint Pierre

Certains Jettois, particulièrement attentifs, ont été ébahis de découvrir, dans le Moniteur Belge, parmi les membres fondateurs de la Section jettoise du Lion’s Club de Jette, Hervé Doyen himself !

Mais, plus étonnant encore, l’adresse d’Hervé Doyen n’est pas celle de son domicilie privé, mais « Chaussée de Wemmel, 100 », soit l’adresse de la Maison communale !

Hervé Doyen en est-il à croire que la commune lui appartient et est son domicile, ou bien est-il persuadé d’être Bourgmestre à vie qu’il confond son adresse privée avec celle de la commune ?

Plus surprenant encore, parmi les 28 membres fondateurs, il n’y a que deux Jettois !   Etonnant non ?

Il va de soi que le Lion’s Club est une Association des plus honorables dont la vocation caritative est bien connue, mais dont chacun sait qu’elle ne réunit pas des infra salariés.

Hervé Doyen a-t-il à ce point besoin de ratisser large qu’il éprouve la nécessité de faire partie d’une Association de ce type ?

Les Jettois apprécieront.

Mais, surtout, ce qu’il convient de savoir, c’est pourquoi il confond son domicile privé avec l’adresse de la commune de Jette.

Les esprits les plus mal intentionnés… mais que je ne suis pas prêt à suivre,  n’hésiteront donc pas à dire que sa cotisation au Lion’s Club serait payée par la commune ainsi que le coût de la publication au Moniteur Belge.

Beaucoup de questions qui, nul n’en doute, connaissant le sens du secret et de l’opacité d’Hervé Doyen, resteront sans réponse, mais qui, nous en sommes surs, pèseront en octobre 2012.

Merry Hermanus
merry_hermanus@yahoo.com


Pour un Wikileaks à Jette… Y a t’il des cadavres dans le placard ?

En avril 2011, j’ai pris connaissance avec intérêt d’un article d’Edwy Plenel, ancien responsable du journal « Le Monde », et actuel directeur de « Mediapart ».

Il réagissait au débat ouvert par la très large diffusion d’informations jusqu’ici gardées secrètes par l’Armée et le Département d’Etat américain.

Il ouvrait ainsi à nouveau l’éternel débat entre, d’une part,  la nécessité de rendre publiques la totalité des informations concernant la gestion de nos sociétés, et, d’autre part, la volonté de certains gouvernants de travailler dans le secret.

En lisant cet article, j’ai été impressionné par le parallèle qui existe entre les affirmations et les réactions d’Edwy Plenel défendant la transparence, et la situation jettoise.

On le sait, à Jette, il n’y a pas d’indicateur de courriers !  Donc, cela veut dire que lorsqu’un courrier est adressé à la commune, seuls quelques rares initiés en sont informés et ce, contrairement à la Loi communale qui prévoit la collégialité de la gestion et, donc, forcément, la collégialité de l’information.

Edwy Plenel écrit  que « l’information… conditionne la vitalité démocratique…, celle-ci est prioritaire », il ajoute « …l’opacité totale sur le pouvoir est à mettre en rapport avec une transparence inquisitoriale sur les individus. Le secret y protège un pouvoir absolu. Pour que le pouvoir survive, il doit être à l’abri de ses secrets ».

C’est exactement la situation à Jette !

Depuis des mois et des mois, en ma qualité d’échevin, je demande, par courrier, au Bourgmestre de consulter un certain nombre de dossiers dont :

–        Le P.V. des trois dernières réunions du Comité d’accompagnement.

–        L’analyse faite par l’IBGE ou d’autres Firmes en matière d’amiante à l’école aurore en 2007.

–        Le dernier courrier adressé à la commune par l’ONSSAPL concernant la problématique des titres repas.

–        La facture de l’auteur de projets Ferrière (facture complète, total des honoraires) pour le projet abandonné de rénovation de l’école Poelbos.

–        Pour ne pas parler de dossiers présentés au Collège que j’essaye d’examineret qui sont complètement vides !!!

Je n’ai pas obtenu la moindre réponse du Bourgmestre !

J’ai récemment reçu une lettre du secrétaire communal que j’ai transmise à différentes autorités afin qu’elles puissent m’informer sur la réalité de son étonnant contenu.

Une fois de plus, Hervé Doyen tente, via le secrétaire communal, de se donner l’apparence d’une légitimité.

Le fait est qu’on veut à toutes forces me faire taire, utilisant par-là d’étonnants moyens sur lesquels je reviendrai.

On s’inscrit, à Jette, dans une culture du secretde l’opacité et de la dissimulation, mais également de la désinformation.

En effet, il existe à Jette, une revue de presse, qui, par le biais du courrier électronique, est largement diffusée.

Vendredi dernier, un article du « Soir » faisait état de la situation à Jette en évoquant notamment la volonté du PS de remplacer le Bourgmestre, et soulignait qu’un accord avait déjà été signé entre le PS et deux membres du MR dont le Chef de Groupe.

D’une façon qui ne m’a pas étonné, cet article ne figurait pas dans la revue de presse de ce lundi !

J’en ai informé le fonctionnaire qui, vraisemblablement, a dû en référer au Bourgmestre qui cumule les fonctions « d’échevin de l’information » (Il vaudrait peut-être mieux dire « l’échevin de la désinformation » ) !!!

Et donc, l’article du « Soir » n’a pas paru dans la revue de presse.

Ce n’est pas la première fois que je fais une telle constatation qui démontre que, contrairement à toutes les affirmations et à tous les mensonges, le journal communal n’est qu’un organe de propagande.

C’est notre Pravda locale dont le seul but est de faire la promotion d’une Majorité totalement éclatée et d’échevins en mal de notoriété.

Je reprendrai donc la conclusion d’Edwy Plenel qui dit : « S’agissant des affaires publiques, la publicité doit être la règle et le secret l’exception. Rendre public ce qui est dans l’intérêt public est toujours légitime ».

A quand un Wikileaks à Jette ?

Quand les Jettois connaîtront-ils la vérité sur une gestion qui n’a qu’un seul but : assurer la réélection de gens incapables de préparer l’avenir des Jettois

Merry HERMANUS
merry_hermanus@yahoo.com